Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 15:37

Un chercheur de la FDA admet que les cellules virales
des vaccins peuvent "activer" les gènes
et propager davantage de maladies

Après la découverte de centaines de gènes du cancer dans les vaccins ROR, un chercheur de la FDA admet que les cellules virales des vaccins peuvent "activer" les gènes et propager davantage de maladies.

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a publié les résultats d'une enquête qui a révélé que la matière cellulaire utilisée dans la fabrication de nombreux vaccins pour enfants est souvent contaminée par des virus responsables de maladies graves.

Menée par le docteur Arifa S. Khan, l'étude a porté sur les vaccins à base de virus, comme les vaccins contre la grippe saisonnière, qui sont fabriqués à partir de cellules vivantes ou de substrats cellulaires réplicables. Il s'avère que ces cellules à croissance continue sont souvent contaminées par des fragments viraux cachés qui sont de nature tumorigène, ce qui signifie qu'elles ont le potentiel de provoquer un cancer. Ces virus ont tendance à être latents, ce qui signifie qu'ils vivent "tranquillement" à l'intérieur des cellules avant de faire connaître leur présence plus tard sous la forme d'une maladie chronique.

Ainsi, une personne à qui l'on a injecté un vaccin contenant ces virus cancérigènes peut ne souffrir de conséquences sur sa santé que longtemps après avoir été piquée - nous parlons de nombreuses années, dans certains cas.

"Dans certains cas, les lignées cellulaires utilisées peuvent être tumorigènes, c'est-à-dire qu'elles forment des tumeurs lorsqu'elles sont injectées à des rongeurs", explique clairement le document de la FDA. "Certaines de ces lignées cellulaires tumorigènes peuvent contenir des virus cancérigènes qui ne se reproduisent pas activement. Ces virus sont difficiles à détecter avec les méthodes habituelles. Ces virus latents, ou "silencieux", représentent une menace potentielle, car ils pourraient devenir actifs dans les conditions de fabrication des vaccins".

Alors même que le corps médical continue d'insister sur le fait que tous les vaccins sont "sûrs et efficaces", ces conclusions réitèrent le fait que la vaccinologie, du moins telle que nous la connaissons actuellement, est un canular total. Il n'y a pas un seul vaccin qui ait été correctement testé contre un véritable placebo inerte, et nous savons maintenant que beaucoup d'entre eux sont également contaminés par des virus pathogènes.

Pourquoi la FDA ne fait-elle que tester les substrats de cellules vaccinales alors qu'ils sont déjà présents dans les vaccins depuis des décennies? Bien que ce ne soit certainement pas le type d'information qui nous obligerait à nous retrousser les manches de si tôt, la FDA affirme qu'elle travaille sur de nouveaux moyens d'activer ces virus latents avant qu'ils ne soient injectés aux êtres humains, afin de les désactiver.

Mais pourquoi cela n'a-t-il pas été fait il y a longtemps, avant que la FDA n'approuve ces vaccins? Il semblerait que la FDA essaie simplement de faire le ménage maintenant que les questions de santé liées aux vaccins sont de plus en plus examinées. La FDA sait qu'elle est responsable de l'approbation de tous ces vaccins mortels et fait maintenant semblant de se soucier de la sécurité des vaccins en menant une science réactionnelle plutôt que la science préliminaire qu'elle aurait dû mener il y a longtemps déjà.

L'agence essaie aussi probablement de donner l'impression qu'elle fait quelque chose en réponse à la découverte récente de quelque 560 gènes du cancer dans le séquençage des gènes humains pour le vaccin combiné de GlaxoSmithKline (GSK) contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle (MMRV). La notice d'emballage du vaccin RORV de GSK révèle clairement que les quatre principaux virus de ce vaccin sont tous produits séparément dans des cellules d'embryon de poulet (rougeole et oreillons) ou dans des cellules diploïdes humaines MRC-5 (rubéole et varicelle), cette dernière série étant le coupable cancérigène identifié.

Où en était la FDA dans la détection de ce danger avant que la communauté scientifique indépendante ne le fasse? Elle n'a rien fait, bien sûr, car la FDA est trop occupée à s'attaquer aux plantes et aux herbes naturelles pour passer du temps à s'assurer que les vaccins "obligatoires" sont sans danger pour les enfants.

Pendant tout ce temps, des vaccins contenant des virus cancérigènes ont continué à être injectés dans le corps de jeunes enfants pour leur "sécurité", sur la base d'une "science" qui n'existait pas en réalité, parce que la FDA ne s'est jamais donné la peine de la mener, ou d'exiger qu'elle le soit. Et maintenant, les taux de cancer montent en flèche, la FDA étant largement responsable. La FDA admet maintenant que les premiers vaccins, comme ceux contre la polio et la variole, étaient également contaminés par des virus cancérigènes.

Il est intéressant de noter que la FDA vient seulement de se pencher sur le virus de l'immunodéficience simienne (VIS) et le virus spumeux simien (VSS), dont nous avons longtemps averti qu'ils constituaient une autre source de virus cancérigènes.

Il s'avère que certains des premiers vaccins, notamment ceux contre la polio et la variole, contiennent des reins de singe, de porc et d'autres cellules étrangères dont nous savons maintenant qu'elles sont contaminées par le VIS, le VSS et divers autres virus cancérigènes qui auraient dû être identifiés bien avant que l'utilisation commerciale de ces vaccins ne soit autorisée. La FDA affirme qu'une autre enquête sur les interactions du VSS et du VIS dans des modèles de singes pourrait aider à identifier l'impact de ces virus sur les humains auxquels ils sont injectés par la vaccination. Tout ce que la FDA découvrira grâce à cette enquête affectera également, semble-t-il, l'avenir des décisions politiques en matière de don de sang.

NDLR: Quand on voit le cirque qu’ils font encore pour un coronavirus, qui plus est le prétexte pour imposer un nouveau… vaccin!

Source: https://www.newstarget.com/2019-11-13-fda-admits-vaccines-may-spread-more-disease.html

Partager cet article
Repost0

commentaires