Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 09:09

Une réflexion originale sur l'homéopathie est ci-dessous proposée, une réflexion qui n'est  certes pas un discrédit (nous considérons, pour notre part, Samuel Hahnemann comme un grand esprit et nous sommes sûrs qu'il y a d'excellents homéopathes, en particulier  ceux qui pratiquent l'homéopathie dite "uniciste", faisant quotidiennement un excellent travail!) mais une réflexion qui permet sans doute d'aller plus loin dans la compréhension des processus...

 

Sans pour autant en approuver tous les termes, elle nous semble, toutefois, en vue d'un meilleur usage de l'homéopathie (elle devrait, sans doute, être davantage utilisée dans les cas d'urgence, en privilégiant en dehors de cela les assainissements de fond), mériter d'être soumise à la réflexion des lecteurs de L'Art de Vivre Sain...

 

 

Analyse critique de l’homéopathie

 

Loin de moi l’idée de penser que l’homéopathie n’est pas efficace et n’agit que comme un simple placébo, ce serait vraiment être de mauvaise foi.

 

Une mauvaise foi que j’ai rencontrée auprès des membres du Conseil de l’Ordre des dentistes qui nient les nombreuses guérisons (en voir une centaine sur www.sante-dents.com) obtenues après extractions des dents dévitalisées, car cela les dérange trop.

 

Non, l’homéopathie est une médecine très efficace et qui peut même parfois sauver des vies, je n’en ai aucun doute. L’homéopathie est efficace, (...) et tout comme le fait de dévitaliser des dents a permis de sauver des millions de dents et même de sauver des vies.

 

Nier cela serait ridicule. Il peut vous sembler incroyable que moi, le grand pourfendeur de la dent dévitalisée, je dise que dévitaliser des dents peut même sauver des vies, même si c’est rare à vrai dire. Et pourtant, une pulpite aigue due à une carie très profonde provoque une très violente douleur dentaire qui est suicidogène. Il vaut donc mieux dévitaliser une dent que de laisser une pulpite aigue qui pourrait provoquer le suicide du patient, tant la douleur est insupportable. Bien sûr, le mieux serait d’extraire la dent car la dévitalisation de l’organisme qui arrivera ensuite sera terrible mais à défaut, ma foi, il vaut mieux la dévitaliser.

 

Pour les vaccins idem, les personnes anti-vaccins nient généralement leur efficacité et ainsi décridibilisent tous les discours sur la dangerosité des vaccins [Note de ADVS: Nous sommes, pour notre part, plutôt réservés en ce qui concerne cette assertion, dont nous laissons la pleine esponsabilté à l'auteur]. Non les vaccins permettent de diminuer les maladies pour lesquelles ont vaccine, je n’en ai aucun doute, seulement voilà ils fabriquent des autistes, des leucémies, des handicapés mentaux notamment donc des maladies bien plus graves encore que celles qui sont sensées être évitées par la vaccination. Et cela, la médecine qui vaccine refuse de le voir comme elle refuse de voir d’ailleurs toutes les catastrophes que la plupart de ses médicaments chimiques provoquent sur le long terme et donc que la plupart du temps il aurait mieux valu s’abstenir de les prendre, tout comme il aurait mieux valu s’abstenir de vacciner, tout comme il aurait mieux valu s’abstenir de dévitaliser les dents et tout comme, nous allons le comprendre ici, il aurait mieux valu éviter aussi l’homéopathie..


Mais que nous reste-il alors à nous, pauvres malades, me direz vous? Eh bien tout le reste, toutes les autres médecines, qui sont en accord avec le fonctionnement du corps et ne l’empoisonnent pas. Des médecines qui ne s’opposent pas à son fonctionnement enzymatique comme c’est souvent le cas de l’allopathie ou ne lui introduisent pas des poisons reconnus comme tels, comme c’est le cas de la vaccination, de la dent dévitalisée ou de l’homéopathie, car ces pratiques sont, en fin de compte, toutes à mettre dans le registre des médecines des poisons.

 

Il reste donc pour en citer quelques unes, la phytothérapie, l’aromatérapie, la psychologie, et toutes ses branches avec notamment l’analyse transactionnelle, les thérapies émotionnelles, la reprogrammation cellulaire etc… , la spiritualité, avec, elle aussi, toutes ses branches, dont les mantras, la méditation, l’analyse de ses croyances et la prière, mais aussi l’ayurvéda, la diététique, le yoga, le tchi kong, la respiration, le rebirth, l’ostéopathie, la méditation, le jeûne, amaroli, les aimants, les élixirs floraux, les ondes magnétiques pulsées, la chromothérapie, l’ozonothérapie, les cures d’Hulda Clark, l’acupuncture (la bonne, celle avec les aiguilles qui tournent dans le bon sens), la cristallothérapie, l’hygiénisme, la naturopathie, les appareils de piezo-électricité (avec un petit appareil nommé biopiezo), les appareils d’ionisation, la médecine quantique en général etc…

 

Et, bien sûr, la dentisterie holistique avec surtout l’extraction des dents dévitalisées qui - on le comprendra un jour - est plus qu’une médecine douce, car il s’agit là l’extirper du corps des tissus morts qui empoisonnent l’organisme, généralement plus que tout.


Il existe donc de nombreuses méthodes pour se soigner qui n’auront pas d’effets secondaires toxiques sur votre santé, mais, je vous le concède, ces méthodes ne sont généralement pas remboursées par la sécurité sociale et ceux qui les pratiquent sont de plus en plus difficiles à trouver, alors que l’on trouve surtout en France des allopathes et des homéopathes….. et des dentistes qui dévitalisent des dents. Et cela plus qu’ailleurs en Europe.

 

De là à penser que c’est la principale raison qui fait que les Français sont les plus mal en point d’Europe, et que les jeunes y sont aussi les plus pessimistes, il n’y a qu’un pas... Les Conseils de l’Ordre médicaux ont ici une certaine responsabilité dans la mesure où ils se sont appliqués depuis toujours à détruire tout ce qui rentrait en concurrence avec la pensée majoritaire, tandis que la sécurité sociale a toujours soutenu les options empoisonnantes.

 

Les homéopathes ont d’ailleurs aussi été persécutés pendant des années par les conseils de l’ordre avant de finir par être aujourd’hui reconnus. En France, la seconde grande médecine reconnue et remboursée par la sécurité sociale est donc l’homéopathie. La plupart des Français choisissent donc de se soigner soit par l’allopathie, soit par l’homéopathie, qui sont nous allons le comprendre, toutes deux des mauvais choix d’une certaine façon.


Si on devait résumer les effets secondaires de l’allopathie, notamment des molécules qui inhibent le fonctionnement de nos enzymes (la plupart des médicaments allopathiques), je dirais qu’elle vous déglingue un organe ou une fonction pour vous en guérir une autre. Et cela parce que l’allopathie s’oppose généralement à des fonctionnements naturels de l’organisme et ses enzymes qui ont pour fonction d’auto-guérir vraiment l’organisme.

 

Mais comme cette auto-guérison passe généralement par des symptômes divers (douleur, fièvre, inflammation, allergie, hypertension notamment) et gênants, les malades sont bluffés par ces molécules chimiques pratiques d’utilisation qui suppriment rapidement leurs symptômes et leur apportent un certain confort très rapidement sans avoir à changer leurs mauvaises habitudes.

 

Les malades n’ont pas conscience que les maladies toujours plus graves qui arrivent ensuite sont la conséquence de cette démarche chimique anti naturelle. C’est ce qui fait tout le succès de l’allopathie. L’allopathie s’inspire généralement des plantes médicinales, mais n’utilise dans un médicament qu’une molécule active alors que la plante médicinale en possède de multiples afin de palier justement aux effets secondaires que produiraient l’utilisation exclusive du principe reconnu comme actif par la pharmacologie moderne. L’allopathie a voulu faire mieux que la Nature…. Elle est certes parfois plus efficace et plus pratique à court terme mais, à long terme, elle fabrique des pathologies que la phytothérapie n’aurait jamais fabriquées.


Pour l’homéopathie, le mécanisme d’action est très subtil mais aussi très différent de l’allopathie. L’homéopathie est une médecine énergétique qui ne vous déglinguera pas un autre organe ou une autre fonction mais vous dévitalisera sournoisement l’organisme. En gros, avec l’allopathie vous finirez généralement avec un cancer ou un diabète, mais avec l’homéopathie vous finirez avec une fatigue telle et un froid interne tel que votre cœur s’arrêtera de battre et que vous mourrez bien plus tôt qu’il ne l’aurait fallu, en passant par des années de fatigue intense parfois, mais, bien sûr, et c’est cela qui explique tout le succès de l’homéopathie, sans aucune maladie.

 

L’homéopathie aura soigné toutes vos maladies. Avec l’homéopathie vous mourrez donc en bonne santé en quelque sorte mais bien trop prématurément, ce qui est quand même un problème…… Je connais, par exemple, des cas d’adolescents en parfaite santé morts dans leur sommeil et dont les parents étaient des adeptes de l’alimentation saine, de la non vaccination mais aussi de l’homéopathie.


Pour résumer, dans un premier temps le principe de l’homéopathie, je dirais que l’on absorbe un poison fortement dilué, voire tellement dilué qu’il ne reste plus de poison du tout mais juste la trace du poison dans l’eau qui a servi à le diluer.

 

Ensuite, on imprègne en général cette eau chargée d’information sur des granulés de sucre, qui ne sont d’ailleurs pas sans effets cariogènes (fabriquant des caries dentaires) en plus. Ce poison non dilué provoquerait les mêmes symptômes que ceux que l’on souhaite voir disparaître par le traitement homéopathique.

 

L’homéopathie utilise le principe de similitude «Le semblable guérit le semblable» ("Similia similibus curentur"). A mon avis il serait plus judicieux de dire surtout que l’on soigne le mal par le mal, car c’est un poison, dilué certes mais un poison, que l'on utilise comme médicament dans l’homéopathie.

 

On retrouve un peu ce principe aussi dans la vaccination. Ce qui distingue la vaccination de l’homéopathie est que, contrairement à l’homéopathie, dans la vaccination on pourra mettre en évidence dans l’organisme, dans le sang plus précisément, l’apparition de protéines particulières. Ces protéines appelées anticorps auront été produites par le système immunitaire après que celui-ci ait été stimulé par l’introduction de cadavres de bactéries ou virus toxiques pour lesquels on désire obtenir une certaine immunité en vaccinant.

 

Ainsi lorsque l’organisme sera en en contact avec des bactéries et virus toxiques bien vivants, ceux ci seront tout de suite stoppés par les anticorps spécifiques. Le système immunitaire enrayera ainsi tout de suite la maladie qui, sinon, aurait pu se développer avec le développement des bactéries et virus le temps que l’organisme élabore ses défenses immunitaires. Mais le problème est que la vaccination comme l’homéopathie abaissent l’énergie globale de l’organisme et donc le dévitalisent.

 

Certes on n’aura pas la maladie pour laquelle on vaccine ou pour laquelle on traite par l’homéopathie, mais les effets secondaires seront peut-être pire que la maladie qu’on aura évité ou guérie et c’est là tout le problème. Je rentrerai par la suite encore plus dans les détails pour vous expliquer en profondeur, comment agit l’homéopathie d’un point de vue énergétique, mais, avant cela, rappelons un peu comment nous est parvenue l’homéopathie.

 


L’homéopathie est une médecine assez récente, elle date de deux siècles environ. L’inventeur Samuel Hahnemann pratiquait le spiritisme et c’est au cours de séances de spiritisme qu’il a reçu par révélation le principe de base de l’homéopathie: “Guérir le mal par le mal”. Un religieux m’a dit une fois que la Bible interdit la pratique du spiritisme. Le spiritisme permet probablement d’entrer en contact avec des mondes subtils mais pas toujours bienveillants. Des mondes certes, auxquels la majorité de la population ne croit généralement pas mais qui n’en existent pas moins pour autant.

 

L’homéopathie est une deuxième fois en contradiction avec la Bible notamment un principe thérapeutique édicté dans la Bible. La Bible donne en effet une logique thérapeutique quand elle dit dans Romains 12:21: «Surmonte le mal par le bien»). C’est aussi tout à fait la philosophie de lAyurvéda, la médecine traditionnelle indienne, qui est d’origine céleste, et qui consiste à donner ce qui, justement, provoque le contraire des symptômes.

 

Pour prendre deux exemples très simples, à quelqu’un de frileux on donnera des épices réchauffantes, à quelqu’un de gros on conseillera des aliments qui font maigrir. L’homéopathie, et par son principe et par son origine spirite, est donc doublement en contradiction avec la Bible. Une information qui pourra intéresser les croyants mais je sais bien que pour les athées cet argument n’a pas vraiment de valeur. Pour les athées, je vais donc fournir d’autres arguments.

 


Tout, dans l’univers, est matière ou énergie, c’est ou l’un ou l’autre. Si quelque chose agit à l’évidence sans utilisation de matière, c’est donc que ce quelque chose utilise de l’énergie.

 
L’homéopathie est une médecine qui n’utilise quasiment pas de matière. Elle ne peut donc utiliser que de l’énergie. L’homéopathie étant donc une médecine que l’on peut qualifier d’énergétique, il est donc inutile de vouloir comprendre son fonctionnement en explorant les arcanes de la matière. C’est plutôt en explorant les arcanes de l’énergie que nous avons une chance de comprendre comment elle fonctionne.

 

D’abord, qu’est-ce que l’énergie? L’énergie c’est ce qui permet le mouvement et, dans une moindre mesure, la chaleur, qui découle du frottement de la matière contre la matière donc d’un mouvement aussi. Dans l’atome, la particule énergétique par excellence est l’électron. Est donc énergétique l’électron et tout ce qui est dérivé de l’électron comme les différentes ondes électromagnétiques. Mais si on sait qu’il existe la bonne et la mauvaise matière, il faut savoir aussi qu’il y a de la bonne énergie et de la mauvaise énergie. Par exemple, on sait bien qu’il existe des ondes électromagnétiques qui sont bonnes pour la santé, notamment les fréquences correspondant au spectre visible, voire des infrarouges qui réchauffent mais on sait aussi qu’il existe des ondes toxiques, notamment celles qui correspondent à la radioactivité, qui détruisent la vie jusqu’aux chromosomes. On peut donc dire qu’il existe de la bonne énergie et de la mauvaise énergie, pour la vie, en tout cas la nôtre, tout comme on peut dire qu’il existe de la bonne matière, la bonne alimentation par exemple, et aussi de la mauvaise matière, les poisons notamment.

 

Il faut aussi savoir que toute matière comporte aussi de l’énergie tout comme toute énergie comporte de la matière. Les physiciens connaissent bien d’ailleurs la théorie corpusculaire de la lumière constituée de ces grains de matière appelés photons, même si ils savent que la lumière répond aussi à des critères ondulatoires caractéristiques des ondes, donc des éléments purement énergétiques.

 

Les poisons matière comportent donc inévitablement aussi une partie énergétique poison. Eh bien, c’est cette fraction énergétique qui va être exploitée par l’homéopathie. Cette fraction énergétique poison est récupérée par l’eau, qui sert d’accumulateur énergétique grâce à des procédés de dilution et de dynamisation propres à l’homéopathie.

 

Ces procédés permettent, en même temps, de se débarrasser de la fraction matière du poison utilisé. Lorsque le médicament homéopathique est alors absorbé, comme il ne reste plus de poison matière, il ne reste plus rien qui soit susceptible de provoquer la maladie. Mais comme il reste, toutefois, le côté énergie du poison, l’organisme reconnaît la vibration poison et réagit en développant des mécanismes de défense contre le poison, un peu comme dans le cas du vaccin d’ailleurs.

 

Et si le poison est sensé provoquer un ensemble de symptômes spécifiques, l’organisme développera alors une réaction spécifique visant à s’y opposer en vertu de mécanismes d’autodéfense subtils prévus dans l’organisme. Des mécanismes qui, en fin de compte, aboutissent à la disparition des dits symptômes, donc à la guérison de la dite maladie. Des mécanismes que notre science n’a pas encore mis vraiment en évidence, sauf pour les vaccins, comme je l’ai expliqué précédemment.

 

Mais, pour l’homéopathie, il semble que ce soit bien plus subtil encore à mettre en évidence. Le patient guérit, par conséquent, avec l’homéopathie si on lui donne la vibration poison qui correspond à la maladie. Jusque là, ma foi, cela semble très bien, on ne fait que stimuler les réactions d’autodéfense de l’organisme, un peu comme le fait d’ailleurs l’organisme lui même lorsqu’il est malade. Le problème est que pour que l’organisme réagisse ainsi, on y introduit un poison énergétique et donc il va être obligé de baisser son niveau d’énergie, car rien de bon ne lui est donné de l’extérieur pour obtenir une telle réaction. C’est ce que nous allons comprendre maintenant grâce à des enseignements issus de l’acupuncture.

 


L’acupuncture est la médecine énergétique de référence par excellence. Elle existe depuis des milliers d’années et est d’origine céleste. Elle va nous aider à comprendre le fonctionnement de l’homéopathie, qui, à l’évidence,  est aussi une médecine énergétique, comme nous l’avons déjà compris.

  


En acupuncture on sait qu’il n’existe que deux sortes d’énergies: les chenns et les kweis. Les chenns se sont les bonnes énergies qui viennent du ciel, qui sont anabolisantes, constructives pourrait-on dire, et qui tirent l’énergie de l’organisme vers le haut, vers un plus de vitalité. Les kweis sont les mauvaises énergies catabolisantes, destructives, qui viennent du sol et qui tirent l’énergie vers le bas, vers la mort.

 

Les poisons contiennent du kweis, bien sûr, sinon ils ne seraient pas des poisons. Les médicaments homéopathiques sont donc obligatoirement des kweis, car ils sont issus de matières poisons, ils ne peuvent donc que baisser l’énergie.

 

Lorsqur l’on est malade, c’est qu’il y a une attaque de kweis en général, même si un excès de chenns peut aussi rendre malade, mais ce sont des cas plus rares (insolation, par exemple). En acupuncture on sait, par exemple, que l’aiguille d’acupuncture disperse les kweis tandis que l’apport de chaleur par la combustion de l’armoise (les moxas ou cautérisations), apporte des chenns.

 

Maintenant, l’idéal serait que je vous fasse un petit schéma, mais je ne sais pas faire cela sur mon ordi, donc je vais vous l’expliquer par des mots. Imaginez que les chenns sont des forces qui tirent vers le haut et les kweis des forces qui tirent vers le bas. Si on imaginait la vitalité comme le fléau d’une balance qui coulisse sur l’axe vertical de l’énergie, dans la maladie ce fléau de balance serait tiré vers le bas d’un côté par des kweis. Le fléau de balance déséquilibré traduirait la maladie et le fléau de balance descendant en même temps sur son axe d’énergie traduirait aussi une baisse d’énergie.

 

C’est tout à fait ce que produit la maladie, une baisse d’énergie vitale et un dérèglement de l’équilibre schématisé par un fléau de balance qui n’est plus horizontal. L’aiguille d’acupuncture dispersant les kweis permet le retour à l’horizontale du fléau de balance qui conservera, toutefois, son niveau d’énergie de malade. Dans un second temps, l’apport de chaleur sur le point d’acupuncture (technique des moxas ou cautérisations) permet de remonter le niveau d’énergie.

 


Maintenant, dans cette vision de fléau de balance, voici comment on pourrait schématiser l’action de l’homéopathie. L’homéopathie apporte des kweis de l’autre côté du fléau de la balance. Ces derniers rétablissent certes l’horizontalité du fléau de balance donc la santé mais en tirant vers le bas le fléau de balance, on l’abaisse encore un peu plus qu’il ne l’est sur son axe énergétique. Le patient est alors guéri mais aura ensuite moins d’énergie. Ceci est inévitable, car les kweis ne peuvent que baisser l’énergie de l’organisme.

 

Mais cette baisse d’énergie n’est pas obligatoirement visible de façon évidente. Le patient traité par l’homéopathie peut donc même retrouver une certaine vitalité apparente après un traitement homéopathique parce qu’un déséquilibre du fléau de balance fatigue et peut même tuer. C’est comme la fièvre qui est un mécanisme de défense et d’auto-guérison mais qui fatigue et dans certains cas peut tuer lorsqu’elle trop forte. Le patient retrouve donc alors de la vitalité ce qui fait dire que l’homéopathie lui a quand même fait du bien. Il retrouve de l’énergie mais moins toutefois que s’il avait guéri sans avoir recours à l’homéopathie. Là est toute la subtilité du sujet, comme c’est d’ailleurs aussi le cas pour l’allopathie. L’allopathie sauve des vies même si elle aussi enlève de la vitalité aux patients. Dans les deux cas ils sont guéris mais en ressortent énergétiquement amoindris.

 

Tout cela est donc très subtil et des patients peuvent passer leur vie à se soigner par l’homéopathie en étant très satisfait de cette médecine sans jamais s’apercevoir qu’elle les dévitalise sournoisement. C’est un peu comme la dent dévitalisée ma foi qui parfois ne donne jamais de maladies mais dévitalise juste les organismes.
 

L’argument classique des homéopathes disant que si cela ne vous guérit pas, cela ne vous fera pas de mal au moins est donc faux car tous les médicaments homéopathiques font réagir l’organisme en l’affaiblissant même si la réaction ne permet pas la guérison. Maintenant je veux bien croire aussi que le mal fait par l’homéopathie est moins grave que celui fait par l’allopathie mais dans les deux cas du mal est fait indéniablement, même s’il est moindre pour ces deux médecines que celui fait par la dent dévitalisée en général. La putréfaction intrinsèque à la dent dévitalisée est en effet en général pire que la chimie allopathique et les poisons homéopathiques.

 

Il existe une autre thérapie plus ou moins énergétique qui ressemble un peu à l’homéopathie mais qui en fait est très différente, car, cette fois-ci, elle extirpe non pas des kweis mais des chenns de la matière. Elle apporte donc des chenns à l’organisme, comme le font souvent toutes les bonnes médecines énergétiques. Il s’agit des élixirs de fleurs. On fait tremper des fleurs non toxiques dans l’eau et au Soleil. L’eau se charge alors de vibrations bienfaisantes pour les psychopathologies, notamment. Les élixirs de fleurs ne provoquent pas une réaction de l’organisme à la suite d’un empoisonnement, comme le fait l’homéopathie, mais utilisent un autre mécanisme. Il s’agit d’apporter la vibration qui fait défaut à l’organisme ou plutôt qui est insuffisamment développée. Cette dernière entre en résonance avec celle apportée par l’élixir de fleurs et se remettra à croitre jusqu’à une amplitude correspondant à l’état de santé mentale recherché.

 

Ni les élixirs de fleurs ni l’homéopathie ne traitent les causes des maladies, contrairement à ce que certains prétendent. Mais la thérapie par les élixirs de fleurs est quand même très différente de l’homéopathie, qui utilise juste un mécanisme réactionnel de l’organisme qui est mis face à un poison, ce qui, malheureusement, contribue à abaisser l’énergie de l’organisme, donc, à terme, à l’épuiser.

 

Les homéopathes disent que, pour que l’action soit puissante, il faut beaucoup diluer, jusqu’à 30 CH au moins, éventuellement jusqu’à 100 CH! D’après Hahnemann, les substances alors “se réduisent à leur nature la plus pure, qui est spirituelle”. Il faut agiter longuement les préparations, pour que “leurs vertus soient intensifiées”. (C’est dans son maître-ouvrage, "L’Organon ou l’Art de Guérir" qu’il écrit cela.) Au cours de ce rituel de préparation, “une force se transmet du fabricant au médicament, de façon mystérieuse…”

 

Hahnemann affirme que son procédé est spirituel, mais je trouve que le terme spirituel n’est pas du tout juste, car on confond ici énergétique et spirituel. Le terme spirituel n’est pas adéquat avec un domaine qui travaille pour ôter de la vitalité. L’homéopathie n’est en rien spirituelle, d’une part parce que l’esprit n’a rien à voir dans son fonctionnement mais en plus par ce que le seul esprit qui soit intervenu pour donner l’idée de faire de l’homéopathie à Hanneman est très certainement un esprit issu de mondes qui n’ont rien à voir avec les mondes qu’on pourrait qualifier de spirituels.

 

Si l’homéopathie est spirituelle, la magie noire l’est aussi alors…. Nous avons, par contre, des éléments qui nous montrent que les Mondes Spirituels sont intervenus pour bien d’autres médecines, comme la phytothérapie, avec Hildegarde de Bingen par exemple, mais aussi pour l’Ayurvéda et l’acupuncture. Des médecines douces qu’il faut donc préférer.

 

L’homéopathie soigne, certes, mais pourtant elle contribue à dévitaliser les organismes. Mais il en est de même de l’allopathie, des vaccins et de la dent dévitalisée et cela même si les trois sauvent aussi des vies. Seule une analyse approfondie peut permettre de le comprendre, car tous font partie de ce qu’on pourrait appeler des poisons.

 

Nombre de personnes dans les milieux spirituels ont compris le danger qu’il y avait à faire confiance à l’allopathie et aux vaccins et souvent elles se tournent alors vers l’homéopathie, pensant y trouver une médecine plus en accord avec la spiritualité. Qu’elles sachent que ce n’est absolument pas le cas, pas plus que de garder en soi de la mort comme c’est le cas de ceux qui ont en bouche des dents dévitalisées. Car tout ce qui dévitalise l’organisme même si c’est pour guérir de maladies aboutit à terme à des situations de handicaps énergétiques pires que les maladies que l’on soigne.

 

Certes, quand on est malade, il faut consulter un médecin et recueillir son avis, car certaines pathologies risquent d’évoluer dangereusement et, dans ces cas-là, il faudra intervenir, malgré tout, par l’allopathie ou l’homéopathie, si on ne sait vraiment rien faire d’autre.

 

Mais c’est très rare et, très souvent, lorsqu’on est malade, et qu’on ne sait rien faire, on ferait mieux de ne rien faire c’est à dire de se coucher, de jeûner et de laisser le corps au repos se guérir par lui mêm,e tout en se demandant quelles peuvent être les causes à éradiquer. Car la recherche puis l’éradication des causes est toujours la meilleure chose à faire pour se soigner véritablement. Et si on ne les trouve pas, l’organisme, par ses mécanismes d’autoguérison, finira en général à se soigner seul. Et même s’il n’y arrive pas, on fera en général de plus vieux os en supportant sa maladie qu’en la soignant par l’homéopathie ou l’allopathie.

 

Je sais bien que c’est un discours que peu de personnes vous tiendrons dans le monde médical mais c’est ainsi, c’est ce que je pense, c’est mon intime conviction et elle n’est pas que le fruit de réflexions mais aussi d’observations. J’ai constaté de nombreuses fois que les patients que je voyais avec des pathologies très graves étaient des patients qui avaient fait confiance à ces deux médecines, outre le fait qu’ils possédaient aussi des dents dévitalisées.

 

Choisir de se soigner entre l’homéopathie ou l’allopathie revient d’une certaine façon à choisir en la peste et le choléra, même si ces mots sont un peu extrêmes, je le concède, mais je n’ai pas trouvé d’autre expression aussi bien imagée. Bien sûr, dans les situations d’urgence, il vaut mieux avoir recours à ces médecines empoisonnantes si on ne sait rien faire d’autre, car cela peut nous sauver la vie, mais sinon il vaut mieux laisser la maladie suivre son cours, laisser la Nature faire les choses par elle-même, pourrait-on dire aussi.

 

Car la maladie a un sens et, très souvent, ce sens est de restaurer l’énergie de l’organisme afin que la vie sont plus longue et plus énergétique. Traiter des symptômes bénins par la chimie allopathique ou l’énergétique homéopathique fait apparaître ensuite des maladies et des états de dévitalisation bien plus graves et cela même si on peut momentanément avoir des améliorations de santé notables.

 

Il faut développer les médecines douces, qui n’agressent pas l’organisme, certes, comme c’est le cas de l’allopathie, mais on devrait aussi préciser, les médecines douces qui n’empoisonnent pas l’organisme. L’homéopathie ne rentre pas dans cette catégorie. Elle est une médecine des poisons, sans l’ombre d’un doute. C’est donc une médecine avec, bien évidemment, des inconvénients qui peuvent se révéler à terme pires que les maux qui sont censés être soignés, et qui entre en contradiction avec le premier principe médical «primum non nocere», c’est à dire premièrement ne pas nuire.

 

Mais, bon, dans l’univers des poisons, l’homéopathie n’est pas ce qu’il y a de pire. La dent dévitalisée est bien pire encore. La dent dévitalisée est un bouillon de culture, une véritable usine à toxines bactériennes, qui fabrique, 24 heures sur 24 et tous les jours de l’année, de redoutables poisons issus de la putréfaction de tissus organiques restés dans la dent dévitalisée.

 

Inutile, en tout cas, vous l’aurez compris, de vouloir s’affranchir de la toxicité des dents dévitalisées en se soignant par l’homéopathie. On ne fera ainsi que se dévitaliser un peu plus, tout en bloquant les mécanismes naturels qui essaient d’éliminer les poisons issus de la dent dévitalisée. L’allopathie les bloque généralement par des poisons chimiques, tandis que l’homéopathie les bloque par des poisons énergétiques. Et toutes les deux affectent ainsi à terme, la vitalité de l’organisme, sans l’ombre d’un doute pour moi.

 


Et la vitalité, l’énergie, est aussi notre bien le plus précieux.

 


Mais, bon, il y a pire encore que l’allopathie, l’homéopathie et la dent dévitalisée, c’est la radio-activité, ne l’oublions pas, et elle pourrait un jour gravement nous contaminer si on ne s’y intéresse pas sérieusement. Dernièrement, en Novembre 2010, alors que des milliers d’Allemands se mobilisaient pacifiquement pour manifester contre un train bourré de déchets radio-actifs, seuls sept Français faisaient de même. Ces personnes probablement plus que toutes, par la prise de conscience qu’elles pourrait induire, pourraient, un jour, nous éviter de connaître un équivalent national du drame écologique qui a eu lieu jadis à Tchernobyl. Au lieu de les mettre sur le piédestal de la conscience nationale, que croyez vous qu’il leur fut fait? Un juge français voulut les mettre en prison…:

 

http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/article/action-de-blocage-du-ganva-a-caen.


La "justice" aime parfois persécuter ce qui va dans le sens de la protection de la vie, surtout lorsque ça sort des sentiers battus et que très peu de personnes en ont conscience. J’en sais quelque chose.

 

Bruno Darmon, Docteur en chirurgie dentaire.

 

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?m=201011

0

Partager cet article

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article

commentaires

franck rajjou 30/06/2014 19:17

Merci pour votre article fort bien étayé.Je vous invite à visiter notre site , vous y trouverez un article dans la même veine que le votre. Avec mes félicitations.