Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 14:42

Article relayé

 

Bien que ce que raconte le Docteur Bruno Darmon soit tout à fait tragique, cela ne manque pour autant pas, par endroits, d'un certain comique, de telle sorte que cela rappelle ce dystique du poète romantique Alfred de Musset parlant du "Misanthrope" de Molière: "Quelle mâle gaîté, si triste et si profonde, Que lorsqu'on vient d'en rire l'on devrait en pleurer!"

 

Ostéoporose: Diphosphonates, les médicaments qui empêchent ensuite de guérir toutes les maladies en enlevant des dents dévitalisées.


Quasiment tous les traitements de notre médecine moderne sont aussi des poisons avec des effets secondaires même si, paradoxalement, ils suppriment [NDLR: Ou, du moins, en font disparaître certains symtômes] des maladies.

 

Certes; parfois les maladies peuvent tuer, et; par conséquent; alors, faute de mieux; quand on ne sait rien faire d’autre, il est "préférable" d’empoisonner un peu l’organisme que de mourir. 

 

Les effets secondaires de nos médicaments-poisons sont toutefois largement sous-estimés et ils pourraient bien être , avec la dent dévitalisée, l'une des premières causes de l’apparition des maladies graves. Il faudrait donc toujours rechercher des solutions naturelles sans effets secondaires. Parmi ces poisons qu’on appelle médicaments, il en existe une catégorie particulièrement perverse comme vous allez le constater. Ces sont les médicaments de la classe des diphosphonates ou bisphosphonates.

 

Ce sont des médicaments utilisés aujourd’hui pour traiter l’ostéoporose, un mal qui n’est pas sans rapport avec le mal du siècle qui est le mal de dos. Car la douleur chronique du dos, souvent associée à une inflammation chronique, est toujours associée à une lente déminéralisation du squelette. Le mal de dos est lui même souvent associé à une maladie grave en préparation, car c’est dans le dos que se projettent les points d’acupuncture de commande des différents organes. Le mal de dos est donc loin d’être anodin.


L’os est un organe qui présente des manifestations de minéralisation et déminéralisation. Certaines cellules appelées ostéoblastes minéralisent l’os tandis que d’autres appelées ostéoclastes le déminéralisent. Des chimistes se sont aperçus que certaines molécules permettaient de supprimer quasiment la fonction ostéoclasique, donc d’éviter à l’os de se déminéraliser. On tue en fait plus ou moins les ostéoclastes. Ces molécules luttent ainsi contre l’ostéoporose dans la logique de toute la médecine moderne qui est d’inhiber une fonction, donc d’empoisonner l’organisme.

 

Il y a une dizaine d’années, ces molécules étaient présentées aux dentistes comme des médicaments miracles pour l’implantologie dentaire dans les cas où l’os est trop mou pour pouvoir y poser des implants. Mais depuis on en est revenu, car l'on s’est aperçu que ces médicaments, s’ils permettaient effectivement d’augmenter la densité osseuse, empêchaient aussi quasiment de poser des implants, car l’os se comportait alors comme un os mort. Il pouvait alors s’infecter gravement à la pose d’un implant.

 

Mais ce qui est aussi très problématique c’est qu’une simple extraction dentaire peut aussi entrainer la mort du patient qui aurait pris de tels médicaments. En effet, une infection osseuse terrible peut survenir à cause de l’os qui se nécrosera et cela se transformera en septicémie mortelle. On observait jadis cela après les traitements de cancers des mâchoires par irradiation qui provoquaient une ostéoradionécrose. Et bien, maintenant, depuis presque une dizaine d’années, nos bons pharmacologistes ont trouvé un médicament avec lequel on arrive à peu près au même résultat. On parle d’ailleurs de chimio ostéonécrose.


Le grand paradoxe diabolique, dans ce cas, c’est que la plupart des problèmes rhumatologiques et donc des problèmes de mal de dos et de déminéralisation proviennent des dents dévitalisées, comme la plupart des maladies graves en fait. Donc, pour les résoudre vraiment, il faudrait enlever des dents et mettre des dentiers. C’est ce que notamment un rhumatologue a observé pendant une quarantaine d’années, sur des milliers de patients, le Dr JG Thomas, aujourd’hui à la retraite, à Grasse.

 

Mais si le patient a pris l'un de ces médicaments diaboliques de la classe des diphosphonates, si l'on enlève la cause du problème, donc la dent dévitalisée, l'on prend carrément un risque mortel. Et cela même si le médicament a été arrêté depuis des mois ou des années, parfois.

 

Ce sont donc vraiment des médicaments qui empêchent de guérir toutes les maladies, le titre n’est pas une blague. Difficile de faire plus diabolique dans la catégorie des médicaments. Et pendant que les rhumatologues prescrivent de plus en plus ces médicaments-poisons, ne sachant rien faire d’autre, les dentistes dévitalisent de plus en plus de dents, incités à le faire par les remboursements pervers de la sécurité sociale.


Pour traiter l’ostéoporose il existe plusieurs substances naturelles pour se reminéraliser mais qui, bien sûr ne rentrent pas dans la logique pharmacologique moderne de remboursement par la sécurité sociale. C’est la prêle, des médicaments ayurvédiques à base de corail, l’algue lithothame, le jus de citron dans lequel a trempé de la coquille d’œuf, la poudre d’huitre POS ou de la nacre en solution, le silicium organique et la poudre de silice de Plocher, notamment.

 

Il existe aussi un aliment particulier qui ressemble d’ailleurs à de l’os, c’est le céleri-rave. On râpera le céleri rave très fin pour obtenir une bouillie, puis on y versera du jus de citron, que l’on laissera un peu agir, histoire de mobiliser les minéraux. Ensuite, on mélangera cette mixture avec de la crème fraiche par exemple, car sans graisse, on ne peut pas bien reminéraliser. On obtiendra ainsi une crème alimentaire très reminéralisante.


C’est en Lune croissante qu’il faudra de préférence se reminéraliser, donc le consommer, car c’est en Lune croissante que l’on se construit tandis qu’en Lune décroissante l'on se nettoie. C’est assez important d’en tenir compte notamment pour les plantes médicinales, car si on essaie trop de se minéraliser en Lune décroissante par exemple, l’excès de minéraux peut causer certains problèmes, des obstructions, des calculs, notamment.


La déminéralisation, avec le mal de dos, est un mal de plus en plus répandu dans notre civilisation occidentale. Huit Français sur dix ont mal au dos. Les infections osseuses autour des dents dévitalisées ont ne grande part de responsabilité dans cette problématique. La solution diphosphonate me semble vraiment être une fausse bonne idée, très dangereuse. Qui peut garantir qu’on ne devra jamais enlever une dent dans le futur?


Ces médicaments ont divers noms et se prennent debout avec un grand verre d’eau pour ne pas brûler l’œsophage, tellement ils sont acides. Parfois, les médecins disent à leurs patients que ce sont juste des vitamines pour renforcer leurs os. Selon certains témoignages que j’ai eu, même si ces médicaments arrêtent la perte de minéralisation de l’os, il n’est pas du tout sûr qu’ils rendent l’os plus solide, car l’os casserait alors comme du bois mort au moindre choc.


La solidité de l’os ne dépend pas que de son taux de minéralisation mais aussi de sa capacité à se déformer sans casser, ce que - parait-il -, les diphosphonates affecteraient. J’ai entendu des cas de personnes se cassant en plusieurs morceaux après une simple chute, alors qu’elles avaient pris de tels médicaments. S’il y a des médicaments soi-disant préventifs à éviter, je crois que ce sont bien ceux-là, mes chers amis [...].


Je parie que, dans quelques années, ces médicaments vont être l’objet d’un scandale pire que celui du Mediator.


Voici, maintenant, quelques petites anecdotes instructives pour la santé. Elles sont consécutives à des rencontres faites par hasard, mais qui, toutes, peuvent être vérifiées, par un journaliste par exemple, car les personnes citées peuvent toutes être retrouvées.


Dernièrement j’ai une voisine qui avait mal à une dent et on la lui a enlevée. Il n’y a avait pas d’autres solutions, parait-il, selon le dentiste. Elle est morte de septicémie peu de temps après, car elle était sous diphosphonate. Le mari, qui était, par ailleurs, infecte -  parait-il - avec sa femme, en veut au dentiste. Mais c’est au rhumatologue, à la limite, qu’il devrait en vouloir, car le dentiste n’a fait que lui abréger ses souffrances…… Que le monde est injuste parfois……!


En prenant le train, dernièrement, une dame à la limite de la retraite, s’assied à côté de moi. Nous parlons un peu durant le voyage. Elle a toujours travaillé pour l’hôpital public, dans les services hospitaliers des soins palliatifs plus précisément. C’est le service où les patients cancéreux en phase terminale arrivent pour y mourir, le plus souvent. Depuis trente ans elle voit l’évolution de la situation sur le terrain, au delà des chiffres qui nous font croire que grâce à la médecine moderne l'on vit de mieux en mieux. C’est surtout vrai, en fait, pour le corps médical.


Elle, ce qu’elle constate, c’est que de plus en plus de patients viennent mourir dans son service. Même si les patients demandent qu’on les laisse tranquilles, les médecins font tout pour les maintenir en vie parce qu’ils sont payés à l’acte. Eh oui, c’est souvent cela, aujourd’hui, dans la médecine, seul les actes donnent lieu à une rémunération. C’est vrai aussi à l’hôpital public. Il faut donc faire des actes. De plus en plus de patients jeunes arrivent dans son service alors qu’au début de sa carrière on n’y voyait plutôt des personnes âgées, me dit-elle. Elle constate que la souffrance tout comme la quantité de malades ne cessent d’augmenter dans les hôpitaux et cela même si l'on ne cesse de construire des hôpitaux. Tous les services hospitaliers sont de plus en plus débordés, on se sait plus quoi faire des malades et des grabataires. Même les maisons de retraites sont débordées de grabataires, elles ont de plus en plus de mal à trouver du personnel.


Une connaissance, aujourd’hui à la retraite, travailla jadis dans la première entreprise qui fournissait en médicaments les pharmacie du département des Alpes-Maritimes. Il a vu la progression phénoménale de la consommation des médicaments durant ces cinquante dernières années. Quand je lui demande d’évaluer un peu par combien a été multipliée la consommation de médicaments dans le département ces cinquante dernières années, compte tenu que d’autres entreprises équivalentes ont dû se développer pour fournir la demande de plus en plus importante, il évalue que la consommation a du être multipliée par mille en un demi-siècle. Il exagère peut-être un peu, je crois. Je constate aussi que, dans notre société, aujourd’hui, rares sont les personnes qui ne prennent pas de traitement médical après cinquante ans. Les Français sont champions toutes catégories de la prise de médicaments. De plus de plus de jeunes aussi prennent régulièrement des médicaments. Ils ne se rendent pas compte qu’ils se droguent, ils croient se soigner. Ils feraient mieux, quand ils sont malades, de se coucher et de jeûner, s’ils ne savent rien faire d’autre. Ils pourraient aussi boire de l’eau chaude avec du citron ou faire une infusion avec des herbes de Provence. C’est simple mais efficace.


En me promenant vers le port de Nice je découvre une boutique que je ne connaissais pas. C’est une boutique qui vend des huiles essentielles et des hydrolats de plantes, principalement. Le propriétaire travaillait jadis dans un grand laboratoire de produits pharmaceutiques et était chargé des études sur l’efficacité et les effets secondaires des médicaments. On lui demandait systématiquement de truquer les études pour que les chiffres conviennent au laboratoire. Une pratique généralisée dans tous les grands laboratoires, m’a-t-il dit. C’est l'une des raisons pour lesquelles il a démissionné pour se tourner vers la médecine des plantes. Il me parle d’un groupe d’infirmières d’un l’hôpital de Nice qui viennent se fournir régulièrement chez lui. Elles voient bien ce que produit la consommation de médicaments allopathiques sur les patients et elle ne veulent pas y toucher, si ce n’est pour les donner aux patients.


Les deux dernières herboristeries de Cannes ont fermé, ces dernières années, car les herboristes étaient très vielles et comme le diplôme d’herboristerie n’est pas reconnu en France, personne n’a pu reprendre les affaires. De moins en moins de personnes ont le réflexe de prendre des plantes médicinales, qui, elles, n’auront pas d’effets secondaires, c’est-à-dire qui ne provoqueront pas une maladie plus grave que celle sensée être soignée comme le font quasiment tous les médicaments modernes.


Une connaissance venant passer ses vacances sur Nice est propriétaire d’un laboratoire d’analyses médicales dans une petite ville du Centre-Est de la France, le trou du cul de la France comme il dit. Beaucoup de patients ont la C.M.U. et passent leur temps chez les médecins et dans son laboratoire pour faire et refaire inlassablement des analyses. Pour lui, comme tout est gratuit pour eux, ça les occupe, me dit-il. Ce genre de comportement ruine la sécurité sociale et notre pays mais assure son enrichissement personnel. Comme à tous les membres du corps médical que je rencontre, je lui ai demandé si cela l’intéressait de comprendre pourquoi les dents dévitalisées pourraient bien être la principale cause des maladies et mal-être de tous ses patients. Mais lui aussi, comme tous les autres, il s’en fout royalement. Pourquoi chercher quelque chose qui à terme ne pourrait éventuellement conduire qu’à diminuer ses revenus?


La fille de mon beau-père est pharmacienne et son mari tient un laboratoire d’analyses médicales. Le mari gagne tellement d’argent qu’elle a arrêté de travailler pour faire de l’humanitaire. Elle ouvre des pharmacies dans les pays en voie de développement pour y faire acheminer ensuite des médicaments chimiques. Il faut bien que les pauvres aussi soient empoisonnés, sinon ce ne serait pas juste… Il est très fier de sa fille qui, elle même, pense faire beaucoup de bien. Elle fait notamment la promotion de campagne de vaccination. Lui-même était un sportif, très robuste et en très bonne santé, avec un cœur en excellent état. Un jour, il a cassé sa tirelire pour se faire mettre des implants dentaires en titane en prenant - comme le lui avait conseillé son dentiste - des anti-inflammatoires après l’intervention, pour être sûr de ne pas avoir de problème. Depuis, il a des problèmes cardiaques et il doit prendre sans cesse des anti-coagulants avec parfois des hémorragies internes assez problématiques. Mais c’est le hasard, parait-il, car, comme c’est un ancien prof de fac, tout ce qui n’est pas validé par l’université n’a pas de valeur.


Ma grand-mère à eu cent deux ans cet été, c’est la doyenne de sa maison de retraite. C’est elle qui m’a élevé et c’est la seule personne a qui j’ai enlevé toutes ses dents mortes, sans même le lui demander. Comme elles ne lui faisaient pas mal - je la connais -, elle n’aurait pas voulu. Comme c’était des bouts de racines qui trainaient dans la mâchoire, elle ne s’en est même pas aperçu.. Elle râlait un peu lors de l’opération, car elle trouvait que ça faisait long pour enlever juste une petite racine, mais je suis arrivé à le faire quand même. On dit bien menteur comme un arracheur de dents, ce n’est pas pour rien. C’est la personne qui mange le plus mal que je connaisse. Elle mange du pain de mie blanc en sachet avec du pâté en boite puis du fromage et de la confiture au sucre blanc. Jadis, elle se vaccinait même tous les hivers contre la grippe. Mais, quand elle était jeune, elle n’a pas été vaccinée, et n’a jamais eu de dents dévitalisées, c’est vrai. Malgré tout ça, elle n’est quasiment jamais malade. A chaque fois qu’elle a un petit souci de santé, elle appelle le médecin allopathe et avale tous ses médicaments chimiques sans hésiter. Il y a trois ans, elle a fait un tour à l’hôpital pour un petit mal de ventre que son médecin allopathe n’arrivait pas à résoudre. Les médecins lui ont donné des anxiolytiques car ils ont estimé que c’était dû à une peur de mourir. Elle est ressortie de l’hôpital sans mal de ventre mais sur un fauteuil roulant. Selon le kinésithérapeute qui venait la voir ensuite et avec qui j’ai discuté, c’est assez courant m’a-t-il dit. Les personnes âgées rentrent en marchant à l’hôpital pour un petit bobo et en ressortent guéries mais sur un fauteuil roulant. Ah c’est la science…


En prime elle avait aussi perdu toute sa mémoire, elle ne me reconnaissait même plus. Je lui ai alors fait un nouveau dentier en faisant insérer par mon prothésiste des cristaux de cristal de Roche dans toutes les dents. Elle a vite retrouvé toute sa mémoire. Un jour, elle l’a re-perdu et je me suis aperçu que ma mère lui avait remis son ancien dentier, car le nouveau lui faisait mal. J’ai alors retouché le nouveau dentier pour qu’il ne fasse plus mal et il lui a été remis. Elle a retrouvé, à nouveau, la mémoire. Même ma fille l’a nettement constaté. Comme nul n’est prophète en son pays, je ne suis arrivé à convaincre personne de ma famille de la nécessité de faire enlever leurs dents dévitalisées et ils sont tous malades de quelques chose, à part la grand mère qui pourrait bien tous les enterrer et qui s’étonne d’ailleurs qu’ils soient tous un peu malades de quelque chose.


La femme de ménage de ma mère est originaire des Comores. Elle y retourne de temps en temps. En discutant avec elle elle s’étonne toujours de voir autant de personnes âgées grabataires en France, tandis que, dans son pays, elles lui semblent toutes en forme et ne connaissent pas les fauteuils roulants. Il faut dire qu’il n’y a pas de sécurité sociale et de remboursement de médicaments aux Comores, et encore moins de dentistes qui dévitalisent les dents. Une autre aide-soignante portugaise m’a dit à peu près la même chose pour le Portugal. Il paraît qu’en France, on a la meilleure médecine du monde, enfin c’est ce que j’entends souvent dire de nos médecins…


La clinique Paracelsius se trouve dans une petite région de Suisse où les personnes sont les moins malades de toute la Suisse, chiffres à l’appui consultables sur sante-dents.com. Le Dr Rau, le directeur de la clinique Paracelsius, connue pour ses guérisons assez exceptionnelles m’a avoué discrètement que tout ce qu’ils font dans sa clinique serait négligeables face aux pathologies graves si on n’enlevait pas aussi les dents dévitalisées des patients. C’est aussi ce que m’avait dit le Dr J.G. Thomas de Grasse, acupuncteur aujourd’hui à la retraite, lui aussi connu pour ses guérison exceptionnelles dans le sud de la France.


Un ostéopathe des Bouches-du-Rhône, que j’ai rencontré lors d’un stage avec Hulda Clark, a subi une quinzaine d’injections dans ses trois dents dévitalisées enlevées, pour traiter les mémoires toxiques osseuses. C’est une technique pas encore vraiment connue en France, il faut déjà commencer par enlever les dents dévitalisées. Il m’a dit qu’il estime que cela lui a fait autant de bien que d’enlever ses dents dévitalisées.


Sept ans déjà que le Conseil de l’Ordre m’a interdit d’exercer pour avoir informé des patients qu’il serait bien pour leur santé d’enlever leurs dents dévitalisées. Je suis le premier dans ce cas en Europe dans le pays le plus malade d’Europe et celui qui possède aussi le plus de dents dévitalisées d’Europe, comme par hasard. Je n’ai reçu aucun soutien de l’université dentaire de Nice, dont j’ai contacté notamment les quatre derniers doyens, ni de tous les médecins que j’ai contacté, et encore moins de la justice qui aurait bien voulu m’envoyer aussi en prison pour la même raison en me faisant passer pour un fou qui mutile les patients. Mais bon, j’y ai échappé de justesse. Les quelques dentistes de la région qui faisaient de même ont tous été convoqués par le Conseil de l’Ordre des Alpes Maritimes qui leur a fait des menaces de subir le même sort que moi s’ils continuaient à enlever les dents dévitalisées de leurs patients pour «soi-disant» leur redonner la santé. Alors, aujourd’hui, ils refusent d’enlever les dents dévitalisées. Difficile d’accepter de perdre un métier où on gagne cinq à dix mille euros par mois pour guérir quelques patients.


J’ai croisé dernièrement dans les rues de Nice le Président du Conseil de l’ordre qui avait organisé mon interdiction d’exercer et qui soutient toute la persécution de cette idée. Il rigolait de tout cela. Je lui ai demandé s’il croyait en Dieu et au karma, car il risquerait d’avoir quelques conséquences fâcheuses selon moi à ce qu’il a fait et qui empêche des centaines de personnes d’accéder à la santé. Il a répondu que tout cela n’était que des bêtises pour lui, et d’ailleurs il n’y a aucun Dieu pour lui, puisque nous descendons du singe, disent les scientifiques.


Je discutais dernièrement avec un ami ami dentiste qui m’avouait que les derniers remboursements des inlays core (les pivots en langage courant), mieux remboursés encore que les couronnes, étaient une incitation terrible de la sécurité sociale à dévitaliser les dents. La couronne sur dent dévitalisée avec un inlay core est l’acte le plus rentable, et de loin, de toute la dentisterie, hormis les implants. Cela fait que ces dernières années, les dentistes n’ont jamais autant dévitalisé de dents. Mais personne ne fait le lien avec l’augmentation importante de toutes les maladies graves, du mal de dos aux cancers. Personne ne veut y croire, personne ne prend même le temps de vérifier si la plus grande cause de toute cette souffrance ne serait pas tout simplement, comme je le crie depuis des années, ces seuls organes morts que notre civilisation a accepté d’introduire dans les organismes vivants.


J’ai guéri des centaines de patients que personne ne pouvait guérir juste en enlevant leurs dents dévitalisées. Pour être plus crédible, j’en ai même filmé une centaine que j’ai mis sur internet sur www.sante-dents.com. Mais peu de gens s’y intéressent vraiment. Les malades sont en attente de la découverte du médicament miracle, qui n’arrivera jamais. Alors la maladie ruine notre civilisation qui devient une civilisation de malades, qui ne peut logiquement avoir qu’une économie malade. Les enfants naissent avec diverses maladies génétiques et notamment avec les dents tordues, car leurs parents avaient des dents dévitalisées. Le seul secteur économique qui est en pleine expansion en France est l’aide aux personnes dépendantes.. Tant que la sécurité sociale peut payer, ça en occupe certains…


Toutes ces histoires de dents dévitalisées, de chemtrails, de vaccins, de gaz de shiste, de médicaments-poisons, sont graves, certes, mais si, un jour, une centrale nucléaire venait à exploser, ce serait bien pire que tout encore, à part une bombe atomique évidemment. C’est une terrible vérité que l’on refuse pourtant de voir, comme bien d’autres. Alors en France particulièrement on continue à construire des centrales nucléaires alors qu’il faudrait pourtant toutes les arrêter immédiatement, sinon environ trente millions de Français pourraient bientôt mourir à cause de cela m’a encore dit la petite voix, histoire de mieux comprendre qu’il ne faut pas jouer à séparer les atomes, un peu comme il ne faut pas jouer à séparer le nerf de la dent, car «Tu ne sépareras pas ce que Dieu a uni», nous avait-il été dit dans la Bible.


J’ai découvert une nouvelle thérapie. Elle est tout à fait dans l’esprit de la voie de la vérité. Tous les jours, je me répète que je suis un imbécile. Vous devriez essayer, ça à l’air de marcher sur moi, j’ai l’impression que, chaque jour, je le suis un peu moins. Je crois que tous les Français devraient l’appliquer, au lieu, notamment, de penser qu’on a la meilleure médecine du monde, les meilleures centrales nucléaires du monde et d’autres conneries dans le même genre. La solution à notre connerie nationale serait certainement de commencer à la reconnaître.


Bruno Darmon, Docteur en chirurgie dentaire: drbrunodarmon@yahoo.fr.

 

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?p=138.

 

A noter que le Docteur Bruno Darmon sera présent comme conférencier au Colloque Vivre sa Santé au Naturel du 11/11/11 en Bretagne.

.

Partager cet article

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Nature & Santé
commenter cet article

commentaires