Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
14 novembre 2017 2 14 /11 /novembre /2017 14:55

Le devoir de protéger l'enfance et l'innocence

"Deviens ce que tu es!"

Ce que révèle ce collectif de parents d'élèves à ceux qui ne l'auraient pas déjà remarqué, c'est que, sous couvert d'égalitarisme, une entreprise de perversion de la jeunesse et même de l'enfance est actuellement à l'œuvre non seulement au niveau national mais même au niveau planétaire, puisque cela se passe à l'instigation de l'ONU et de l'OMS. Troubler le ressenti d'enfants innocents ("elle a sali mon âme" dit, dans la partie "Témoignages", l'un des enfants obligé d'écouter à l'école une intervenante du "Planning familial" l'"informant" au sujet de la masturbation de la prostitution, de sa fille s'habillant en garçon et vivant avec une autre femme, et de la possibilité de changer de sexe) avec des discours, des insinuations, des suggestions, et des manuels scolaires et des images montrant toutes sortes de situations plus ou moins scabreuses et présentées comme parfaitement normales, les tentatives officielles de "déconstruire la complémentarité sexuelle" (!) voilà qui n'est pas sain et doit être vigoureusement dénoncé et contré!

La page 3 du diaporama "La théorie du genre - Quel impact sur nos enfants?" indique très bien ce qui se passe.

Il y a (à gauche) le discours officiel prétendant "lutter contre les inégalités, les stéréotypes et l'"homophobie"", ce qui constitue la "vitrine" de l'action de perversion consciemment menée, ayant pour but de flatter le "sens de la justice" des citoyens, et (à droite) - ce que cela cache - c'est-à-dire les objectifs réels recherchés, soit: l'indifférenciation complète entre hommes et femmes (il n'y a pas de différences entre un homme et une femme, ce qui est une conception complètement aberrée de l'égalité), le "transexualisme" (encourager le passage d'un sexe à l'autre pour "se libérer du déterminisme biologique"), l'hypersexualisation précoce (encourager les enfants à avoir une activité sexuelle dès le stade de bébé) et "diversifiée" (encourager les enfants à l'homosexualité) et "évolutive" (changer de partenaires sexuels, quel que soit son sexe, alterner les garçons et les filles), la mise à l'écart des parents (dont l'action éducative est présentée comme un "déterminisme familial"), changement de la norme en brouillant intentionnellement tous les repères et en transformant toute la société jusqu'ici basée sur la famille naturelle (père-mère-enfants) en société LGBT (lesbiennes, gays, bi-sexuels, trans-sexuels), la manipulation des enfants pour arriver à leur faire accepter comme "normal" ce qui ne l'est pas du tout (exemple le fait d'avoir deux pères et pas de mère ou deux mères et pas de père!), et par la mise en place d'une "novlangue" (voir "Le meilleur des mondes" d'Adous Huxley) altérant les notions et déformant le sens naturel des mots (exemple: l'emploi systématique du mot "couple" pour désigner ce qui, en réalité, est une paire, c'est à dire le regroupement de deux personnes du même sexe), préparer l'opinion à la marchandisation du corps humain (avec le concept de "services sexuels"!) et à un nouvel esclavagisme (la "gestion par autrui"), à la PMA (procréation médicalement assistée) pour tous - justifiée par le fait que suite à la pollution par les pesticides et les perturbateurs endocriniens le taux de fécondité des couples ne cesse de baisser -, et à séparer l'Amour de la sexualité et de la procréation, et à progressivement déposséder les êtres humains du droit de procréer naturellement eux-mêmes pour en faire une "activité" complètement contrôlée par "Big Brother" afin d'aboutir, grâce au contrôle génétique, à des bébés choisis sur catalogue (avec le sexe et les caractéristiques physiques et intellectuelles voulus) et présentant "zéro défaut".

Selon cette idéologie du genre, bien sûr, toujours au nom de l'égalité, il doit y avoir autant d'hommes "sage-femme" que de femmes militaires, les femmes doivent pratiquer tous les sports, sans être séparées des hommes. Etc. Cela conduit à de nombreux changements dans la société. Un exemple pouvant être considéré comme anecdotique mais en réalité très révélateur (!), ce message de l'"équipe enseignante" d'un établissement scolaire adressé aux parents d'élèves et qui "en raison de la situation familiale de certains élèves (on devine laquelle...), a choisi de regrouper les fêtes des mères et des pères en une seule occasion". Tous les manuels scolaires sont désormais conçus dans l'intention de faire prévaloir cette théorie de l'indifférenciation. Et, de plus en plus, en Suède ou ailleurs l'on voit apparaître l'aberration que constitue l'"éducation neutre". Une "crèche neutre" (où les enfants sont "éduqués" de manière asexuée) a même été ouverte en France en 2009. De plus en plus, l'on voit des parents refuser de dévoiler le sexe de leur enfant et l'habiller alternativement en garçon et en fille, pour "éviter de le déterminer socialement dans un sexe" (füt-ce le sien!) et pour que, bien sûr, personne ne puisse connaître son sexe avant son adolescence! Aux USA des traitements hormonaux sont pratiqués sur des enfants dès l'âge de 4 ans pour rendre possible leur changement de sexe. Une cinquantaine de médias signent une charte visant à promouvoir les thématiques LGBT dans les médias, qu'ils soient télévisuels ou sur support papier. Au Brésil commencent à apparaître des "mariages à trois". En Allemagne un livre d'"éducation sexuelle" destiné aux enfants les invite à prendre leurs fesses en photo et à apporter les photos en classe, pour jouer avec elles au jeu de la reconnaissance.

Un autre exemple: Toujours au nom de l'égalité, une municipalité décide de mettre en place des toilettes de genre "neutre"! Un autre exemple: Pour pouvoir désigner un enfant sans mentionner son sexe, par une décision arbitraire ne correspondant à aucune évolution naturelle, l'on introduit artificiellement, dans une langue, un pronom "neutre" qui n'existe pas naturellement dans cette langue! Un dernier exemple qui confine à l'absurde: Dans un pays nordique, pour que les filles ne se sentent pas dévalorisées aux toilettes par rapport aux garçons (où l'"égalité" ne va-t-elle pas se nicher?), l'on veut interdire aux garçons de "faire pipi" debout. Le célèbre "Mannekenpis" de Bruxelles vit-il ses derniers jours?

Les militants du genre veulent détruire la famille biologique et établir de nouvelles normes visant à faire de la femme "un homme comme un autre". En Allemagne un "troisième genre" a été reconnu et "créé". En Arabie saoudite des "droits" ont été reconnus à une "femme-robot". Depuis 2016, en France, dans le cadre de la "loi de modernisation de la justice", il est possible de changer de sexe sans intervention chirurgicale irréversible. Le "sexe neutre" est reconnu en France depuis 2016. Le planning familial, qui a accès aux établissements scolaires, dans sa brochure "Tomber la culotte" (tout un programme!) - qui, est, en fait, un véritable manuel de pornographie! - donne des conseils aux lesbiennes quant aux manières de bien jouir entre femmes. Dans l'Académie de Nantes les élèves - les garçons en tête - sont invités à venir au Lycée en jupe. Des cours d’"éducation sexuelle" sont maintenant obligatoires pour tous les élèves à partir de 6 ans. Selon certains experts, consultés par le ministère pour la mise en place de cet enseignement, l’objectif est de  dépasser la binarité historique entre féminin et masculin». Sic! L'enseignement est appelé à "ne plus se fonder sur la complémentarité des sexes" (re-sic!). Etc., etc.

La "GPA" (gestation pour autrui) - qui va de pair avec la négation des sexes (puisque les paires homosexuelles sont, par nature, bien incapables de procréer un enfant!) - crée des situations inqualifiables. Par exemple, un couple ayant "commandé" un enfant le refuse lorsqu'il s'aperçoit qu'il est trisomique. Un "père de famille" roumain se plaint d'avoir dû payer l'interruption de grossesse de sa femme, décidée par eux, lorsqu'ils ont appris que le couple étranger ne voulait plus de l'enfant "commandé".

C'est aussi le royaume de la "novlangue" (référence au "Meilleur des mondes" de Aldous Huxley) qui devient toujours plus évidente: Des militant(e)s pro-genre s'opposent à l'appellation "école maternelle" qu'ils/elles veulent remplacer par "première école" ou "petite école". Pour l'accès aux traitements médicaux de l'infertilité, l'on considère qu'il existe une possible "infertilité médicale" (pour les couples "hétérosexuels", donc les couples ... normaux, les vrais couples!) et pour les autres (les paires homosexuelles) une "infertilité sociale". Un prix littéraire, pour justifier la pédophilie, invente le - selon lui - plus joli terme de "philopedia". L'on ne doit plus parler d'une "femme enceinte" mais d'une femme "en état de grossesse médicalement constatée". On de doit plus parler "de parents et de médecins" mais d'"acteurs impliqués dans la conception des enfants". Naturellement, au sujet de toutes ces tentatives de rendre de force les hommes et les femmes identiques, l'on ne parle pas de destruction de l'identité sexuée mais de "déconstruction des stéréotypes de genre".

Dans ce souci d'égalitarisme forcené permettant aux paires (associations de deux hommes ou de deux femmes) d'avoir les mêmes "droits" que les vrais couples (un homme et une femme) - c'est à dire avoir le droit d'avoir des enfants par l'adoption (ce qui existe déjà, en France, depuis 2013) et la "GPA" l'on en arrive même à vouloir "corriger les erreurs de la Nature" en en arrivant au délirant concept de "grossesse pour tous" permettant aussi aux hommes de devenir "enceints"! (Ce qui - heureusement! - n'est pas encore prêt d'arriver!) Voilà tout ce qui se prépare déjà activement à l'école (voir les nouveaux "manuels scolaires" où, telle une nouvelle forme de totalitarisme, cette "idéologie du genre" devient toujours plus évidente) et dont nos enfants ou petits-enfants sont les innocentes victimes collatérales (voir la triste histoire de l'enfant Bruce Reimer dans la vidéo ci-dessous). Et si quelqu'un y trouve à redire, assurément, quantité de doigts accusateurs vont se pointer vers lui, en le stigmatisant et le traitant d'"homophobe"! Telle est la nouvelle situation des êtres humains de plus en plus marginalisés et en passe de devenir de nouveaux parias, de ceux pour qui le mot "famille" signifie encore quelque chose...

Un vaste programme de perversion généralisée et de "chosification" du corps humain (lequel devrait pourtant être considéré comme sacré!), amené par petites touches depuis des décennies (mais dont la "GPA" et le "mariage pour tous" sont des étapes déterminantes) par des individus sans scrupules et qui, au plus haut niveau de la hiérarchie de leur obscur pouvoir, savent très bien ce qu'ils font et qui ils servent!

Le genre en images
Quelle société voulons-nous pour nos enfants?

La théorie du genre - Quel impact sur nos enfants?

Voir aussi, ci-dessous:

La terrifiante histoire du premier enfant cobaye destiné
à "prouver" - bien malgré lui! - la théorie du genre

Le tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre - Comment Bruce est devenu "Brenda"...

Comment Bruce est devenu ... "Brenda"

Et comment "Brenda" est devenu(e) ... David!

  Depuis lors, la "théorie du genre" prospère ...
sur cet énorme ... mensonge!!!

Le gigantesque mensonge du "professeur" qui,
en totale contradiction avec la plus évidente réalité, prétendait
avoir "réussi" à transformer un garçon en fille!

Alors, qu'en réalité, le flagrant échec de son "expérience"
prouve exactement le
contraire:
La totale impossibilité de transformer un sexe
en l'autre sexe!

 

Bon à savoir:

"L’enfant est enregistré aussitôt sa naissance et a, dès celle-ci, le droit à un nom, le droit d’acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux."

(Convention internationale relative aux droits de l’enfant - Article 7.)

«Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.»

(Déclaration universelle des droits de l’homme – Article 26,3)

 

Voir aussi:

Observatoire de la théorie du genre

 

La théorie du genre à l'école - Les "inégalités" à l'école - L'"éducation sexuelle" à l'école - Les "droits sexuels"

"Que certains abusent de l'autorité de l'école pour formater les enfants dans le dos des parents est un scandale!"

Les bases de la théorie du genre et l'impact sur nos enfants

Nota Bene: A défaut d'affichage correct de la bonne vidéo (il semble y avoir une bizarrerie au niveau du lien d'intégration) la vidéo "Les bases de la théorie du genre et l'impact sur nos enfants" est aussi visible, sur youtube.com, en cliquant sur le lien ci-dessous:

Les bases de la théorie du genre et l'impact sur nos enfants

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Ce powerpoint est superbement bien fait. Je n'ai rien à rajouter concernant la présentation pour les enfants et les ados.
La question qui me vient est : Quel impact sur les adultes qui sont censés enseigner cette théorie et sur les parents qui doivent composer avec? C'est une vraie transmutation qu'on impose dictatorialement aux adultes, ce qui ne peut qu'engendrer un tohu-bohu intérieur.
De plus, on projette des concepts dans diverses directions, comme des instantanés alors que les principes féminins et masculins sont inscrits au plus profond du corps humain, dans chacune de ses cellules. Les manifestations féminines ou masculines sont multiples et variées, subissant les influences d'instants de nature très distincte. Alors que l'identité est quelque chose de stable.
Avec cette idéologie du genre, on fabrique une identité selon le libre-arbitre, sans tenir compte que ce libre-arbitre peut varier énormément selon les expériences quotidiennes, les influences de l'entourage.et l'étape existentielle en cours.
Ainsi donc, on crée des pathologies tant chez les adultes que chez les enfants.
Répondre
A
Oui, c'est un vrai problème. L'état et l'école doivent respecter les enfants, leurs croyances et celles de leurs parents, et ne pas chercher à imposer une idéologie particulière, surtout dans un domaine aussi intime!