Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 10:52

CONGRES à l’Institut Paracelse

26, 27 et 28 MAI 2007

 

La SANTÉ du CORPS,
de l’ÂME et de l’ESPRIT

 

Trouver un langage commun

Associer les compétences

S’entendre sur les mots

 

Comme chaque année, l’Institut PARACELSE organise un congrès les 26, 27 et 28 mai prochain, ouvert à tous!

Il aura lieu cette année à l’Hôtel PUERTA DE ESPANA à La Jonquera, à l’entrée de la Jonquera en venant du Perthus, à gauche de la N11, au numéro 68. Vous pouvez réserver votre chambre à cet hôtel (50 € la chambre pour deux personnes) en téléphonant au 0034 972 554 121. L’hôtel fait aussi restaurant et nous pourrons y déjeuner en «groupe» pour 12 € le repas, il suffira de prévenir la veille!

Jour après jour, nous avançons dans la compréhension des mécanismes et autres rouages qui permettent de garder ou de retrouver la santé!

Le congrès de cette année mettra l’accent sur:

1 - Une mise au point au sujet des conceptions pasteuriennes:

Il nous apparaît fondamental en effet de mettre définitivement de côté toutes les hypothèses gratuites autour du système immunitaire et d’une éventuelle guerre bactériologique ou virologique en nous aidant des multiples travaux et découvertes faites sur les microzymas (ou nanobes), l’hygiène de vie, l’énergétique et la psychosomatique.

2 - La naturopathie selon Hildegarde de Bingen (12e siècle).

Cette religieuse s’est paralysée parce qu’elle refusait de témoigner des révélations dont elle bénéficiait. Elle a guéri dès qu’elle a accepté de le faire. Elle nous apporte toute une série de clefs particulièrement simples et faciles à mettre en oeuvre.

Cette année encore, nous ouvrons nos portes et nos oreilles à tous ceux qui sont prêt à partager leurs avancées comme nous le faisons nous-mêmes. Chaque conférence sera suivie d’un débat où tous pourront participer dans l’amitié.

 

PROGRAMME PRÉVU A CE JOUR (Avril 2007)

 

Pauses de 11 h à 11 h 15 / de 13 h à 15 h / de 17 h à 17 h 15

 

Samedi 26 mai 2007 Dimanche 27 mai 2007 Lundi 28 mai 2007

9 h - Alain SCOHY – Microzymas ou NANOBES – dernières avancées scientifiques.

Conceptions pasteuriennes.

9 h - Alain SCOHY : la Diététique et le Gai Rire

10 h - Nicolas LEMOINE –

présentation de AMAVIE

9 h – Jacky ALAIZ : Mandalas d’intégration thérapeutique

11 h 15 - Bernard ASQUIN –

témoignage

11 h 15 - Christine LE MANACH –

les dents et l’alchimie de la bouche

11 h 15 – Jean de Combredet :

prendre en mains sa santé par les médecines énergétiques

15 h - Dominique CAMPAGNA –

décodage biologique du cerveau inconscient / la «salutogenèse» du Dr Glockler par la rééducation des 12 sens

15 h - Aline RICHARD - La musique et la santé / émotions (Beethoven), recentrage et envolde l'âme (Schubert), joie et rayonnement du coeur (Chopin) 15 h - débats ouverts avec tous ceux qui le voudront - et surtout les «thérapeutes» - en mettant l’accent sur les résultats concrets obtenus par nos méthodes.

16 h - Daniel KERBIRIOU –

recherches en énergétique

17 h 15 - Christian BAUER – le drainage lymphatique

17 h 15 - Naturopathie et diététique avec Ste Hildegarde avec Claude et Marie-France Delpech des Jardins d’Hildegarde.

18 h 15 - Pierre le SAINT – les avancées d’un guérisseur. Le magnétisme…

 

INSCRIVEZ-VOUS si possible avant le congrès.

Un service librairie sera à votre disposition sur place.

PARTICIPATION AUX FRAIS: 20 € par personne

 

Le congrès concerne toutes les personnes souhaitant s’ouvrir dans le domaine de la santé!

 

RENSEIGNEMENTS:

Institut PARACELSE, S.L.U., Carrer Concordia n°1, ESPAGNE – 17707 – AGULLANA, 0034 972 535 678 ou 0034 620 182 992

Alain & Brigitte SCOHY - E-mail: alainscohy@wanadoo.es; Site: http://www.alain-scohy.com

Agullana se situe à 7 km de la frontière franco-espagnole du côté de Perpignan / Le Perthus.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 14:01
Lutte contre l'obésité

(suite)

Disparités dans l’obésité

L'obésité ne frappe pas de manière égale les populations humaines. Certains groupes ethniques isolés pendant des générations étaient plus exposés que d'autres au changement brutal de mode de vie: ainsi les Indiens Pimas d'Arizona, les Nauruens mélanésiens sont obèses à 80 %, et près d'un sur deux développe un diabète avant l'âgé de cinquante ans!

Car l'obésité, comme beaucoup de maladies humaines répandues, a beaucoup de causes diverses, associant l'interaction de facteurs environnementaux générateurs d'obésité avec des gènes de prédisposition au surpoids transmis d'une génération à l'autre, voire même sélectionnés car ayant apporté à un moment de l'histoire de l'humanité un avantage en termes de survie de l'espèce.

Devant combattre pour survivre, l'être humain préhistorique était plutôt bien nourri et peu carencé, mais, selon ce que l'on croit savoir, la sédentarisation et l'apparition de l'agriculture pendant le néolithique ont, paradoxalement, apporté des disettes à répétition, entrecoupées de périodes de vaches grasses. Les sujets aptes au stockage de l'énergie - donc les gros - en période faste et à la parcimonie en période de vaches maigres ont mieux résisté aux périodes de disettes. Et leurs gènes commandant le stockage sont devenus prépondérants, particulièrement dans certains groupes isolés aux conditions de vie difficiles.

Les récents progrès de l'agriculture, apportant à une large partie de l'humanité un accès quasi-illimité à la nourriture, ont paradoxalement eu un impact négatif sur notre santé, en exacerbant les tendances à l'excès de graisse des sujets génétiquement prédisposés.

De façon générale, dans l'abondance, les êtres humains mangent trop, parce qu'ils mangent principalement par plaisir, ce qui fait que la nécessité n'apparaît qu'en second et ne peut jamais réellement se manifester, puisqu'alors ils mangent avant d'avoir faim!

Il est normal de manger aussi par plaisir, mais le plaisir ne devrait se manifester qu'en second, car la cause première de l'acte de la nutrition devrait uniquement être la vraie faim, laquelle n'est pas à confondre avec le désir de manger...

Le Vénitien centenaire, Luigi Cornaro, entre autres, dans ses célèbres "Discours sur la frugalité", a fort bien démontré les bienfaits d'une saine Sobriété alimentaire.

Gros de père en fils

Incontestablement, la corpulence est l’un des traits humains les plus héréditaires. Les études des vrais jumeaux (génétiquement identiques) ont démontré la concordance quasi absolue de leur corpulence, même quand les jumeaux avaient été élevés séparément dans des familles adoptives différentes. De même, leur éventuelle tendance à l'obésité est à rapprocher des caractéristiques de leurs parents biologiques mais non de leurs parents adoptifs. C'est donc bien héréditaire. Enfin, la suralimentation contrôlée de jumeaux conduit à une prise de poids certes très variable d'une paire à l'autre mais, là encore, quasi identique entre les deux jumeaux d'une même paire. Ainsi, la réponse au régime riche en graisses est un trait génétiquement déterminé. Certains sujets résistent à l'obésité, alors que d'autres sont très sensibles au régime dit "obésogène". Autrement dit, pour deux qui mangent la même chose, l’un grossit et l’autre pas. Il n’y a donc, là non plus, pas égalité devant le risque de devenir gros. Si l'égalité existe, elle se trouve donc ailleurs...

L'analyse familiale a aussi conclu à l'existence d'un petit nombre de gènes ayant un impact majeur sur la corpulence et particulièrement sur le pourcentage ou la distribution locale de la masse grasse. Ces gènes expliqueraient plus de la moitié des variations du poids entre êtres humains de même âge et de même sexe. Curieusement, si l'on prend en compte le rôle de ces gènes, toujours grâce à l'examen de jumeaux, il apparaît que les facteurs environnementaux les plus puissants ne sont pas – comme on pourrait le penser - uniquement alimentaires. Le tabac et la supplémentation hormonale de la ménopause préserveraient ainsi artificiellement et momentanément les femmes anglaises ménopausées du surpoids. Il a été aussi démontré que des enfants en surpoids, âgés d'une dizaine d'années, ayant au moins un parent obèse, avaient un risque de 80% de devenir, à leur tour, obèses à l'âge adulte. Contre seulement 10 % de risque si leurs deux parents étaient plutôt du genre maigrichon.

Alerte rouge

En 2000, l'Organisation mondiale de la santé a alerté les gouvernements du développement de la première épidémie non infectieuse de l'histoire de l'humanité: l'obésité. Aujourd'hui, l'on ne sait pas guérir une obésité massive, alors que, par des mesures simples et peu coûteuses, l'on peut la prévenir chez des sujets prédisposés. Là encore, comme dit si justement le proverbe, "il vaut mieux prévenir que guérir!". Une mobilisation efficace contre l'obésité, qui protégerait les jeunes générations contre ce fléau, est possible et a, par exemple, été expérimentée avec succès en Finlande. 

Mais elle nécessite une politique volontariste. Car il convient alors de s'attaquer aux racines du mal: le "tout-bagnole", le manque de mouvement, la malbouffe, qui atteint autant les cantines scolaires que les établissements de "restauration rapide", etc.

Elle nécessite aussi une politique publique de recherche sur l'obésité, ses causes et conséquences, particulièrement chez l'enfant, une politique qui, aujourd'hui, en de nombreux pays, fait quasi-totalement défaut.

Les retombées de l'obésité enfantine sur la santé publique sont importantes puisque cette affection entraîne, en cascade, notamment un risque accru de diabète et de maladies coronariennes survenant à l'âge adulte. Avant 1980, le nombre d'enfants obèses doublait tous les trente ans, mais depuis, il a littéralement explosé. En 1986, 8% des enfants noirs, 10% des enfants hispaniques et 8% des enfants blancs étaient qualifiés d'obèses, contre respectivement  22%, 22% et 12% pour les mêmes groupes d'enfants, âgés de quatre à douze ans, en 1998. Les raisons principales de l'obésité généralement reconnues par les spécialistes sont le manque d'activité physique et l’abus de fast food.

L'Organisation Mondiale de la Santé dit que le surpoids des jeunes risque de les conduire tout droit à la catastrophe. La génération, qui porte le titre peu enviable de "génération XXlarge", vivra, en effet, moins longtemps que celle qui les a mis au monde - à moins d'un sérieux coup de barre, commençant par le bannissement complet des gras trans.

A bas les gras trans!

Que sont les gras trans? Le traitement de nombreuses huiles détruit une partie des acides gras indispensables ou les transforme en d'autres composés chimiques qui ne sont pas utiles à notre organisme.

Ces composés sont appelés acides gras trans.

Les huiles sont sensibles à l'oxydation, la chaleur et la lumière. Elles peuvent très vite devenir rances. Bien que l'huile rance puisse aussi avoir d'intéressantes propriétés thérapeutiques, pour les industriels en agro-alimentaire, ceci était devenu un problème. Ils ont alors développé des méthodes qui permettent de conserver les huiles plus longtemps et qui les rendrent plus résistantes. Les méthodes d'extraction consistent à chauffer, en présence d'un solvant, la matière premiere de l'huile (graines, fruits...). Les huiles sont ensuites exposées à des métaux semi-toxiques voire toxiques (tels que le nickel et l'aluminium) et parfois blanchies et désodorisées à l'aide de produits chimiques.

Le problème est que pendant ces traitements, les acides gras indispensables sont détruits. Les configurations cis que l'on trouve normalement chez les acides gras indispensables sont changées en configuration trans.

Les acides gras trans se comportent dans notre organisme comme s'ils étaient des acides gras saturés. Ils diminuent le "bon" cholestérol et augmentent le "mauvais".

Pour en savoir encore plus sur les {méfaits des} gras trans, par exemple, cliquer ici.

Diminution de l'espérance de vie

Avec l'actuelle diminution de l'espérance de vie nous vivons un recul historique, car cela faisait près de 200 ans que, de génération en génération, l'espérance de vie augmentait, mais les spécialistes calculent que la génération XXlarge mourra plus tôt que la précédente. En effet, le tissu adipeux est une glande qui a des répercussions directes sur le métabolisme. Résultat: la cellule adipeuse (l'adipocyte) moderne ayant perdu ses repères, cela ouvre la porte à des maladies telles que le diabète de type 2, l'hypertension et les troubles cardiaques, qui guettent même les plus jeunes et hypothèquent gravement leur avenir.

L'obésité a presque triplé chez les enfants, un fait que les parents ont encore beaucoup de mal à admettre. Aujourd'hui, au Canada, un enfant sur quatre présente un problème de surpoids, un taux qui grimpe à 41 % chez les jeunes autochtones qui vivent en dehors des réserves et à 55 % chez ceux qui vivent dans les réserves. Le phénomène est devenu si important que l’on parle maintenant d'«épidémie».

Défaut d’implication des parents

L’on ne peut que déplorer le manque d'implication des parents dans la lutte contre les kilos en trop de leurs chères têtes blondes. Le sentiment s’avère ici mortel: «Nous tuons nos enfants avec notre gentillesse.» Il est temps que le public se réveille et, entre autres, se tourne vers une saine et intelligente alimentation.

En attendant que l'industrie alimentaire fasse son mea culpa – ce qui ne vient pas vite! - et s'adapte à la réalité d'un nombre grandissant de gens de tous âges en train de toujours plus ressembler au bibendum Michelin et que l'étiquetage des emballages d'aliments pré-emballés permettent de facilement identifier les aliments obésogènes, il faut éliminer les gras trans de l'alimentation et les remplacer par des produits à faible teneur en gras saturés.

Vers une Alimentation {plus} Intelligente...

Il apparaît de plus en plus qu'après avoir, pendant des décennies, mangé "bêtement" nous avons maintenant besoin d’une alimentation ... intelligente!

Comment "Marie-Thérèse" (par exemple, celle de "Gaston", tirée de la célèbre chanson de Nino Ferrer!) peut-elle ne plus être  obèse? Peut-être en se nourrissant intelligemment?

Pour lutter contre l’obésité et l’excès de poids

et en savoir plus sur une Alimentation Intelligente,

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 12:50

Obésité – “Fat is not beautiful

Des enfants qui vivront moins vieux que leurs parents

L'obésité, première épidémie non infectieuse de l'histoire

 

Les gros ont de l'avenir, mais pas trop longtemps...

«Les hommes préfèrent les grosses» affirme assez sottement le titre d’un film; cela reste à vérifier. L’on dit aussi que «Small is beautiful» de même que, sans doute, «Black is beautiful» mais peut-on aussi dire que «Fatty is beautiful», cela devient nettement moins évident? Le problème est que cela n’est pas seulement une question d’esthétique mais, de façon encore plus vitale, de santé.

L’humanité est mal nourrie: sur 6,6 milliards d'êtres humains, plus de 3 milliards sont sous-alimentés. Cela c’est donc la sous-alimentation mais il y a d’autres manières d’être mal nourri, notamment la sur-alimentation. Les autres, habitant principalement dans les pays riches ou émergents, sont, lentement mais sûrement, tellement sur-alimentés qu’ils sont tout simplement, pour un bon nombre, en train de devenir obèses. Déjà 60 % des Américains sont en surpoids et 25 % franchement obèses. Si l'Europe semble encore relativement épargnée, avec 30 % «seulement» d'adultes en surpoids, les perspectives sont peu réjouissantes: le nombre d'enfants obèses a doublé en cinq ans, et, à ce rythme, au cours des quinze prochaines années, l'Europe aura rattrapé les états-Unis. Et l'obésité n'est pas seulement un problème d'esthétique. Comme le rappelle le Docteur Lylian Le Goff, spécialiste de la nutrition, l'excès de graisse est le facteur de risque majeur du diabète, expose aux maladies cardio-vasculaires précoces, à certains cancers, etc.

Aux états-Unis, toujours à la pointe de tout, y compris du mauvais, est apparue, depuis quelques années, une nouvelle maladie qui touche les enfants obèses de onze ans en moyenne, principalement au sein des minorités ethniques pauvres. Il s'agit d'une forme ultra-précoce de diabète de type 2 (dit «diabète gras»), qui, compte tenu de l'absence de couverture sociale de 40 millions d'Américains, a toutes les «chances» de décimer, au cours des prochaines années, tout un contingent de la jeunesse de ce pays. C’est en 1999 que les premiers cas de diabète atypique de l'enfant sont arrivés en France, et, suivant le «modèle américain», il continue à s'étendre.

Graisse "écologique"

Mais ne voilà-t-il pas que les gros et - surtout! - gras sont en train - pour l’instant involontairement, mais, plus tard, qui sait? - venir au secours de la ... pénurie énergétique!

En effet, un Norvégien veut maintenant recycler la graisse des personnes obèses!!!

Comme déjà dit, avec, aux états-Unis, plus de 60 % de la population souffrant d'une surcharge pondérale, l'obésité et le surpoids sont de véritables problèmes de santé publique. Pour le traiter, nombre de personnes ont recours à la liposuccion, une technique d'aspiration de la graisse en chirurgie esthétique.

Les volumes de graisse récoltés sont tels qu'un homme d'affaires norvégien, Lauri Venoy, souhaite les récupérer pour fabriquer du biocarburant pour les véhicules!!!

Pour son approvisionnement, Laury Venoy est en pourparlers avec différents établissements hospitaliers, dont l'immense hôpital américain Jackson Memorial. Avec lui, l'homme d'affaires norvégien convoite l'acquisition hebdomadaire de 11 500 litres de graisse humaine, issues des liposuccions, pour produire, à chaque fois, 10 000 litres de «bio-diesel»! Nous mettons ici l’expression entre guillemets, car pour qu’un tel diesel soit «bio» il faut aussi que ce soit de la graisse de personnes grasses mangeant vraiment Bio!

Mais si l’on considère que 11500 litres de graisse humaine sont transformés en 10000 litres de carburant, il y a très peu de perte et c’est donc vraiment très rentable!

Les gros - et surtout s’ils sont bien gras - au secours de l’environnement, c’est nouveau! Avec ces nouvelles «vaches à lait» l’expression «bon gros» risque maintenant d’être remplacée par «gros lucratif», car la graisse va bientôt valoir de l’or!

Si l’hôpital de New York est aussi intéressé - actuellement cette graisse perdue est détruite par incinération - le projet se heurte encore à la législation sur les «déchets médicaux». Alors, la graisse humaine est-elle un déchet médical ou, tout au contraire, une appréciable et nouvelle source d’énergie renouvelable, en un mot un produit hautement écologique»?

Rouler au gazole va devenir ringard, et le fin du fin écologique sera bientôt de rouler à la graisse humaine!

D’aucuns disent que cette histoire est «bidonnante»; en fait, ils ne croient pas si bien dire!

Source: Science et management, via Intelligence Verte: http://www.intelligenceverte.org

Pourquoi l'obésité progresse-t-elle? C’est, à la fois, pour des raisons environnementales (pollution généralisée), conjoncturelles (mondialisation) et nutritionnelles (nourriture trop riche). La mondialisation a, en effet, copié sur le modèle nord-américain, généralisé le faux mode de vie occidental sédentaire, etc. Et l'on a aussi justement parlé de la responsabilité de la "MacDomination", de la "Cocacolonisation" des populations des pays émergents, contre lesquelles des militants alter-mondialistes comme José Bové, candidat aux élections présidentielles, avec la confédération paysanne, se révoltent.

La malnutrition des pauvres est alarmante. L'obésité est particulièrement fréquente chez les personnes se tenant en bas dans l'échelle sociale! Manger suffisamment tout en préservant sa santé est loin d'être évident pour des millions de défavorisés vivant en France ou ailleurs. C'est ce qu'affirme une étude qui souligne une "situation très critique", voire alarmante parmi ceux qui recourent à l'aide alimentaire, façon «Restaus du cœur». Les plus défavorisés, outre les difficultés qu'ils rencontrent quotidiennement, sont à risque particulièrement élevé de maladies (diabète, maladies cardiovasculaires, cancers...), dont la nutrition représente l'un des facteurs les plus déterminants. Chez eux la consommation de fruits et de légumes est loin d'atteindre les niveaux recommandés. 5,% d'entre eux occupent un emploi et environ la moitié a des enfants à charge (2à 3 en moyenne). La moitié disent dépenser moins de 60 €uros par personne et par mois pour leur alimentation. L'obésité particulièrement fréquente parmi les personnes de faible statut socio-économique (elle est deux à trois fois supérieure parmi les femmes défavorisées) semble, en partie, liée  au faible coût des aliments les plus caloriques (gras et sucrés). L'hypertension artérielle est aussi très répandue chez eux. Une très faible proportion des personnes recourant à l'aide alimentaire ont une consommation de fruits et légumes frais, en conserves ou surgelés et de produits laitiers conformes aux recommandations. Compte tenu du nombre élevé de personnes considérées comme pauvres en France (selon le seuil utilisé, entre 4 et 7 millions), le problème de leur état nutritionnel constitue une réelle priorité dans les actions de santé publique.

D'ailleurs, une étude menée dès 1992 à Tokyo montrait que le nombre de nouveaux cas de diabète augmentait parallèlement au nombre de BigMac vendus dans la capitale du Japon. Le film «Supersize me» permet de comprendre pourquoi. Il n’en reste pas moins que ce n’est pas parce qu’un «Mac {Cra}Do» s’installe quelque part que tout le monde est obligé de se précipiter dedans. Si personne n’y allait, il metterait vite la clef sous la porte.

La «malbouffe» est certes une importante cause de la vague d'obésité dans les pays dits développés, mais ce n’est pas la seule! En fait, les populations occidentales ont tendance à consommer en l'an 2007 moins de calories et moins de graisses qu'en 1960, alors qu'ils continuent, quand même, régulièrement à grossir. Mais le sport à la télé ce n’est pas cela qui profite au corps! La baisse de l'activité physique a été constante depuis les années soixante. Or, il est une Loi fondamentale pour la Santé de la Création en général et des êtres humains en particulier, c’est bien celle du Mouvement. Aux états-Unis le parallélisme entre le nombre d'automobiles en circulation et l’accroissement de l’obésité est tout à fait frappant. Et cela est probablement vrai en Europe aussi, en attendant de se vérifier également sur les autres continents... 

Pour lire la suite afin d'entrevoir comment

 efficacement lutter contre l’obésité et l’excès de poids

grâce à une alimentation intelligente,

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 21:37

Vouloir Guérir

Désir et vouloir

Il est aujourd’hui possible d’affirmer avec une grande force de conviction que celui qui, malade, veut guérir peut guérir. Mais voilà, le veut-il vraiment? «Qui veut peut!» dit le proverbe et c’est tout à fait juste mais il est tout aussi exact de dire que celui qui veut peu obtient peu. C’est que rien n’est encore obtenu par le seul désir de guérir, c’est uniquement dans le vouloir-guérir que se trouve le levier pouvant déclencher la transformation le conduisant à la guérison.  Car ce vouloir doit déjà porter en lui l’action pour cela; sinon ce n’est pas un vouloir mais seulement un désir. . .

 

Si fort le désir puisse-t-il être, s’il n’est qu’un désir de l’intellect et non un désir de l’esprit devenu vouloir, il n’est pas suffisant pour trouver un contact avec là où se trouve la solution du problème. Comme Albert Einstein l’a déjà pertinemment fait remarquer: «La {fausse} manière de penser qui a engendré le problème ne peut pas être celle qui va résoudre le problème»; il y faut autre chose.


Le Chemin de la Guérison Parfaite est le Chemin inverse de celui qui a conduit à la maladie. Il suffit donc de parcourir ce chemin dans l’autre sens pour retrouver l’état initial normal qui est celui de la Santé Parfaite.


Seul celui qui s’approche avec conviction doit être aidé. La conviction doit ici déjà être la conviction dans le fait qu’il est tout aussi possible de guérir que de tomber malade, à partir du moment où l’on oriente son vouloir dans la direction de la guérison.


Ainsi ce n’est pas la vertu ou la volonté du thérapeute qui joue le premier rôle mais bien la volonté du malade. Le thérapeute ne peut ici qu’aider et accompagner et seul celui qui, avec la volonté de se remettre en cause, s'approche de lui l’âme ouverte pour recevoir l’aide doit, par lui, être aidé. Sinon, toute action est vaine.


Le Christ disait à ceux qui s’approchaient  de Lui pour guérir: «Qu’il te soit fait selon ta foi!» et, lorsqu’Il les avait guéris, Il leur disait: «Va, ta foi t’a sauvé». En ce cas tout à fait exceptionnel, il s’agissait, bien sûr, de la capacité du Christ à transmettre la Force Divine pour la Guérison, ce qu’un simple thérapeute ne peut, tout naturellement, pas faire. Aujourd’hui, il s’agit, pour le malade, d’avoir foi dans le fait qu’il peut guérir s’il remet en cause le faux comportement qui l’a conduit à la maladie.


Il lui faut donc changer le mal-vouloir qui l’a rendu mal-ade par un bon vouloir.


Mais qui est réellement prêt à cela? La plupart des êtres humains, y compris les malades, prennent beaucoup trop d’égards pour eux-mêmes. Cela veut dire que, même souffrants dans la maladie, ils évitent soigneusement de se remettre en cause, de remettre en cause leur faux comportement, leur fausse pensée, leur faux vouloir. Déjà ils sont malades, sur leur lit de douleur – ce qui, forcément, à leurs yeux, constitue la plus grande «injustice» qui soit! – et il faudrait, encore en plus, que ce soit de leur faute! Ils se révoltent rien qu’à cette seule pensée! Ils préfèrent rechercher les causes à l’extérieur, invoquer la fatalité, le destin, ou même parfois s’imaginer qu’avec leur souffrance «humblement acceptée» comme étant une grâce divine, ils participent à la co-rédemption de l’humanité!


Sortir de l’irresponsabilité

 

Car la société fait tout, en effet, pour que la pensée de se remettre en cause ne leur vienne jamais. Et, alors que l’être humain n’a pas de plus grand ennemi que lui-même, la maladie est forcément un ennemi extérieur à vaincre! Et on va le vaincre avec de l’argent, des téléthons, de la recherche «scientifique»! L’on va trouver à quel endroit la Nature s’est montrée déficiente afin de réparer, grâce au savoir et au pouvoir humains, ce qu’elle a si mal fait. Considérons le symbole de l’«ARC» («Association pour la Recherche contre le Cancer») L’ennemi – le cancer - est présenté comme se tenant à l’extérieur, en face de la victime, et alors, avec ce bel arc, on lui décoche une flèche en plein cœur, afin de le tuer. Youpeee!: L’ennemi est mort, le cancer est vaincu! Je suis guéri! (Ce qui reste à vérifier...)


C’est, d’ailleurs, ce que l’on fait avec ces traitements lourds que sont la radiothérapie et la chimiothérapie; l’on déclenche la grosse artillerie contre l’«ennemi», mais comme l’ennemi est à l’intérieur de soi-même c’est soi-même que l’on détruit! CQFD.


À sujet, fort pertinemment, Michel Dogna, thérapeute, lors de ses stages, déclare:


«Il faut arrêter avec l’assistanat


Et, en particulier, «un assistanat qu’il faut tout de suite arrêter: la médecine!»


Et il ajoute:


«On fait tout pour que vous ayez un cancer».


«Chaque cancéreux accomplit son devoir civique en rapportant 1 milliard de nouveaux francs aux labos. Après seulement, il a le droit de mourir.»

«Le taux - indiqué par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) - de survie après une chimiothérapie est de seulement 2% de survie après 5 ans.»


«C’est juste une rémission sur le coup, pour «mieux sauter» après. C’est terrible.»


«La chimio est notamment faite à partir de gaz moutarde utilisé pendant la guerre 14-18.»


«Il faut savoir dire NON à cela.»


«Malheur à celui qui ne sait pas dire NON!»


Un patient ayant subi une radiothérapie déclare: «Avec cela l’on met le feu dans le corps!». Certes l’on bombarde les «cellules malades», mais les saines, par la même circonstance, se trouvent aussi atteintes.


Alors, si le malade, plutôt que de se remettre en cause, veut continuer à croire, avec l’idéologie dominante, qu’il n’y est pour rien dans sa maladie et persister à se soumettre à de telles destructrices «thérapies», c’est son choix, un choix qui peut lui coûter sa vie.


Certes, en d’assez vastes cercles, l’on veut bien admettre, maintenant, que l’alimentation et le mode de vie influent sur la santé et que dans le fait de bien se nourrir ou pas, de se bouger suffisamment ou pas, de fumer ou non, de boire de l’alcool ou non, etc., réside une certaine responsabilité de l’être humain vis-à-vis de sa santé. Mais il ne s’agit toujours ici que de responsabilité à l’égard de facteurs extérieurs: De ce que l’on fait pénétrer dans son corps et comment on le traite.


Mais qui parle de la responsabilité totale de l’être humain en regard de sa propre intériorité? De ses choix en matière de vouloir et de penser, de parole et d’action? Des choix qui, à l’arrivée, s’ils sont faux ou mauvais, se répercutent en maladie! Bien peu en parlent…


Et, parmi ceux qui en parlent et qui essayent d’aider dans ce sens, qui connaît le processus réel et complet ici à l’œuvre? Ce processus qui est d’une totale simplicité!


Le Processus de la maladie et de la Santé

 

Redonnons-le ici en quelques mots: Ainsi que l’être humain le veut ainsi cela lui arrive! C’est son vouloir qui détermine son sort. Mais la plupart ne savent pas ce qu’ils veulent! Les maladies, en tant que conséquences du vouloir sont là pour aider chacun à prendre conscience de ses vouloirs.


Beaucoup rétorqueront: Mais cela est faux, car moi je n’ai jamais voulu être malade! Sans doute, mais c’est pourtant bien ce que vous avez voulu {de faux} qui vous a rendu malade!


Naturellement, dans le processus, entre le vouloir et la répercussion dans le corps terrestre il n’y a pas rien mais ils y a des formes, car le vouloir humain, à chaque fois, prend forme, et même si ces formes demeurent invisibles aux yeux terrestres, elles n’en sont pas moins très réellement existantes! C’est pareil, par exemple, pourle vent, personne ne le voit mais tous en perçoivent les effets!

 

Ce sont ces formes, qui, bien que connues depuis des millénaires, demeurent aujourd’hui méconnues de beaucoup quant à leur rôle pourtant déterminant dans le déclenchement des maladies. En attendant de pouvoir leur donner leur nom définitif, nommons-les provisoirement «entraves intérieures» une expression ayant l’avantage d’être assez neutre mais l’inconvénient de ne pas donner d’image claire de ce dont il s’agit.


Reconnaître pour Guérir

 

Le Travail à accomplir vers la Guérison va, tout d’abord, consister à reconnaître ces formes auquel l’être humain malade demeure lié et ce sera une étape importante vers la Guérison totale, d’abord celle de l’âme, puis, par répercussion, si le point de non-retour n’est pas encore atteint, aussi le corps terrestre. C’est la Guérison par la Reconnaissance.


Peu d’êtres humains sont, en effet, d’emblée, capables de reconnaître, sans autre démarche, le faux vouloir qui est à l’origine de leur maladie. C’est pourquoi la reconnaissance par eux-mêmes de leurs entraves intérieures s’avère, la plupart du temps, être une étape indispensable. Bien que cela soit en soi d’une extrême simplicité - ou peut-être même à cause de cela -, remonter jusqu’au faux vouloir initial, en tant que la plus profonde racine de la maladie, s’avère, pour la plupart des êtres humains, amèrement difficile.


Certains pourront peut-être y arriver seuls mais cela sera l’exception et non la règle. Dans la plupart des cas, la personne malade aura besoin d’un accompagnement lui offrant un «effet miroir» - un «miroir» tendu par l’accompagnant - pour parvenir à l’indispensable reconnaissance ou prise de conscience d’abord des entraves intérieures auxquelles le patient est lié, entraves qui le rendent malade d’abord animiquement ou psychiquement (c’est la même chose) puis se répercutent aussi physiquement dans son corps terrestre, puis du faux vouloir  ayant donné naissance à ces formes.


Lorsque la reconnaissance s’est produite, le malade peut alors changer le vouloir qui l’avait rend malade et ainsi entamer son processus de guérison. Dès que le mauvais ou faux vouloir se transforme en bon ou juste vouloir, de manière complètement autoactive le processus de Guérison se met alors en branle. Il peut, bien sûr, être terrestrement aidé par divers adjuvants terrestres (tels que remèdes naturels, compléments alimentaires, jeûne, magnétisme, etc.), mais le processus intérieur de guérison, de toutes façons, est en route… et, si un nouveau faux vouloir n’intervient pas dans l’intervalle, ne s’arrêtera que par le retour à une Santé Parfaite de l’âme et du corps.


Ceux qui, malades, ayant reconnu comme juste le processus ici décrit et sont en quête d’un accompagnement sous forme d’aide à la reconnaissance pour parcourir ce Chemin de la Guérison ou du retour à la Santé parfaite d’abord de leur âme puis de leur corps peuvent, à cette fin, demander à être mis en relation avec quelqu'un pouvant apporter une aide. 

 

0

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Juste - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 22:31
Message relayé

Objet: FW: DIFFUSEZ SI VOUS ETES DES CITOYENS COURAGEUX. IL EN RESTERA, POUR LE MOINS DES GRAINES QUE J'APPELLE ESPOIRS. ESPOIR DE VOIR LA VERITE TRIOMPHER.


------ Message transféré
De: "Jacques Daudon" <jacques.daudon@club-internet.fr>
Répondre à: "Jacques Daudon" <jacques.daudon@club-internet.fr>
Date: Tue, 27 Feb 2007 22:18:20 +0100

 

LES MALADIES VEGETALES, ANIMALES ET HUMAINES

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

S'INSTALLENT EN FRANCE
ET DANS LE MONDE
PORTEES PAR UNE DESINFORMATION INQUALIFIABLE

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

UNE DEGENERESCENCE PROGRAMMEE
<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>


 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Les dirigeants du Parti des Français Progressistes -- n'appréciant pas le contexte, agricole, biologique et médical actuel --dénoncent, preuves scientifiques à l'appui, ( Professeur Boucher, Professeur Delbet, Ingénieur Barbaud, Docteurs Vercoutère, Schmitz ) pour ne citer que les plus connus, les manoeuvres indélicates perverses, voire criminelles des trusts ou de groupes politico-industriels qui n'ont de cesse que de chercher à affaiblir le système immunitaire des plantes, des animaux et des hommes afin de déclencher des épidémies telles que dans l'affolement général les citoyens, les cultivateurs, les éleveurs demanderont à corps et à cris des vaccins ou des produits chimiques pour tenter d'arrêter une formidable hécatombe.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Afin d'étayer d'une manière simple leurs accusations voici un exemple concret du problème agricole.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Depuis plusieurs décennies les professeurs Delbet et Bouchet ne cessent de clamer à corps et à cris, documents précis d'études sur le terrain à l'appui, les déséquilibres magnésiens par rapport à la potasse. Jusqu'à l'heure vous pouvez acheter dans les coopératives agricoles des engrais, où la potasse domine dans les mélanges Mg/K20 dans des rapports inverses aux multiples conseils prodigués par ces professeurs. [Equilibre minéral Mg/K20 = 500/200 seul valable et non 125/200 en agro conventionnelle].

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Cette erreur est largement soutenue et voulue. Elle crée en milieu cultural des déséquilibres minéraux qui empêchent la fixation du calcium. Elle permet le développement du parasitisme, la fragilisation de la plante, de l'animal et de l'homme, avec à la clef beaucoup de maladies connues à l'heure actuelle ( fièvre aphteuse, peste porcine, mortalité des veaux, mammites, frigidité - stérilité des vaches, cancers, tétanos, diphtérie et vraisemblablement chinkungunia et autres maladies cousines dont les moustiques seraient soi - disant responsables, etc. . ). Le magnésium n'a-t-il pas permis de guérir dengue et Chik ! Voir les conseils de Marie Billi, conseiller municipal de Nice, conseils prodigués par fax à toute l'île de la Réunion et Guyanne.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

On doit retenir qu' à partir du moment où les sols sont carencés ou défavorisés en magnésie au profit de la potasse, élément nécessaire mais à employer avec prudence et dans un rapport déjà évoqué, la porte est ouverte à toutes sortes d'infections par baisse importante des défenses, que ce soit pour la plante, l'animal ou l'homme.

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Il s'ensuit que ce déséquilibre nous le répétons, volontaire, ne permet plus aux plantes, animaux et hommes de se défendre. Pour vaincre ce parasitisme diversifié, il est alors facile pour les chimistes de convaincre, citoyens, agriculteurs, éleveurs, producteurs de fruits, désinformés d'employer des produits phyto - sanitaires néfastes pour les organismes vivants.

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Les fruits, légumes, céréales ainsi traités n'ont pratiquement plus de ressources vitales ne transmettant pas à l'homme les sels magnésiens, enzymes utiles à la constitution de leurs défenses immunitaires. Ne voit-on pas que les régions agricoles, pauvres en magnésie, sont des régions où les cancers abondent! Ceci parce qu'une erreur agronomique grossière donne la part belle à la potasse, élément hautement dilaté, hydrophobe, antagoniste de la magnésie qui elle, est un élément protecteur, clef de voûte du monde vivant. La magnésie est l'activateur d'innombrables enzymes et biocatalyseurs. Le magnésium participe grandement à la défense des corps vivants, régulant en outre le potassium sanguin dont dépend l'activité cardio-vasculaire. Ce dernier protégeant le psychisme de l'individu bien mieux que le Prozac sans les dangeureux effets secondaires de ce dernier.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

En résumé, si l'agronome ne recherche pas le juste équilibre entre la magnésie et la potasse, il s'ensuivra inévitablement des déséquilibres organiques majeurs entraînant de redoutables maladies inguérissables à l'heure actuelle. Ces dernières ne peuvent être prévenues ou combattues que par des règles scientifiques déjà portées à la connaissance de tous, hélas dénigrées par la presse soudoyée.

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Il est utile que vous sachiez que seule l'union des citoyens pourra nous permettre d'éviter, tôt ou tard des pandémies que personne ne pourra juguler, pas plus par les produits chimiques que par les vaccins.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Avant une possible peste aviaire -- bien explicitée dans un remarquable livre intitulé "Crise Peste aviaire H5N1 - Culture du mensonge", ou une future épidémie de fièvre aphteuse, maladie, bien cernée dans un livre ancien intitulé "Equilibre minéral et santé" de J. Favier, avant que ne tombent comme des mouches des millions de citoyens victimes de cancers divers, hécatombe déjà envisagée par le professeur Bouchet au sein de l'Association Française d'Agriculture biologique (nous relevons aujourd'hui des augmentations angoissantes de ces divers cancers) -- nous vous faisons remarquer avec le plus grand flegme et le plus grand respect que les premiers responsables de ces futures plaies seront bien vous et moi, pour avoir osé fermer notre bouche et craindre de passer pour des "emmerdeurs".

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

A chacun de consolider notre défense par divers moyens.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

N-B - Dans Pratique de Santé, du 9 septembre 2006, le Dr Thierry Schmitz s'exprimait de la sorte : " Différents facteurs peuvent être la cause d'un épuisement progressif de notre système immunitaire. Une alimentation déséquilibrée, le manque de sommeil, le stress, les tensions familiales ou sociales, le vieillissement, .... La médecine officielle, tout en constatant les dégâts ne propose aucune solution pour dynamiser un système immunitaire affaibli. Elle se contente de traiter les infections par de fréquents traitements aux antibiotiques et de les prévenir par de larges campagnes de vaccinations avec pour conséquence une aggravation de la faiblesse immunitaire ". Jacques Daudon considérant une large frange du corps médical serviteurs zêlés qu'il qualifie tout bonnement de chimiothérapeutes.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Ne serait - il pas plus sage d'aller aux vraies causes pour parer aus effets ? Mes fruits ne sont que très peu parasités mais le magnésium est toujours présent sur mes sols, mes salades dont raffolent mes poules sont boudées par les escargots, mes haricots produisent sans maladie et sont savoureux (J. Daudon Jardinier amateur).

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

A bon entendeur, salut!

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Jacques Daudon - Philippe Gabelle - Francine Delareux

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Notre mission première a consisté à divulguer une information fiable profitable à tous en tout domaine.

Notre deuxième action sera de protéger: la veuve, l'orphelin, le handicapé et toute victime de la désinformation, quelle qu'elle soit et suppléer aux inconséquences d'un pouvoir victime de son ignorance et de sa soumission.

En conséquence, nous responsables du PFP, nous nous engageons, à l'endroit de ceux qui nous font confiance d'agir à leur égard de la meilleure des façons. Notre relatif savoir et parfaite connaissance des secteurs clefs de la vie nous permettent, sans aucune forfanterie, de dire qu'à tout problème, même grave, existe immanquablement une solution.

Fait le 28 octobre 2006. Ceci s'ajoute en complément de notre Charte de survie.

Les responsables: Philippe Gabelle, Francine Delareux, Denise Normant & Jacques Daudon http://daudon.free.fr -  


------ Fin du message transféré
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Jacques Daudon - dans Atteintes au corps
commenter cet article
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 13:09
Message relayé d'un correspondant aux aguets...

<<Chers tous,
 
La "preuve par 9", si l'on peut dire, ne manque ni d'humour, ni de sérieux, ni d'implacable:
 

75.000 dollars à facilement gagner
 
   
 
75.000 $, c'est l'offre, on ne peut plus sérieuse, qui est faite par Jock Doubleday, directeur du Natural Woman, Natural Man, association californienne à but non lucratif, au premier médecin ou responsable d'un groupe pharmaceutique, qui acceptera de boire, en public, un mélange composé des ingrédients qui se trouvent dans les vaccins administrés aux enfants de 6 ans, d'après les recommandations du CDC* des USA.

Et alors même que la mixture ne contiendra pas les bactéries ou virus, vivants ou tués, mais seulement leurs additifs!

Le mélange sera préparé en fonction du poids du candidat, proportionnellement à celui d'un enfant de six ans, par Jock Doubleday et trois professionnels du milieu médical choisis par lui, et par trois professionnels choisis par le candidat.
Etant donné que le participant doit appartenir au milieu médical, qui injecte les vaccins ou les vend, il est admis par tous les partis, que ces ingrédients sont sans danger...
Depuis le début de cette offre, qui à l'origine en janvier 2001 était de 20.000 $, 14 médecins ont contacté Doubleday (l'offre est sur 300 sites internet), mais aucun n'a donné suite.
C'est ainsi, qu'en août 2006, JD a porté la prime à 75.000 $!
Proposée sans succès à 14 médecins responsables du Comité de Vaccinations du CDC*, cette offre est toujours valable...


*Centers for Disease Control and Prevention




Contact :
director@spontaneouscreation.org
http://www.spontaneouscreation.org/SC/$75,000VaccineOffer.htm
    
Voilà qui en dit bien plus long que la lecture de cent études, et qui serait sûrement accepté par nos médecins, conseil de l'ordre (de Vichy), ministre de la maladie ... , etc.  (MG)>>

Avis aux amateurs! (Il faut, quand même, être médecin... et vouloir faire plaisir à ... ses héritiers!)
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 22:23

Quelle est la signification de la maladie?

 

Dans {le mot} maladie il y a {le mot} mal. Remonter jusqu’à la maladie, écouter ce que le mal-a-dit, c’est donc remonter jusqu’au mal, lui-même, dont la maladie est l’inévitable et logique conséquence. Dans cette quête du sens et donc de la cause, il nous faut donc remonter jusqu’à la racine du mal, et, si possible, jusqu’à la plus profonde racine.

Lorsque l’on est malade et que l’on souffre et l’on dit : «J’ai mal». «J’ai mal» veut donc dire: «je souffre», et si je souffre c’est parce que j’ai le mal en moi. Mais comment ce mal est-il donc parvenu à pénêtrer en moi? Qui, à part moi, aurait pu le faire pénêtrer en moi? Ne serait-ce donc pas moi-même qui l’y aurais introduit?

En effet, quelqu’un peut-il entrer dans ma maison si je – à moins qu’il ne l’enfonce - ne lui en ouvre pas la porte?

La cause de la maladie ne peut donc pas être autre chose que le mal introduit en moi. La cause du mal, à l’origine de la maladie, voici donc ce qu’il me faut chercher. Mais, en toute simplicité et toute objectivité – et, d’évidente manière, les mots eux-mêmes nous l’indiquent -, cette cause peut-elle être autre chose que le mal commis par chaque mal-ade?

En bref et en résumé : Si je suis mal-ade ne serait-ce pas parce que j’ai mal agi, parce qu’ayant fait le mal, j’ai donc ouvert la porte au mal, parce que je l’ai ainsi laissé entrer en moi, parce que je l’ai donc fait mien et parce que, par le fait même, je me suis aussi ainsi fait du mal.

Lorsque l’on a compris cette évidence que la maladie vient du mal commis, le plus grand pas vers la Guérison est ainsi déjà fait.

La diversité des maladies dont un corps physique terrestre peut être atteint est telle qu’elle pourrait faussement donner l’illusion que la maladie n’aurait rien à voir avec le fait de mal agir. Pourtant, de même qu’il y a de nombreuses manières de faussement agir se répercutant sur le corps animique, il y a aussi, de logique manière, autant et plus de nombreuses sortes de répercussions sur le corps physique.

Une seule manière d’agir juste, mais des milliers de mal agir. Une seule manière d’être en bonne santé et des milliers d’être malade!

Ma maladie me dit donc que j’ai mal agi et même en quoi j’ai mal agi ou, peut-être même, tout simplement, mal voulu, car, ainsi que le dit le proverbe, «L’intention vaut l’acte!»

Autrement dit, vouloir {faire} le mal, même si l’on n’y parvient pas, c’est déjà faire pénêtrer le mal en soi!

 

Pour aller plus loin:
Conférence
La Signification de la maladie


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 20:48

QUELLE EST LA SIGNIFICATION
DE
LA MALADIE?

La question à laquelle tous doivent répondre!

0
«Si vous voulez guérir le corps,
vous devez d'abord guérir l'âme
- Platon -

«L'état de notre corps est le reflet  terrestre
de l’état de notre âme

 - Jean-François Jacob -


«Celui qui s’efforce de fermement vouloir le Bien
et de toujours entretenir le foyer de ses pensées pur
a déjà trouvé la Clef
de la Santé:
Il sera sain d’âme et de corps.»

 - Jean-François Jacob -


«L'être humain qui porte en lui la véritable Paix, la Paix de Dieu,
sera, pour ses co-êtres humains, soulagement et baume,
il guérira leurs blessures rien que par sa seule existence!»
- Jésus de Nazareth –

«Le Livre de Jésus, L'Amour de Dieu»


«Taisez, de préférence, le fait que j'ai guéri un corps malade
 
et sachez que je ne pourrais guérir aucun corps
 
dont l'âme ne soit pas auparavant déjà guérie!»

- Jésus de Nazareth –

«Le Livre de Jésus, L'Amour de Dieu»


« La Médecine de l’Âme est la Médecine de demain.»

 «Le jour où, d’une part, les patients sauront
qu’ils
sont, avant tout, une âme – et même un esprit
– et que là – dans leur âme – se trouver la racine
de
tous leurs maux, et que, d’autre part,
les
Soignants sauront soigner l’âme
et aussi
modifier l’irradiation sanguine
qui relie l’âme au corps,
la
médecine du corps se limitera,
à peu de choses près - toutes les autres affections
pouvant être soignées
directement dans l’âme -,
à la
chirurgie pour les accidents
et aux
tisanes pour les refroidissements

- Jean-François Jacob  -


«La maladie est à considérer
comme une Grâce.»

- Jean-François Jacob -

Lorsque la maladie survient,
il faut répondre...

 

La Question


La Santé, en tant qu’état normal, ne pose pas question.

 

Mais la maladie est la question des questions. Car, lorsque tout va bien, beaucoup d’êtres humains ne se posent tout simplement aucune question.


La souffrance – l’«autre maître» - est, en effet, souvent associée à la maladie! Et l’être humain n’aime pas être malade, il aime encore moins souffrir. Pourquoi se retrouve-t-il ainsi alité? Pourquoi n’a-t-il plus de forces? Pourquoi est-il tout pâle? Pourquoi est-il donc malade? Quelqu’un peut-il lui répondre? Oui: lui!


Les Réponses


Mais, pour obtenir des réponses, encore faut-il être capable d’entendre - et même d’écouter - ce que le mal-a-dit! Car la maladie parle; elle est un langage, le langage du corps pour dire qu’il n’est pas d’à-corps.

L’autre voie.


Lorsque l’on n’a pas entendu la voix intérieure, celle de l’esprit, donc la conscience, alors, peut-être pourra-t-on entendre la voix extérieure, celle du corps. En réalité, c’est la même, c’est juste que le corps, tout comme le corps fin-matériel de l’âme, est une caisse de résonance pour l’esprit; il est même la caisse de résonance ultime, celle qui convient à l’esprit pour enfin parvenir à se faire entendre dans la matière la plus grossière.


Lorsqu’un être humain incarné dans la matière la plus grossière entreprend quelque chose de faux c’est, en général, parce qu’il se trouve alors dans une situation d’assujettissement à son propre intellect, lequel n’existe, précisément, que dans la matière grossière.


Avec cela l’esprit de cet être humain, forcément, ne peut pas être d’accord, car, à l’inverse de l’intellect, l’esprit ressent immédiatement ce qui est juste ou faux, bien ou mal, beau ou laid, «jusqu’au bout des ongles».


Mais voilà, encore faut-il que l’être humain, dans sa conscience terrestre, soit réceptif à sa propre voix intérieure. Mais, bien souvent, il s’est, en une sorte d’auto-mutilation volontaire, lui-même rendu incapable de l’entendre. Cet «assourdissement volontaire» n’existe pas au niveau animique mais seulement au niveau corporel, parce que sur le plan animique – plan où vont les âmes après avoir abandonné le corps terrestre – l’intellect n’existe pas et ne peut donc pas étouffer la voix de la conscience.


C’est l’une des raisons pour lesquelles, après un faux vouloir, l’âme, la première, tombe très rapidement malade, alors que la maladie peut très bien ne se répercuter sur le corps terrestre que beaucoup plus tard…


De même que, dans une circonstance donnée, il n’y a, le plus souvent, qu’une seule manière d’agir juste, il n’y a aussi qu’une seule manière d’être en bonne santé, tandis que, de même qu’il existe de très nombreux faux vouloirs, il existe aussi de fort nombreuses maladies.


La Réponse ultime


Oui, la Voix de sa Conscience peut répondre à l’être humain malade. Encore faut-il qu’il l’interroge

Malheureusement, un être humain à l’âme malade ne s’en soucie, d’ordinaire, pas. Pas encore. Ce n’est que lorsque la maladie est aussi descendue dans le corps qu’il commence alors, enfin, à s’en préoccuper. Il est temps!


Du coup, soudain, la Réponse à la question du malade s’impose enfin sous la forme d’une subite prise de conscience marquée du sceau de l’évidence:

 

Je suis malade pour que je puisse enfin
reconnaître mon faux vouloir!


Pour cela il arrive que le malade doive entrer, en vue d'une conversion, en conversation intime avec sa propre conscience. Pour en avoir un exemple, cliquer sur le lien ci-dessous.

 

Dialogue de la conscience et du malade

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 08:01

Dialogues du malade avec sa Conscience

2/2

Suite de

La Conscience:

- Le «monstre» - comme Tu dis – guette Tes failles, et dès que Tu en fais une il s’engouffre…

Le malade:

- Comment fait-il?

La Conscience:

- Ceci n’est pas la bonne question…

Le malade:

- Et c’est quoi la bonne question?

La Conscience:

- C’est, plutôt: «comment fais-Tu, Toi, pour lui ouvrir des brèches?»

Le malade (méditatif):

- Je vois…

Puis, après un silence d’intériorisation, questionnant de nouveau:

- Peut-être est-ce, par exemple, quand je m’impatiente, que je m'irrite, que je me mets en colère et que je perds le contrôle de moi-même?

La Conscience (avec un sourire):

- Je crois que Tu as bien répondu…

Le malade (réjoui, puis, en y pensant, de nouveau exaspéré):

- Cela arrive quand les autres m’agacent!

La Conscience (doucement):

- Facile d'accuser les autres, mais cela ne Te fait aucunement progresser! La bonne attitude c'est plutôt de Te demander: "Mais que trouvent-ils donc à agacer en moi?".

Le malade (il réfléchit):

- Mes défauts? Mes insuffisances? Mes faiblesses?

La Conscience (enseignant) :

- Oui, les autres trouvent et ouvrent, même sans le vouloir, les failles par où Tes démons peuvent ensuite entrer! Eux, souvent, ceux qui ont – la plupart du temps involontairement – provoqué ces failles ne s’en soucient pas, du moins pas forcément, sauf de les provoquer exprès – ce qui serait du vice -, mais ils Te laissent juste ensuite Te débattre avec eux… Et c’est là que Tes "enfants" Te font du mal…

Le malade (ayant subitement compris):

- Et c’est qu’ils me rendent malade!

La Conscience (plus précise):

- éh oui! Les formes négatives attendent tranquillement que les circonstances leur procurent des failles pour s’engouffrer… Une fois que Tu es connecté avec elles, elles peuvent rétro-agir sur Toi qui les as si longtemps nourries… Cette fois, c’est elles qui peuvent déverser en Toi ce qu’elles portent – et cela n’est toujours que du mauvais - en elles… D’abord, dans Ton âme, puis, si cela ne suffit pas à Te réveiller, dans Ton corps… Et, mon pauvre Ami, c’est précisément ce qui T’est arrivé!

Le malade (soudainement convaincu et se prenant la tête):

- Oh! la la, la la…

La Conscience (doucement réprobatrice):

- Il ne sert à rien de se lamenter, maintenant…

Le malade (avec un sursaut, brusquement résolu):

- D’accord! Alors, comment puis-je faire pour guérir?

La Conscience (apaisante):

Cela, je Te le dirai une autre fois… Cela sera l’objet de notre prochain entretien [1]. Pour le moment, médite tranquillement sur ce que Tu as appris aujourd’hui>>



[1] La clef fondamentale pour une parfaite compréhension de l’Entretien du malade avec sa Conscience ayant pour objet: «Comment puis-je guérir?»  se trouve clairement et complètement exposée dans l’ouvrage «Le Chemin de la Santé Parfaite».

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 22:08

Dialogues du malade avec sa Conscience


1/2

 

La Question

<<Le malade (tourmenté et implorant, s’exclamant vers le Ciel):

- Ah! Je souffre! Je n’aime pas être ainsi. Pourquoi suis-je alité? Pourquoi n’ai-je plus de forces? Pourquoi suis-je tout pâle? Dîtes, pourquoi suis-je malade?, je vous le demande. Quelqu’un peut-il me répondre?

La Réponse

La Voix de la Conscience:

- Oui, moi je peux Te répondre!

Le malade (étonné et reprenant espoir):

- Quelqu’un m’a entendu? Alors, qui que vous soyez, parlez, je vous écoute! Où êtes-vous?

Voici la Réponse à Ta question:

Je suis en Toi.

Tu es malade pour que Tu puisses
reconnaître Ton faux vouloir!

La suite du dialogue

Le malade (indigné):

- Mon faux vouloir! Quel faux vouloir? Vous ne croyez pas que vous exagérez un peu beaucoup? Non seulement j’ai la malchance d’être malade (je voudrais bien vous voir à ma place!) mais, en plus, vous avez l’impudence de me dire que ce serait de ma faute!

La Voix de la Conscience:

- Je suis déjà à Ta place! Et, en plus si je suis ici pour T’aider c’est parce que Tu m’as appelée! Mais si Tu refuses mon Aide, il n’y a pas de problème, je peux repartir!

Le malade (affolé):

- Non, reste là! Qui va me secourir si Tu T’en vas?

La Conscience:

- Personne! Car c’est moi Ta meilleure Amie! Alors, si Tu veux comprendre et surtout guérir, Tu dois d’abord bien m’écouter, me comprendre et accepter ce que je Te dis.

Le malade (résigné, avec un soupir):

- Oui, d'accors; alors, parle, je T’écoute!

La Conscience:

- Alors, voilà. Il y a deux Processus à bien comprendre. Le premier, c’est comment l’on devient malade (c’est mieux que de dire «devenir malade» que «tomber malade», car «tomber malade» peut, en donnant l’idée de quelque chose de fortuit et d'arbitraire, facilement introduire un faux concept). Le deuxième, c’est comment l’on peut guérir.

Le malade:

- Oui. Jusque là, je Te suis. Dis-moi vite comment je peux guérir!

La Conscience:

- Non, pas trop vite, justement! D’abord, Tu dois d’abord comprendre comment Tu es devenu malade. Alors, continuons. Le deuxième processus, celui de la Guérison, c’est l’inverse du premier. C’est pourquoi en comprenant comment l’on est devenu malade l’on peut aussi comprendre comment revenir à l’état initial, c'est-à-dire guérir!

Le malade:

- Bon, alors comment suis-je tombé – euh…, je veux dire «devenu» - malade?

La Conscience:

- éh bien voilà: à un moment donné Tu as commencé à vouloir quelque chose de faux et c’est ainsi que Tu es devenu malade. 

Le malade (tout d’abord, s’exclamant):

- Moi, j’ai voulu quelque chose de faux!?!

(puis soupirant:)

- Qu’est-ce que cela veut dire «faux»?

La Conscience:

- C’est un vouloir qui est non conforme aux Lois.

Le malade:

- Aux Lois? Quelles Lois?

La Conscience:

- Les Lois. C’est-à-dire les Lois de Dieu ou Lois de la Vie ou Lois de la Création ou Lois de la Nature, tout cela c’est pareil!

Le malade:

- Les Lois de Dieu!?! Suis-je obligé de reconnaître qu’il y a un Dieu?

La Conscience:

- Cela vaudrait mieux pour Toi, surtout si Tu veux guérir, parce que c’est ainsi.

Le malade:

- Mais pourquoi le saurais-Tu mieux que moi?

La Conscience:

- Précisément parce que je suis Ta conscience, c’est-à-dire la meilleure partie de Toi-même. Cette partie-là, à cause de son genre spirituel, sait que Dieu existe, même si une autre partie de Toi le nie.

Le malade:

- Tu voudrais me dire qu’au fond de moi je sais déjà que Dieu existe?

La Conscience:

- Bien sûr que Tu le sais! Tout esprit humain est bien obligé de le savoir puisque c’est à Lui qu’il doit sa vie!

Le malade (avec une moue):

- J’aurais préféré qu’il n’y en eût pas…

La Conscience (mi-ironique, mi-indignée):

- Tu «m’étonnes»! Il n’y en a que trop des comme Toi! La fuite devant ses responsabilités, c’est du «joli»!, le fallacieux «espoir» qu’il n’y aurait de comptes à rendre à personne, c’est du «propre»!

Le malade (capitulant):

- Bon! D’accord! Admettons que Dieu existe. De toutes façons, Tu as toujours raison! Alors pourquoi m’a-t-Il rendu malade?

La Conscience:

- Mais ce n’est pas Lui qui T’a rendu malade!

Le malade :

- Et c’est qui alors?

La Conscience (le regardant fixement droit dans les yeux):

- à Ton avis?

Le malade (penaud, baissant la tête):

- Est-ce que Tu voudrais dire… (un silence…)

La Conscience (poursuivant, indignée):

- Oui, Tu as bien raison de baisser la tête! Toi-même! Uniquement Toi-même! Dieu n’y est absolument pour rien!

Le malade:

- Mais n’est-Il pas Tout-Puissant?

La Conscience:

- Si, Il l’est!

Le malade (triomphant):

- éh bien alors!

La Conscience (implacable):

- Ce n’est pas parce qu’Il est Tout-Puissant qu’Il est capable d’arbitraire! Dieu, pour punir le mal n’a qu’à le laisser faire!, dit  le proverbe avec justesse.

Le malade (après un silence):

- Donc ce que Tu veux me faire dire c’est que c’est moi qui suis responsable de mon état maladif!

La Conscience:

- Je ne veux pas Te le faire dire; je veux que Tu le reconnaisses!

Le malade (après un long silence):

- J’ai retourné toutes les possibilités; je vois que je n’ai pas d’autre choix; si je refuse de reconnaître cela Tu T’en vas et me laisse seul, n’est-ce pas?

La Conscience (impérieuse):

- éh Oui. C’est moi qui commande!

Le malade (révolté):

- Et pourquoi?

La Conscience (patiente):

- Je Te l’ai déjà dit: Je suis – et de loin! - la meilleure part de Toi-même, la seule qui puisse encore Te sauver, corps et âme! Mais Tu as préféré T’identifier à la plus mauvaise! L’être humain n’a pas de pire ennemi que lui-même!

Le malade (après un très long silence):

- Bon, d’accord!, je veux bien admettre l’idée que Dieu existe, qu’Il n’est pas la cause de ma maladie et que j’en serais le seul responsable.

La Conscience (explicative):

- Le Créateur a juste fait des Lois qui fonctionnent autoactivement. Ses Lois sont parfaites et déclenchent les répercussions en fonctions des pensées paroles et actes des êtres humains.

Le malade (plaidant l’innocence):

- Alors, qu’ai-je fait de mal pour mériter ce qui m’arrive maintenant? Je ne vois pas.

La Conscience (pareille au Sphinx):

- Te souviens-Tu de tout ce que Tu as fait au cours de Tes vies antérieures?

Le malade (saisi):

- Au cours de quoi? Des vies antérieures!?! Quelles vies antérieures?

La Conscience:

- Les Tiennes, bien sûr! Sans doute, T’imagines-Tu que Ta vie a commencé il y a seulement quarante ans?

Le malade:

- Vu mon âge, c’est à peu près cela, en effet. Devrais-je croire autre chose?

La Conscience:

- La vie du corps n’est pas celle de l’esprit ni même celle de l’âme… Voilà bien longtemps que Ton germe d’esprit a, pour la première fois, plongé dans la matière …

Le malade (interloqué):

- Es-Tu sérieuse?

La Conscience (on ne peut plus sérieuse):

- J’ai l’air de plaisanter?

Le malade (sceptique):

- Voudrais-Tu me faire croire que je serais aujourd’hui coupable de quelque chose dont je ne me souvien{drai}s pas?

La Conscience (imperturbable):

- Ton intellect ne s’en souvient pas, mais Ton esprit si!

Le malade (indigné):

- Ce n’est pas un peu commode, ça? Tu n’essayerais pas de me faire gober n’importe quoi? Pourquoi serais-je coupable de ce dont je n’ai aucun souvenir?

La Conscience (grave):

- Parce que l’amnésie n’efface pas les fautes et n’excuse rien!

Le malade (inquisiteur):

- Et qu’est-ce qui les efface?

La Conscience:

- La reconnaissance consciente, l’expiation ou le rachat, et, liée à cela, la réparation!

Tu es précisément malade pour pouvoir reconnaître. Autrement cela n’arriverait plus pour Toi. Ta conscience de jour doit arriver à savoir ce que Ton esprit, lui, sait déjà.

Le malade (se grattant la tête):

- Et c’est qui, mon esprit?

La Conscience (avec un large sourire):

- C’est moi!

Le malade (interloqué):

- Veux-Tu dire que Tu es moi?

La Conscience (grave):

- Oui. Ou - si Tu préfères - que Je suis Toi. En fait, comme déjà dit, je suis Ton meilleur moi, c’est-à-dire Ton «Je».

Et maintenant, j’ai une question pour Toi.

Le malade (interrogatif):

- Oui?

La Conscience (attentive):

- M’aimes-Tu?

Le malade (ébahi):

- Moi, il faudrait que je T’aime!?! Alors que Tu n’arrêtes pas de me tourmenter!?!

La Conscience (compatissante):

- Cela vaudrait mieux pour Toi, car si Tu ne m’aimes pas, c’est Toi que Tu n’aimes pas! Et si quelqu'un ne s’aime pas lui-même il ne peut pas guérir!

Le malade (la considérant avec gravité):

- Il faudrait donc que je T’aime…

La Conscience (joviale):

- Et pourquoi pas? Je T’aime bien, moi! Et, bien que Tu sois dans un triste état, je T’aime même comme Tu es! Et, pourtant, je mérite plus d’être aimée que Toi!

Le malade:

- Tu veux donc dire que j’ai fait le mal?!?

La Conscience:

- Cela est fort possible, mais il n’est pas nécessaire d’avoir fait le mal pour être malade.

Le malade (implorant):

- S’il Te plaît, ne joue pas aux devinettes avec moi. Alors, l’ai-je fait ou pas?

La Conscience:

- Dès le début – si Tu voulais bien m’écouter! - je T’ai dit que c’est le faux vouloir qui rend malade. Le faux vouloir et non forcément la faute elle-même suffit à rendre malade. C’est-à-dire le faux vouloir, qu’il soit ou non suivi d’un acte. Car, ainsi que le dit justement le proverbe, d’un point de vue spirituel, «L’intention vaut l’acte».

Le malade (impressionné et songeur):

- Ah! Les Lois sont bien rigoureuses….

La Conscience (enseignant):

- Elles le sont, en effet. C’est que, lorsque Tu veux quelque chose avec {le vouloir de} Ton esprit, alors Tu actives la Force Divine

Le malade (interpellé):

- La Force Divine!?!

La Conscience (poursuivant ses explications):

- Oui. Le vouloir de l’esprit humain (pas celui de son intellect!) a le pouvoir de se connecter à la Force Divine traversant la Création. Dès lors où il s’active, automatiquement il se connecte à la Force et avec Elle il «crée» une forme.

Le malade (dubitatif):

- Moi, je peux faire cela?

La Conscience:

- Oui, Toi comme tous les autres êtres humains. Non seulement Tu le peux mais Tu l’as fait. Souvent. Tous les êtres humains, qu’ils en soient ou non conscients, le font tout le temps.

Le malade:

- Alors, c’est normal?

La Conscience:

- Oui, lorsque c’est un bon vouloir.

Le malade:

- Donc selon Toi, si j’ai bien compris, si quelqu’un est malade, c’est qu’il a utilisé la Force Divine pour mettre en œuvre un mauvais vouloir…

La Conscience (se réjouissant):

- Exactement! Ah! Tu commences à comprendre…

Le malade (inexorablement logique):

- Donc, si je suis malade, c’est à cause d’un mauvais vouloir antérieur

La Conscience (joyeusement):

- Voilà!

Le malade:

- C’est donc un châtiment!

La Conscience:

- Pas exactement. C’est juste l’effet auto-actif des Lois. Par Ton mauvais vouloir Tu as créé une forme de même genre, donc mauvaise elle aussi, et cette forme ainsi mise au monde par Toi est restée reliée à Toi et continue à agir…

Le malade (intéressé):

- Et que fait-elle?

La Conscience:

- Elle tourmente tous ceux qu’elle peut tourmenter et, en particulier celui qui est son «père» et à qui elle demeure reliée … Toi-même!

Le malade (surpris):

- C’est donc une mauvaise fille!

La Conscience (instruisant):

- C’est l’enfant de Ton vouloir et elle est l’image refoulée de Ta culpabilité…

Le malade:

- Pourquoi «refoulée»?

La Conscience:

- Parce qu’aucun être n’aime avoir un enfant lui rappelant constamment sa faute. Alors il s’efforce de l’oublier. Mais un tel enfant, comme les autres, ne se laisse jamais oublier. Il revient régulièrement rappeler son existence…

Le malade (exclamatif):

- Mais alors il est aussi tourmentant qu’un démon!

La Conscience:

- Tu l’as dit! Même si c’est - comme la plupart des êtres humains - sans le faire exprès. Et Tu ne crois pas si bien dire... Ce sont des formes de mauvais vouloir.

Le malade (à qui s’ouvre un Monde nouveau):

- Ce serait donc possible de mettre au monde une «créature» qui viendrait ensuite vous nuire, comme quelqu’un qui, à son insu, aurait nourri un serpent dans son sein?

La Conscience:

- C’est tellement possible que c’est bien ce que font, tous les jours, sur cette planète, des centaines de millions d’êtres humains! Et, après cela, ils s’étonnent de «tomber malades»!

Le malade (de plus en plus songeur…):

- Et des «enfants» comme cela, dis, est-ce que j’en ai beaucoup?

La Conscience:

- Oh! Tu devras tous les reconnaître, un par un. Pour l’instant, Tu en as surtout un gros qui T’étouffe, et c’est lui qui Te rend présentement si malade.

Le malade (intrigué):

- Et comment cela se passe-t-il?

La Conscience:

- Oh! c’est bien simple! L’on peut dire, en quelque sorte, qu’il Te rend régulièrement visite et Toi Tu lui ouvres  "bien gentiment" la porte…

Le malade (abasourdi):

- Moi, j’ouvre la porte à ce monstre qui me rend malade?

La Conscience (convaincante):

- Oui, Tu la lui ouvres, à chaque fois qu’il trouve une brèche en Toi…

Le malade:

- Une brèche? Comment est-ce possible?


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 20:59

Huile de massage anti-rides


Le texte ci-dessous est présenté en tant que document:


Il arrive qu'une cuisinière place une bouteille d'huile dans un endroit inhabituel et l'oublie, et que, de plus, il se trouve que cette bouteille est débouchée.

Quelques mois plus tard, elle retrouve cette bouteille d'huile, mais, entre temps, elle est devenue rance  et, de ce fait, la cuisinière la jette.

Or, elle vient de jeter une huile capable de résoudre différents problèmes de peau, même la lèpre ; de plus, elle supprime les rides et rend la peau douce comme une peau de bébé, réduit les escarres et les contractions musculaires, notamment pour les personnes immobiles.

Cette huile s'est chargée d'oxygène d’ions négatifs et d'autres éléments subtils. À noter que, sur l'échelle de Bovis, cette huile vibre très, très haut.

Ne pas refermer le bouchon du récipient contenant cette huile rance, elle continuera à s'améliorer et finira par former un gel, qui sera alors à l'optimum de son efficacité.

Cette huile est particulièrement efficace contre les hémorroïdes et les varices, mais après 2 à 4 semaines d'applications.

Idéale contre diverses douleurs; appliquer 2 à 3 fois par jour.

Utiliser cette huile en massage sur la peau contre la lèpre, le psoriasis, l'acné, l'eczéma, les  démangeaisons, etc... Masser longuement en faisant des ronds dans le sens des aiguilles d'une montre.

Pierre Baranger, polytechnicien, s’aperçut que l'huile rance avait des qualités thérapeutiques, reconnues depuis l’Antiquité: assouplissement des muscles, apaisement de la douleur, résorption des hématomes et des courbatures. En fait, il découvrit qu’en ces temps-là l’huile était volontairement exposée à l’air, ce procédé se retrouvant dans tous les pays méditerranéens jusqu’en Orient. Il conçut alors un traitement rapide et naturel d’oxydation, la peroxydation ou hyperoxygénation, rendant à l’huile ses extraordinaires propriétés.

L’efficacité de ces huiles végétales hyperoxygénées a été prouvée à l’issue de nombreuses études cliniques. Ainsi, des traitements de 2 à 4 applications d’huile hyperoxygénée par jour ont été testés sur une population d’âge moyen, présentant divers troubles musculaires et des articulations (entorses, claquages musculaires, crises de goutte). Les résultats ont été jugés bons dans plus de 74% des cas.

Mode d’emploi:

Mettre une goutte de cette huile dans un verre d'eau, bien que l'huile ne se mélange pas à l'eau, fouetter avec un fouet afin d'émulsionner le mélange puis laisser reposer 30 minutes  afin que chaque molécule d'eau s'imprègne de la mémoire de l'oxygène, puis boire cette eau. La première fois il peut y avoir une diarrhée ; une fois l'organisme habitué, passer à 2 gouttes d'huile, puis 3, mais augmenter progressivement en fonction de la réaction de l'organisme. Intéressant dans la constipation, même chronique. L'eau chargée d'oxygène par une goutte d'huile peut aussi redonner du tonus à une plante en train de mourir.

Chez certaines personnes le massage à l'huile provoque des irritations ; dans ce cas appliquer à l'aide d'un gant de toilette imbibé d’eau préparée avec une goutte d'huile comme expliqué dans le paragraphe précédent.

Que ce soit l'application d'huile ou de l'eau chargée d'une goutte d'huile, il faut, au préalable, se laver à l'eau tiède sans savon, l'idéal est 37°C, car l'eau tiède enlève le sébum et ouvre les pores, facilitant ainsi la pénétration de l'huile. Après l'application en massage de l'huile, afin de maintenir les pores dilatés, il convient d'appliquer un gant de toilette ou une serviette, imprégné(e) d'eau tiède.

Après avoir appliqué l'huile en massage, il est préconisé de faire pénétrer l'oxygène a l'intérieur de l'organisme et même jusque dans les os en utilisant l'appareil à orgone[1], appliquer la boîte, 5 mn, sur l'endroit massé et placer le récepteur en aluminium sur le corps a l'opposé de la boîte. Ceci est surtout intéressant dans toutes sortes de pathologies lourdes comme le cancer.

Fabrication

Pour faire de l'huile rance:

Mettre de l'huile de tournesol bio dans un bocal + 1 une cuillerée d'eau par litre d'huile…

Disposer ce bocal sur une ampoule de 40 Watts dans le but de chauffer l'huile.

Mettre un thermomètre dans l'huile, elle ne doit pas dépasser 65°C, sinon elle s'abîme, conserver une marge de sécurité, donc ne chauffer qu’à 60°C, si elle monte à 70°C, la jeter.

À l'aide d'une pompe à air destinée aux aquariums, introduire de l'air en mettant le tuyau dans le bocal, mais ce tuyau en plastique doit être prolongé pur un tube de verre qui lui sera plongé dans le bocal, car le plastique ne doit pas entrer en contact avec l'huile.

Ne pas utiliser une huile contenant de la vitamine E, qui est un anti-oxydant, par exemple l'huile de colza ou l’huile de germes de blé.

L’huile de tournesol est idéale, car c’est l'huile qui rancit le plus rapidement.

En 15 jours, l'huile s'est chargée d'oxygène, est devenue rance et a acquis ses vertus.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 21:59


Nourriture Saine
et équilibrée

& Développement Durable

 Docteur Lylian Le Goff

«Manger Bio,
ce n’est pas du luxe!»

 

Conférence d’éducation

aux comportements responsables

 

par le Docteur Lylian Le Goff

Médecin nutritionniste

 

 

Thèmes abordés pendant la conférence:


- Constat global de santé publique: état sanitaire déclinant de la population (obésité, surpoids, accroissement du diabète et des cancers, allergies croissantes, problèmes d’infertilité [chez 15% des couples], etc.); jusqu’ici relativement peu de réaction de la part des autorités.

- Causes identifiées de l’accroissement de la morbidité: dégradation de la qualité des aliments, aggravation des pollutions due à l’agro-industrie.

- Remèdes: Modification du contenu de l’assiette pour un meilleur équilibre alimentaire; recours à des filières non polluantes entrant dans un schéma de développement durable. Mieux manger; remplacement au moins partiel des protéines animales par des protéines végétales. Rôle du «consom-acteur». Modification des pratiques de la restauration collective: «Un meilleur équilibre alimentaire permet aussi d’équilibrer son budget.» La nécessaire formation des personnels de cuisine. C’est une démarche altruiste.


Manger pour ... Durer!

Présentation de la Conférence

"Une nourriture saine et équilibrée,
base d'un Développement réellement durable"

Lylian Le Goff est un médecin nutritionniste impliqué depuis des nombreuses années dans la prévention alimentaire, la préservation de l'environnement et la promotion de l'agriculture BIO. Auteur en 1997 de "Nourrir la vie", il est aussi membre de la commission biotechnologies de France Nature Environnement (fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement).

Les premières causes de mortalité dans les pays occidentaux sont directement liées à l'alimentation. L'augmentation des problèmes liés à la nutrition comme certains cancers, le cholestérol, les maladies cardiovasculaires ou le diabète ont un coût énorme pour notre société. Non seulement il existe un coût hospitalier pour ces traitements mais il y a également, dans ce domaine, des recherches qui engloutissent des sommes astronomiques.

Pour Lylian Le Goff, le principal problème de notre société est le déséquilibre nutritionnel qui vient d'une éducation alimentaire dite «post deuxième guerre mondiale». Ce régime alimentaire est trop carné, ce qui entraîne des surcharges pondérales sur les populations et l'apparition ces dernières décennies de l'obésité chez l'enfant.

Les problèmes de santé liés à l'alimentation se divisent en deux parties:

La première touche l'alimentation proprement dit, c'est-à-dire la qualité des produits ingérés ainsi que la manière de les produire et la deuxième touche la quantité, c'est-à-dire la manière de concevoir nos repas.

Si la société produit des aliments avec moins de produits chimiques, elle agira non seulement sur le milieu (moins d'éléments carcinogènes dans l'eau, l'air et la terre) mais également plus directement sur notre santé, via les aliments consommés. Il faut donc inciter les gens à correctement manger avant même de passer à une alimentation plus saine. Le passage à une alimentation BIO est donc nécessaire mais ne suffit pas. Sans changement des habitudes alimentaires, la problématique nutritionnelle resterait inchangée. Ce passage apporterait donc la solution aux problèmes environnementaux, mais pas complètement aux problèmes liés à la nutrition.

La limitation des apports protéiques carnés et le remplacement par des apports protéiques végétaux pourraient être une première habitude à prendre. L'alimentation plus végétarienne conduit à une diminution des rations, car l'apport de fibres rend la satiété plus rapide.

On sait que, du fait des choix politiques, la nourriture BIO est présentement, de prime à bord, plus chère que la nourriture conventionnelle, mais si l’on englobe le coût total (dépollution de l'environnement, maladies induites par la consommation de produits dangereux) alors l’on se rend compte que les coûts du BIO sont identiques, voire inférieurs à la nourriture dite classique.

Si l’on change notre façon de concevoir les repas, alors manger BIO revient au même prix car même si le prix des produits BIO est plus élevé que les produits conventionnels, d’une part, les quantités d'aliments diminuent, d’autre part, ce qui coûte le plus cher dans la nourriture, c’est la viande. Diminuer la quantité de viande présente aux repas et manger globalement quantitativement moins fait donc que le prix du ticket reste donc inchangé. La diminution de la consommation de viande induit donc des économies, car la viande, quelle qu’elle soit, n'est pas un produit bon marché. Les économies résultant d'un tel régime permettent l'achat d'autres aliments BIO. Pour exemple, le pain BIO, surtout s’il est complet, se garde mieux, il y a donc moins de gaspillage. Avec un même budget et une alimentation différente, l’on peut donc faire un menu entièrement BIO. C’est une question de choix dans la «politique» d’un établissement donné.

En Italie, il y a une obligation pour les cantines scolaires d'introduire un aliment BIO par repas.

Dans un premier temps, la formation du personnel (gestionnaires et cuisiniers) de l'éducation Nationale est primordiale, ensuite celle des consommateurs (parents et élèves) est également nécessaire.

En résumé: Changer les pratiques d’achats des produits est nécessaire mais insuffisant. Il faut aussi mettre en place toute une consultation et une information sur l'alimentation. Cela recoupe le problème de l'éducation à la santé, qui est encore insuffisamment pris en compte dans la société.


Vers un se-nourrir plus sain

D'emblée, le Docteur Lylian Le Goff rappelle que le potentiel de santé de la population se bâtit autour d’une alimentation diversifiée, la plus naturelle et fraîche possible mais aussi équilibrée et adaptée à nos activités de moins en moins physiques.

Il souligne qu’en France, l’obésité touche actuellement 12.5 % des enfants de 5 à 12 ans, que le diabète et les maladies liées aux allergies progressent de 10 % /an. Ce sont les signes que les défenses immunitaires naturelles diminuent, parfois sans réponse face aux nouvelles épidémies et parfois, de façon apparemment aléatoire, face aux maladies plus chroniques que sont les cancers, les scléroses en plaques.

Pour le Docteur Lylian Le Goff, il est de première importance de montrer que non seulement, les repas journaliers des pays occidentaux souffrent en qualité nutritionnelle par manque de vitamines et d’oligo-éléments mais qu’ils sont également alourdis par une overdose constante de constituants chimiques, non reconnus par notre corps  qui ne peut les évacuer.

Ce cumul annuel en particules chimiques en majorité fabriquées à partir du pétrole se retrouve, avec l’âge, fortement concentré dans le foie, le cerveau, les graisses du corps, aux risques de bloquer la réponse du système immunitaire, de stopper toute volonté d’adaptation et d’organisation face à une maladie qui touche une population de plus en plus jeune.

Les multi-nationales de la chimie réalisent autant de bénéfices pour la fabrication des produits phyto-sanitaires dédiés au modèle agricole intensif que pour la fabrication des médicaments dédiés au monde médical officiellement reconnu. Non seulement, il s’agit très souvent du même fabricant qui réalise à la fois le pesticide pour la plante et le médicament pour l’humain, mais il laisse largement entendre qu’il n’y a pas d’autres alternatives à court terme. Quel recul peut-on avoir après 50 ans d’application assidue?

 

Nourriture saine, équilibrée et durable

Une nourriture saine et équilibrée

en étroite relation

avec un Développement Durable


Compte-rendu de la Conférence «Une nourriture saine et équilibrée en relation avec un Développement Durable» du Docteur Lylian Le Goff.

Le Docteur Lylian Le Goff, nutritioniste, se présente aussi lui-même comme un militant de longue date, en particulier dans les associations écologiques «Eaux & Rivières de Bretagne» et «Bretagne Vivante» (SEPNB).

Il évoque, pour commencer, le Sommet de Rio en 1992 introduisant la notion anglaise de «sustainable development». La traduction française de «développement durable» (au lieu de «développement soutenable») est, malheureusement, beaucoup plus ambiguë et déjà largement récupérée.

La santé devrait être un fil directeur du développement durable. Il s’agit, pour le même prix, de manger des produits de qualité.

Il y a trois formes de développement:

1)    Le développement actuel pouvant être qualifié de «prédateur».

2)    Le développement dit durable «classique».

3)  Un développement réellement souhaitable, c’est-à-dire lorsque l’économie, au lieu d’être une fin en soi, est placée au service de l’homme dans un environnement préservé.

«Lorsque l’être humain agresse son environnement,
il s’agresse lui-même.»

Le réchauffement climatique va coûter très cher, même en termes uniquement financiers.

La santé est pourtant, en général, un élément consensuel partagé.


Bilan sanitaire de la population

Il est en aggravation constante.

En France, quand on parle de santé, il faut, en fait, comprendre maladie.

Les maladies cardio-vasculaires demeurent la première cause de surmortalité.

Les cancers sont en constante aggravation.

80 % des maladies sont en relation avec l’alimentation.

Obésité/surpoids

- 1/3 des adultes sont en surpoids; 10% sont obèses.

- Plus il y a de surpoids, plus l’espérance de vie est courte.

- Vit-on toujours de plus en plus vieux? Ce n’est plus certain. Différents signes montrent que la longévité humaine en occident pourrait désormais commencer à décroître.

Il y a beaucoup d’éléments protecteurs dans les végétaux. Le Français manque de fibres. Les animaux (viandes) ne comportent aucune fibre. La nourriture courante, largement déséquilibrée, comporte beaucoup trop de produits carnés et sucrés.

Les végétaux aussi apportent des protéines.

De façon générale, il y a aussi trop de sel dans l’alimentation.

Le diabète

Il y a deux formes de diabète: le diabète 1 et le diabète 2.

Dans le diabète 1 le pancréas ne fabrique pas assez d’insuline; c’est un diabète de naissance.

Le diabète 2 est dit «diabète de la maturité». Il est lié à un excès de poids. Il résulte de l’épuisement du pancréas.

Il y a trop de sucre raffiné (= sucre blanc) caché partout. Le pancréas se fatigue et l’on devient alors diabétique. L’on observe, maintenant, de plus en plus, l’apparition de diabètes de la maturité chez les adolescents, ce qui n’est évidemment pas normal. Cela résulte d’une alimentation agressive pour le métabolisme.

De plus, beaucoup d’enfants n’ont pas été habitués à boire de l’eau. Pour hydrater, il faut de l’eau. Un litre de soi-disant «jus de fruits» (sodas, coca-cola, etc.) contient de 25 à 30 pierres de sucre par litre!!!

Le résultat est une véritable épidémie de diabètes.

Lorsque l’on maltraite son environnement et son corps on récolte toujours l’inévitable retour de bâton.

Cancers

L’augmentation est de 63% en seulement 20 ans. Ce chiffre est tout à fait officiel puisqu’il émane de l’Institut National de Veille Sanitaire. C’est la première cause de décès avant 65 ans. L'on voit de nouveaux cancers apparaître.

Il y a, à l’évidence, une relation directe avec le milieu de vie imprégné de substances cancérogènes [1].

L’on estime que 70% des cancers sont accessibles à la prévention. Ils résultent, bien souvent, de l’excès de produits carnés et de graisses saturées associé à une carence concomitante de végétaux, donc de nutriments anti-oxydants protecteurs.

Une cuisson agressive qui carbonise joue aussi un rôle dans la cancérogenèse.

Le mode de cuisson le plus recommandé est la cuisson à l’étouffée. La cuisson à la vapeur est également bonne. Toute cuisson au four doit être faite à la température la plus basse possible.

Allergies

Les allergies sont en constante aggravation de 10% par an. Ce qui veut dire qu’il y a, chaque année, 10% de nouveaux d’allergie constatés.

Les allergologues disent que, même à très faible dose, dès lors où les aliments sont imprégnés d’éléments traces allergisants, l’allergie peut survenir.

À ce sujet il est très important de bien faire la différence entre «norme» et «normalité».

La définition de la «norme» est un «compromis entre un risque reconnu et un taux de victimes qui soit acceptable pour la société». La norme résulte donc d’un consensus politique et non d’un consensus sanitaire. Au prix de la rentabilité ou de la commodité pour le plus grand nombre, l’on veut bien sacrifier un certain nombre de victimes, dès lors où elles ne seront pas assez nombreuses pour se faire entendre.

Ce qui résulte d’une norme n’est donc pas forcément normal.

Exemple: Le taux de nitrates, selon les normes, peut aller de 3 à 50 milligrammes par litre. Les effets en résultant peut être très contrastés.

Les causes des cancers et des allergies sont les pesticides, les antibiotiques, les additifs alimentaires, etc.

Le dispositif européen REACH va dans le bon sens.

Toutefois, il en faudrait un aussi pour les additifs alimentaires.

Réduction de la fertilité

La fertilité des espèces est déjà gravement remise en cause par la pollution. Des animaux sont observés avec des problèmes pour se reproduire au niveau de l’appareil uro-génital et, chez les mâles, avec une importante baisse au niveau du nombre et de la qualité (vitalité) des spermatozoïdes.

De nombreuses espèces sont déjà atteintes, y compris aux pôles.

Toute pollution reste dans l’organisme au niveau des corps gras.

Même si les normes sont respectées, à partir du moment où se produit un phénomène de constantes répétitions, il y a accumulation dans les chaînes du vivant. C’est ce que l’on appelle la «bioaccumulation».

Chez l’homme (sexe masculin): Importante réduction de la capacité de fabrication de spermatozoïdes. Le taux spermatique n’est plus qu’à environ 50 %. Perte de 1 % de spermatozoïdes par an depuis cinquante ans. C’est extrêmement préoccupant.

En effet, même si la nature est généreuse, la vitalité des spermatozoïdes est aussi importante que leur nombre.

À ce sujet le professeur Sultan (orthographe non garantie) de Montpellier a fourni deux publications scientifiques révélant un nombre anormalement fréquent d’anomalies génitales.

Les viticulteurs, par exemple, qui traitent beaucoup les vignes chimiquement, sont beaucoup en contact avec différents pesticides et fongicides, et sont particulier touchés par cette pollution qui ressort, chez eux, sous forme de stérilité, ou, chez leurs enfants, sous forme d’anomalies du système génital.

Un pesticide/biocide – le nom lui-même l’indique et c’est fait pour ça! - tue la vie.

À trop tuer la vie, le retour c’est l’incapacité à transmettre la vie que l’on tue.

Avec la nourriture produite avec l’intervention de substances chimiques de synthèse cela entraîne une réduction de la qualité intrinsèque de l’aliment ou de la «densité nutritionnelle».

80 % des maladies semblent être en relation avec l’alimentation.

Il est urgent de modifier les modes de production, les comportements alimentaires.

Comparaison des apports nutritionnels aliments biologiques/aliments conventionnels.

L’on estime généralement, qu’il y a 25 % de nutriments en plus dans les produits Bio. Aux USA il y a 30 % à 300 % de plus en anti-oxydants pour les végétaux Bio.

Malheureusement, la population est fortement conditionnée à se procurer et consommer de la «bouffe pas chère» (style Mac Do, etc.).

La «bouffe pas chère» rend dépendant aux béquilles des compléments alimentaires.

Les nutriments sont des supports de saveur. Plus il y a de nutriments et plus ça a de goût! Plus les aliments sont aromatiques et goûtus. À l’inverse, il y a des tomates extérieurement belles qui ne sentent rien.

Apports indispensables

Les nutriments essentiels sont des nutriments que le corps ne peut pas fabriquer autrement.

Concernant les protéines (ou protides), s’il est vrai que la viande apporte 20 % des protéines, les lentilles en apportent 22 %, les haricots 22 à 25 %, etc., donc encore plus.

Il est vrai que chaque céréale ou chaque légumineuse ne contient pas tous les acides aminés nécessaires. En général, il en manque un. Mais, pour parvenir à l’équilibre, il suffit d’associer, quelles qu’elles soient, une céréale et une légumineuse. Ainsi l’on est assuré qu’il ne manquera pas un seul acide animé. Avec céréales + légumineuses + légumes l’on a tout ce qu’il faut. 

La soupe paysanne traditionnelle comporte une base de légumes + pain + haricots ou fèves, etc.

Le palva [orthographe non garantie], plat traditionnel indien à base de riz et  lentilles, nourrit un milliard d’Indiens.

L’on trouve aussi, dans les végétaux, des vitamines du groupe B, lesquelles présentent un intérêt en prévention sanitaire.

Les apports en acides gras insaturés, par exemple fournis par le poisson, sont aussi appréciables.

Les protéines carnées exposent aux maladies de surcharge.

Les huiles de table doivent être de première pression à froid.

Règle d’Or

La Règle d’Or est la suivante:

Pour être en bonne santé,

il faut consommer des produits frais, très variés et de saison.

Si vous mangez un aliment cru, vous êtes sur de profiter au maximum de ses qualités.

Le meilleur mode de cuisson est à l’étouffée ou à la vapeur.

Le rôle des fibres alimentaires est d’assurer la régulation. Les légumineuses contiennent 17 % de fibres et les céréales 12 %.

Des aliments très intéressants ont été abandonnés depuis l’après-guerre.

Cela passe par la conscience.

Avec un «régime» privilégiant les végétaux l’on mange davantage d’aliments jusqu’ici non mangés.

De plus, les fibres ont un rôle régulateur sur la satiété et sur l’assimilation des sucres et des graisses, afin d’éviter les surcharges pondérales, les maladies cardio-vasculaires, le diabète.

Dans le régime actuel des Français il manque, à peu près, 50 % de fibres. À ce sujet, rien ne bouge ou presque, car on le sait déjà depuis dix ans.

Cholestérol

Il y a deux types de cholestérol: le lourd («mauvais cholestérol»), qui se dépose, et le léger («bon cholestérol»), qui est protecteur.

Les fibres des végétaux sont bonnes contre le mauvais cholestérol et bonnes pour le bon cholestérol.

La majeure partie de la population française est constipée. Cette constipation chronique provoque, à la longue, une irritation de la muqueuse due à la stagnation du bol fécal, laquelle est à l’origine de polypes, qui finissent par dégénérer  en cancers du colon (gros intestin).

 

Pour en savoir plus et trouver, au même coût, des recettes plus saines et plus végétales, lire le livre:

"La Bio, cest pas du luxe!"

du Docteur Lylian Le Goff



[1] Note du rédacteur : Il semble que la tendance soit, désormais, à dire «cancérogène» plutôt que «cancérigène».

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 20:40

QU'EST-CE QUE LA THERAPIE CRANIOSACRALE?


par Claire Théret


C'est une thérapie par le toucher, dernière-née de la tradition ostéopatique, basée sur la relaxation profonde et n'utilisant aucune manipulation. Le thérapeute est entraîné à percevoir les mouvements subtils de flux et de reflux qui animent toutes les structures et tous les organes du corps et plus particulièrement le liquide cérébrospinal qui baigne la moelle épinière, le crâne et le sacrum.

Il est ainsi en mesure d'identifier et de résorber les tensions et douleurs causées par des chocs physiques ou émotionnels et maintenues dans l'organisme sous forme de contractions.

Lors d'une séance, vous êtes allongé (ou assis) tout habillé sur une table de massage et vous faites l'expérience d'un toucher particulièrement léger des mains du thérapeute.

Ce travail non seulement résorbe les tensions, mais il libère également l'énergie qui était utilisée à les maintenir et l'un des bénéfices principaux de cette thérapie est un regain d'énergie vitale.

Cette thérapie est particulièrement bénéfique aux personnes souffrant de douleurs chroniques, d'états de stress ou d'états post-traumatiques. Elle est aussi recommandée aux femmes enceintes ou venant d'accoucher, ainsi qu'aux nouveaux-nés et aux jeunes enfants.

Pour une conférence/démonstration de Claire Théret sur la thérapie craniosacrale, cliquez ICI.
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Aides pour le Corps
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 21:40

Appareil à énergie d’orgone
& vibratoire


Avertissement préalable: L'article suivant est juste reproduit en tant que document informatif. Il ne s'agit pas d'une publicité et encore moins d'une prescription médicale, mais seulement d'aider de façon désintéressée, celui ou celle qui recherche sincèrement dans ce domaine pour l'amélioration de sa santé ou celle de leurs proches. Aucune garantie n'est ici fourni. Chacun(e) est considéré comme un être capable d'un examen personnel et est invité à tout vérifier par lui/elle-même.
Si, après lecture de cet article, des lecteurs désirent, pour eux-mêmes, sincèrement en savoir plus sur ce domaine très particulier et encore peu connu (et qui ne concerne, de toutes façons, qu'un nombre encore très limité d'êtres humains chercheurs) qu'ils adressent un e.mail à artdevivresain@gmail.com. Il seront alors mis, à titre privé, en relation avec la personne ayant fourni le document et pourront entrer en relation d'échanges personnels avec elle.

Appareil  diffusant de l'énergie vibratoire prélevée sur des plantes en Amazonie. Ces plantes ont été triées, choisies pour leur niveau très élevé d'énergie. Les résultats sur la santé et le bien-être sont très positifs, voire même surprenants, parfois au-delà de toute espérance.

L'énergie est émise par le couvercle de la boîte et est attirée par le récepteur, mais cette énergie vibratoire est captée au passage par l'organisme.

1 --- Brancher la pince crocodile sur l'aluminium agrafé sur le «récepteur»  (couverture de survie).

2 --- Placer la boîte sur une table ou sur les genoux

3 --- Poser les mains à plat sur cette boîte, et placer le récepteur sur les mains.

Il est aussi intéressant aussi de placer la boite sur la région de l'organisme où il y a douleur ou problème et de placer le récepteur a l'opposé. Par exemple, pour une douleur au genou, placer la boîte sous le genou et le récepteur sur le genou.

Pathologie légère: La première journée, une séance de 30 mn est indispensable, ensuite 5 mn par jour.

Pathologie lourde: une séance/semaine, commencer un jeudi, 30 mn , les 2 jeudis suivants même heure, 1 heure, ensuite, (selon résultat) 15 mn tous les jeudis, même heure

Douleurs diverses: 30 mn la première fois, recommancer si la douleur revient, arrêter dès que la douleur cesse, recommencer si besoin est.

Il est fréquent de ressentir des sensations de froid, puis de chaud, ou des picotements. Ces sensations se déplacent d'un endroit à un autre selon les régions de l'organisme où il y a problème. Le ressenti est très différent d'une personne a l'autre: vibrations, bien-être, sensations indéfinissables, auréole sur la tête, etc.... même chez les personnes qui n'ont pas de sensations, il est avéré que l'appareil à orgone leur est salutaire.

Il est aussi préconisé de placer un verre d'eau pendant quelques minutes à la place des mains et de boire cette eau, afin d'énergétiser cette eau ou d’autres boissons. Servir comme boisson pour les animaux, et arroser des plantes. On peut aussi énergétiser la nourriture.

L'appareil inonde l'habitation de bonnes énergies vibratoires et, de ce fait, neutralise certaines pollutions électro-magnétiques. Pour cela, il suffit de laisser la couverture en aluminium sur la boîte.

Pour mettre l'appareil à l'arrêt il suffit de déposer la couverture en aluminium à côté de l'appareil; il n'est pas nécessaire de défaire la pince crocodile.

Mettre les compléments alimentaires sur l'appareil pendant quelques minutes, en fait, c'est le secret de la rémission de certaines maladies inguérissables par la médecine traditionnelle. Notamment la bromélase tirée de la tige d'ananas, ainsi que d'autres compléments alimentaires.

Cet appareil a aidé dans de nombreuses  rémissions de cancer. À noter que, dans la plupart des cas, ces personnes n'avaient plus aucune chance de s'en sortir avec la médecine traditionnelle, les gens ne s'adressant aux médecines douces que lorsqu'il n'y a plus aucun espoir.

Après plusieurs mois d'utilisation, des personnes en fauteuil roulant suite à un accident vasculaire cérébral ou à un accident ou autre, marchent.

La polyarthrite ainsi que toutes les maladies qui contiennent le mot «arthrite» sont efficacement combattues avec l'utilisation de l'appareil + l'extrait de cassis (énergétisé par l'appareil), qui est une véritable cortisone sans effet secondaire que l'on peut prendre à vie, bien entendu il ne faut pas oublier la dépollution électro-magnétique. Dans la maladie d'Alzheimer il n'y a (pour l’instant) qu’un cas, mais quel résultat! C'était un «légume», maintenant elle parle et marche normalement, mange seule; il y a pour cette maladie un immense espoir. Dans la SEP  (sclérose en plaques) les premiers prémices semblent prometteurs.

Les ondes électromagnétiques peuvent régénérer votre corps. C'est plus qu'une guérison. La régénération est le remplacement des cellules irrémédiablement détruites ou perdues par des cellules semblables. Cette régénération se fait de façon parfaitement naturelle.

Il est très intéressant d'énergétiser les vêtements et sous-vêtements en fibres naturelles. Pour cela, il suffit de mettre le vêtement sur la Boîte à Orgone et l'écran en aluminium par-dessus. Le synthétique ne conserve pas l'énergie vibratoire, alors que les fibres naturelles conservent cette énergie pendant des années.

Il sera utile de contrôler cet appareil dans les 2 années afin, éventuellement, de le recharger; ce contrôle peut être fait à distance.

Toutes les personnes détenant un appareil à énergie d'Orgone sont invitées à faire une séance tous les jeudis à partir de 20h30.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Aides pour le Corps
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 21:19

Le tabagisme passif

La nocivité du tabagisme environnemental
sous-estimée


Le tabagisme passif, ou le tabagisme environnemental, est une notion qui date d'un siècle avec la création du Comité National Contre le Tabac en France, en 1868. Toutefois, la première étude connue menée sur des graves pathologies (cancers du poumon) dues au tabagisme passif date de 1981.

Actuellement, la meilleure définition du tabagisme passif est donnée par l'Office Français du Tabac: "le tabagisme passif est le fait d'inhaler involontairement la fumée dégagée par un ou plusieurs fumeurs. La fumée respirée directement par le fumeur (courant principal) a une composition très différente de celle qui s'échappe latéralement de la cigarette (courant secondaire), ou de celle rejetée par le fumeur (courant tertiaire)."

Tant bien même la fumée (courant secondaire et tertiaire) semble s'être dissipée,
les substances toxiques qu'elle contient restent en suspension pendant 3 heures. En effet, la fumée secondaire de la cigarette est un ensemble de plus de 4000 substances chimiques sous forme de particules et de gaz. Elle contient des irritants, des substances toxiques (acide cyanidrique, dioxyde de soufre, monoxyde de carbone, oxydes d'azote...), des cancérogènes (goudrons, benzène...) et des mutagènes (arsenic, chrome...) en quantité supérieure par rapport au courant principal. Elle est donc une grave source de pollution de l'air intérieur, voire en est la plus grave.

Les implications sur la santé du tabagisme passif font désormais le sujet de nombreuses études et, toutes s'accordent pour affirmer que la dangerosité provient du cumul des durées d'exposition. Les personnes les plus en danger sont donc les personnes vivant ou travaillant aux côtés d'un (de) fumeur(s) dans un espace fermé, même régulièrement aéré. Car les substances toxiques et les goudrons se déposent et s'incrustent partout. Cela se constate dans tous les lieux fumeurs pour lesquels la fréquence et les coûts de nettoyage sont particulièrement élevés. Sur certaines surfaces, tels que les plexiglas, ces substances sont indélébiles.

De même, la fumée s'incruste dans les tissus corporels, la peau et les cellules, qu'ils appartiennent à un fumeur ou à un non fumeur. En France, le tabagisme passif est estimé responsable de 3.000 à 5.000 décès annuels en France, soit de 8 à 13 décès/jour! (chiffres à comparer aux 66 000 décès annuels, directement imputables au tabac, de fumeurs ou d'anciens fumeurs). C'est ainsi que le tabagisme passif régulier, chez l'adulte, accroît l'incidence d'apparition des pathologies suivantes: cancers du poumon (5% liés au tabagisme passif); accidents coronariens (2000 décès annuels dus au TB.2.) ; accroissement de la fréquence, de la durée et de l'intensité des crises d'asthme. Enfin, certains fumeurs passifs sont touchés par des pathologies graves qui apparaissent chez les fumeurs pour 95 % des cas.

Les femmes et les enfants d'abord!

Pour des raisons hormonales, les femmes sont plus rapidement et intensément dépendantes à la cigarette et aux substances qu'elles contiennent. Aujourd'hui, les jeunes femmes sont plus nombreuses à fumer que les jeunes hommes et elles acceptent moins facilement de se passer de tabac qu'eux.

Les médecins recommandent aux femmes de cesser la cigarette avant ou à l'occasion de leur grossesse. Les médecins devraient désormais conseiller à toutes les femmes de fuir tout environnement enfumé car, il apparaît que le risque relatif de cancer du sein est augmenté de 30 %, chez une non-fumeuse en exposition au tabac, comparativement à une non-fumeuse non exposée au tabagisme passif3.

Devenue mère, il est essentiel pour une femme de ne plus du tout être confrontée à un environnement pollué par le tabac car, le fœtus est considéré en danger, que sa mère fume ou qu'elle subisse la fumée des autres. Dans les deux cas, les prélèvements sanguins du cordon ombilical, recueilli à l'accouchement, font apparaître des modifications génétiques4. Dans le cas de mère fumeuse surtout, le foetus se développe insuffisamment par manque d'oxygène5 Les enfants à naître ont moins de chances de survie, un poids plus léger à la naissance (jusqu'à - 20%), une réduction du périmètre crânien6 et une propension plus élevée pour les maladies, y compris le cancer7.

Après la naissance, dans le meilleur des cas la mère interdit de fumer dans le lieu d'habitation. Un kinésithérapeute du Nord de la France a remarqué que les mères avaient organisé un «fumoir» dans la cage d'escalier du HLM, évitant ainsi l'exposition à la fumée dans l'habitation!

Malheureusement, dans de nombreux cas, les parents continuent de fumer dans leur habitat et dans leur voiture. Pour le nourrisson, le risque relatif de mort subite est multiplié par deux. Les enfants sont victimes d'infections nez-gorge-oreilles (bronchites, asthme, otites) plus fréquentes et récidivantes. Enfin, le risque de survenue d'un cancer du poumon à l'âge adulte est multiplié par trois.

Si ces infections sont le symptôme extérieur de leur tabagisme passif, il existe aussi une imprégnation invisible au niveau physiologique et psychologique. Au niveau physiologique, une étude canadienne9 a mis en exergue le développement d'une dépendance au tabac par inhalation de la fumée secondaire des parents qui accroît la probabilité de fumer à l'adolescence.

Au niveau psychologique, le tabac est l'un des objets du marquage affectif. Le marquage affectif du nourrisson envers ses parents s'opère à travers ses cinq sens. L'enfant considère les "caractéristiques" de ses parents (intonation, langage, comportements physiques, odeur, sons émis) comme des référents qui l'accompagneront toute sa vie. Ces référents deviendront des critères de confort inconscients qui seront présents quotidiennement ou qui resurgiront en cas de détresse. Car, la mémoire du marquage affectif est imbriquée au plus profond de chacune des cellules humaines. Un parent qui, venant de fumer dans ou hors du lieu d'habitation, prend son enfant sur les genoux pour le cajoler, lui parler ou simplement être là, lui transmet l'information suivante : mon parent qui m'aime porte l'odeur du tabac. L'odeur du tabac devient une odeur apaisante, rassurante, chargée d'affects. Devenu adolescent ou adulte, lors d'une crise affective ou de positionnement social, cet ado/adulte cherchera à recréer les conditions de son enfance qui lui paraissaient idéales. Il fumera alors d'autant plus facilement.

Mais que font nos politiques?

Flore Coumau a mené une enquête sur le tabac auprès de 200 restaurateurs parisiens et sur le tabagisme passif depuis l'automne 2004. Elle est l'auteur du guide «150 tables parisiennes sans tabac: Pour apprécier les fumets sans fumée». Entre autre praticienne de shiatsu, elle est engagée dans la prévention et la préservation de la santé.

Site Internet : http://restosnonfumeur.free.fr

Protéger les non fumeurs du tabagisme passif relève-t-il de l'impossible en France?

Alors que la France fut un précurseur en 1991 en matière de prévention du tabagisme passif dans les lieux publics, elle connaît aujourd'hui de longs atermoiements qu'ont su éviter l'Irlande, la Norvège, l'Italie, la Suède, l'Irlande du nord, l'Espagne, Malte et la Belgique, la Finlande et le Royaume-Uni (ces trois derniers pays appliqueront l'interdiction en 2007).

Fin 2005, prenant en compte les méfaits notoires du tabagisme passif, plusieurs parlementaires ont déposé au sein de leur groupe politique à l'Assemblée ou au Sénat des propositions de loi en faveur de l'interdiction du tabac dans les lieux publics et notamment dans les restaurants. A juste titre car, le gouvernement est contraint par ses engagements: la Convention-cadre de l'OMS pour la lutte anti-tabac, ratifiée par la France le 24 avril 2004, est devenue exécutoire le 27 février 2005 (Chaque pays signataire s'engage à lutter par tous les moyens contre le tabagisme passif).

A l'encontre, certains acteurs économiques, craignant une chute de leur chiffre d'affaires, ont mené un lobbying tenace auprès des parlementaires pour reporter une tel débat au-delà des élections présidentielles, arguant que les électeurs se vengeraient dans les urnes en 2007.

Ce lobbying repose sur deux principaux courants:

  • L'industrie du tabac (qui connaît depuis 1978 les effets du tabagisme passif et les considère depuis comme la plus grave menace pesant sur leur viabilité économique) a mené de multiples actions de désinformation comme : mener des études tronquées, influencer les journaux médicaux, espionner les études indépendantes et dénoncer leurs résultats10 et, en 2005, influencer les parlementaires.
  • Le second repose sur deux syndicats, la Confédération des Débitants de Tabac et un syndicat des métiers de la restauration, l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (l'UMIH). Suite à l'augmentation des taxes sur le tabac (2003), la Confédération des débitants de tabac reproche au gouvernement une baisse de 20 à 40 % de leur chiffre d'affaires selon les régions. Pour sa part, l'UMIH demeure très fortement opposé à une telle loi, arguant que les brasseries, les bars et même les restaurants connaîtraient une baisse notoire de fréquentation et de leur chiffre d'affaires. Si les patrons de bars ou de brasseries ne voient pas d'un très bon œil l'interdiction de fumer, les restaurateurs préfèreraient une loi, qui éviterait ainsi toute distorsion de concurrence.
La nouvelle loi interdisant de fumer dans les écoles et les entreprises, même en plein air, s'applique au 1er février 2007.

Source
: http://www.onnouscachetout.com/themes/medecine/tabagisme-passif.php
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 10:24

Message relayé

Le cancer des pesticides

L’EXPRESS, 5 janvier 2007

La justice vient de reconnaitre que certains produits utilises par les agriculteurs sont cancerogenes. Le résultat d'une longue bataille menée par un couple vosgien.

Qui aurait parié qu'une femme d'agriculteur parviendrait, de la petite ville vosgienne de Rambervillers, à percer l'un des secrets industriels les mieux gardés, celui de la composition des pesticides de grandes marques? Personne, tant les multinationales du secteur avaient verrouillé, jusqu'ici, l'accès à ces informations concurrentielles. Mais Catherine Marchal a puisé une énergie hors du commun dans le sentiment d'injustice qui l'habite depuis 2003.

Maladies professionnelles

En dehors du cas de Dominique Marchal, exposé dans notre article, deux autres décisions positives ont été rendues récemment concernant des agriculteurs exposés aux pesticides. Cancer du pancréas. Le comite regional de reconnaissance des maladies professionnelles de Midi-Pyrénées a émis un avis favorable dans le cas de Michel Péres. Cet exploitant du Castéra (Haute-Garonne) est décédé en 2004 d'un cancer du pancréas, à l'âge de 57 ans. Ses filles, Nathalie et Laurence, ont appris la decision par un courrier de l'assureur, date du 15 mai 2006. Elles ont obtenu le paiement des indemnités journalières dues à leur père, le remboursement des frais d'obsèques et le versement du capital-décès. Maladie de Parkinson. A Bourges, c'est un ouvrier agricole, Gilbert V., qui a obtenu la reconnaissance du caractère professionnel de sa maladie de Parkinson, une première pour cette pathologie. La décision a été rendue le 12 mai 2006 par le tribunal des affaires de sécurité sociale.

Cette année-là, la Mutualite sociale agricole (MSA) réfute l'origine professionnelle de la maladie de son mari, Dominique. A 49 ans, l'exploitant souffre d'un syndrome myeloproliferatif - une multiplication anormale des plaquettes sanguines - susceptible de se transformer en leucémie aigue. Cette pathologie est répertoriée de longue date chez les employés des raffineries exposés au benzène, un dérivé du pétrole. Alors Catherine Marchal s'interroge: certains des pesticides utilisés durant vingt-cinq ans par Dominique - pres de 250 en tout - contenaient-ils du benzène?

Les fabricants connaissent la réponse, bien sûr, ainsi que le ministère de l'Agriculture, chargé d'homologuer leurs produits. Pourtant, les époux Marchal n'ont réussi a obtenir l'information qu'au terme d'une longue procédure judiciaire. Le président du tribunal des affaires de sécurite sociale des Vosges s'est finalement résolu à ordonner l'analyse des bidons stockés dans une bâtisse de l'exploitation. Résultat de l'expertise? La substance cancérogène est retrouvée dans plusieurs échantillons. Dans leur décision du 18 septembre 2006, qui n'est plus susceptible d'appel, les juges d'Epinal ont donc classé le cas de Dominique Marchal en maladie professionnelle. Une victoire inespérée, qui souligne, du même coup, la grande solitude des agriculteurs obligés d'enquêter eux-mêmes sur les causes de leur cancer.

Ils sont peu nombreux à se lancer sur ce parcours du combattant. Encore moins à obtenir, à l'arrivée, le sésame établissant que leur pathologie est bien liée a leur activité. Pourtant, la littérature scientifique abonde à ce sujet. Des études internationales révèlent au sein de la population des cultivateurs un taux anormalement élevé de leucémies, de tumeurs cérébrales, de cancers des ganglions et de la prostate. Mais, rapporté à un seul individu, le lien de cause à effet est délicat à prouver. Du coup, la plupart des agriculteurs tombent dans les oubliettes du système d'évaluation du caractère professionnel des maladies. Celui-ci passe, de toutes façons, à côté de la moitié des cas de cancers - au moins - tous métiers confondus. "3 000 dossiers se soldent par une reconnaissance chaque année, alors que le nombre de malades est estimé entre 6 000 et 24 000", rappelle le Dr Pierre Lebailly, chercheur au centre Francois-Baclesse, à Caen.

Le benzène, suspect numero 1

Le benzène menace-t-il la sante des pompistes ou même celle des citadins? La question, non tranchée, revient régulièrement sur le tapis. Car cette substance, classée cancérogène par l'Union europeenne, est présente dans l'essence et, par conséquent, dans les gaz d'échappement des voitures et des deux-roues.

A Paris, par exemple, le taux de benzène dans l'air dépasse les normes de dangerosité sur plusieurs grands axes, selon le rapport d'activité d'Airparif. La règlementation limite la teneur a 1% dans les carburants et a 0,1% dans les solvants. Mais les scientifiques ne peuvent pas garantir que cette norme protège suffisamment les citoyens. "Il n'est pas possible de déterminer expérimentalement les doses de benzène ne produisant pas d'effet cancérogène", indique l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Il s'en est fallu de peu que Dominique Marchal ne figure parmi les laissés-pour-compte du dispositif. Ce scénario fait encore frémir Catherine, convaincue que son mari donne trop à l'exploitation. Dans le salon où ils se tiennent côte à côte, elle clôt la discussion. "Tu es trop consciencieux, dit cette petite femme à lunettes dorées, qui ne hausse jamais le ton. Les week-ends, tu vas encore dans les champs." Employée de bureau dans la zone d'activite locale, elle s'est attaquée a l'omerta imposée par l'industrie des pesticides exactement comme elle épluche la comptabilité pour son patron. Méthodique. Opiniâtre. Revenant, encore et toujours, sur la question-clef du benzène.

Le premier expert chargé du dossier Marchal, en 2003, avait pourtant rendu un avis sans appel sur ce point. Le Dr Francois Testud ecrivait que "les hydrocarbures pétroliers utilisés pour mettre en solution certaines matières actives [NDLR: dans les pesticides] sont exempts de benzène depuis le milieu des années 1970". Aujourd'hui, le toxicologue refuse de reconnaitre son erreur. "Il s'agit d'une imprécision", argumente-t-il. "J'aurais du indiquer que le benzène n'était pas présent dans des proportions comportant un risque pour la santé". Pour lui, le débat sur l'effet des faibles doses n'a pas lieu d'être.

Les produits suspects dans des pots à confiture

A l'époque, la parole de l'expert n'avait été contestée par personne. Sauf par Catherine, qui avait sollicite le sénateur des Vosges et président du Sénat, Christian Poncelet. Lequel s'était adressé à l'Institut national de la recherche agronomique. Dans son courrier du 28 janvier 2005, la présidente, Marion Guillou, répond à l'élu que "la composition intégrale des produits phytosanitaires est soumise au secret industriel". L'avocate du couple, Me Marie-José Chaumont, émet alors l'idée de se tourner vers un laboratoire indépendant. Et c'est Catherine Marchal, équipée de gants à vaisselle, qui transvase les produits suspects dans des pots à confiture avant de les porter à la société Chem Tox, dans la banlieue de Strasbourg. Les résultats, rendus en septembre 2005, se révèlent décisifs. Aujourd'hui, les fabricants eux-mêmes les corroborent. L'Express s'est procuré le rapport d'expertise et l'a soumis a l'Union des industriels de la protection des plantes. "Les sept marques nommées contiennent le même solvant, le Solvesso, où l'on retrouve du benzène dans une infime proportion, inférieure au seuil règlementaire", affirme le directeur de ce syndicat professionnel, Jean-Charles Bocquet.

D'autres malades ont maintenant l'intention de suivre l'exemple des époux Marchal pour contourner le secret industriel. Mais Jean-Charles Bocquet a mieux à leur proposer: "Si un agriculteur recherche un composant précis et nous envoie la liste des produits qu'il utilise, nous lui répondrons". Parole d'honneur?

Estelle Saget


Retrouvez le MDRGF sur son site internet: www.mdrgf.org

M.D.R.G.F - Mouvement pour les Droits et le Respect des Generations Futures
40 rue de Malte 75011 Paris
Tél./ Fax: 01 45 79 07 59 - Portable: 06 81 64 65 58
email: mdrgf@wanadoo.fr - site: www.mdrgf.org

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 16:21

 

Le grand Nettoyage du Foie

 

Cet article est la suite de

"Mon foie connais bien!"

 

Avertissement préalable

Transmettre une recette  de «bonne fame» (c’est à dire de bonne réputation, ce qui n'a pas grand chose à voir avec une ... "femme"!) n’est pas donner une consultation médicale!!!

Chacun qui décide de faire une telle cure doit lui-même préalablement se documenter et vérifier les informations disponibles à plusieurs sources. Dans le doute, il doit consulter son médecin.

En tout état de cause, sauf de se faire médicalement suivre, il doit totalement lui-même assumer la responsabilité de son action curative sur lui-même!

La préparation

A noter, tout d'abord - très important! -, que le Docteur Clark (voir lien en fin d'article), conseille instamment d'effectuer la cure du foie après le programme d'élimination des parasites.

Le Docteur Clark préconise le Zapper, appareil de son invention, pour réaliser cet antiparasitage. Pour avoir des témoignages au sujet de l'utilisation du zapper, cliquez ICI et ICI.

Pour engager sa grande cure de nettoyage du foie, il faut se prévoir un temps de parfaite disponibilité pour cela, week-end ou vacances de préférence.

La consommation préalable de plantes agissant sur le système hépatique est hautement recommandée.

De plus, il est bon d’avoir auparavant bien vidangé ses intestins. Quant à la bonne manière de faire, se reporter au livre de Robert Dehin, déjà cité.

Les trois jours précédant le grand nettoyage, un grand verre de jus de pommes fraîchement extrait est recommandé. Préférez ici les pommes acides, genre granny smith. Andreas Moritz conseille même un litre entier par jour!

Il faut boire beaucoup et manger le plus légèrement possible.

Le jour du nettoyage il convient de complètement cesser de s’alimenter à partir de 14 heures.

Que faut-il?

-  4 cuillérées à soupe (ou sachets) - soit environ 32 grammes - de Sels d’Epsom (vendus sur le site Dr Clark). Le nom scientifique est «sulfate de magnésium heptahydraté». Cela se présente, en général, en sachets de 30  ou 50 grammes.

-  125 ml - ou 12,5 cl - d’huile d’olive vierge (bio, de préférence!) de première pression à froid.

-   2 (ou 1 gros + 1 petit) pamplemousses roses, nécessaires pour obtenir 150 ml (= 15 cl) de jus, soit un verre et demi.

-  Teinture-mère de noix, 20 gouttes (en vente sur le site Dr Clark).

-  Somnifère naturel (éventuellement) - Ornithine recommandée par la Doctoresse Clark -, ou encore du genre valériane officinale ou mélatonine, mais cela n’est pas forcément indispensable pour tout le monde; c’est surtout si l’on craint de ne pas dormir après la cure (ce qui arrive à certains!)…

-  Grande passoire en plastique (pas indispensable pour la cure, mais  fort utile pour faire le tri et repérer les «petits pois verts»).

Comment s’y prendre?

Chaque étape doit être bien respectée.

Étant donné que la cure provoque une forte diarrhée, un accès «inconditionnel» aux toilettes, sèches ou pas, est à prévoir…

Donc, après le repas de midi, il convient de ne plus absorber de nourriture solide ou liquide.

Les quatre cuillers à soupe de Sels d’Epsom sont à bien mélanger à 750 ml (= 75 cl) - soit une demi-bouteille de 1,5 litre - d’eau potable.

Les Sels d’Epsom ont pour effet de provoquer l’ouverture des différents sphincters des canaux biliaires, ce qui prévient toute douleur lors de l’expulsion des calculs.

C’est presque comme une opération chirurgicale, sauf que, comme pour les «guérisseurs à mains nues», il n’y a ni anesthésie ni bistouri ni plaie ni sang ni cicatrice et, quant à l’état général, que du bénéfice.

Quatre portions égales (correspondant à huit sachets de huit grammes chacun) sont donc à prévoir. Si l’on craint le goût on peut les mettre au réfrigérateur, car le froid endort les papilles gustatives…, mais, à dire-vrai, cela n’est pas non plus indispensable, car il y a des mixtures bien plus difficiles à avaler que cela!

L’huile d’olive, elle, doit être conservée à la température de la pièce; sinon, elle se figerait.

À 18H, boire la première des quatre portions de ce breuvage. Éventuellement, si l’on a trouvé cela particulièrement désagréable, se rincer la bouche après, mais rien d’indispensable.

Sortir les pamplemousses du réfrigérateur.

À 20H, boire une deuxième portion de Sels d’Epsom.

La réaction de chacun est, bien sûr, différente, mais il est déjà possible d’avoir besoin d’évacuer dans les deux heures qui suivent…

À 21H45, verser les 125 ml d’huile d’olive dans un pot. Surtout s’ils ont été au réfrigérateur, passer les pamplemousses à l’eau chaude et les presser pour en extraire le jus. Il faut entre 125 ml et 200 ml de jus. Ajouter le jus fraîchement pressé à l’huile d’olive. Ajouter aussi la teinture de noix. Fermer le couvercle du pot et vigoureusement secouer pour bien tout mélanger.

À 22H, avaler le mélange d’huile d’olive et de jus de pamplemousse, éventuellement associé au somnifère naturel, le tout de nouveau vigoureusement secoué. L’avalement doit impérativement se faire DEBOUT.

Ce mélange s’avale très bien. Le jus de pamplemousse à pour effet de scinder les molécules grasses de l’huile d’olive, ce qui donne une texture très liquide au mélange. Le goût du pamplemousse prime sur celui de l’huile d’olive.

Plus vite c’est bu, mieux c’est! Moins de cinq minutes est bien; pour un résultat optimum ne pas dépasser un quart d’heure.

Ensuite, se coucher tout de suite pour une bonne  nuit de sommeil, si possible sur le côté droit, ou bien sur le dos, la tête sur l’oreiller, complètement immobile pendant au moins vingt minutes. Il est bon de se représenter son foie en train de se nettoyer, tandis que l’on se laisse agréablement aller à un bienfaisant sommeil.

Pendant celui-ci, les calculs ou pierres – les «petits pois verts» - vont se dégager des canaux biliaires pour ensuite s’acheminer vers les intestins.

Le lendemain matin, au réveil, mais pas avant 6H, prendre la troisième dose de Sels d’Epsom.

En cas de besoin d’aller «vidanger», il convient d’utiliser la grande passoire comme filtre, afin d’y récupérer les fameux «petits pois verts», car c’est eux qui seront la preuve, le signe tangible, de l’utilité et de l’efficacité de la cure.

Deux heures après la première prise matinale, prendre la quatrième et dernière dose de Sels d’Epsom, ce, après quoi, si l’on en ressent le besoin, il peut être bienvenu de se recoucher…

Encore deux heures plus tard, il est possible de recommencer à manger. Il est bon de commencer par un jus de fruit, de préférence frais.

Une demi-heure plus tard, il est possible de reprendre son alimentation régulière normale, mais, après cela, il convient, bien sûr, de manger légèrement.

Déjà, il est possible de se sentir nettement mieux.

Apparence des calculs

Les calculs évacués, à cause de leur haute teneur en cholestérol, flottent souvent. Leur couleur varie de l’ocre au vert pois. Plus ils contiennent de bile et plus ils tirent sur le vert pois. Leur texture est variable: plus ils sont anciens plus ils sont durs; plus ils sont récents plus ils sont mous.

Il arrive aussi que les canaux biliaires contiennent des cristaux de cholestérol pas encore transformés en pierres et qui flottent à la surface de l’eau sous l’aspect de paillettes de couleur ocre.

 

Conclusion

Les conseils ci-dessus proposés résultent à la fois du livre de Robert Dehin et des auteurs et praticiens auxquels lui-même se réfère et de l’expérience de vérification personnelle de l’auteur du présent article.

Naturellement, l’ouvrage de Robert Dehin comporte de nombreuses autres précisions et considérations, qui ne sont pas présentes ici et que le candidat au nettoyage non seulement de son foie mais aussi de ses autres organes internes - tel l'intestin - découvrira avec profit dans le livre.

Bien conduite en fonction des recommandations des spécialistes, cette cure est quasi-totalement dépourvue de risques.

En particulier, il ne faut pas oublier la teinture-mère de noix, dont l’objectif est de tuer les parasites libérés par la cure et qui pourraient ensuite intoxiquer les intestins.

Après le nettoyage, des lavements – de préférence au café - sont éventuellement aussi indiqués, afin d’être sûr qu’aucun «petit pois vert» ne reste à polluer l’intestin. Les calculs sont, en effet, poreux et remplis de toxines accumulées.

Pour un nettoyage plus en profondeur, il est bon de répéter la cure, autant de fois que nécessaire, toutes les deux ou trois semaines plus tard… C'est presque à chaque fois que de nouveaux calculs se trouvent ainsi libérés.

Il semble assez fréquent que ce soit des centaines de calculs (de 200 à 500), voire des milliers, qui soient ainsi expulsés!

Naturellement, pour que le bien-être associé à la cure perdure, il est souhaitable de manger moins et mieux, d’opter le plus possible pour une nourriture végétale, de bien mâcher («Buvez vos aliments!», disait Gandhi) et de boire beaucoup entre les repas…

Il est aussi, bien évidemment, en plus de tout le reste, vivement conseillé de se libérer de tous les démons, qui attaquent le corps à ses points faibles


Pour se procurer tout ce qui est nécessaire à la grande Cure du Foie:

C'est décidé, j'entame ma cure du foie

 

Voir aussi: En savoir plus sur le Zapper.


Autre lien sur la Cure du Foie: http://sungazing_vivre_sans_manger.club.fr/nettoyage.html

 


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Nettoyage du Foie
commenter cet article
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 16:18

Mon foie, connais bien!

«Un Foie sain, exerçant une activité réellement normale,
même avec des causes intérieures déclenchantes,
ne laisse survenir aucune sorte de
cancer».

«La cause de beaucoup de vos maux – peut-être tous -
ce qui vous fait grossir et vous rend malade
est dans votre foie

- Robert Dehin -

Foie et moi

Le foie est un organe de particulière grande importance.

Même s’il n’est pas le seul à le faire, il est, en effet, le nettoyeur général de l’organisme.

De façon plus prosaïque, l’on peut dire que le foie est la principale « usine » du corps pour ce qui est de la filtration des toxines.

En langue allemande, le foie se dit «Leber», ce qui est très proche de «Leben», la «Vie». L’on pourrait donc traduite le mot «Leber» [«foie»] par «ce{lui} qui active la vie»


Crimes de lèse-foie

Bien qu’ils ne s’en rendent généralement pas compte, beaucoup de gens surmènent leur foie, ce qui est très mauvais pour eux.

Un exemple, il semblerait que le chocolat soit bon pour la santé, oui mais à raison de 10 grammes par jour (moins de deux carreaux)… Ce qui est pris en plus vient surcharger le foie…


Mais le plus grand crime contre le foie est, très certainement, l’habitude de fumer, laquelle peut être considérée comme une «épidémie» en soi toute seule, un véritable crime contre l'humanité, un crime tel que les êtres humains, pour le moment (mais cela ne durera pas indéfiniment), peuvent à peine se l'imaginer…


Grâce à la Reconnaissance affective de l’Activité des Lois de la Nature, disparaîtra, dans un relativement proche avenir, l’incroyable prétention, totalement injustifiée et irréfléchie, du fumeur de vouloir s'adonner, même en plein air, à son vice, un vice par lequel le Don de Dieu de l'Air frais, pur et revigorant, lequel doit en permanence demeurer disponible pour chaque créature – et pas seulement les créatures humaines - est ainsi constamment empoisonné.


Depuis des décennies, de plus en plus d’êtres humains ont été contraints de durement expérimenter que cette consternante habitude constitue le foyer de maintes maladies, sous le joug desquelles se morfondent, aujourd'hui, toujours plus de malades, sans parler de tous ceux qui leur sont liés et du poids social induit…


Pourtant ce fléau, dû à la secte de la mort lente, est encore loin d’avoir été éradiqué.


Le tabagisme, ainsi que cela est maintenant largement reconnu n’est pas seulement «actif», mais il faut aussi considérer que, du fait du tabagisme dit «passif», la contrainte de devoir inspirer une telle fumée de tabac, en particulier chez les nourrissons et les enfants, entrave chez eux le développement normal de maints organes, et, tout spécialement, l'indispensable affermissement (croissance) et le renforcement (augmentation de son efficience) du foie.


Causes internes et externes des maladies


Quelles qu’elles soient, les maladies ont toujours deux séries de causes, les causes internes et les causes externes.


Même si les causes internes sont les plus importantes et déterminantes, les causes externes sont loin d’être à négliger.

 

D’une façon générale, la plupart des gens, y compris les médecins et autres professionnels de santé, considèrent principalement les causes externes et négligent beaucoup plus les causes internes. Ils ne devraient donc, logiquement, pas mésestimer, en tant que facteur externe, la bonne manière avec laquelle le foie devrait être traité.


C’est pourtant, comme nous allons le voir plus loin, loin d’être le cas. Une publicité médicale disait, il y a quelques années: {grâce à tel remède} «mon foie, connais pas!».


Pourtant, l’on a tout intérêt à bien connaître son foie, son importance, son rôle et son état, ceci en vue de mieux le traiter.


Lorsqu’une cause interne – cette cause sera d’ordre psychique - de maladie survient, elle «tombe» sur un terrain, et ce terrain est précisément l’état général du corps gros-matériel (physique) considéré.


Et, en particulier celui de son foie! Et en particulier pour une maladie particulièrement grave et répandue: le cancer, sous toutes ses formes!


Dans l’opinion publique l’on s’efforce de présenter le cancer comme une fatalité qui vous «tombe» dessus, sans que l’on y soit pour rien et sans que l’on puisse rien faire contre.


C’est pourtant loin d’être le cas!


Il est possible d’agir doublement contre le cancer: d’en haut et d’en bas, ou – si l’on préfère et ce qui revient au même -, comme déjà vu, de l’intérieur ou de l’extérieur.


La guérison des maladies en partant de l’intérieur est un sujet en soi, qui n’est pas le sujet du présent écrit. Elle ne sera donc pas traitée ici mais peut facilement être accessible au lecteur en se référant à une démarche connue comme étant «Le Chemin de la Santé Parfaite», lequel se présente comme une véritable «Révolution dans l’Art de {se} Guérir»


Nous considérons ici uniquement l’entretien de la santé et la guérison en partant de l’extérieur.


Thérapie anti-cancer


Pour tout être humain sans exception, ceci est tout particulièrement important, parce que, par un juste comportement, entraînant une juste et saine activité de son foie, tout un chacun peut facilement empêcher un foyer de la maladie du cancer de se former dans son corps. C’est donc, aussi simple que cela puisse paraître, d’un point de vue terrestre, le plus sûr et le meilleur moyen de combattre cette «épidémie».


Le juste savoir à ce sujet est, en effet, celui-ci:

Toute excroissance  d'apparence cancéreuse  est conditionnée par une incapacité du Foie et par une activité insuffisante du Foie!


Le foie n’arrive donc plus à filtrer tous les poisons qui pénètrent dans l’organisme, de sorte que le terrain corporel s’en trouve grandement affaibli.

Si l’on veut réellement venir en aide à l’humanité souffrante, c’est donc essentiellement dans cette direction qu’il convient de diriger le regard…


Un Foie sain, exerçant une activité réellement normale, même avec des causes intérieures déclenchantes, ne laisse survenir aucune sorte de cancer.


C'est pourquoi les parents et éducateurs devraient, déjà, dès le plus jeune âge des enfants qui leur sont confiés, faire rigoureusement attention à ce que les enfants aient un mode de vie convenable et en tout raisonnable: Air pur et exercice suffisant, nourriture appropriée à tendance largement – si ce n’est exclusivement – végétale (la viande, en particulier, charge le foie en toxines et purines) et en quantité raisonnable, et, si besoin, des cures régulières de détoxication du foie.


Et qu’en va-t-il pour les personnes déjà malades? Même pour elles c’est pareil! Il faut soigner le foie! Donc le désintoxiquer, le guérir, afin qu’il retrouve, dès que possible, l’intégralité de son pouvoir purificateur! Avec la Guérison du Foie, quel que soit son siège dans le corps, la force de la maladie cancéreuse est brisée, et le processus de Guérison peut donc, dès lors, recommencer à s’activer...


Soigner le Foie


Souvent sont chantés les bienfaits de la boldoflorine, «la bonne tisane pour le foie». C’est sûrement bien, mais pas forcément suffisant!


Ce n’est pas parce que l’on n’a pas mal au foie que le foie va bien. Même s’il est déjà détérioré à plus de 80%, le prodigieux foie continue, en effet, autant qu’il peut, à accomplir ses bons offices…


Les symptômes demeurent alors vagues et peu alarmants.


Selon les praticiens ayant l’occasion d’explorer le foie de leurs clients, il ressort de leurs déclarations que 80% des adultes ont de petits calculs dans le foie ou des agrégats de toxines accumulées. Selon d'autres, lepourcntage monterait même jusqu'à 99%...


Ces calculs sont des cristallisations de cholestérol ou de bile autour de paquets de bactéries mortes et de déchets. Ils sont poreux et souvent sources d’infections à répétition.


Ils se développent aussi bien dans le foie que dans la vésicule biliaire et peuvent conduire ceux qui en sont affectés tout droit à l’hôpital.


Dans la plupart des cas, toutefois, ceux qui se promènent avec de semblables calculs, dans 80% des cas, ne le savent pas, parce qu’ils ne ressentent rien et ne remarquent rien de particulier.


Cela n’empêche pas que de tels calculs ayant l’apparence de petits pois dégradent inéluctablement leur santé…


Il n’y a ici pas de mystère: le foie est un filtre possédant un certain pouvoir de filtration et même un pouvoir certain, mais, comme pour tout filtre, ce pouvoir n’est toutefois pas sans limite.


Nous sommes toujours plus environnés de poisons chimiques en tous genres. Il y en a dans l’air que nous respirons, dans l’eau que nous buvons et avec laquelle nous nous lavons, dans la terre que nous cultivons et, bien évidemment, dans la nourriture toujours plus industrielle que nous mangeons (sauf, bien sûr - mais dans quelle mesure et pour combien de temps? – pour ceux qui s’efforcent de «manger bio»)…


Les effets de ces empoisonnements «à petit feu» sont multiples et diversifiés. Ils sont notamment la cause de plus en plus incontestée d’une stérilité masculine toujours plus prononcée : Rappelons ici que, depuis 1950, la fertilité masculine a baissé, en 2006, de 50% et que, chaque année qui passe, c’est encore 1% de spermatozoïdes en moins dans la semence de l’homme!

Ceci est bien la preuve que les capacités de filtration du foie sont maintenant non seulement saturées mais même complètement dépassées!

Le foie le plus actif et le plus efficient n’arrive plus à éliminer assez vite. Certes, il fait ce qu’il peut, mais c’est un filtre et – comme tous les filtres – il a besoin d’un nettoyage régulier. Sinon, toutes les saletés passent dans la vésicule…

Vous êtes convaincu de la nécessité de devoir quelque chose? Oui? Alors, la suite est pour vous. Les autres peuvent tranquillement continuer à s’intoxiner sans rien faire, tout en voyant où cela les mène…


Comment nettoyer votre foie?


La prise de conscience ayant donné suite au présent article est largement due au livre «Libérez votre corps des toxines et des maladies» de Robert Dehin sous-titré «Le nettoyage des organes internes» aux Presses de la Santé, et surtout à l’expérimentation concrète (donc à la vérification personnelle) à cet égard de ce que raconte ce livre.


C’est aussi à ce livre que sont empruntées une part importante des données biologiques et thérapeutiques ci-dessous mentionnées.


Ce livre, relativement au nettoyage du foie, indique un véritable «remède de bonne femme», une recette très efficace, que l’auteur tient d’une arrière-arrière-grand-mère…


Cette manière de faire est d’autant plus intéressante que le foie se trouve ainsi nettoyé naturellement, sans médicaments ni opération.


Si quelqu’un, conscient qu’il a des calculs biliaires, consulte son médecin habituel, il lui répondra que si la vésicule est remplie de calculs le mieux est de l’inciser et de l’enlever…


C’est ainsi que tous les ans quelque 80.000 Français se font opérer pour se faire retirer leur vésicule; pas moins de 4.000.000 de Français auraient des calculs biliaires


Ce secret, transmis de génération en génération, a été révélé à un médecin, le Docteur Hulda Clark, qui déclare:


«Nettoyer le foie de ses calculs améliore la digestion de façon spectaculaire – et la digestion est la fondation d’une bonne santé. Vous pouvez vous attendre à voir aussi disparaître vos allergies; cela élimine, par la même occasion, les douleurs des épaules, du haut des bras, et les maux de dos. Vous n’avez plus d’allergie et une sensation extraordinaire de bien-être.»


Depuis ce temps-là d’autres médecins ont testé cette «recette» sur leur clientèle et, dans son livre, Robert Dehin affirme que le Docteur Cabot, par exemple, dit avoir obtenu 100% de réussite sur pas moins de 1540 patients!


Rôle du foie


Certes, le foie élimine les toxines, mais il ne fait pas que cela; il remplit, paraît-il, plus de 500 fonctions essentielles à la vie du corps. «Toute-foie», son rôle le plus important demeure la détoxification.


Comme déjà vu, le foie est «la plus grande usine de filtration» du corps. Les poumons, par la respiration, et les reins, par le filtrage des liquides ensuite transformés en urine, jouent aussi, dans le corps, un important rôle détoxifiant, mais le foie fait trois fois ("foie!") mieux qu’eux!


Le foie reçoit le sang veineux en provenance de la rate et du système gastro-intestinal. Le foie transforme, neutralise ou élimine alors les substances toxiques contenues dans le sang.


Le sang purifié est ensuite redistribué dans l’organisme entier.


Le foie et la graisse


Le foie est le principal brûleur de graisses du corps. Il élimine les graisses en excès en les mélangeant à la bile.


Un foie surchargé laissera passer trop de graisses et de toxines. L’excès de graisses est alors, près d’une dizaine de fois par jour, réabsorbé par l’intestin grêle.


C’est aussi pour cela qu’il y a de corpulentes personnes: leur foie n’a pas éliminé suffisamment de graisses en amont.


En prenant de l’âge, un foie surchargé va lui-même s’imbiber de graisse. Si c’est le cas, lors de la cure de détoxication, il devra, pour commencer, déjà lui-même se débarrasser de sa graisse avant d’éliminer les autres dépôts graisseux dans le corps…


Lorsque le foie est toujours plus encrassé avec des toxines, des résidus de toutes sortes, des médicaments chimiques, plus il perd sa capacité à brûler les graisses. Du coup, son porteur devient obèse et pesant…


Comment le foie élimine-t-il les toxines?


Pour éliminer les toxines, soit le foie les secrète dans la bile soit il les altère chimiquement à travers un processus de filtration en deux phases.


C’est l’intérêt de tout un chacun, bien portant ou malade, de bien vérifier que, sans pour autant s’épuiser à la tâche, sa principale usine d’épuration fonctionne à 100%!


Ce qui est le plus important et fait défaut partout, c’est le respect du corps en bonne santé. Car celui qui respecte son corps pendant qu’il est encore sain, ainsi que les Lois de la Création, n’a pas besoin de tomber malade!


Le foie et les plantes médicinales


Certaines plantes sont très efficaces pour stimuler le système hépatique. Il y en a deux sortes: Les plantes cholérétiques et les plantes cholagogues. Les cholérétiques stimulent la production de la bile, tandis que les cholagogues en facilitent l’évacuation.


Parmi ces plantes: l’artichaut, la chicorée sauvage, le boldo… Pour en savoir plus sur ces plantes et les moyens de les utiliser pour soigner le foie, se reporter au livre de Robert Dehin.


Cure d’huile d’olive


L’huile d’olive aussi est excellente pour le foie.


Elle est, par exemple, à prendre par cure d’une à deux cuillérées à soupe le matin avant le petit-déjeuner pendant dix à quinze jours. Cela suffit déjà à procurer un premier nettoyage du foie.


Il est aussi possible, après avoir légèrement mangé la veille au soir, le matin, au lever, à jeun, de prendre 150 millilitres (15 centilitres), soit une dizaine de cuillers à soupe, à la suite de quoi il convient de s’allonger sur le côté, en demeurant droit pendant une bonne demi-heure.


L’une ou l’autre de ces deux cures peut être renouvelée avec profit plusieurs fois dans l’année.


Alors?


En quel état est votre foie? Et votre vésicule? Êtes vous sûr de ne pas avoir de calculs? Comment le savoir? Comment en être sûr?

Même s'il existe différents symptômes, une seule façon d'en être absolument sûr: Faire le nettoyage!

En effet, si vous avez des doutes sur la propreté de votre peau, vous pourrez, par exemple, prendre un bain et une douche. Selon la couleur de l’eau, claire ou trouble, il est possible de savoir si la peau était propre ou pas.


Pour le foie, c’est pareil! Si vous faites le nettoyage et que vous apercevez que vous «pondez» ensuite des «petits pois verts», c’est que vous aviez grand besoin de faire la cure! Si rien de semblable ne ressort de vous, c’est que le nettoyage était superflu. Toutefois, toutes les personnes qui ont fait le grand nettoyage dans mon entourage ont toutes «pondu» un certain nombre de «petits pois verts» plus ou moins gros…


Alors?


Le grand nettoyage du foie


Le foie, en bon «chien de garde», est le meilleur ami de l’organisme humain. Mais si le chien est engourdi, c’est qu’il a besoin d’un bon décrassage

 C’est le nettoyage du foie de la Doctoresse Clark!

Cela consiste essentiellement à drainer le foie et la vésicule biliaire avec de l’huile d’olive et du jus de pamplemousse.


L’huile d’olive stimule la vésicule biliaire, qui produit alors une grande quantité de sécrétions variées, lesquelles ont pour effet de déloger puis d’évacuer les calculs gênant la fonction de certains canaux biliaires. Entreprise en temps opportun, cette cure fort simple à mettre en œuvre – et tout à fait sûre – peut non seulement éviter une intervention chirurgicale mais aussi plein d'autre maux...


Alors, êtes-vous décidé(e)?

Oui? Alors, passez à l’action!

 Pour commencer, cliquez ICI!


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Nettoyage du Foie
commenter cet article
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 18:05

LES VACCINS SONT DES POISONS!

Par le docteur Christian Tal SCHALLER
Avec la collaboration de Johanne RAZANAMAHAY

Les vaccins sont des poisons, qui ont des effets nocifs multiples sur la santé individuelle et collective.

<<Ils sont nés de l’enthousiasme de chercheurs comme Pasteur,


Image extraite du site de René Bickel:

 

qui pensaient avoir trouvé le moyen idéal pour venir à bout de toutes les maladies.


Image extraite du site de René Bickel:

Si un immense empire industriel ne s’était pas créé grâce aux vaccins, le public aurait reçu des informations objectives quant à l’inefficacité et aux graves effets secondaires de ces substances artificielles. Mais les multinationales ont fait pression sur le corps médical et sur les médias pour étouffer toute contestation et tout débat. La vaccinologie a cessé d’être une science pour devenir une «église» qui jette l’anathème sur tous ceux qui osent remettre en question ses dogmes. Depuis plus de 30 ans, l’auteur a étudié en profondeur ce sujet important pour la santé de tous. Il a parlé avec de nombreux parents qui ont vu la vie de leur enfant détruite ou gravement handicapée par des vaccins soi-disant inoffensifs. Il a étudié les statistiques officielles en montre que les vaccins non seulement ne préviennent pas les maladies mais sont la cause d’une intoxication dramatique de nos organismes.

Ce livre a bénéficié d’une relecture attentive de deux grands spécialistes de la question: le professeur Michel Georget (auteur de Vaccination, les vérités indésirables) et Sylvie Simon, (auteur de Vaccin Hépatite B, les coulisses d’un scandale).

En annexe se trouve une présentation d’une autre vision de la médecine que celle de la «médecine guerrière» des vaccins, la vision de la médecine holistique, une médecine pacifique et globale qui tient compte des corps physique, émotionnel, mental et spirituel de l’être humain.
Avec les informations de ce livre, vous sortirez de l’ignorance et du conformisme de la peur. Vous pourrez devenir «immunitairement conscient» et préserver votre santé et celle des générations futures.>>

Source: http://www.santeglobale.info/manuscrits/vaccins_poisons.html
Repost 0
L'Art de Vivre Sain L'Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 14:09

Amaroli

Le pharmacien intérieur

"Bois les eaux de ta citerne, les eaux qui sortent de ton puits."
(Le livre des Proverbes 5 :15)

"Dans un monde où chacun triche,

c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan."

- André Gide -


L'idée que, pour se soigner, l'on puisse utiliser un produit renfermant, de façon complètement naturelle, de nombreux éléments des plus intéressants pour le corps, une substance se renouvelant régulièrement, de surcroît totalement gratuite et disponible en permanence et même en abondance, ne vient pourtant pas à la plupart des gens.

Pourquoi? Pourquoi les gens ignorent-ils ou refusent-ils l'eau dorée, alors qu'ils en voient tous les jours, mieux, que, de façon toute naturelle et sans se forcer, ils en produisent eux-mêmes?

Mais, peut-être n'avez pas encore précisément compris de quoi il s'agit? Il s'agit d'un liquide, de couleur dorée, d'où son nom d'«élixir doré», qui, tous les jours, et même plusieurs fois par jour, oui, sort de votre corps?

Oui, bien sûr, l'urine - le «pipi» -, c'est dégoûtant!

Sauf que, selon le Docteur Tal Schaller (entre autres), oui, l'urine n'est rien de moins que «le plus extraordinaire médicament qui soit»!

C'est que l'urine, contrairement à ce que l'on croit, n'est pas un déchet, mais juste le produit du «sang filtré».

Amaroli, l'urinothérapie 

Amaroli est le nom poétique d'une recette de santé vieille comme le monde, remise au goût du jour par des thérapeutes fervents partisans des médecines naturelles. Il s'agit tout simplement de recycler son urine en particulier en la buvant. Les pratiquants d'Amaroli affirment que l'urine a un remarquable pouvoir de guérison et même de rajeunissement de l'organisme.

Toutefois, avant d'entreprendre cette étonnante thérapie, il est conseillé d'épurer l'organisme par un mode de vie plus sain, notamment par une alimentation végétale, légère et variée, car ainsi l'urine ne sera plus nauséabonde, mais une eau d'or, subtilement parfumée.

L'idée de boire son urine entraîne chez la plupart des gens une réaction de répulsion et de dégoût. Or, bien des médicaments que nous acceptons pourtant d'avaler sans rechigner, ont bien plus mauvais goût. D'ailleurs, en cours de pratique, notre urine devient, de jour en jour, plus claire et de meilleure saveur.

Autre préjugé: la réputation de sa toxicité. Or, de nombreux médecins reconnaissent que si la fonction rénale et les voies urinaires sont normales, il n'y a pas d'inconvénient à boire sa propre urine.



Testez l'urinothérapie
Dr Christian Tal Schaller & Johan Razanamahay

La présentation du livre «Testez l'urinothérapie» précise:

«Connue par les médecines traditionnelles depuis des millénaires, l'urine (appelée en Inde «Amaroli») a fait l?objet de centaines de publications scientifiques qui attestent de ses puissantes vertus thérapeutiques dans toutes les maladies.

«À l?heure où de plus en plus de gens prennent conscience des limites et des dangers de la chimie, cet étonnant médicament naturel est redécouvert dans le monde entier. Déjà plus de cinq millions d?Allemands et deux millions de Japonais l?utilisent, ainsi qu?un nombre immense d?Indiens.

Après le succès du livre Amaroli (Amaroli 1, qui a été traduit en plusieurs langues), les auteurs se sont rendus au premier congrès mondial de la thérapie par l'urine, à Goa en Inde, en 1996. Dans cet ouvrage ils apportent les enseignements de cette extraordinaire rencontre où des scientifiques, des médecins et des thérapeutes de nombreux pays ont échangé leurs recherches et leurs succès thérapeutiques.

Vous avez en vous tous les moyens de vous guérir de vos maux!»

Évidemment, l'urine, par rapport à tous les autres remèdes ou médicaments, présente un énorme "défaut": elle est gratuite!

Au sujet de l'urinothérapie un médecin sud-américain déclare:

«Les résultats que j'obtiens avec l'urinothérapie sont extra-ordinaires. D'abord sur moi-même: j'ai perdu 10 kilogrammes en excès en trois semaines en pratiquant Amaroli avec un régime hypocalorique! Mes facultés intellectuelles se sont grandement améliorées et j'ai commencé à en parler à mes patients. Je suis à chaque fois étonné de l'efficacité d'Amaroli dans des affections très diverses. Comment ai-je pu ignorer si longtemps cette merveilleuse thérapie?»

Présentation de quelques livres sur l'urinothérapie

ELIXIR DE VIE: GUIDE COMPLET d'URINOTHERAPIE 

L'Urinothérapie n'est autre que l'usage interne et externe de notre propre urine dans un but thérapeutique. C'est une tradition très ancienne en Extrême-Orient, qui se popularise aujourd'hui en Occident. L?ex-premier ministre indien, Morarji Desai, buvait chaque jour un verre de sa propre urine; âgé de 99 ans, il était toujours en excellente santé, lorsque l'auteur le rencontra.

C'est en 1990, au cours d'un voyage en Inde, que, à la suite d'un accident, Coen van der Kroon eut, pour la première fois, l'occasion d'expérimenter l?urinothérapie et de bénéficier de ses bienfaits. Il entreprit alors, à travers le monde, de longues recherches sur l'histoire, l'utilisation et l'efficacité de cette thérapie. L'élixir de vie, qui constitue le guide le plus complet aujourd'hui disponible, est le résultat de ces investigations approfondies. L?auteur propose une vue générale de l?histoire de l?urinothérapie dans le monde, des cas détaillés et un guide simple et pratique de ses applications spécifiques pour telle ou telle maladie.

Swami Pragyainurti Saraswati, fervent partisan et autorité en matière d'urinothérapie enseignant à Londres, a rédigé la préface de ce livre. Des témoignages de sujets ayant bénéficié des effets de l?urinothérapie apportent une touche personnelle fascinante à cet ouvrage.

Si l?urinothérapie est le sujet de débats animés, il est néanmoins un point sur lequel tout le monde s'accorde: elle est absolument gratuite!"


TESTEZ L'URINOTHERAPIE  (Docteur Christian Tal Schaller)
Amaroli, ce médicament naturel, ce remede extraordinaire qui est en chacun de nous 

(Informations reprises de Amaroli 1 et 2)

Sommaire

Avertissement 
Quelques citations 
Introduction 
Ma découverte d'Amaroli 
Réponses aux questions les plus souvent posées 
Petit parcours à travers des ouvrages sur Amaroli 
Ce que l'homme doit à son urine (Professeur René Kuss)
Amaroli (Dr Swami Shankardevananda Saraswati)
L'eau de vie (J. W Armstrong) 

Shivambu Kalpa (Arthur Lincoln Pauls) 
Manav Mootra (Raojibhai Manibhai Patel) 
«P..., buvez, guérissez!» (C. Gauthier) 
Les congrès mondiaux sur l'urinothérapie 
Le Congrès de Goa (Inde) 
Le Congrès de Gersfeid (Allemagne Fédérale) 
Le Congrès de Belo Horizonte (Brésil) 
Amaroli et les quatre corps (concept holistique) 
Amaroli et médicaments 
Posologie d'Amaroli 
Amaroli et enfants 
Amaroli aux États-Unis 
Amaroli dans la littérature médicale du XXème siècle
Amaroli et souveraineté personnelle 

Témoignages 
Conclusion 
Annexe: Amaroli (thérapie par l'urine) en résumé 
Bibliographie
 


AMAROLI-1 (Christian Tal-Schaller) 

224 pages:

(Il s'agit essentiellement de témoignages) 

"Une extraordinaire méthode de santé, totalement gratuite, expérimentée avec succès depuis des millénaires, pratiquée par des millions de gens dans le monde... et presque oubliée en Occident. Amaroli est l'un des secrets de santé les plus anciens de l'humanité. C'est une méthode gratuite qui permet  de sortir rapidement de la maladie pour vivre en pleine santé.

Essayez Amaroli et vous découvrirez une autre relation avec vous-même, vous comprendrez que votre corps contient le médecin et le pharmacien les plus extraordinaires qui soient!

Utilisée par les peuples du monde entier et à toutes les époques de l'histoire, Amaroli est aussi une thérapeutique qui a accumulé de nombreuses preuves scientifiques de son efficacité. 
Ce livre est l'aboutissement de plus de vingt ans de recherches. Outre une présentation générale avec une mise en pratique, vous trouverez des réponses aux questions les plus courantes, de nombreux témoignages et des extraits des principaux livres  traitant de ce sujet."


AMAROLI 2  (Christian Tal Schaller) 

224 pages

(Encore d'autres temoignages, 

le compte rendu du congrès en Inde, 
des conseils d'hygiene de vie et alimentaire)

"L'urine est le plus extraordinaire médicament qui soit!

Connue par les médecines traditionnelles depuis des millénaires, l'urine (appelée en Inde AMAROLI) a fait l'objet de centaines de publications scientifiques qui attestent de ses puissantes vertus thérapeutiques dans toutes les maladies. 
A l'heure où de plus en plus de gens prennent conscience des limites et des dangers de la chimie, cet étonnant médicament naturel est redécouvert dans le monde entier. Déjà plus de 5 millions d'allemands et 2 millions de japonais l'utilisent ainsi qu'un nombre immense d'indiens. Après le succès du livre AMAROLI, (qui a été traduit en plusieurs 
langues) les auteurs se sont rendus au premier congrès mondial sur la thérapie par l'urine, à Goa en Inde, en 1996. Dans cet ouvrage ils apportent les enseignements de cette extraordinaire rencontre où des scientifiques, des médecins et des thérapeutes de nombreux pays ont échangé leurs recherches et leurs succès thérapeutiques.

Découvrez que votre corps contient un médecin et un pharmacien intérieurs mille fois plus savants que tous les experts de la science."

Le Docteur Christian Tal Schaller, perpétuel chercheur, curieux de toutes les thérapies naturelles, a lui aussi étudié Amaroli, sous tous ses aspects, et nous offre ici des livres très sérieux, qui se lisent pourtant "comme des romans".


Avec son enthousiasme habituel, Christian Tal Schaller, dans sa préface, écrit:

«Partout dans le monde, une nouvelle conscience est en train de naître. On comprend que l'écologie ne doit pas être seulement la protection de l'environnement extérieur mais aussi la sauvegarde de notre immunité: c'est l'écologie intérieure. Dans ce fantastique mouvement d'éveil, Amaroli, cette technique millénaire, peut jouer un rôle important. Elle nous rappelle que nous sommes des êtres merveilleux, disposant d'un corps absolument prodigieux, fruit de l'Intelligence Cosmique universelle, doté de mécanismes d'auto-guérison et d'auto-régénération extrêmement puissants. Avec cette compréhension, la souffrance et les maladies ne sont plus des fatalités mais seulement le produit de notre ignorance. L'âge d'or de la santé et de la joie de vivre cesse d'être un rêve utopique pour devenir l'expérience que chacun peut faire, grâce à une dynamique de transformation... et à l'eau d'or que constitue Amaroli
Comment le Docteur Tal Schaller a-t-il découvert Amaroli?

Il raconte:

<<En 1970, j'eus comme patient un homme de trente-deux ans qui souffrait d'un psoriasis généralisé. Tous les traitements allopathiques avaient été essayés, sans succès durable. J'appliquai un traitement homéopathique et des conseils diététiques: il présenta une amélioration, mais pas une guérison complète.
Quelques mois passèrent. Un jour, nous nous rencontrâmes fortuitement dans la rue. Il déclara alors n'avoir plus du tout de psoriasis! Je fus fort étonné et m'empressai de lui demander quel était le secret de sa guérison spectaculaire. Un peu embarrassé, il m'avoua avoir découvert le livre de J.W. Armstrong, The Water of Life, et mis en pratique ses conseils.
Après un jeûne à l'urine de deux semaines avec des frictions d'urine sur la peau chaque jour, les lésions psoriasiques avaient disparu. Grâce au maintien d'une prise d'urine chaque matin et d'une alimentation hypotoxique, le psoriasis n'était plus jamais revenu, à la grande joie de cet homme qui avait souffert pendant de nombreuses années de cette pénible affection.
J'achetai alors le livre d'Armstrong. Malgré mes réticences scientifiques et mon dégoût psychologique pour une thérapie aussi saugrenue, je décidai d'essayer l'urinothérapie sur moi-même. Je fus émerveillé de l'amélioration de ma vitalité et de ma santé globale et ne pus alors que conseiller cette méthode à ceux de mes patients qui semblaient capables d'accepter psychiquement une thérapie aussi peu conforme aux idées reçues.»
En breuvage ou en massage, en shampooing ou en après-rasage... c'est ainsi que, pour un nombre croissant d'individus, l'urine est, aujourd'hui, redevenue une panacée. La preuve? Plus de 5 millions d'Allemands, 2 millions de Japonais et un million de Hollandais boiraient leur urine, telle une médecine naturelle, pour accéder au bien-être physique avec même des incidences sur le spirituel. Alors potion magique ou poison?

Boire son urine, c'est briser un tabou

Selon Coen Van der Kroon, auteur convaincu du guide d'urinothérapie L'élixir de vie, "si le blocage est psychologique, la véritable imposture est d'origine culturelle". "Dès l'enfance, on nous apprend que l'urine est sale, explique-t-il. Or chez un sujet sain, si l'urine n'est pas infectée par un virus quelconque, elle est stérile. On peut donc s'en servir pour désinfecter une plaie, ou la boire pour survivre".

Et en cure quotidienne? Selon Coen Van der Kroon, rien ne serait plus sain, l'urine regorgeant de vertus anti-stress, purifiantes, antibactériennes et susceptibles de prévenir le diabète, le cancer, la sclérose en plaque...

Seule condition? Suivre certaines instructions à la lettre pour atténuer l'amertume et l'odeur du liquide: ne pas boire d'alcool, ni de tisane ou de café, ne pas fumer, ne pas manger épicé, sous peine d'avaler un breuvage faisandé et nauséabond.

En résumé, l'urinothérapie (appelée aussi Amaroli, "pipithérapie" ou, en Inde, Shimanbu kalpa.) exige d'avoir une alimentation saine.

Pour rassurer les "âmes sensibles" mais néanmoins intéressées par l'Amaroli, le Docteur Tal Schaller conseille de commencer cette cure par une dilution homéopathique de son urine. Car, si l'urine a mauvais goût, cela signifie que l'organisme est intoxiqué et qu'il a grand besoin de se nettoyer. Après désintoxication par le jeûne ou un régime végétalien, le goût de l'urine deviendra non seulement non-désagréable mais même carrément agréable et pourra alors être consommée sans dilution.

Liens pour compléter son information urinothérapique:

http://perso.orange.fr/.institutsanteglobale/nouveautes/amaroli.htm

http://perso.orange.fr/santeglobale.monic/amaroli.htm

http://perso.orange.fr/sidasante/temoigna/temamar.htm

http://www.science-et-magie.com/archives01/amaroli.html

http://ressourcessceptiques.free.fr/dico/urine.html

http://monsite.wanadoo.fr/amaroli/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amaroli

http://perso.orange.fr/joyeux-bio/comby-challer.htm

http://fr.groups.yahoo.com/group/amaroli2/
(Groupe d'échanges sur l'Amaroli.)

http://fr.groups.yahoo.com/group/amaroli2/links/articles_sur_l_UT__f_001148591595/
(Liens sur l'Amaroli)

http://cancertemoignage.free.fr/cancertemoignage/urotherapie.htm

http://cf.geocities.com/laboucledor2005/plan_du_site.htm

http://naturinologie.info/bienvenue.html

Etc.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain L'Art de Vivre Sain - dans Aides pour le Corps
commenter cet article