Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 15:00

 ... Et que la vaccination contre l'hépatite B
est encore pire que ce que l'on pensait...



Alors que l'hépatite B peut très simplement se soigner avec une méthode naturelle efficace, l'article ci-dessous du Docteur Marie-Hélène Groussac fait froid dans le dos...

Vaccin hépatite B: nouveau Distilbène?

"Des travaux de recherche ont, ces dernières années, battu en brèche le dogme, scientifique, {précédemment} intangible, qui concerne les ovocytes (c’est-à-dire les cellules de l’ovaire qui, après évolution cyclique puis fusion avec les spermatozoïdes masculins, donneront naissance à un embryon). Théoriquement, ce stock est définitivement constitué, chez le fœtus féminin, donc très tôt.  
 
Plus tard, à partir de l’adolescence, à chaque cycle menstruel, un ovocyte se transformera avec deux destins possibles, après expulsion de l’ovaire: soit une mort, soit l’apparition d’un embryon.  
 
Toujours selon le dogme scientifique, le stock s’épuise{rait} peu à peu et la ménopause correspond{rait} à l’épuisement de ce stock.  
 
Seulement, un événement vint révolutionner ce que des générations ont appris: une femme ménopausée qui avait reçu une transfusion sanguine se retrouva enceinte. Qui plus est, l’étude de l’ADN du bébé révéla que la partie féminine de son patrimoine génétique correspondait à …l’ADN de la personne donneuse de sang!  
 
Dès lors, le dogme scientifique s’écroulait! Il donna lieu à des travaux afin d’expliquer ce fait. La connaissance du rôle des cellules souche depuis quelques années ayant beaucoup progressé, il fut démontré que le sang contient des cellules souche … précurseurs des ovocytes. Le stock d’ovocytes est donc renouvelé, à partir de cellules souche sanguines, régulièrement. La ménopause est liée à un arrêt du renouvellement.  
 
Le dogme ancien était tombé. Un nouveau dogme venait de naître qui le remplaçait. Un formidable espoir venait de naître en parallèle: une nouvelle conception de certaines stérilités et de nouveaux traitements à la clé.  
 
Les cellules souche comportent, en surface, la voie moléculaire d’activation Wnt-Frizzled, que ne possèdent pas les ovocytes qui sont des cellules, provisoirement arrêtées à un certain stade de division cellulaire. La voie Frizzled servant à mettre des cellules en état de division, elle n’est plus nécessaire, une fois cette division en cours.  
 
Oui mais … le vaccin hépatite B, tout comme le virus de l’hépatite B, rentrent dans les cellules souche porteuses de la voie moléculaire Frizzled.

De plus, il a été rappelé dans la thèse de médecine «Etude en analyse multivariée hépatite B versus patients vaccinés contre l’hépatite B» que la protéine HBS, utilisée pour la vaccination, circule dans le sang pendant deux semaines et que, pendant cette période, le test utilisé pour le diagnostic d’hépatite B, l’antigénémie Australia, est faussement positif.

Il en résulte, comme cela a été évoqué dans certains papiers précédents, que
les cellules souche, en particulier sanguines, sont, au premier plan, pénétrables par la protéine vaccinale, HBS.

De ces constatations, il résulte que, si les ovocytes ne peuvent pas être touchés directement par la protéine vaccinale, il n’en va pas de même de leurs cellules précurseurs. Les mécanismes cellulaires, une fois la pénétration de HBS effectuée, sont ceux déjà décrits par ailleurs, à savoir division cellulaire trop importante, non contrôlée, tumorogénèse, réactivation de virus présents dans ces cellules (essentiellement du groupe Herpèsvirus, des groupes papillomavirus et polyomavirus, du groupe rétrovirus), apoptose, c’est-à-dire suicide cellulaire.

Pour ce qui est du suicide cellulaire, il va être lié à des stérilités et ménopauses précoces, que nous avions relevées dans la thèse. Pour ce qui est de la tumorogénèse et des éventuelles réactivations virales, elles vont pouvoir entraîner, certes des pathologies ovariennes variées, que nous avions aussi relevées, mais, surtout, elles vont pouvoir interférer avec la division de l’ovocyte et donc avec un éventuel futur embryon.

Dans ce cas,
ce qui va poser problème pour l’avenir, c’est essentiellement les réactivations virales et les perturbations mineures, les anomalies majeures conduisant à une mort de cet embryon, ce que nous avions aussi noté.

Les perturbations mineures compatibles avec une évolution fœtale subnormale vont donc avoir un retentissement sur la descendance de la femme qui a reçu le vaccin hépatite B Nous avions relevé un cas dans cette thèse, avec retentissement neurologique et retard intellectuel.  

 
En conclusion, il existe une voie de passage trans-générationnelle, entre la mère et l’enfant, de la vaccination hépatite B et des conséquences qui n’ont pas été mesurées.

De nouvelles pathologies, en particulier neuro-psychiatriques, sont apparues, depuis quelques années chez les enfants. Certes, il y a des raisons environnementales directes, mais n’y a-t-il pas aussi un «effet distilbène» avec modification comportementale des cellules souche qui vont donner les ovocytes et, à partir de là, des enfants? N’a-t-on pas joué à l’apprenti sorcier et fragilisé les futurs enfants en vaccinant de futures mères? De la même manière que le virus de l’hépatite B fragilise les nourrissons de certains pays en zone d’endémie?

De ces mécanismes exposés, il résulte que le passage du virus de l’hépatite B de la mère à l’enfant, connu depuis longtemps, s'effectue aussi, en partie, par cette voie. (*)

Cela signifie qu’
il n’est pas possible d’éradiquer l’hépatite B avec ce type de vaccination ou il faudrait stériliser définitivement toutes les femmes porteuses d’une antigénémie HBS!"

 


(*) De là il ressort - histoire de fous! - qu'au lieu de protéger de l'hépatite B, le vaccin contre l'hépatite B peut, tout au contraire, "donner" (quel "don"!), par le biais d'un ovocyte contaminé au HBS, l'hépatite B au futur enfant d'une femme enceinte vaccinée contre l'hépatite B!!!

 

Partager cet article

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article

commentaires