Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 08:04

La Vitamine D,

"vaccin" contre le virus H1N1?







Par Nathalie Roussy, h.d.



Depuis les tout premiers cas de grippe porcine, maintenant nommée grippe A (H1N1), déclarés au Mexique au printemps dernier, le monde entier est en état d’alerte. Les médias envoient un flux régulier d’informations sur le suivi de l’épidémie. Quand un vaccin sera-t-il prêt?


Quel est le bilan du nombre de décès causés par le virus? Jusqu’à ce jour toutefois, le pourcentage de personnes infectées par le virus qui en sont décédées n’est toutefois pas beaucoup plus élevé que dans le cas de la grippe saisonnière. «Au Canada, le taux de mortalité associé à la grippe A(H1N1) est de l’ordre de 0,2 % (2 personnes sur 1 000), comparativement à 0,1 % pour la grippe saisonnière», soutient le Dr. Weiss, microbiologiste et infectiologue à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal.30


Par ailleurs, les cas de décès suite aux complications de cette grippe surviennent, pour la majorité, auprès de personnes qui étaient déjà affaiblies physiquement. Ayant analysé les données du 4 septembre 2009 de la Centers for Disease Control and Prevention (CDC)38 , le Dr. John Cannell, président de la Vitamin D Council, fait remarquer en effet que les deux tiers des enfants décédés de la grippe A (H1N1) aux États-Unis étaient atteints d’une affection neurologique avant d’avoir contracté le virus .40


Malgré ce faible taux statistique de mortalité, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a élevé au mois de juin dernier son niveau d’alerte de pandémie au niveau 6, soit le plus haut niveau. L’OMS est une référence, en ce qui a trait à la santé publique mondiale, pour tous les gouvernements des 192 pays qui en sont membres, dont le Canada. L’organisation dit craindre la possibilité d’une recrudescence de personnes infectées et de décès cet automne prochain, et recommande la vaccination de toute la population mondiale en prévention de cette crise sanitaire.


Cette recommandation de l’OMS a pour conséquence que plusieurs organismes et gouvernements du monde entier se mobilisent pour faire face à l’éventualité d’une grave pandémie. En plus de la législation qui était déjà existante, des lois sont modifiées, et des projets de loi sont déposés, afin de donner aux autorités, en cas d’urgence sanitaire grave, le pouvoir d’ordonner la vaccination obligatoire de toute une population.32,33,34,36,44 L’État de New York vient d’adopter un programme de vaccination obligatoire contre la grippe pour tous ses travailleurs de la santé.35 Ce nouveau règlement rencontre une vive protestation de la part d’une association d’infirmières, la New York State Nurses Association, qui doute de l’efficacité du vaccin contre le H1N1. L’association prétend de plus que la vaccination d’un individu n’empêchera pas ce dernier d’être contagieux.41

Aux États-Unis, la secrétaire d’État à la santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire. 45


En plus du battage médiatique et de toute cette agitation légale, les gouvernements passent leur commande de grandes quantités de vaccins. Et ce, en dépit du fait que leur efficacité et leur innocuité n’ont pas encore été prouvées. La ministre de la Santé du Canada, Leona Aglukka, a annoncé dans un communiqué le 6 août dernier que le gouvernement canadien passera bientôt une commande de 50,4 millions de doses d’un vaccin contre le H1N1, qui sera accessible à tous les Canadiens.26


La composition de certains des vaccins contre le virus H1N1 est controversée. Elle inclut des adjuvants qui peuvent poser des risques considérables pour la santé. Le thimerosal, qui contient un dérivé de mercure, est un de ces adjuvants. De plus, d’aucuns s’inquiètent des effets secondaires de cette vaccination, qui pourrait ressembler à celle de 1976 contre une grippe porcine aux États-Unis. La vaccination de 40 millions d’Américains en 1976 contre une épidémie de grippe porcine, qui ne s’est finalement jamais matérialisée, a résulté en l’apparition de 500 cas du syndrome de Guillain-Barré (SGB).29 25 personnes sont décédées des complications du SGB, contre 1 personne à cause du virus. Le gouvernement américain a été forcé de payer des millions de dollars en dommages aux victimes de cette vaccination. Le Syndrome de Guillain-Barré est une maladie auto-immune qui affecte les nerfs périphériques. Bien que l'origine de ce syndrome n'est pas connue, on remarque qu'il survient souvent quelque temps après un vaccin ou une infection virale.29,39


L’agence de protection de la santé de la Grande-Bretagne a envoyé tout récemment une lettre confidentielle à 600 neurologues, qui les alerte d’une possibilité d’augmentation des cas de SGB.29 Il est écrit que la vaccination massive du peuple américain de 1976 peut avoir augmenté les risques de contracter cette maladie de huit fois. La lettre demande à la British Neurological Surveillance Unit, dans le contexte de la prochaine vaccination massive contre la grippe A (H1N1), de surveiller de près tous les nouveaux cas de SGB.


Les risques encourus avec le virus H1N1 sont-ils vraiment plus importants que les risques encourus avec le vaccin, tout comme le prétend l’OMS? N’y aurait-il pas d’autres moyens que la vaccination massive pour faire face à cette menace en santé publique?



La vitamine D protège
contre l’influenza



Selon maints experts, il existe une piste de solution nouvelle et prometteuse pour faire face à la pandémie de grippe A(H1N1). Il s’agit de la supplémentation avec de la vitamine D. La vitamine D est souvent nommée la vitamine du Soleil. En effet, c'est sous l'exposition aux rayons ultraviolets UVB du soleil que le corps humain la synthétise. Pour cette raison, il convient de la décrire non pas comme une vitamine, mais plutôt comme une préhormone.


La recherche sur la vitamine D a été très active au cours des dernières années. De très récentes études scientifiques rigoureuses tendent à faire la preuve qu'elle aurait la capacité de nous protéger contre de multiples maladies, dont l’influenza.1 Parmi ces maladies, on compte également le diabète,8 le cancer,37 la parodontite,6,7 la dépression11, les maladies auto-immunes9 et les maladies du cœur.10


L’agence de santé publique du Canada est actuellement en train de revoir cette littérature, afin d’évaluer si la vitamine D pourrait aider à combattre la grippe A (H1N1).17 Malheureusement, la durée de cette évaluation dépassera celle que l’on a prise pour mettre au point les vaccins contre le virus H1N1. Le rapport de l’agence n’est attendu en effet que pour le printemps 2010.


Edward Giovannucci, expert en nutrition et épidémiologie de la Harvard School of Public Health, suggère de ne pas attendre les résultats du rapport de l’Agence de la santé publique du Canada. Les personnes vivant en territoire nordique, au-dessus du 30e parallèle, devraient, selon lui, faire vérifier chaque année son taux sanguin de vitamine D, avec le test 25-hydroxycholecalciférol, ou 25(0H)D. Il déclare: «Puisqu’il existe d’autres bénéfices à prévenir une carence en vitamine D, cela devrait constituer une priorité de toute façon».17 On ne peut en dire autant des vaccins qui comportent toujours des risques importants, et cela est d’autant plus vrai que les vaccins contre la grippe A (H1N1) ont été mis sur le marché avant qu’on n’a pu effectuer les essais cliniques nécessaires pour prouver leur innocuité et leur efficacité.


Par ailleurs, il est maintenant reconnu que la carence en vitamine D constitue une pandémie dans les pays nordiques, là où les rayons UVB du Soleil ne se rendent pas jusqu’à la surface de la Terre du mois d’octobre au mois de mars.1,2,13,16


C’est à se demander pourquoi l’OMS ne déclare pas cette pandémie de carence en vitamine D, dont l’existence est bien réelle et très bien documentée, et dont les conséquences sur la santé publique peuvent être dévastatrices. 1,5,8,9,10,13,31


Quant aux mécanismes de l’action protectrice de la vitamine D contre de multiples maladies, ils ne sont pas connus. Le Dr. Joseph Mercola est un médecin holistique aux États-Unis, auteur de deux best-sellers, dont le "Great bird flu hoax" ["Le grand canular de la grippe aviaire"], Il est toutefois surtout connu pour son site web d’éducation sur la santé et l’alimentation, mercola.com. Il explique que la vitamine D influence 2000 gènes sur les 30 000 gènes du corps humain.28 De surcroit, il mentionne que des recherches suggèrent que toutes les cellules du corps humain possèdent des récepteurs de vitamine D.28 Cette présence de récepteurs de vitamine D sur les cellules humaines laisse supposer que la vitamine D est une composante essentielle au fonctionnement cellulaire.



Quel est le niveau optimal
de vitamine D sanguin?



Pendant longtemps, on a cru que la vitamine D n’était utile que pour maintenir en santé les os et les dents. Les recommandations des médecins sur la vitamine D avaient donc pour objectif de prévenir le rachitisme.23 Le taux sanguin minimum de vitamine D pour prévenir cette maladie, mesuré avec le test 25 (OH)D, est de 10 ng/ml. Toutefois aujourd’hui, les médecins du Canada et des États-Unis ont fixé à 30 ng/ml le taux minimal de vitamine D qu’une personne doit avoir dans son sang.


Quant à l’effet protecteur de la vitamine D contre les autres maladies, le taux optimal sanguin doit être révisé à la hausse, et de beaucoup. Selon les sources, les recommandations varient. Le Vitamin D Council, organisme à but non lucratif ayant pour mission d’éduquer le grand public sur ce phénomène pandémique de carence en vitamine D, recommande de maintenir ses niveaux sanguin.18 Ceci correspond à la concentration moyenne que l’on retrouve chez les habitants des pays chauds.16


Dr. Mercola mentionne, pour sa part, un taux optimal qui doit atteindre entre 50 et 65 ng/ml de 25(0H)D.4 Quant à Edward Giovannucci, il affirme qu’il faudrait que ce taux atteigne entre 40 à 60 ng/ml.17


Bien que ces spécialistes ne s’entendent pas tous sur les taux optimaux exacts à atteindre, on peut au moins affirmer que leurs recommandations se rejoignent entre 50 et 60 ng/ml. Et on se retrouve vraiment très loin, avec ces niveaux sanguins, du taux que les médecins en Amérique du Nord considèrent normal, soit de 30 ng/ml, et très loin également de la moyenne américaine, qui est de 15-18 ng/ml de 25 (0H)D.27


Le Soleil,
la meilleure source
de vitamine D






Le meilleur moyen d’atteindre le taux optimal de vitamine D dans le sang est d’exposer chaque jour la plus grande partie de sa peau au Soleil, sans écran solaire. Le moment idéal de la journée pour le faire est entre 11:00 et 14:00, en raison de l’indice UVB qui est à son plus haut, ce qui permet une synthèse rapide de vitamine D. Durant les autres moments de la journée, il n’y a souvent que très peu de rayons UVB qui se rendent jusqu’à la surface de la Terre.


Plusieurs facteurs font varier le temps d’exposition solaire nécessaire à la synthèse de vitamine D. Les principaux sont: la couleur de la peau, l’indice UVB, le poids et l’âge. Les personnes obèses, les personnes de 55 ans et plus, ainsi que les personnes à la peau foncée synthétisent moins facilement la vitamine D que les personnes avec un poids santé, les jeunes et les personnes à la peau claire.


L’avantage de l’exposition au Soleil, comparativement à la prise de suppléments, est qu’il est impossible de cette manière de s’intoxiquer à la vitamine D. Notre corps est ainsi fait que, dès qu’il a atteint sa dose quotidienne de vitamine D, il en arrête la synthèse. Et ceci survient avant une brûlure de la peau. On sait en général que notre production de vitamine D pour la journée a atteint son maximum lorsque la peau devient très légèrement rosée.


Le Soleil ne cause pas le cancer, mais l’ignorance oui. Dr. Mercola, qui a écrit le livre "Dark deception" 31, affirme que les risques reliés à l’exposition aux rayons solaires sont exagérés par la médecine conventionnelle, et que les bénéfices sont gravement sous-estimés.5,31


Bien que les coups de Soleil augmentent notre risque de cancer, fait-il noter, c’est typiquement le type de cancer le moins sérieux, soit le carcinome basocellulaire. Il n’y a que très peu de preuves que l’exposition aux rayons du Soleil sans brûlure augmente notre risque de mélanome, le type de cancer de peau le plus sérieux. Au contraire, soutient Dr. Mercola, les preuves scientifiques à l’effet que ces expositions au Soleil sans brûlure décroissent notre risque de mélanome malin sont nombreuses.4,31


De surcroit, le nombre de décès de cancer causés par le manque d’exposition au Soleil est nettement plus grand que le nombre de décès de cancer causés par une trop grande exposition au Soleil.5,31


Le Soleil est une nourriture pour notre corps, mais il doit être utilisé à bon escient. Pour cela, la peau a besoin d’une durée d’exposition optimale, sans écran solaire. En effet, la crème solaire bloque les rayons UVB, les bons rayons, ceux qui sont certes responsables des brûlures, mais également de la synthèse de vitamine D. De plus, beaucoup de marques d’écran solaire laissent passer les rayons UVA, ceux que l’on peut considérer les mauvais rayons. Les rayons UVA sont, en effet, insidieusement dangereux. Alors que les UVB sont facilement bloqués par les vitres des fenêtres et par les crèmes solaires, les rayons UVA pénètrent profondément dans la peau et passent au travers des vitres. Et ils constituent un facteur premier de cancer. De plus, ils ne causent pas facilement de brûlures à la peau, ce qui donne trop souvent une fausse impression de sécurité lorsqu’on passe de longues journées à la plage.42

 

Les lits de bronzage
au secours du
système immunitaire





L’OMS, l’Association canadienne de dermatologie et L’agence de la santé publique du Canada, pour ne nommer que celles-là, font partie des organisations qui donnent une mauvaise presse aux salons de bronzage. La docteure Guenther, de l’Association canadienne de Dermatologie, a affirmé que, puisque les lampes de bronzage des salons émettent principalement des rayons UVA, il ne s'agissait pas d'une bonne source de vitamine D. Quant à L’Agence de la santé publique du Canada, voici ce qu’elle écrit sur le sujet: «Si vous croyez que vous pouvez bronzer en toute sécurité dans un salon de bronzage, DÉTROMPEZ-VOUS!» .19

Mais ces déclarations sont-elles basées sur des faits?

Le Docteur Joseph Mercola affirme que les lits de bronzage sécuritaires constituent le deuxième meilleur moyen de se procurer de la vitamine D, après l’exposition au Soleil. Il suffit de s’assurer que les tubes émettent les mêmes quantités de rayons UVB, ou plus, que le Soleil en apporte, soit 5%. Avec ce pourcentage de rayons UVB, les risques liés aux rayons UVA ne l’emportent pas sur les bénéfices que peuvent nous apporter les rayons UVB. Beaucoup de lits de bronzage émettent des rayons UVB selon ce pourcentage. Ensuite, il est impératif d’être vigilant et de doser le temps d’exposition selon chaque cas individuel, afin d’éviter les brûlures. Il est conseillé d’y aller graduellement.22,31


En plus des brûlures qu’il faut à tout prix éviter, Dr. Mercola nous met en garde contre les dangers du champ électromagnétique émis par les appareils avec ballast magnétique, qui peut favoriser le cancer. Il recommande plutôt les appareils de bronzage avec ballast électronique, qui se font toutefois rares.22 Néanmoins, en dépit du risque que constitue le champ électromagnétique émis par les appareils de bronzage à ballast magnétique, les bénéfices l’emportent sur les risques. Il est préférable d’aller chercher sa dose quotidienne de vitamine D au salon de bronzage qu’avec un supplément alimentaire, puisque notre corps est fait pour la synthétiser sous l’action des rayons UVB. 22,31


Les recommandations de l’OMS et des représentants de la médecine conventionnelle d’éviter le Soleil, d’éviter les salons de bronzage et d’induire avec abondance sa peau d’un écran solaire avant les sorties à l’extérieur, sont probablement responsables en partie de la pandémie grandissante de carences en vitamine D dans les pays nordiques, avec toutes les conséquences catastrophiques sur la santé publique qui en découlent.


D’autres facteurs peuvent expliquer la pandémie de carence en vitamine D. Parmi ces facteurs, il y a le fait que beaucoup de médecins ne font pas passer le bon test pour vérifier les niveaux sanguins de vitamine D de leurs patients, soit le 25(OH)D. Selon le Vitamin D Council, un autre facteur explicatif de ce problème de santé publique est qu’une grande proportion de laboratoires aux États-Unis effectuent des test 25(OH)D dont les résultats ne sont pas fiables. Par exemple, le journal New York Times du 7 janvier 2009 rapporte que le plus grand laboratoire médical des États-Unis, Quest Diagnostics, a dû contacter des dizaines de milliers de médecins, pour les avertir que des milliers de tests, effectués depuis les deux dernières années, «pouvaient comporter des erreurs». 43


Les suppléments de vitamine D:
quelle quantité doit-on prendre?


John Cannell et Reinhold Vieth, chercheur médical à l’université de Toronto et spécialiste mondialement reconnu sur la vitamine D, mentionnent que, pour que les personnes ne bénéficiant pas d’exposition aux rayons du Soleil puissent atteindre les niveaux optimaux de vitamine D dans le sang, mesuré avec le test 25 (OH) D, soit un minimum de 50 ng/ml, elles doivent prendre en général une supplémentation de 1000 IU de vitamine D3 par jour par 25 livres de poids corporel.2


Par exemple, un Canadien pesant 125 livres et n’utilisant pas de lit de bronzage aurait besoin, durant les journées d’hiver, d’un supplément quotidien minimum de vitamine D3 de 5000IU. Ces quantités de suppléments de vitamine D dépassent largement les recommandations de L’Agence de la santé publique du Canada, qui recommande pour un adulte entre 400 et 600 IU par jour, et même les recommandations de la société canadienne du cancer, qui est de 1000 IU par jour.


Choisir le bon supplément
de vitamine D


Premièrement, il est important de faire la différence entre les deux formes de vitamine D: la D3 (cholécalciférol), celle que nous produisons sous les rayons UVB, et la D2, l’ergocalciférol (celle qui est prescrite par les médecins). La vitamine D3 est plusieurs fois plus efficace que la D2. 14,15


Pour ce qui est de la supplémentation en vitamine D3 disponible sous forme d’huile de poisson, telle que l’huile de foie de morue, les spécialistes ne s’entendent pas tous sur la question de possibilité d’intoxication à la vitamine A. Dr. Mercola, qui a longtemps recommandé et vendu sur son site web mercola.com de l’huile de foie de morue, est revenu sur ses positions en 2008, 25 suite à un rapport de recherche rapportant des problèmes d’intoxication en vitamine A avec ce supplément.2 Les auteurs du rapport de recherche, dont Dr. Cannell et Reinhold Vieth, font état d’une diminution de l’efficacité de la vitamine D lorsqu’elle est prise avec une trop grande quantité de vitamine A. Quant à la Weston Price Foundation 24, organisme scientifique à but non lucratif, ayant pour objectif l’éducation du grand public au sujet de la saine nutrition, elle recommande l’huile de foie de morue. La vitamine A est essentielle au bon fonctionnement de la vitamine D, affirme-t-elle.


En attendant qu’il y ait un consensus sur la question de l’intoxication à la vitamine A, il est primordial de s’assurer, si on décide de porter notre choix sur une huile de foie de morue, au lieu d’un supplément en vitamine D isolée, de connaitre le ratio de vitamine A/vitamine D de la marque que l’on choisit. Certaines marques d’huile de foie de morue ont des ratios de vitamine A/vitamine D qui dépassent une centaine, ce qui est au bout du compte très dommageable pour la santé. Il y a des différences énormes d’une marque d’huile de foie de morue à une autre, comme le fait remarquer Dr. Mercola. Il convient donc d’être extrêmement prudent.

 

La devise d’Hippocrate:
«Avant tout, ne pas nuire»



Hippocrate, souvent désigné comme le père de la médecine, avait pour devise principale: «Avant tout, ne pas nuire». Un diagnostic incertain était suivi d’un traitement polyvalent.


Nous nous retrouvons, en septembre 2009, avec un virus, le H1N1, dont les statistiques ne démontrent pas jusqu’à présent une virulence élevée.


Personne ne peut prédire l’issue de la propagation du virus de la grippe A (H1N1), ni s’il y aura une mutation du virus qui le rendra plus mortel au cours des prochains mois. Dans ce dernier scénario, les vaccins n’auront que très peu de chance d’être efficaces.


Il convient toutefois de garder son calme. En effet, quoique le virus H1N1 soit très contagieux et qu’il soit statistiquement un peu plus virulent que les virus de la grippe saisonnière, la plupart des personnes dont on sait qu’elles l’ont contracté réussissent à se rétablir complètement et rapidement. Celles qui en meurent sont pour la majorité des personnes qui avaient déjà une maladie chronique.38,40


L’évidence jusqu’à maintenant est que la menace de la grippe A(H1N1) ne provient pas tant du virus même, que d’un système immunitaire préalablement affaibli. On connait maintenant le pouvoir immunisant d’un taux sanguin optimal de 25 (OH)D. Nous savons aussi qu’il existe une réelle pandémie de carence en vitamine D dans les pays nordiques, tel le Canada. Miser sur une optimisation des taux de vitamine D sanguins de la population mondiale, dans le cadre de la lutte contre une pandémie de grippe, présenterait l’avantage de respecter la devise principale d’Hippocrate. Non seulement cette solution prometteuse ne nuirait pas, mais elle contribuerait à prévenir beaucoup d’autres maladies que la grippe A (H1N1).



Références
1. Cannell J.J. MD, Vieth R. et ass. Epidemic influenza and vitamin D. Epidemiol. Infect. 2006; doi: 10.1017/S0950268806007175

2. Cannell John J., Vieth Reinhold et associés . Cod liver oil, vitamin A Toxicity, Frequent Respiratory Infections, and the Vitamin D Deficiency Epidemic. Annals of Otology, Rhinology And Laryngology, 2008,. 117 (11): 864-870

3. Ginde Adit et ass., Association between serum 25-hydroxyvitamin D level and upper respiratory tract infection in the third national health and nutrition examination survey, Arch Intern Med. 2009; 169 (4) : 384-390

4. Mercola Joseph, Important vitamin D update. 27 déc 2008.
http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2008/12/27/important-vitamin-d-update.aspx

5. Mercola, Joseph, Over a million people die every year from lack of sun exposure. http://www.everyday-wellness.com/resources/Sunlight+Special-+Dr.+Mercola.pdf

6. Dietrich T, Joshipura KJ, Dawson-Hughes B, Bischoff-Ferrari HA. Association between serum concentrations of 25-hydroxyvitamin D3 and periodontal disease in the US population. Am J Clin Nutr. 2004 Jul;80(1):108-13.

7. Dietrich T, Nunn M, Dawson-Hughes B, Bischoff-Ferrari HA. Association between serum concentrations of 25-hydroxyvitamin D and gingival inflammation. Am J Clin Nutr. 2005 Sep;82(3):575-80.

8. Pittas AG, Lau J, Hu FB, Dawson-Hughes B. The role of vitamin D and calcium in type 2 diabetes. A systematic review and meta-analysis. J Clin Endocrinol Metab. 2007 Jun;92(6):2017-29.

9. Cantorna MT, Mahon BD. Mounting evidence for vitamin D as an environmental factor affecting autoimmune disease prevalence. Exp Biol Med (Maywood). 2004 Dec;229(11):1136-42. Review.

10. Judd SE, Tangpricha V.Vitamin
D deficiency and risk for cardiovascular disease.
Am J Med Sci. 2009 Jul. 338(1):40–4.

11. Cannell John Jacob, 2004, Vitamin D Council. Vitamin D and Depression. http://www.vitamindcouncil.org/depression.shtml

12. Cannell J.J. H1N1 Flu and Vitamin D.
http://www.vitamindcouncil.org/newsletter/h1n1-flu-and-vitamin-d.shtml

13. Holick MF, Chen TC.Vitamin D deficiency: a worldwide problem with health consequences. Am J Clin Nutr 2008 ; 87 (4) : 1086S-6S.
http://www.ammom.com.mx/AMMOM/AmJClinNutr2008-87-1080s-1086s.pdf

14. American Society for Nutrition. The case against ergocalciferol (vitamin D2) as a vitamin supplement. American Journal of Clinical Nutrition Vol. 84, No. 4, 694-697, October 2006

15. Dr. Mercola Joseph. Beware of most prescription vitamin D supplements! http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2006/10/26/beware-of-most-prescription-vitamin-d-supplements.aspx

16. Lévesque Danielle. La vitamine D, tout le monde en parle mais… Le Médecin du Québec, volume 44, numéro 3, mars 2009. http://www.fmoq.org/Documents/MedecinDuQuebec/mars-2009/051-055MmeL%C3%A9vesque0309.pdf

17. Marie-Hélène Croisetière –passeportsanté.net, 30 juillet 2009. Grippe A (H1N1): la vitamine D à l'étude
http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=20090798_grippe-a-h1n1-la-vitamine-d-a-l-etude

18. Vitamin D council. Understanding Vitamin D Cholecalciferol. http://www.vitamindcouncil.org/

19. Santé Canada, février 2007, Bronzer sous des lampes.
http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/pubs/sun-sol/tanning-bronzer-fra.php

20. Organisation mondiale de la santé, Lits de bronzage, bronzage et exposition aux UV, Aide-mémoire N°287, http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs287/fr/

21. Organisation mondiale de la santé, Y a-t-il des effets bénéfiques du rayonnement UV ? http://www.who.int/uv/faq/uvhealtfac/fr/index1.html

22. Mercola Joseph. I'm Afraid Your May Be Underexposed You Need Vitamin-D Producing UVB Rays!
http://tanningbeds.mercola.com/tanning-beds/standup-tanning-systems.aspx

23. Wikipedia. Vitamine D. http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine_D

24. Weston price foundation. http://www.westonaprice.org/

25. Dr. Mercola, Joseph, Important cod liver update. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2008/12/23/important-cod-liver-oil-update.aspx

26. Agence de la santé publique du Canada, 6 août 2009. Le gouvernement du Canada annonce son intention de commander 50,4 millions de doses de vaccin contre la grippe H1N1. http://www.phac-aspc.gc.ca/media/nr-rp/2009/2009_0806-fra.php

27. Dr. Mercola Joseph, 16 décembre 2008, My One Hour FREE Vitamin D Lecture to Clear Up All Your Confusion on this Vital Nutrient. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2008/12/16/my-one-hour-vitamin-d-lecture-to-clear-up-all-your-confusion-on-this-vital-nutrient.aspx

28. Dr. Mercola Joseph. The most overlooked vitamin of the summer season. http://products.mercola.com/vitamin-d-spray/

29. Jo Macfarlane, Mail online. , 15 août 2009. Swine flu jab link to diller nerve disease : leaked letter reveals concern of neurologists over 25 deaths in America. http://www.dailymail.co.uk/news/article-1206807/Swine-flu-jab-link-killer-nerve-disease-Leaked-letter-reveals-concern-neurologists-25-deaths-America.html

30. Martin LaSalle – PasseportSanté.net. 11 juin 2009. Grippe A (H1N1): l'état de pandémie est déclaré.
http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=2009060978_grippe-a-h1n1-l-etat-de-pandemie-est-declare

31. Mercola Joseph, Dark deception (Thomas Nelson, inc., Nashville, 2008)

32. Gouvernement du Québec, Loi sur la santé publique, à jour au 27 juillet 2009,http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/S_2_2/S2_2.htm

33. Gouvernement du Canada, révisé le 25 septembre 2007. Projet de loi C-42, loi modifiant la loi sur la mise en quarantaine, Bibliothèque du Parlement. http://www2.parl.gc.ca/Sites/LOP/LegislativeSummaries/Bills_ls.asp?lang=F&ls=c42&source=library_prb&Parl=39&Ses=1

34. George J. Annas,25 avril 2002, Bioterrorism, Public Health, and Civil Liberties, The New England Journal of Medicine, Volume 346:1337-1342, number 17. http://content.nejm.org/cgi/content/full/346/17/1337

35. Watson Steve, 3 août 2009. New York State Adopts Mandatory Flu Vaccination Program For Health Workers. . infowars.net. http://infowars.net/articles/august2009/030809Mandatory.htm

36. Adams Mike, 28 août 2009, Natural News, Wake Up, America: Forced vaccinations, quarantine camps, health care interrogations and mandatory "decontaminations”. http://www.naturalnews.com/026934_health_public_health_quarantine.html

37. Vitamin D Council. Cancer. http://www.vitamindcouncil.org/researchCancer.shtml

38. CDC, 4 septembre 2009, Surveillance for Pediatric Deaths Associated with 2009 Pandemic Influenza A (H1N1) Virus Infection --- United States, April--August 2009

39. 39.Wikipedia. Syndrome de Guillain-Barré.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Guillain-Barr%C3%A9

40. John Cannell, The Vitamin D Newsletter, September 5, 2009

41. New York State Nurse Association. Mandated Influenza Vaccinations: The many issues surrounding the new regulation. http://www.nysna.org/advocacy/points/flu.htm

42. Mercola Joseph, june 03 2008, What's the Most Dangerous Part of Sun Exposure?
http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2008/06/03/what-s-the-most-dangerous-part-of-sun-exposure.aspx

43. Pollack Andrew, january 7 2009, The New York Times, Quest Acknowledges Errors in Vitamin D Tests. http://www.nytimes.com/2009/01/08/business/08labtest.html

44. Alain Salles, 09.09.09, Grippe A: le ministère de la justice a préparé un plan en cas de crise grave, Le Monde.fr.

45. Engdahl William, 31 juillet 2009, Les fabricants de vaccins contre la grippe H1N1 viennent d’obtenir l’immunité juridique, Mondialisation.ca


Source: http://www.santedentaireholistique.com/h1n1.html

Publié sur L'Art de Vivre Sain, selon le souhait de l'auteur.


Source

Partager cet article

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Aides pour le Corps
commenter cet article

commentaires