Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 16:10

Lignanes de lin

Les lignanes sont des substances végétales qui présentent une activité phyto-ostrogénique participant à la régulation des taux hormonaux. Ce sont également des antioxydants .

On les retrouve dans les graines de céréales, le son, les fruits: cerises, pommes, poires... dans le riz, les haricots, les lentilles et les végétaux comme l’ail, les brocolis, les asperges et les carottes.

La graine de lin ( pas l'huile) est unique parmi les oléagineux par sa concentration exceptionnellement élevée en lignanes, plus de cent fois supérieure au potentiel de n’importe quelle autre source végétale.

Les lignanes sont activement recherchées pour leurs actions phyto-ostrogéniques. On appelle phyto-œstrogènes des molécules d'origine végétale qui agissent dans l’organisme à la manière des hormones naturelles que sont les œstrogènes «œstrogène like», bien qu’avec une puissance de 100 fois moindre. Si l'organisme produit trop d'œstrogènes, les phyto-œstrogènes peuvent bloquer partiellement leur effet négatif, tandis que s'il y a déficience, ils peuvent combler une partie des besoins.

Les lignanes peuvent ralentir les processus naturels qui surviennent lors du vieillissement, chez les hommes (andropause, prostate) comme chez les femmes (ménopause). Il existe actuellement une émergence des pathologies dégénératives hormono-dépendantesqui est à l’origine de l’intérêt pour ces lignanes.

La caractéristique des phyto-œstrogènes étant de se lier aux récepteurs hormonaux, les lignanes peuvent bloquer partiellement les effets négatifs des œstrogènes, ou combler une partie de leur déficit. Ce mécanisme de base produit des effets différents chez l’homme et la femme.

 

Les hommes

La testostérone est l’hormone la plus importante chez l’homme et les fonctions prostatiques en dépendent. Les lignanes inhibent l'enzyme réductase, ce qui contrarie la conversion de testostérone en di-hydro-testostérone, forme active de testostérone. Ce métabolite, lorsqu’il s’accumule dans la prostate est, avec l’âge, responsable de l’hypertrophie bénigne de la prostate .

Celle-ci touche un homme sur deux de plus de cinquante ans. Elle se traduit par des difficultés et des douleurs pour uriner. C’est donc l’excès de dérivés de testostérone qui est majoritairement responsable de l'augmentation de taille de la prostate, ce qui a pour effet de rétrécir l’urètre (canal permettant l’évacuation de l’urine). En agissant sur les mécanismes complexes du métabolisme de la testostérone, les lignanes rétablissent l’équilibre naturel du niveau hormonal.

Nombreux sont les ingrédients fonctionnels (Sabal serrulata, Prunier d'Afrique, pépins de Courge....) qui apportent un soulagement aux inconvénients générés par ce métabolite. Leurs effets sont majoritairement basés sur des actions anti inflammatoires. Les lignanes de lin ont une action unique, spécifique et complémentaire; ils ne réduisent pas seulement les problèmes liés aux flux urinaires, en fréquence et volume mais ils provoquent également la décroissance de la taille de la prostate elle-même.

 

Les femmes

L'œstrogène est la principale hormone chez la femme. Pendant la ménopause, le corps de la femme subit des changements dynamiques dans l’équilibre ostrogénique. Les fluctuations des niveaux hormonaux mènent à des symptômes tels que bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, troubles du sommeil et de l'humeur, baisse de libido, prise de poids, sécheresse cutanée....

Quand le niveau sanguin en hormones endogènes est augmenté comme lorsque survient la pré ménopause les lignanes peuvent se lier aux récepteurs et bloquer les actions des trop grandes quantités d'œstrogènes générées par l’organisme. Dans ce cas, elles agissent comme antagonistes. Après la ménopause, les niveaux sanguins d'œstrogènes diminuent naturellement, du fait d’une moindre libération par les ovaires et les lignanes agissent à ce moment-là comme des pseudo œstrogènes.

Les lignanes ont la particularité de pouvoir se lier aux récepteurs ostrogéniques, ce qui leurs permet de participer au rééquilibrage des sécrétions hormonales déficitaires lors de la ménopause et avoir ainsi une influence positive sur les symptômes inhérents à cette période majeure de la vie des femmes. Du fait de leur puissante capacité anti oxydante, les lignanes jouent également un rôle significatif dans l'équilibre des niveaux lipidiques sanguins (cholestérol et triglycérides).

 

Perte de Cheveux

Perte de cheveux et testostérone sont étroitement liés via son principal métabolite, la DHT. L’alopécie androgénétique est la cause la plus courante de perte de cheveux chez l’homme et la femme (50% de la population la subit à partir de 40 ans).

Un excès de DHT miniaturise la racine et le follicule du cheveu, empêchant la repousse normale du cheveu. Les lignanes modulent cette action enzymatique et permettent de combattre efficacement la chute de cheveu. On peut également utiliser les lignanes pour lutter contre l’acné et les excès de séborrhée, résultant de l’augmentation de sécrétion des glandes sébacées, elles même sous la dépendance de la DHT.


Partager cet article

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Recettes de Santé
commenter cet article

commentaires