Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 23:29

Vidéo de 6 mn, retirée de YouTube, et que nous avons encore été obligé de la placer ici: http://vivresansogm.org/topic/index.html

Une fois sur la page, cliquez sur le lien rouge, puis sur "Enregistrer". Ne tardez pas, vu le sort qui a été fait au site principal d'Artémisia Collège...

Profitez-en pour télécharger la vidéo "Réveillez-vous", vous ne la trouverez plus ailleurs!

Extrait de la vidéo "Confrontation entre Marc Girard et Rosy-la-menteuse":
Dr Marc Girard: "Écouler des stocks de vaccins acquis au terme d'un processus absolument atterrant, où il est difficile de faire la part entre l'incompétence et la corruption, et je pèse mes mots".
Finalement, la vidéo est aussi ici (pour le moment):

http://www.dailymotion.com/video/xb50hs_marc-girard-vs-roselyne-bachelot-ra_news
 
 
Bonjour!
 
Pour en revenir à la destruction de notre site, nous avons toujours eu l'intuition que cela était surtout le fait de parler du cas des aiguilles (pour la vaccination de masse).
Nous étions les seuls à en parler à l'époque, et même peut-être encore à présent (?).
Pourtant, nous sommes à désormais certains que c'est l'une des clés, "preuves" à l'appui.
Mais avant de développer, il nous faut rappeler qu'un scientifique, comme un journaliste, doit faire des investigations.

Toute info ou découverte doit être utilisée, vérifiée, puis, selon, validée ou réfutée.

Nous, nous ne faisons que transmettre les éléments dont nous disposons.

Nous, nous n'avons rien à vendre, même pas les infos que nous ne faisons que collecter, analyser, recouper (si possible), et diffuser.

C'est à ceux dont c'est le travail, et qui en ont les moyens, de les traiter, et non de les brocarder sans autre procès.

En 10 ans de recherche pharmaceutique dans l'un des plus grands laboratoire du monde, nous avons eu de nombreuses occasions de comprendre bien des choses.

Nous aussi nous étions "comme tout le monde": pour les vaccins.

Mais ce que nous avons vu et compris nous a fait nous poser des questions, car nous étions honnêtes avec nous-mêmes.

A partir de 1974, nous avons étudié cette question des vaccins (et il nous en a fallu du temps pour comprendre ... non ... pas pour comprendre, pour admettre!), et depuis, avec d'autres aspects, nous sommes parfaitement à même à présent, de dire et de comprendre ce que d'autres ne soupçonnent même pas (s'ils sont honnêtes mais pas curieux), ou qu'ils cachent (s'ils sont complices). Une partie du corps médical ne fait que répéter, sans le vérifier, ce que disent les laboratoires, ou ce que leurs professeurs ont reçu des laboratoires.

Il suffirait qu'ils mettent simplement en doute cet enseignement, et tout deviendrait évident.

Les fables racontées sur les vaccins ne sont que des mythes, des dogmes totalement faux. Les vaccins n'ont jamais supprimés les maladies qu'ils devaient éradiquer!

Et jamais la vaccination contre la grippe (saisonnière) n'a eu d'efficacité avérée, pas plus qu'une vaccination de masse n'a fait reculer une épidémie!
Nous n'avons qu'un but: la recherche de la vérité, faut-il subir les railleries des autres pour cela.

Nous continuons pour ceux qui ont compris, et qui ont besoin que l'info circule, mais aussi, parfois, pour les "indécrottables", et ce, en vertu de l'époque, où, heureusement des gens ne nous ont pas repoussé malgré notre "connerie", celle que d'autres nous avaient inculquée pour nous formater.

Nous savons qu'il faut du temps, mais aussi du courage et de l'honnêteté intellectuelle pour appréhender l'incroyable vérité: TOUS CES MENSONGES INSTITUTIONALISES!
 
Mais revenons à nos aiguilles!

Et le pluriel est bien de mise...

Voici cette information (communiqué), qui peut sembler anodine, mais qui est révélatrice:
Grippe H1N1: Des seringues "dangereuses" dans un centre de l'Oise

 

Des seringues non conformes présentant un risque "de sérieux problèmes d'hygiène" ont retardé le démarrage de la campagne de vaccination dans un centre de l'Oise, révèle samedi le Courrier Picard.


Le centre installé dans la salle des fêtes de Saint-Just-en-Chaussée, entre Compiègne et Beauvais, s'apprêtait à recevoir ses premiers patients jeudi soir, lorsque les infirmières ont constaté que le matériel mis à leur disposition était inutilisable.


Les seringues étaient munies d'aiguilles fixes alors qu'"il faut impérativement deux aiguilles: une pour aspirer le vaccin dans la seringue, et une autre pour faire l'injection", a expliqué Martine Cacheux, infirmière libérale à la retraite, citée dans le journal.


La première aiguille sert en effet à percer l'opercule du flacon, lequel est susceptible de porter des microbes.

"Ne pas changer d'aiguille (...) inclut inévitablement de sérieux problèmes d'hygiène", a confié Emile Cacheux, un médecin venu assister aux vaccinations.


Des seringues conformes ont été livrées vendredi, selon le Courrier Picard, qui affirme que d'autres centres de l'Oise auraient reçu le même type de seringues.


Dans un communiqué, la préfecture de l'Oise souligne que le protocole de vaccination a été validé par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS).

 

Nous savions que les aiguilles posaient un problème.

Elles font partie de la traçabilité, avec un code barre propre à chaque aiguille.

Elles sont gérées par un établissement créé pour l'occasion, dont le Ministère de l'Intérieur en est le superviseur.

 

Il ne faut surtout pas employer une autre aiguille!

La piqûre se fait à angle droit, et il faut retirer l'aiguille sans hésitation, après l'injection.

 

 

Or, tout cela n'a pas de sens, pas plus que de changer d'aiguille pour des raisons d'hygiène.

Si la capsule du flacon multidoses est souillée, il faut la désinfecter, car le fait que l'aiguille prélève la dose de vaccin, va souiller la préparation sans cela, et ce n'est pas le fait de changer d'aiguille qui y fera!!!

Nous savions que si "quelque chose" de personnalisé il y avait, cela ne pouvait pas être dans le flacon multidoses, mais dans l'aiguille.

Or, nous ne comprenions pas comment on pouvait prélever la dose, sans faire monter la "chose" dans la seringue...


A présent, tout est clair!


Alors! Cette "chose", est-elle une micropuce RFID, ou des nanoparticules (pas forcément personnalisées, mais simplement cachées, car inavouables...)?


A nous, à vous de le découvrir...

 

RAPPELS A CE SUJET :


- Toutes les grandes entreprises pharmaceutiques disposent de contrats pour les puces RFID avec Verichip.

 

http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.theflucase.com%2Findex.php%3Foption%3Dcom_content%26view%3Darticle%26id%3D1698%253Aneed-for-special-needles-delays-vaccination-campaign-in-norway%26catid%3D1%253Alatest-news%26Itemid%3D64%26lang%3Den&sl=en&tl=fr&hl=fr&ie=UTF-8 (traduction)


Ceci va dans le sens de nos informations, et expliquerait encore le pourquoi du sabotage de notre site:


"Un autre aspect est la volonté de contrôler la population par un "puçage" généralisé.

 

Or, «ILS» ne peuvent pas intervenir via le vaccin, car étant présenté en fioles multi-doses, c'est impossible.


Si nous ne pouvons pas dire que cette opération de "puçage" sera menée à l'occasion de la vaccination, notre devoir est de tout imaginer.


Ainsi, l'utilisation des seringues et des aiguilles, qui seront à usage unique, et préparées par l’EPRUS, organisme créé en 2007 pour la «pandémie», est-il à suspecter.


Mais peut-on techniquement utiliser la technique RFID à ce niveau?


Il faut donc aussi chercher de ce côté-là, et exiger une transparence totale

sur ce matériel!


Pour info, voici un extrait de la circulaire officielle «vaccination»:


http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Circulaire_vaccination_090824.pdf


«L'adaptation du matériel d'injection à la personne à vacciner. Les trois vaccins achetés s'injectent par voie intra-musculaire, ce qui nécessite des aiguilles de 25 mm de long pour les personnes de plus de 60 kg, alors que des aiguilles de 16 mm suffisent pour les personnes de poids inférieur (dont les enfants).»


L'EPRUS* est en train de compléter son stock de seringues et aiguilles dans la perspective de la campagne envisagée à I'automne. La logistique sera nécessairement plus complexe avec quatre types de vaccin et deux types de matériels d'injection qu'avec un produit nique injecté dans des conditions uniques ; ».

 

* http://www.eprus.fr/ établissement public administratif créé par la loi du 5 mars 2007 (donc fait partie du PLAN!)."

 

- Des nanoparticules au bout de la seringue


"Hier, le 27 août 2009, j’ai tenu ma conférence d’introduction à Baden, près de Vienne, au GNM (Germanic New Medicine ®). Dans le public, on trouvait mon épouse et environ 40 auditeurs. Durant le débat final, nous en étions venus à discuter du problème de la grippe porcine, lorsqu’une dame s’est levée et a dit ce qui suit:

"Une de ses amies travaille dans une compagnie pharmaceutique viennoise. LA, ELLES ONT ETE INFORMEES QU’EN FAIT, A L’EXTREMITE DES SERINGUES (DU VACCIN) DE LA GRIPPE PORCINE, IL Y A DES NANOPARTICULES, QUI NE SONT PAS VISIBLES A L’ŒIL NU; MAIS ON PEUT DEJA LES VOIR AVEC UN AGRANDISSEMENT DE 12 FOIS."
 

Voici l’opinion de J-P Petit: 


«Je suis convaincu maintenant que l'implantation de puces microscopiques, invisibles, par le biais d'une injection est la clé de cette opération de vaccination à une échelle planétaire. Le problème de l'alimentation en énergie de ces micro-gadgets n'en est pas un. Modulo la nano-technologie, ces systèmes peuvent utiliser l'énergie du corps, ou une foule d'autres énergies. Je me souviens d'une pendule qui, il y a trente ans, fonctionnait parfaitement en exploitant les variations de ... la pression atmosphérique. Vous rappelez vous ces montres automatiques, qui se remontaient avec un balancier, au gré du mouvement du bras? 


J'avais été averti de l'existence d'un tel projet d'injection de micro-puces à travers une vaste opération de vaccination, il y a sept ans. Pour réaliser une telle opération à une échelle planétaire il fallait envisager une opération de vaccination "pandémique", contre un virus capable de s'étendre à la planète toute entière. Le grippe faisait l'affaire. C'était même le seul candidat, semble-t-il. La grippe saisonnière est une affection intrinsèquement pandémique. Il n'y a qu'un seul problème: c'est une affection qui reste bénigne.

Il fallait donc lui attacher une connotation dramatique, quitte à utiliser des virus bricolés en laboratoire, à fort taux de létalité, mais quand même pas trop contaminants, pour ne pas que cette arme bactériologique retombe sur la tête de ceux qui la mettent en œuvre.

Que le virus de la grippe aviaire H5N1 soit naturel, ou fabriqué, il a permis de créer ce climat d'inquiétude, alors qu'en quatre ans les nombre total des morts n'a pas excédé quelques centaines. Il y avait de par le monde bien d'autres affections mortelles, épidémies de toutes sortes, dont on aurait pu parler.»

Lire la suite (qui vaut le détour) ici:


http://www.jp-petit.org/Presse/curseur/feuilleton_grippe.htm 

 
 

1) Chemtrails: de plus en plus évident!



Le 26 juin 2009, des avions suspects contraints d'atterrir.


L'indicatif d'appel d'un appareil états-unien AN-124 passant du mode civil en mode militaire en entrant dans l'espace aérien du Pakistan, cela a déclenché une réponse des Forces aériennes indiennes qui ont contraint l'avion à atterrir à Mumbai, tandis que des avions de chasse nigériens forçaient un second appareil à atterrir et en arrêtaient l'équipage.


Selon des rapports, l'armée de l'air chinoise a contacté les services secrets indiens et nigériens sur la présence de ces avions états-uniens d'origine ukrainienne (Antonov AN-124), suite à leurs inquiétudes croissantes concernant les États-Unis qui répandent des "agents biologiques" dans l'atmosphère terrestre, ce que certains fonctionnaires chinois considèrent être une tentative de génocide de masse via l'épandage de la grippe aviaire H1N1.


Ce qui est étrange dans les rapports de ces arrestations, tout comme dans le fait que ces avions aient été contraints d'atterrir, c'est que ces appareils transportaient des systèmes d'évacuation qui peuvent pulvériser jusqu'à 45 tonnes de brouillard aérien à partir d'un réseau sophistiqué de fins tuyaux courant sur les bords des ailes d'où se vaporise ce qui se trouve dans ces réservoirs

Les avions étaient immatriculés UR-CAK. Les gens appellent généralement cela des chemtrails.


 

2) Déjà des cas de syndrome Guillain-Barré, cette maladie rare du système nerveux périphérique, après une vaccination contre la grippe H1N1


C'est une maladie potentiellement grave: 10 % des patients gardent des séquelles motrices et 5 % décèdent. La grande majorité récupère complètement toutes leurs fonctions. Il s'agit d'une maladie relativement rare, avec, chaque année, en France, entre 1.700 et 2.000 cas.


La grippe est considérée comme principal facteur de ce syndrome, or, c’est oublier un peu vite que l'un des vaccins de la grippe dite "saisonnière" contient du squalène, et que donc ces cas peuvent être attribués à ce vaccin:


ADDIGRIP (Aventis Pasteur MSD), lequel contient notamment du formaldéhyde (formol nécrosant, cancérigène, du thiomersal (conservateur mercuriel, facteur principal de l'autisme), et l'adjuvant MF59C.1: le squalène!!!

 

La quantité moyenne de squalène injectée chez le soldat états-unien à l'étranger et au pays par la vaccination contre l'anthrax pendant et après la guerre du Golfe était de 34,2 microgrammes par milliard de microgrammes d'eau [34,2 microgrammes par litre, ndt].


Selon une étude, ce fut l'autre cause du Syndrome de guerre du golfe chez 25% des 697.000 soldats états-uniens au pays et à l'étranger. Vous pouvez trouver le tableau d’analyse des lots de la guerre du golfe de la FDA sur le site Internet The Military Vaccine Resource Directory.


      a.. AVA 020 - 11 ppb squalene (parties par milliard)

      b.. AVA 030 - 10 ppb squalene

      c.. AVA 038 - 27 ppb squalene

      d.. AVA 043 - 40 ppb squalene

      e.. AVA 047 - 83 ppb squalene


Ces valeurs furent confirmées par le professeur R.F. Garry devant la Chambre des représentants. Garry est l'homme qui découvrit le lien entre le Syndrome de la guerre du golfe et le squalène.

 

Selon ses conclusions, le Syndrome de la guerre du golfe fut provoqué par le squalène, dont l’usage par le Pentagone fut interdit en 2004 par un juge de la Cour fédérale.

 

Comme nous le voyons en page 6 de ce document de l'EMEA, le vaccin Pandremix contient 10,68 mg de squalène par 0,5 ml.

 

Cela correspond à 21.360.000 microgrammes par milliard de microgrammes d'eau [21,36 grammes par litre, ndt], soit un million de fois plus de squalène par dose qu’en 1990-1991 (4) [qu’indiqué dans le tableau ci-dessus, ndt].


Il y a toute les raisons de penser que cela rendra les gens malades et stériles, à un degré bien supérieur à celui de 1990-91.

 

3) Les laboratoires pharmaceutiques "chassent" les vaccins juteux

4 octobre 2009

La notice explicative du vaccin produit par Novartis contre la grippe porcine H1N1 publiée sur Internet admet qu’il provoque entre autres:
Syndrome de Guillain-Barré, vascularité, paralysie, choc anaphylactique et mort.
Le vaccin de Novartis contre la grippe porcine provoque, selon sa notice, des effets secondaires graves. La notice explicative insérée dans la boîte du vaccin contre la grippe porcine - grippe A H1N1 -, fabriqué par Novartis en 2009, est apparu sur Internet suite à une «fuite».

Selon cette notice, le vaccin fabriqué à partir d’un ancien vaccin connu sous le nom de Fluvirin est connu pour provoquer toute une série d’effets secondaires graves à mortels.
Cette notice explicative prouve, s’il en était encore besoin, que ces vaccinations de masse planifiées à l’échelle mondiale visent d’abord et avant tout à organiser une expérimentation mondiale sur des humains de vaccins dont la fiabilité des tests menés trop rapidement est contestée depuis le début de cette soit disant «pandémie».

La notice indique comme date d’actualisation septembre 2009, donc elle fournit les informations les plus récentes sur ce vaccin.
On peut trouver cette notice explicative détaillée à l’url suivant:
Source: http://lesogres.org/article.php3?id_article=3999
Ci-dessous certains de ces effets secondaires portés sur la notice du vaccin qui peuvent avoir des conséquences dramatiques voire létales (mortelles) pour les personnes vaccinées.
Effets secondaires d’une injection locale (incluant douleur, douleur limitant le mouvement du membre, rougeur, gonflement, sensation de chaleur, échymose, induration):
Bouffées de chaleur, rougeurs
Frissonnements
Malaise
Tremblements
Fatigue
Asthénie
Œdème facial
Désordres du système immunitaire
Réactions hypersensibles (dont œdème de la gorge et ou de la bouche)
Dans de rares cas des réactions hypersensibles ont conduit à un choc anaphylactique et à la mort
Désordres cardiovasculaires
Vascularité (inflammation des vaisseaux sanguins)
Syncope juste après la vaccination 
Désordres digestifs
Diarrhées 
Nausée
Vomissement
Douleur abdominale
Désordres sanguins et lymphatiques
Lymphadénopathie locale
Thrombocytopenie transitoire
Désordres métaboliques et nutritionnels
Perte d’appétit 
Arthralgie 
Myalgie
Myasthénie
Désordres du système nerveux
Mal de tête
Vertige
Névralgie
Paresthésie
Convulsions fébriles
Syndrome de Guillaume Barré
*
Myélite (dont encéphalomyélite et myélite transverse)
Neuropathie (dont névrite)
Paralysie (dont Bell’s Palsy)
Désordres respiratoires
Dyspnée
Douleur dans la poitrine
Toux
Pharyngite
Rhinite
Syndrome de Steven Johnson
Prurit
Urticaire
Démangeaison (dont non spécifique avec macule et papule, et vésiculobulbe).
Il faut garder présent à l’esprit que toute cette liste portée sur la notice explicative du vaccin de Novartis contre la grippe porcine /A H1N1 ne constitue que la partie immergée de l’iceberg de ce que peut induire une telle vaccination, après des tests réalisés à petite échelle dans un laps de temps relativement court. Quid des constatations sur 10 ou 20 ans?

*
Il s'agit d'une maladie relativement rare, avec chaque année en France entre 1 700 et 1 800 cas.
 
4) Nombreuses fausses couches aux Etats-Unis suite au vaccin H1N1
 
 
5) Toujours aussi "spéciale" :

Roseline bachelot n'a pas pu se faire vacciner contre la grippe H1N1 (?), car, le même jour, elle a dit en direct à la radio qu'elle venait de se faire vacciner contre la grippe saisonnière; ainsi elle devait attendre minimum 3 semaines pour pouvoir se faire injecter...
 
6) Possiblement

Pas facile d'analyser la situation.

Plusieurs scénarios sont possibles, du plus fou/sinistre, au plus imprévisible.
On pourrait s'attendre à une seconde vague (entre janvier et mars 2010?), beaucoup plus agressive, pour que les gens se ruent sur le vaccin (n'importe lequel), et acceptent n'importe quoi (puce RFID type "vétérinaire" ?)...

Et là, tous nos arguments tomberaient à l'eau, alors qu'ils seraient manifestement plus que jamais valables.
Les laboratoires militaires de bioterrorismes, sont aguerris sur les produits et dispositifs à diffuser, avec, possiblement activation "électromagnétique" (voir les informations dans e-Floraison).
Dans tous les cas: ni Tamiflu ni vaccins, qui sont 100 % inutiles, 100 % toxiques et qui font s'effondrer les défenses immunitaires.
Et attention aux antibiotiques dans certains cas (voir ci-dessous et pièces jointes).

D'ailleurs, la seule parade efficace sera bien le retour aux fondamentaux: vie saine et tout miser sur les défenses naturelles.

Nous verrons ce point une autre fois.

Pour le reste, voici des éléments, mais ne pas oublier que nous aurons en dernier lieu, ce que NOUS, nous voudrons VRAIMENT!
A+, AC
 
Ce que nous redoutons, c’est que le monde ait une nouvelle occasion d’échanger une maladie ancienne (une grippe virale) contre un mal nouveau: une «maladie semblable à la grippe» provoquée par une espèce de mycoplasme.
"(...) Il suffirait de prendre la toxine pathogène sous forme cristalline et de la transmettre à la cible via un insecte, un aérosol ou la chaîne alimentaire. Ainsi, on pourrait disséminer une maladie bactérienne sans laisser la moindre trace de bactérie!"

"Attention, il pourrait bien y avoir une pandémie mondiale et il se pourrait qu’elle tue des milliers de personnes par jour sur un certain laps de temps. Mais les chances qu’elle soit due à une espèce mutante isolée (H5N1) d’un virus de grippe aviaire sont infimes, voire nulles, alors qu’il y a de très fortes chances qu’il s’agisse d’une infection mycoplasmique. Si une telle pandémie survient, la cause en sera bien plus profonde qu’un simple virus aviaire mutant. Elle résidera très certainement dans les mystères du mycoplasme, ses caractéristiques et sa prévalence grandissante. Nous pensons qu’une telle pandémie, si elle doit se produire, ne sera pas le fruit du hasard, comme on veut nous le faire croire à propos de la pandémie de sida et du syndrome de fatigue chronique (SFC).
Une pandémie de grippe sera un événement tout aussi programmé que le lâcher du sida et du SFC sur le monde: elle fera partie d’un programme de longue haleine visant à réduire la population mondiale."

"En termes clairs, nous avons pris conscience qu’il se tramait quelque chose à l’échelle planétaire et que le prétexte de la grippe aviaire H5N1 contribuait non seulement à faire avancer le projet mais permettrait aussi, après coup, aux prophètes de malheur de dire: «Eh bien, nous aurons au moins essayé de vous prévenir»."
«La forme la plus grave de l’infection [Mycoplasma] fermentans est celle d’une maladie systémique fulminante qui commence comme une grippe. Les patients voient leur état de santé se détériorer rapidement, développant de graves complications parmi lesquelles le syndrome de détresse respiratoire aiguë, la coagulation intravasculaire disséminée, et/ou l’insuffisance multiorganique.».
 

Ukraine: le virus est un mélange de virus H1N1 et de virus para-grippal et provoque de l’insuffisance cardio-respiratoire. Tout indique une arme biologique.


Le 14 novembre 2009, par Infowars Irlande

Rédacteur d’Infowars Irlande


Le professeur Victor Bachinsky, PhD., est un médecin légiste de la région de Tchernivtsi, en Ukraine. Il fournit des preuves qui indiquent qu’un virus para-grippal, mélangé avec le virus H1N1, et non une peste pneumonique, est ce qui a causé tant de maladie en Ukraine. Pourtant, il y a plusieurs souches de grippe qui se sont combinées, ce qui est une forte indication que nous avons affaire à une arme biologique développée en laboratoire.

[Traduit du russe]


Sur la base des autopsies, nous sommes parvenus à cette conclusion: ce n’est pas une pneumonie, mais une insuffisance cardio-respiratoire et un choc cardiogénique… Le virus pénètre directement dans les poumons, il provoque des saignements… Les antibiotiques ne devraient pas être utilisés…


Pourquoi avons-nous un taux de mortalité si élevé dans le pays? Parce que les gens se rendent dans les pharmacies pour obtenir des médicaments au lieu d'aller chez leur médecin pour être traités... Non, ce n’est pas la peste pulmonaire. Tout cela, c’est un non-sens... Les anti-biotiques n’aident pas… Ceux qui possèdent un système immunitaire fort survivront. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli succomberont à la maladie… Les masques faciaux fournissent 30% de protection supplémentaire. Le port le lunettes apporte une protection supplémentaire de 10%, soit 40%, parce que le virus pénètre dans les membranes des muqueuses.


Le directeur du bureau légiste de la région de Tchernivtsi, le professeur Victor Bachinsky, PhD, fait une déclaration forte: toutes les victimes du virus A Bukovina (22 personnes âgées de 20 à 40 ans) ne sont pas mortes d’une pneumonie bilatérale (double), comme on le pensait auparavant, mais à cause d’un syndrome de détresse virale, c’est-à-dire la destruction totale des poumons.


Nous avons rencontré le professeur Bachinsky, pour savoir comment il est parvenu à cette conclusion, et comment les gens peuvent se protéger contre cette maladie.


- Professeur, vous avez dit précédemment que le virus, dont de nombreuses personnes sont mortes, est un mélange de types para-grippal et de grippe A/H1N1.. Comment guérissez-vous cette maladie?


- La question de savoir comment traiter ce virus n'est pas sous ma responsabilité. Je suis un pathologiste. Je viens de découvrir ce que c’est, et j’ai effectué un diagnostic exact. Il est important de fournir un traitement correct sur base du diagnostic.


Il existe des protocoles et des normes strictes de traitement, en médecine. Si un médecin soigne un patient qui décède, les parents (du patient décédé) peuvent déposer une plainte parce qu’ils n'ont pas été traités correctement (mauvais diagnostic). Le ministère de la Santé a établi des protocoles et des normes de traitement pour chaque diagnostic. Si la maladie est diagnostiquée correctement, le traitement devrait être correct...


Dans la région de Tchernivtsi, 18 personnes sont décédées. Nous avons étudié tout l'historique et les preuves de cette maladie, préclinique, clinique, et en réanimation. Lorsque nous effectuons une autopsie, les organes et tissus sont soumis à des études histologiques (analyse des cellules) et nous avons conclu que ce n’était pas une pneumonie, et que cela n’a aucun rapport que ce soit avec une pneumonie.


Ces résultats sont le fondement pour s’assurer que les médecins qui traitent cette maladie dans tout le pays, changeront leurs tactiques et les normes de soins.


Ce nouveau virus peut-il être guéri?

 

Cela dépend du système immunitaire. Si le système immunitaire d’une personne est fort, elle surmontera (la maladie). Il y a des gens qui sont porteurs de cette souche du virus H1N1, qui restent sur leurs pieds et ne réalisent même pas qu'ils sont malades


De façon décisive, les antibiotiques ne devraient pas être pris. Les antibiotiques sont la raison pour laquelle nous avons un taux de mortalité et un taux d’infection si élevés dans ce pays, parce que les gens vont à la pharmacie, décrivent leurs symptômes au pharmacien et demandent des médicaments. Ils achètent des antibiotiques, et ils les prennent, cela diminue leur système immunitaire et par conséquent ils tombent malades.

Si les prescriptions étaient obligatoires pour acheter ces médicaments, comme dans les autres pays, ceci ne se serait pas produit. C'est la capacité à acheter des antibiotiques en pharmacie sans ordonnance qui a fait tant de mal à l'État.


- Au cours des autopsies, à quoi ressemblaient les poumons? Etaient-ils vraiment noirs, ce qui a donné lieu à tant de discussions concernant la peste pulmonaire?

 

- Non, ils ne sont pas noirs… ce n’est pas la peste pulmonaire. Toute cela, c’est un non-sens. La peste pulmonaire possède une morphologie très différente. Nous avons, par exemple, 60 mille personnes qui sont tombées malades, et 23 sont décédées. Avec la

peste pulmonaire, nous aurions aujourd'hui un taux de mortalité de 59 mille personnes. Il s’agit d’une attaque virale qui détruit les poumons.


- Il s'avère que non seulement à Bukovina, mais aussi qu’à travers toute l’Ukraine, les gens ne sont pas morts d'une pneumonie, mais de cette souche toxique?

 

- Oui, ce n’est pas une pneumonie! C’est une destruction des poumons. Cette souche est très toxique, et si le système immunitaire est faible, il y a des saignements dans les poumons. Dans les poumons, il existe une structure minuscule – l’acinus, qui ressemble à une grappe de raisins. Lorsque vous respirez, l'oxygène pénètre dans cette minuscule «grappe de raisins» (les alvéoles pulmonaires) (1). Sur la surface de l'acinus se trouvent les capillaires, où les globules rouges se saturent en oxygène et donnent du sang, qui alimentent tous les tissus et organes du corps.


Et une fois que le virus pénètre dans les poumons – une hémorragie commence immédiatement dans l’acinus. Une hémorragie qui est continue …  Cela prend plusieurs heures. Dans le sang se forme de la fibrine, et à partir de celle-ci, une membrane giolinovaya, qui ressemble à un sac plastique. Elle enveloppe l’acinus, et la personne respire de l’oxygène, mais celui-ci n’est pas transféré vers les tissus, et les gens suffoquent, tout simplement. Il se produit une insuffisance cardio-pulmonaire et un choc cardiogénique. Et il n'y a pas de pneumonie. La pneumonie est une inflammation, laquelle est traitée avec des antibiotiques. Les antibiotiques ne peuvent pas aider à quelque phase de la maladie que ce soit. Il devrait y avoir un traitement tout à fait différent.


Partager cet article

L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Combats pour la Santé
commenter cet article

commentaires