Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 07:26
La responsabilité des téléphones portables
dans les tumeurs de la tête encore confirmée!


Lire Ici

La solution
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 21:47
Votre tête vaut-elle quarante €uros?



La tête de Paracelse
(Qui ne craignait pas les téléphones portables!)

Si oui et que vous avez un téléphone portable dont vous ne voulez pas vous séparer, alors il est prudent de neutraliser définitivement les ondes négatives susceptibles de déclencher dans le corps humain toutes sortes de pathologies dont la pire est probablement un cancer du cerveau...

Pour qui aurait encore besoin de se convaincre de la réalité du péril ici évoqué il trouvera, en images et en paroles, en cliquant sur le lien ci-dessous, un fort intéressant dossier à ce sujet:

Dangers des téléphones portables


Le Docteur Carlo, médecin américain, a déjà payé cher sa volonté de faire connaître au monde cette redoutable "bombe à retardement"...

Quant à la solution, pour qui se croit "obligé" d'utiliser régulièrement un téléphone portable, elle réside dans l'introduction d'un(e) "Ange" dans le portable...

Pour en savoir plus sur la nature de cet{te} "Ange", cliquer sur le lien ci-dessous:


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 11:28

L'Eau c'est la Vie!




Parmi les 4 Eléments - où tous sont importants - l'Eau occupe, toutefois, une place de choix, car il est encore plus vital de boire que de manger. Encore plus que ce que nous mangeons, étant donné que notre corps contient 70% d'eau, nous sommes ce que nous buvons!


Cristal gelé d'Eau Bénite
(Photo Masaru Emoto)


Ce principe étant posé, il est devenu très difficile de trouver autour de soi une eau suffisamment vitale. Tout le monde n'habite pas à côté d'une cascade!




Alors, à moins de déménager, pour aller s'installer juste au pied (pas toujours facile, surtout si la cascade débouche sur un lac!), il faut trouver une autre solution...

En voici une qui a le mérite d'être hyper-simple, constamment disponible et totalement gratuite, mais - c'est sûr - elle ne plaira pas à tout le monde!: Il s'agit de s'abreuver, au moins pour une part, à son propre "robinet personnel". Le gros avantage c'est qu'il est ainsi possible de récupérer une partie des électrons qui fuient le corps par là...

Autre solution, donner à l'eau dont l'on dispose (qu'elle provienne du robinet, d'un puits, d'une citerne ou qu'il s'agisse d'"eau de bouteille") les propriétés d'une eau de très grande valeur pour le corps.

Une eau de ce genre est l'eau des Hunzas, l'eau des glaciers de la vallée Hunza avant que sa pureté ne commence à être altérée par l'arrivée du modernisme.

Cette eau a été étudiée par deux médecins, les Docteurs Coanta et Flanagan, qui ont découvert le secret de la vitalité et de la longévité (de 120 à 140 ans au siècle dernier) des Hunzas reposait dans leur eau, une eau provenant de glaciers s'étant formés il y a des millions d'années.

Le Docteur Coanta avait déjà compris que le principal secret de la santé des peuples qui ignorent la maladie venait de la qualité de leur eau, mais ce fut son "élève" le Docteur Patrick Flanagan qui découvrit les moyens pour "hunzatiser" n'importe quelle eau sur la planète.

Alors, quel que soit le moyen choisi par vous pour cela,
afin de vous faire du Bien, à vous et à votre corps
décidez enfin de boire une eau vivante,
une eau vitale, une Eau de Vie!

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Aides pour le Corps
commenter cet article
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 19:24
dans sa vie


En ce 22 octobre 2007, voici ce qu'il est possible de lire sur le site:


<<L’institut Curie lance une nouvelle campagne contre le cancer

Paris, le 22/10/07. LJS.com

Un lecteur de cet article sur deux sera touché par le cancer au cours de sa vie. C’est la triste réalité que l’Institut Curie a décidé de rappeler avec le lancement de sa nouvelle campagne sur le thème «Ensemble prenons les cancers de vitesse».

Ce message sera rappelé dans les bus, le métro, les cinémas, la télévision, Internet et la presse magazine sous la forme de slogan tels «un voyageur de ce bus sur deux sera touché par le cancer», «un téléspectateur sur deux…», etc.

«Ce chiffre, qui a de quoi effrayer, correspond à la réalité», explique Claude Huriet, le président de l’Institut Curie.» La bonne nouvelle, c’est que les traitements sont de plus en plus efficaces et que les progrès de la recherche sauvent de plus en plus de vies.»

Objectif de la campagne: «interpeller l’ensemble de la société». L’Institut Curie estime qu’en tant que premier centre français de recherche et d’innovation en cancérologie, il a le devoir d’informer le public et de rappeler l’urgence de la situation en appelant à la responsabilité de chacun.>>

- Extrait du site: "Le Journal de la Santé" du "Nouvel Observateur" (22/10/07) -

Cet article soulève la question de la "responsabilité de chacun" face au cancer, mais, malheureusement, ne précise nullement en quoi consiste cette responsabilité. Alors, face au constat de cette effrayante progression du ou des cancers qui fait que si quelqu'un n'est pas lui-même directement concerné ce sera, par exemple, la personne avec qui il vit qui le sera, va-t-on continuer à massivement pratiquer la politique de l'autruche en continuant de penser - ou à faire semblant de penser - que le cancer serait un ennemi extérieur à soi-même dont l'on ne serait partiellement responsable qu'en fumant ou buvant trop? C'est-à-dire uniquement en négligeant ou malmenant son corps physique.

Et si être responsable face au cancer c'était, tout simplement, se reconnaître soi-même comme pleinement responsable de son cancer?

Qui aura le courage de dire: "Je suis responsable de mon cancer, parce que, sans exception aucune, je suis responsable de tout ce qui m'arrive!"?

Que ceux qui veulent continuer à se poser en innocentes victimes de ce qui leur arrive continuent à le faire! Ils verront bien où cela les mène...

Quant aux autres, à ceux qui veulent enfin Reconnaître pour Guérir, qu'ils sachent que Le Chemin de la Santé Parfaite se tient devant eux. Mais c'est uniquement à eux de décider s'ils veulent ou non le parcourir!

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 09:19

BIO = VIE

POURQUOI CHOISIR UNE NOURRITURE A BASE DE PRODUITS ISSUS DE L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE?  (AB)

Les risques alimentaires (les OGM, la vache folle, les prions, le poulet à la dioxine, les aliments irradiés, les fruits et légumes gavés de pesticides...) menacent quotidiennement la nourriture que nous prenons, même si elle est variée et équilibrée, ce qui est, certes, nécessaire mais pas suffisant.

Les produits alimentaires issus de l'Agriculture Biologique permettent, grâce aux sérieux contrôles dont ils font l'objet et grâce à leur traçabilité, d'avoir des produits de meilleure qualité.

QU'EST-CE QUE LA CULTURE BIOLOGIQUE?

Un produit est biologique s'il est cultivé naturellement. Le biologique est un procédé de "fabrication". Il s'agit donc d'un produit issu de l'Agriculture Biologique.

C'est un concept global qui s'appuie sur certaines valeurs comme le respect de la terre, des cycles biologiques, de la santé, du respect de l'environnement et du bien-être des animaux d'élevage.

Techniquement, c'est un mode de production agricole basé sur un  ensemble de méthodes excluant l'utilisation de produits chimiques de synthèse.

Le SETRAB (Syndicat Européen des TRansformateurs et distributeurs de produits de l'Agriculture Biologique) a défini les principales règles de l'Agriculture Biologique:

Produire des denrées agricoles de haute qualité nutritive en quantité suffisante.

Mettre en place des systèmes agricoles aussi autosuffisants que possible en ce qui concerne la matière organique et les éléments nutritifs.

Travailler en accord avec les écosystèmes naturels plutôt que de chercher à les dominer.

Donner à tous les animaux d'élevage des conditions de vie respectueuses leur permettant d'extérioriser leurs comportements spécifiques.

Promouvoir et diversifier les cycles biologiques au sein des systèmes agraires en respectant les micro-organismes, la flore et la faune des sols, les cultures, les animaux d'élevage

Eviter toute forme de pollution pouvant résulter d'une pratique agricole.

Maintenir et améliorer durablement la fertilité des sols.

Maintenir la diversité génétique des systèmes agraires et de leur environnement (y compris la protection des plantes sauvages) et leur donner un environnement de travail sûr et sain.

Utiliser autant que possible les ressources naturelles et renouvelables à l'échelon local.

AUTRES DONNEES

Sites Web des organismes officiels: ECOCERT, la SETRAB.

Informations sur l'Agriculture Biologique sur
vitrinebio.com
.

Sur le site de Naturo-Santé:

Liens vers des producteurs ou des distributeurs dans la
catégorie "Alimentation biologique".


Liens vers des producteurs ou des distributeurs dans la catégorie "Alimentation biologique".
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Nature & Santé
commenter cet article
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 12:29
Les nouveaux virus apparaissent à un rythme
sans précédent

 

texte Les nouveaux virus apparaissent à un rythme sans précédent

L’OMS tire la sonnette d’alarme contre le risque d’une épidémie mondiale dévastatrice et appelle à une coopération internationale renforcée

 

Chaque année, une nouvelle maladie fait son apparition.

Un record.

Depuis 1967, pas moins de 39 nouvelles maladies infectieuses ont été identifiées (1967 + 39 = 2006): SIDA, fièvres hémorragiques de Marbourg et d’Ebola ou encore le SRAS.

Cette dégradation de la situation sanitaire mondiale s’explique par la destruction de l’environnement engendrée par les activités humaines: urbanisation à outrance, augmentation de la population, agriculture intensive. Autre facteur, l'évolution des micro-organismes et des résistances aux antibiotiques (particulièrement dans le cas de la tuberculose).

Cette augmentation des virus fait encourir à l’humanité un risque accru d’épidémie mondiale.

La mobilité extrême des populations permet une transmission des infections en un temps record. Chaque année plus de 2, 1 milliards de voyageurs prennent ainsi l’avion: les porteurs de maladie les répandent d'un pays à l'autre en quelques heures.

Si la planète connaissait une nouvelle épidémie de grippe mortelle, plus de 1,5 milliards d’homme pourraient être affectés, soit 25% de la population du globe.
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 12:23
LE TABAC T'ABAT!

Des gènes à jamais changés par la cigarette



Le tabagisme entraîne des modifications irréversibles, selon une étude publiée  par des chercheurs canadiens, qui ont étudié l’expression de certains gènes présents dans les poumons. En arrêtant de fumer, les anciens consommateurs de tabac améliorent leurs fonctions respiratoires et réduisent en quelques années le risque d’infarctus ou de cancer du poumon. Cependant, l’expression de certains gènes est modifiée de façon irréversible, selon Raj Chari et ses collègues du Centre de recherche sur le cancer de Colombie-Britannique (Vancouver).

Ces chercheurs ont prélevé des échantillons de tissu pulmonaire chez huit fumeurs, 12 anciens fumeurs et 4 non-fumeurs. Grâce à la technique SAGE (analyse en série de l’expression génétique), les scientifiques peuvent repérer les séquences actives des gènes et leur niveau d’expression. Même si deux gènes sont identiques, autrement dit si aucun des deux n’est muté, l’ampleur avec laquelle ils sont transcrits a des conséquences importantes sur le métabolisme d’une personne.

Chez les fumeurs, l’expression de gènes impliqués dans la régénération et la réparation des voies respiratoires est modifiée. Après l’arrêt du tabac, les gènes se classent en trois catégories : ceux pour lesquels les changements sont totalement réversibles, ceux pour lesquels ils sont partiellement réversibles et ceux qui sont irréversibles. Ce phénomène pourrait expliquer pourquoi le risque de développer un cancer du poumon demeure plus élevé pour les anciens fumeurs, qui représentent la moitié des nouveaux cas diagnostiqués, précisent les chercheurs.

Ces travaux sont publiés dans la revue BMC Genomics.

C.D.
Source: Sciences et Avenir.com
(29/08/07)
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Aides pour le Corps
commenter cet article
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 16:35

Santé ou maladie?

 

Pourquoi? Comment?

Selon la «CIM» (Classification Internationale des Maladies) il y a à peu près 5200 manières différentes fondamentales (sans compter toutes les variantes!) de mourir de maladie...!!!


Il n'y en a, toutefois, qu'une seule de mourir en bonne santé !

À titre d'exemple, et pour rester simples, considérons seulement le cancer:

Données et statistiques extraites du site de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé):

Les chiffres sous la loupe: le poids du cancer.

«En 2005, 7,6 des 58 millions de décès survenus dans le monde ont été dus au cancer. (Cela fait aussi 7,6 % de l'ensemble des décès.)

Le nombre annuel des décès par cancer devrait passer, dans le monde, à 9 millions en 2015 et à 11,4 millions en 2030.»

Concrètement, cela fait quoi, comme probabilités, dans la vie des gens?


Par exemple, sur le site http://www.cancer.ca/, à la page: http://www.cancer.ca/ccs/internet/standard/0,2939,3172_14423__langId-fr,00.html l'on peut voir que: «Au Canada, d'après les taux d'incidence actuels, 38 % des femmes risquent d'être touchées par le cancer au cours de leur vie; la proportion est de 44 % chez les hommes


Bien sûr, les proportions dans les autres pays sont, hélas, dans la plupart des cas, tout à fait comparables, voire pires...


38 %, c'est plus d'une femme sur 3; 44% c'est près d'un homme sur deux!


D'ailleurs, cela semble être le cas en France, En effet, sur le site http://ecoetsante2010.free.fr/, à la page http://ecoetsante2010.free.fr/article.php3?id_article=206 «Statistiques du cancer en France» l'on peut lire:

«La probabilité, d'avoir un cancer au cours de sa vie, est estimée à une sur 2 pour un homme et à une sur 3 pour une femme.»

N'est-ce pas terrible?


Une femme sur trois et un homme sur deux mourant prématurément de ce mal, sans parler des autres...


Que penser? Y aurait-il quelque chose à faire - ou pas?

Alors?

Un sursaut de conscience peut-être?

Réfléchissons:


Les importants facteurs environnementaux extérieurs considérés à part,

il n'y a plus que deux possibilités:


1) Ou bien la maladie survient «par hasard»....


2) Ou bien la maladie survient avec un précis et rigoureux processus que les candidats à une bonne santé ont tout intérêt à bien connaître et bien comprendre...

Il va sans dire que la première hypothèse est largement la plus répandue. Et si c'est elle qui est juste, les bras vous en tombent; à part agir sur la nutrition, le mode de vie, l'environnement (et il faut déjà le faire!!!) il n'y a, après cela - en particulier en regard de la pollution généralisée, dépendant, pour une large part, pas de soi - plus rien d'autre à faire... C'est la «fatalité»...,

Mais si c'était la deuxième hypothèse qui était la bonne?

Si, tout simplement, l'être humain devenait mal-ade parce qu'il avait mal agi?

Certes, quelqu'un ne tombe pas immédiatement mal-ade parce qu'il a, par exemple, commis un meurtre, un vol, ou un mensonge.

Il y a donc un processus, conforme aux Lois de l’Univers, à reconnaître et à comprendre.

À vrai-dire, ce n'est, d'ailleurs, vraisemblablement pas le fait en lui-même qui rend mal-ade, ce serait plutôt la confrontation ultérieure du mal-faisant avec, vis-à-vis de cela, son propre ressenti de culpabilité ayant pris forme...

Ceci expliquerait, du reste, probablement pourquoi les plus grands mal-frats, sauf d'avoir largement abusé de l'alcool, de la drogue ou du reste, ne tombent pas forcément mal-ades ...

En ce cas, ce ne serait – et c'est loin d'être toujours le cas! - que si la conscience arrive à suffisamment «travailler» que la répercussion peut alors aussi atteindre le corps...

Dans le cadre de cet article introductif, il n'en sera pas dit davantage ici...

Pour aller plus loin, il est, par contre, possible de découvrir l'e.book:

«Reconnaître pour Guérir»

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 09:12
 

Les étonnantes "vertus" du GOJI


Le Goji est souvent présenté

comme le secret de la Santé

et de la Jeunesse des Tibétains!

Est-ce justifié?

 

Li-chingYuen.jpgLi-Chi Yueng
Plus que centenaire grâce au goji!

 

Ce serait le  fruit le plus  nutritif

et  le  plus  riche  antioxydant  au  monde!

Peut-on dire que le goji est le plus puissant produit naturel anti-oxydant agissant contre le vieillissement et d'une concentration alimentaire encore jamais découverte sur la planète?

En certains endroits reculés de la planète, il est encore fréquent de pouvoir vivre 100 ans ou plus. C’est ainsi que les habitants de l’Himalaya viveraient plus longtemps, plus joyeux et en meilleure santé que la plupart des Occidentaux. Sans cancer du foie, sans diabète, sans maladie du cœur, sans problèmes de cholestérol, sans arthrite, sans dépression et sans dysfonctionnement sexuel.

L’une des raisons pour lesquelles ils seraient en si bonne santé résiderait dans le fait qu'ils mangent du fruit du GOJI (Lycium Barbarum) tous les jours. Cet étonnant fruit est, - semble-t-il - le nutriment le plus concentré jamais découvert à ce jour.

Un aliment qui redonnerait la forme, aiderait à perdre du poids, donnerait beaucoup d'énergie... Il combattrait l'hypertension, et remplacerait même l'anxiété par la gaieté...

 

Le docteur Earl Mindell déclare dans son livre ‘’The Vitamin Bible’ que les scientifiques en analysant la baie de GOJI n’étaient vraiment pas préparés à recevoir ce qu’ils ont découvert.

’'Ce petit fruit s’est révélé être probablement l’aliment
le plus puissant et le plus complet sur la planète.’’

La baie de goji contient 22 polysaccharides

Quatre de ces polysaccharides se retouvent uniquement dans cette baie de goji. Une de ces polysaccharides est un sécrétagogue puissant – une substance qui stimule la glande pituitaire à secréter l’hormone de croissance et de rajeunissement qui aide à construire le système musculaire et à réparer les cellules de la peau.

L’échelle ORAC

ORAC est l'acronyme de "Oxygen Radical Absorbance Capacity" (capacité d'absorption des radicaux oxygène). Il mesure, dans un tube à essai, la faculté de la nourriture, du plasma sanguin ou de toute autre substance, à assimiler les radicaux libres.

ORAC vient des recherches dirigées à l'université Tufts à Boston. Les chercheurs ont pris des aliments comme l'épinard, l'ail, le chou frisé, et les ont bombardés de radicaux libres pour voir combien ils en neutralisaient.

ORAC est une mesure intégrée du degré selon lequel un échantillon de nourriture inhibe l'action d'un agent oxydant et combien cela prend de temps.

  • Seulement 100 g (3,5 onces) de myrtilles désarment autant de radicaux libres que 1.773 UI de vitamine E ou 1,270 mg de vitamine C.
  • En comparant les différents aliments, 284 gr (10 onces) d'épinard frais augmentent plus les antioxydants sanguins que 1,250 mg de vitamine C.
  • 227 g (8 onces) de fraises s'avérèrent moins efficaces que la vitamine C, mais un peu plus efficaces que 284 ml de vin rouge.
Le tableau ci-dessous énumère les meilleurs aliments antioxydants basés sur leur valeur ORAC pour 100 grammes. Du fait que les fruits secs et l’ail contiennent peu d'eau, leur ORAC sera naturellement plus élevé si l'on mesure "gramme pour gramme".

gojigraphic.jpg

Lire la suite

La rumination mentale n'est pas bonne pour la santé, mais le Goji si!
Alors, ne cogitez plus, mais "GOJITEZ" plutôt!

En savoir plus sur le goji?
Cliquez ICI

0
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Aides pour le Corps
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 15:19
Cinq millions d'enfants
trop gros en Europe

La malbouffe, les méfaits du marketing et de la publicité, qui vantent produits gras et sucrés au détriment des fruits et légumes, sont à l'origine de l'épidémie.

 
LES SPÉCIALISTES sont formels. Si l'on n'adopte pas des mesures radicales pour lutter contre l'obésité et le surpoids qui menacent plus d'un milliard de personnes sur la planète, en particulier les plus défavorisées, les pouvoirs publics devront faire face à une explosion massive de pathologies. Infarctus et attaques cérébrales, diabète (de type 2) et autres maladies de surcharge. Mais aussi graves problèmes articulaires, respiratoires et risque de cancers, très longtemps sous-estimé. Avec des surcoûts majeurs pour les budgets de la santé si l'on ne fait rien pour réduire cette débauche d'alimentation trop grasse et sucrée et cette augmentation préoccupante de la sédentarité (déplacements motorisés, abus de télévision et de jeux vidéo, etc.).
 
Pour lire la suite
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 10:52

CONGRES à l’Institut Paracelse

26, 27 et 28 MAI 2007

 

La SANTÉ du CORPS,
de l’ÂME et de l’ESPRIT

 

Trouver un langage commun

Associer les compétences

S’entendre sur les mots

 

Comme chaque année, l’Institut PARACELSE organise un congrès les 26, 27 et 28 mai prochain, ouvert à tous!

Il aura lieu cette année à l’Hôtel PUERTA DE ESPANA à La Jonquera, à l’entrée de la Jonquera en venant du Perthus, à gauche de la N11, au numéro 68. Vous pouvez réserver votre chambre à cet hôtel (50 € la chambre pour deux personnes) en téléphonant au 0034 972 554 121. L’hôtel fait aussi restaurant et nous pourrons y déjeuner en «groupe» pour 12 € le repas, il suffira de prévenir la veille!

Jour après jour, nous avançons dans la compréhension des mécanismes et autres rouages qui permettent de garder ou de retrouver la santé!

Le congrès de cette année mettra l’accent sur:

1 - Une mise au point au sujet des conceptions pasteuriennes:

Il nous apparaît fondamental en effet de mettre définitivement de côté toutes les hypothèses gratuites autour du système immunitaire et d’une éventuelle guerre bactériologique ou virologique en nous aidant des multiples travaux et découvertes faites sur les microzymas (ou nanobes), l’hygiène de vie, l’énergétique et la psychosomatique.

2 - La naturopathie selon Hildegarde de Bingen (12e siècle).

Cette religieuse s’est paralysée parce qu’elle refusait de témoigner des révélations dont elle bénéficiait. Elle a guéri dès qu’elle a accepté de le faire. Elle nous apporte toute une série de clefs particulièrement simples et faciles à mettre en oeuvre.

Cette année encore, nous ouvrons nos portes et nos oreilles à tous ceux qui sont prêt à partager leurs avancées comme nous le faisons nous-mêmes. Chaque conférence sera suivie d’un débat où tous pourront participer dans l’amitié.

 

PROGRAMME PRÉVU A CE JOUR (Avril 2007)

 

Pauses de 11 h à 11 h 15 / de 13 h à 15 h / de 17 h à 17 h 15

 

Samedi 26 mai 2007 Dimanche 27 mai 2007 Lundi 28 mai 2007

9 h - Alain SCOHY – Microzymas ou NANOBES – dernières avancées scientifiques.

Conceptions pasteuriennes.

9 h - Alain SCOHY : la Diététique et le Gai Rire

10 h - Nicolas LEMOINE –

présentation de AMAVIE

9 h – Jacky ALAIZ : Mandalas d’intégration thérapeutique

11 h 15 - Bernard ASQUIN –

témoignage

11 h 15 - Christine LE MANACH –

les dents et l’alchimie de la bouche

11 h 15 – Jean de Combredet :

prendre en mains sa santé par les médecines énergétiques

15 h - Dominique CAMPAGNA –

décodage biologique du cerveau inconscient / la «salutogenèse» du Dr Glockler par la rééducation des 12 sens

15 h - Aline RICHARD - La musique et la santé / émotions (Beethoven), recentrage et envolde l'âme (Schubert), joie et rayonnement du coeur (Chopin) 15 h - débats ouverts avec tous ceux qui le voudront - et surtout les «thérapeutes» - en mettant l’accent sur les résultats concrets obtenus par nos méthodes.

16 h - Daniel KERBIRIOU –

recherches en énergétique

17 h 15 - Christian BAUER – le drainage lymphatique

17 h 15 - Naturopathie et diététique avec Ste Hildegarde avec Claude et Marie-France Delpech des Jardins d’Hildegarde.

18 h 15 - Pierre le SAINT – les avancées d’un guérisseur. Le magnétisme…

 

INSCRIVEZ-VOUS si possible avant le congrès.

Un service librairie sera à votre disposition sur place.

PARTICIPATION AUX FRAIS: 20 € par personne

 

Le congrès concerne toutes les personnes souhaitant s’ouvrir dans le domaine de la santé!

 

RENSEIGNEMENTS:

Institut PARACELSE, S.L.U., Carrer Concordia n°1, ESPAGNE – 17707 – AGULLANA, 0034 972 535 678 ou 0034 620 182 992

Alain & Brigitte SCOHY - E-mail: alainscohy@wanadoo.es; Site: http://www.alain-scohy.com

Agullana se situe à 7 km de la frontière franco-espagnole du côté de Perpignan / Le Perthus.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 14:01
Lutte contre l'obésité

(suite)

Disparités dans l’obésité

L'obésité ne frappe pas de manière égale les populations humaines. Certains groupes ethniques isolés pendant des générations étaient plus exposés que d'autres au changement brutal de mode de vie: ainsi les Indiens Pimas d'Arizona, les Nauruens mélanésiens sont obèses à 80 %, et près d'un sur deux développe un diabète avant l'âgé de cinquante ans!

Car l'obésité, comme beaucoup de maladies humaines répandues, a beaucoup de causes diverses, associant l'interaction de facteurs environnementaux générateurs d'obésité avec des gènes de prédisposition au surpoids transmis d'une génération à l'autre, voire même sélectionnés car ayant apporté à un moment de l'histoire de l'humanité un avantage en termes de survie de l'espèce.

Devant combattre pour survivre, l'être humain préhistorique était plutôt bien nourri et peu carencé, mais, selon ce que l'on croit savoir, la sédentarisation et l'apparition de l'agriculture pendant le néolithique ont, paradoxalement, apporté des disettes à répétition, entrecoupées de périodes de vaches grasses. Les sujets aptes au stockage de l'énergie - donc les gros - en période faste et à la parcimonie en période de vaches maigres ont mieux résisté aux périodes de disettes. Et leurs gènes commandant le stockage sont devenus prépondérants, particulièrement dans certains groupes isolés aux conditions de vie difficiles.

Les récents progrès de l'agriculture, apportant à une large partie de l'humanité un accès quasi-illimité à la nourriture, ont paradoxalement eu un impact négatif sur notre santé, en exacerbant les tendances à l'excès de graisse des sujets génétiquement prédisposés.

De façon générale, dans l'abondance, les êtres humains mangent trop, parce qu'ils mangent principalement par plaisir, ce qui fait que la nécessité n'apparaît qu'en second et ne peut jamais réellement se manifester, puisqu'alors ils mangent avant d'avoir faim!

Il est normal de manger aussi par plaisir, mais le plaisir ne devrait se manifester qu'en second, car la cause première de l'acte de la nutrition devrait uniquement être la vraie faim, laquelle n'est pas à confondre avec le désir de manger...

Le Vénitien centenaire, Luigi Cornaro, entre autres, dans ses célèbres "Discours sur la frugalité", a fort bien démontré les bienfaits d'une saine Sobriété alimentaire.

Gros de père en fils

Incontestablement, la corpulence est l’un des traits humains les plus héréditaires. Les études des vrais jumeaux (génétiquement identiques) ont démontré la concordance quasi absolue de leur corpulence, même quand les jumeaux avaient été élevés séparément dans des familles adoptives différentes. De même, leur éventuelle tendance à l'obésité est à rapprocher des caractéristiques de leurs parents biologiques mais non de leurs parents adoptifs. C'est donc bien héréditaire. Enfin, la suralimentation contrôlée de jumeaux conduit à une prise de poids certes très variable d'une paire à l'autre mais, là encore, quasi identique entre les deux jumeaux d'une même paire. Ainsi, la réponse au régime riche en graisses est un trait génétiquement déterminé. Certains sujets résistent à l'obésité, alors que d'autres sont très sensibles au régime dit "obésogène". Autrement dit, pour deux qui mangent la même chose, l’un grossit et l’autre pas. Il n’y a donc, là non plus, pas égalité devant le risque de devenir gros. Si l'égalité existe, elle se trouve donc ailleurs...

L'analyse familiale a aussi conclu à l'existence d'un petit nombre de gènes ayant un impact majeur sur la corpulence et particulièrement sur le pourcentage ou la distribution locale de la masse grasse. Ces gènes expliqueraient plus de la moitié des variations du poids entre êtres humains de même âge et de même sexe. Curieusement, si l'on prend en compte le rôle de ces gènes, toujours grâce à l'examen de jumeaux, il apparaît que les facteurs environnementaux les plus puissants ne sont pas – comme on pourrait le penser - uniquement alimentaires. Le tabac et la supplémentation hormonale de la ménopause préserveraient ainsi artificiellement et momentanément les femmes anglaises ménopausées du surpoids. Il a été aussi démontré que des enfants en surpoids, âgés d'une dizaine d'années, ayant au moins un parent obèse, avaient un risque de 80% de devenir, à leur tour, obèses à l'âge adulte. Contre seulement 10 % de risque si leurs deux parents étaient plutôt du genre maigrichon.

Alerte rouge

En 2000, l'Organisation mondiale de la santé a alerté les gouvernements du développement de la première épidémie non infectieuse de l'histoire de l'humanité: l'obésité. Aujourd'hui, l'on ne sait pas guérir une obésité massive, alors que, par des mesures simples et peu coûteuses, l'on peut la prévenir chez des sujets prédisposés. Là encore, comme dit si justement le proverbe, "il vaut mieux prévenir que guérir!". Une mobilisation efficace contre l'obésité, qui protégerait les jeunes générations contre ce fléau, est possible et a, par exemple, été expérimentée avec succès en Finlande. 

Mais elle nécessite une politique volontariste. Car il convient alors de s'attaquer aux racines du mal: le "tout-bagnole", le manque de mouvement, la malbouffe, qui atteint autant les cantines scolaires que les établissements de "restauration rapide", etc.

Elle nécessite aussi une politique publique de recherche sur l'obésité, ses causes et conséquences, particulièrement chez l'enfant, une politique qui, aujourd'hui, en de nombreux pays, fait quasi-totalement défaut.

Les retombées de l'obésité enfantine sur la santé publique sont importantes puisque cette affection entraîne, en cascade, notamment un risque accru de diabète et de maladies coronariennes survenant à l'âge adulte. Avant 1980, le nombre d'enfants obèses doublait tous les trente ans, mais depuis, il a littéralement explosé. En 1986, 8% des enfants noirs, 10% des enfants hispaniques et 8% des enfants blancs étaient qualifiés d'obèses, contre respectivement  22%, 22% et 12% pour les mêmes groupes d'enfants, âgés de quatre à douze ans, en 1998. Les raisons principales de l'obésité généralement reconnues par les spécialistes sont le manque d'activité physique et l’abus de fast food.

L'Organisation Mondiale de la Santé dit que le surpoids des jeunes risque de les conduire tout droit à la catastrophe. La génération, qui porte le titre peu enviable de "génération XXlarge", vivra, en effet, moins longtemps que celle qui les a mis au monde - à moins d'un sérieux coup de barre, commençant par le bannissement complet des gras trans.

A bas les gras trans!

Que sont les gras trans? Le traitement de nombreuses huiles détruit une partie des acides gras indispensables ou les transforme en d'autres composés chimiques qui ne sont pas utiles à notre organisme.

Ces composés sont appelés acides gras trans.

Les huiles sont sensibles à l'oxydation, la chaleur et la lumière. Elles peuvent très vite devenir rances. Bien que l'huile rance puisse aussi avoir d'intéressantes propriétés thérapeutiques, pour les industriels en agro-alimentaire, ceci était devenu un problème. Ils ont alors développé des méthodes qui permettent de conserver les huiles plus longtemps et qui les rendrent plus résistantes. Les méthodes d'extraction consistent à chauffer, en présence d'un solvant, la matière premiere de l'huile (graines, fruits...). Les huiles sont ensuites exposées à des métaux semi-toxiques voire toxiques (tels que le nickel et l'aluminium) et parfois blanchies et désodorisées à l'aide de produits chimiques.

Le problème est que pendant ces traitements, les acides gras indispensables sont détruits. Les configurations cis que l'on trouve normalement chez les acides gras indispensables sont changées en configuration trans.

Les acides gras trans se comportent dans notre organisme comme s'ils étaient des acides gras saturés. Ils diminuent le "bon" cholestérol et augmentent le "mauvais".

Pour en savoir encore plus sur les {méfaits des} gras trans, par exemple, cliquer ici.

Diminution de l'espérance de vie

Avec l'actuelle diminution de l'espérance de vie nous vivons un recul historique, car cela faisait près de 200 ans que, de génération en génération, l'espérance de vie augmentait, mais les spécialistes calculent que la génération XXlarge mourra plus tôt que la précédente. En effet, le tissu adipeux est une glande qui a des répercussions directes sur le métabolisme. Résultat: la cellule adipeuse (l'adipocyte) moderne ayant perdu ses repères, cela ouvre la porte à des maladies telles que le diabète de type 2, l'hypertension et les troubles cardiaques, qui guettent même les plus jeunes et hypothèquent gravement leur avenir.

L'obésité a presque triplé chez les enfants, un fait que les parents ont encore beaucoup de mal à admettre. Aujourd'hui, au Canada, un enfant sur quatre présente un problème de surpoids, un taux qui grimpe à 41 % chez les jeunes autochtones qui vivent en dehors des réserves et à 55 % chez ceux qui vivent dans les réserves. Le phénomène est devenu si important que l’on parle maintenant d'«épidémie».

Défaut d’implication des parents

L’on ne peut que déplorer le manque d'implication des parents dans la lutte contre les kilos en trop de leurs chères têtes blondes. Le sentiment s’avère ici mortel: «Nous tuons nos enfants avec notre gentillesse.» Il est temps que le public se réveille et, entre autres, se tourne vers une saine et intelligente alimentation.

En attendant que l'industrie alimentaire fasse son mea culpa – ce qui ne vient pas vite! - et s'adapte à la réalité d'un nombre grandissant de gens de tous âges en train de toujours plus ressembler au bibendum Michelin et que l'étiquetage des emballages d'aliments pré-emballés permettent de facilement identifier les aliments obésogènes, il faut éliminer les gras trans de l'alimentation et les remplacer par des produits à faible teneur en gras saturés.

Vers une Alimentation {plus} Intelligente...

Il apparaît de plus en plus qu'après avoir, pendant des décennies, mangé "bêtement" nous avons maintenant besoin d’une alimentation ... intelligente!

Comment "Marie-Thérèse" (par exemple, celle de "Gaston", tirée de la célèbre chanson de Nino Ferrer!) peut-elle ne plus être  obèse? Peut-être en se nourrissant intelligemment?

Pour lutter contre l’obésité et l’excès de poids

et en savoir plus sur une Alimentation Intelligente,

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 12:50

Obésité – “Fat is not beautiful

Des enfants qui vivront moins vieux que leurs parents

L'obésité, première épidémie non infectieuse de l'histoire

 

Les gros ont de l'avenir, mais pas trop longtemps...

«Les hommes préfèrent les grosses» affirme assez sottement le titre d’un film; cela reste à vérifier. L’on dit aussi que «Small is beautiful» de même que, sans doute, «Black is beautiful» mais peut-on aussi dire que «Fatty is beautiful», cela devient nettement moins évident? Le problème est que cela n’est pas seulement une question d’esthétique mais, de façon encore plus vitale, de santé.

L’humanité est mal nourrie: sur 6,6 milliards d'êtres humains, plus de 3 milliards sont sous-alimentés. Cela c’est donc la sous-alimentation mais il y a d’autres manières d’être mal nourri, notamment la sur-alimentation. Les autres, habitant principalement dans les pays riches ou émergents, sont, lentement mais sûrement, tellement sur-alimentés qu’ils sont tout simplement, pour un bon nombre, en train de devenir obèses. Déjà 60 % des Américains sont en surpoids et 25 % franchement obèses. Si l'Europe semble encore relativement épargnée, avec 30 % «seulement» d'adultes en surpoids, les perspectives sont peu réjouissantes: le nombre d'enfants obèses a doublé en cinq ans, et, à ce rythme, au cours des quinze prochaines années, l'Europe aura rattrapé les états-Unis. Et l'obésité n'est pas seulement un problème d'esthétique. Comme le rappelle le Docteur Lylian Le Goff, spécialiste de la nutrition, l'excès de graisse est le facteur de risque majeur du diabète, expose aux maladies cardio-vasculaires précoces, à certains cancers, etc.

Aux états-Unis, toujours à la pointe de tout, y compris du mauvais, est apparue, depuis quelques années, une nouvelle maladie qui touche les enfants obèses de onze ans en moyenne, principalement au sein des minorités ethniques pauvres. Il s'agit d'une forme ultra-précoce de diabète de type 2 (dit «diabète gras»), qui, compte tenu de l'absence de couverture sociale de 40 millions d'Américains, a toutes les «chances» de décimer, au cours des prochaines années, tout un contingent de la jeunesse de ce pays. C’est en 1999 que les premiers cas de diabète atypique de l'enfant sont arrivés en France, et, suivant le «modèle américain», il continue à s'étendre.

Graisse "écologique"

Mais ne voilà-t-il pas que les gros et - surtout! - gras sont en train - pour l’instant involontairement, mais, plus tard, qui sait? - venir au secours de la ... pénurie énergétique!

En effet, un Norvégien veut maintenant recycler la graisse des personnes obèses!!!

Comme déjà dit, avec, aux états-Unis, plus de 60 % de la population souffrant d'une surcharge pondérale, l'obésité et le surpoids sont de véritables problèmes de santé publique. Pour le traiter, nombre de personnes ont recours à la liposuccion, une technique d'aspiration de la graisse en chirurgie esthétique.

Les volumes de graisse récoltés sont tels qu'un homme d'affaires norvégien, Lauri Venoy, souhaite les récupérer pour fabriquer du biocarburant pour les véhicules!!!

Pour son approvisionnement, Laury Venoy est en pourparlers avec différents établissements hospitaliers, dont l'immense hôpital américain Jackson Memorial. Avec lui, l'homme d'affaires norvégien convoite l'acquisition hebdomadaire de 11 500 litres de graisse humaine, issues des liposuccions, pour produire, à chaque fois, 10 000 litres de «bio-diesel»! Nous mettons ici l’expression entre guillemets, car pour qu’un tel diesel soit «bio» il faut aussi que ce soit de la graisse de personnes grasses mangeant vraiment Bio!

Mais si l’on considère que 11500 litres de graisse humaine sont transformés en 10000 litres de carburant, il y a très peu de perte et c’est donc vraiment très rentable!

Les gros - et surtout s’ils sont bien gras - au secours de l’environnement, c’est nouveau! Avec ces nouvelles «vaches à lait» l’expression «bon gros» risque maintenant d’être remplacée par «gros lucratif», car la graisse va bientôt valoir de l’or!

Si l’hôpital de New York est aussi intéressé - actuellement cette graisse perdue est détruite par incinération - le projet se heurte encore à la législation sur les «déchets médicaux». Alors, la graisse humaine est-elle un déchet médical ou, tout au contraire, une appréciable et nouvelle source d’énergie renouvelable, en un mot un produit hautement écologique»?

Rouler au gazole va devenir ringard, et le fin du fin écologique sera bientôt de rouler à la graisse humaine!

D’aucuns disent que cette histoire est «bidonnante»; en fait, ils ne croient pas si bien dire!

Source: Science et management, via Intelligence Verte: http://www.intelligenceverte.org

Pourquoi l'obésité progresse-t-elle? C’est, à la fois, pour des raisons environnementales (pollution généralisée), conjoncturelles (mondialisation) et nutritionnelles (nourriture trop riche). La mondialisation a, en effet, copié sur le modèle nord-américain, généralisé le faux mode de vie occidental sédentaire, etc. Et l'on a aussi justement parlé de la responsabilité de la "MacDomination", de la "Cocacolonisation" des populations des pays émergents, contre lesquelles des militants alter-mondialistes comme José Bové, candidat aux élections présidentielles, avec la confédération paysanne, se révoltent.

La malnutrition des pauvres est alarmante. L'obésité est particulièrement fréquente chez les personnes se tenant en bas dans l'échelle sociale! Manger suffisamment tout en préservant sa santé est loin d'être évident pour des millions de défavorisés vivant en France ou ailleurs. C'est ce qu'affirme une étude qui souligne une "situation très critique", voire alarmante parmi ceux qui recourent à l'aide alimentaire, façon «Restaus du cœur». Les plus défavorisés, outre les difficultés qu'ils rencontrent quotidiennement, sont à risque particulièrement élevé de maladies (diabète, maladies cardiovasculaires, cancers...), dont la nutrition représente l'un des facteurs les plus déterminants. Chez eux la consommation de fruits et de légumes est loin d'atteindre les niveaux recommandés. 5,% d'entre eux occupent un emploi et environ la moitié a des enfants à charge (2à 3 en moyenne). La moitié disent dépenser moins de 60 €uros par personne et par mois pour leur alimentation. L'obésité particulièrement fréquente parmi les personnes de faible statut socio-économique (elle est deux à trois fois supérieure parmi les femmes défavorisées) semble, en partie, liée  au faible coût des aliments les plus caloriques (gras et sucrés). L'hypertension artérielle est aussi très répandue chez eux. Une très faible proportion des personnes recourant à l'aide alimentaire ont une consommation de fruits et légumes frais, en conserves ou surgelés et de produits laitiers conformes aux recommandations. Compte tenu du nombre élevé de personnes considérées comme pauvres en France (selon le seuil utilisé, entre 4 et 7 millions), le problème de leur état nutritionnel constitue une réelle priorité dans les actions de santé publique.

D'ailleurs, une étude menée dès 1992 à Tokyo montrait que le nombre de nouveaux cas de diabète augmentait parallèlement au nombre de BigMac vendus dans la capitale du Japon. Le film «Supersize me» permet de comprendre pourquoi. Il n’en reste pas moins que ce n’est pas parce qu’un «Mac {Cra}Do» s’installe quelque part que tout le monde est obligé de se précipiter dedans. Si personne n’y allait, il metterait vite la clef sous la porte.

La «malbouffe» est certes une importante cause de la vague d'obésité dans les pays dits développés, mais ce n’est pas la seule! En fait, les populations occidentales ont tendance à consommer en l'an 2007 moins de calories et moins de graisses qu'en 1960, alors qu'ils continuent, quand même, régulièrement à grossir. Mais le sport à la télé ce n’est pas cela qui profite au corps! La baisse de l'activité physique a été constante depuis les années soixante. Or, il est une Loi fondamentale pour la Santé de la Création en général et des êtres humains en particulier, c’est bien celle du Mouvement. Aux états-Unis le parallélisme entre le nombre d'automobiles en circulation et l’accroissement de l’obésité est tout à fait frappant. Et cela est probablement vrai en Europe aussi, en attendant de se vérifier également sur les autres continents... 

Pour lire la suite afin d'entrevoir comment

 efficacement lutter contre l’obésité et l’excès de poids

grâce à une alimentation intelligente,

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 21:37

Vouloir Guérir

Désir et vouloir

Il est aujourd’hui possible d’affirmer avec une grande force de conviction que celui qui, malade, veut guérir peut guérir. Mais voilà, le veut-il vraiment? «Qui veut peut!» dit le proverbe et c’est tout à fait juste mais il est tout aussi exact de dire que celui qui veut peu obtient peu. C’est que rien n’est encore obtenu par le seul désir de guérir, c’est uniquement dans le vouloir-guérir que se trouve le levier pouvant déclencher la transformation le conduisant à la guérison.  Car ce vouloir doit déjà porter en lui l’action pour cela; sinon ce n’est pas un vouloir mais seulement un désir. . .

 

Si fort le désir puisse-t-il être, s’il n’est qu’un désir de l’intellect et non un désir de l’esprit devenu vouloir, il n’est pas suffisant pour trouver un contact avec là où se trouve la solution du problème. Comme Albert Einstein l’a déjà pertinemment fait remarquer: «La {fausse} manière de penser qui a engendré le problème ne peut pas être celle qui va résoudre le problème»; il y faut autre chose.


Le Chemin de la Guérison Parfaite est le Chemin inverse de celui qui a conduit à la maladie. Il suffit donc de parcourir ce chemin dans l’autre sens pour retrouver l’état initial normal qui est celui de la Santé Parfaite.


Seul celui qui s’approche avec conviction doit être aidé. La conviction doit ici déjà être la conviction dans le fait qu’il est tout aussi possible de guérir que de tomber malade, à partir du moment où l’on oriente son vouloir dans la direction de la guérison.


Ainsi ce n’est pas la vertu ou la volonté du thérapeute qui joue le premier rôle mais bien la volonté du malade. Le thérapeute ne peut ici qu’aider et accompagner et seul celui qui, avec la volonté de se remettre en cause, s'approche de lui l’âme ouverte pour recevoir l’aide doit, par lui, être aidé. Sinon, toute action est vaine.


Le Christ disait à ceux qui s’approchaient  de Lui pour guérir: «Qu’il te soit fait selon ta foi!» et, lorsqu’Il les avait guéris, Il leur disait: «Va, ta foi t’a sauvé». En ce cas tout à fait exceptionnel, il s’agissait, bien sûr, de la capacité du Christ à transmettre la Force Divine pour la Guérison, ce qu’un simple thérapeute ne peut, tout naturellement, pas faire. Aujourd’hui, il s’agit, pour le malade, d’avoir foi dans le fait qu’il peut guérir s’il remet en cause le faux comportement qui l’a conduit à la maladie.


Il lui faut donc changer le mal-vouloir qui l’a rendu mal-ade par un bon vouloir.


Mais qui est réellement prêt à cela? La plupart des êtres humains, y compris les malades, prennent beaucoup trop d’égards pour eux-mêmes. Cela veut dire que, même souffrants dans la maladie, ils évitent soigneusement de se remettre en cause, de remettre en cause leur faux comportement, leur fausse pensée, leur faux vouloir. Déjà ils sont malades, sur leur lit de douleur – ce qui, forcément, à leurs yeux, constitue la plus grande «injustice» qui soit! – et il faudrait, encore en plus, que ce soit de leur faute! Ils se révoltent rien qu’à cette seule pensée! Ils préfèrent rechercher les causes à l’extérieur, invoquer la fatalité, le destin, ou même parfois s’imaginer qu’avec leur souffrance «humblement acceptée» comme étant une grâce divine, ils participent à la co-rédemption de l’humanité!


Sortir de l’irresponsabilité

 

Car la société fait tout, en effet, pour que la pensée de se remettre en cause ne leur vienne jamais. Et, alors que l’être humain n’a pas de plus grand ennemi que lui-même, la maladie est forcément un ennemi extérieur à vaincre! Et on va le vaincre avec de l’argent, des téléthons, de la recherche «scientifique»! L’on va trouver à quel endroit la Nature s’est montrée déficiente afin de réparer, grâce au savoir et au pouvoir humains, ce qu’elle a si mal fait. Considérons le symbole de l’«ARC» («Association pour la Recherche contre le Cancer») L’ennemi – le cancer - est présenté comme se tenant à l’extérieur, en face de la victime, et alors, avec ce bel arc, on lui décoche une flèche en plein cœur, afin de le tuer. Youpeee!: L’ennemi est mort, le cancer est vaincu! Je suis guéri! (Ce qui reste à vérifier...)


C’est, d’ailleurs, ce que l’on fait avec ces traitements lourds que sont la radiothérapie et la chimiothérapie; l’on déclenche la grosse artillerie contre l’«ennemi», mais comme l’ennemi est à l’intérieur de soi-même c’est soi-même que l’on détruit! CQFD.


À sujet, fort pertinemment, Michel Dogna, thérapeute, lors de ses stages, déclare:


«Il faut arrêter avec l’assistanat


Et, en particulier, «un assistanat qu’il faut tout de suite arrêter: la médecine!»


Et il ajoute:


«On fait tout pour que vous ayez un cancer».


«Chaque cancéreux accomplit son devoir civique en rapportant 1 milliard de nouveaux francs aux labos. Après seulement, il a le droit de mourir.»

«Le taux - indiqué par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) - de survie après une chimiothérapie est de seulement 2% de survie après 5 ans.»


«C’est juste une rémission sur le coup, pour «mieux sauter» après. C’est terrible.»


«La chimio est notamment faite à partir de gaz moutarde utilisé pendant la guerre 14-18.»


«Il faut savoir dire NON à cela.»


«Malheur à celui qui ne sait pas dire NON!»


Un patient ayant subi une radiothérapie déclare: «Avec cela l’on met le feu dans le corps!». Certes l’on bombarde les «cellules malades», mais les saines, par la même circonstance, se trouvent aussi atteintes.


Alors, si le malade, plutôt que de se remettre en cause, veut continuer à croire, avec l’idéologie dominante, qu’il n’y est pour rien dans sa maladie et persister à se soumettre à de telles destructrices «thérapies», c’est son choix, un choix qui peut lui coûter sa vie.


Certes, en d’assez vastes cercles, l’on veut bien admettre, maintenant, que l’alimentation et le mode de vie influent sur la santé et que dans le fait de bien se nourrir ou pas, de se bouger suffisamment ou pas, de fumer ou non, de boire de l’alcool ou non, etc., réside une certaine responsabilité de l’être humain vis-à-vis de sa santé. Mais il ne s’agit toujours ici que de responsabilité à l’égard de facteurs extérieurs: De ce que l’on fait pénétrer dans son corps et comment on le traite.


Mais qui parle de la responsabilité totale de l’être humain en regard de sa propre intériorité? De ses choix en matière de vouloir et de penser, de parole et d’action? Des choix qui, à l’arrivée, s’ils sont faux ou mauvais, se répercutent en maladie! Bien peu en parlent…


Et, parmi ceux qui en parlent et qui essayent d’aider dans ce sens, qui connaît le processus réel et complet ici à l’œuvre? Ce processus qui est d’une totale simplicité!


Le Processus de la maladie et de la Santé

 

Redonnons-le ici en quelques mots: Ainsi que l’être humain le veut ainsi cela lui arrive! C’est son vouloir qui détermine son sort. Mais la plupart ne savent pas ce qu’ils veulent! Les maladies, en tant que conséquences du vouloir sont là pour aider chacun à prendre conscience de ses vouloirs.


Beaucoup rétorqueront: Mais cela est faux, car moi je n’ai jamais voulu être malade! Sans doute, mais c’est pourtant bien ce que vous avez voulu {de faux} qui vous a rendu malade!


Naturellement, dans le processus, entre le vouloir et la répercussion dans le corps terrestre il n’y a pas rien mais ils y a des formes, car le vouloir humain, à chaque fois, prend forme, et même si ces formes demeurent invisibles aux yeux terrestres, elles n’en sont pas moins très réellement existantes! C’est pareil, par exemple, pourle vent, personne ne le voit mais tous en perçoivent les effets!

 

Ce sont ces formes, qui, bien que connues depuis des millénaires, demeurent aujourd’hui méconnues de beaucoup quant à leur rôle pourtant déterminant dans le déclenchement des maladies. En attendant de pouvoir leur donner leur nom définitif, nommons-les provisoirement «entraves intérieures» une expression ayant l’avantage d’être assez neutre mais l’inconvénient de ne pas donner d’image claire de ce dont il s’agit.


Reconnaître pour Guérir

 

Le Travail à accomplir vers la Guérison va, tout d’abord, consister à reconnaître ces formes auquel l’être humain malade demeure lié et ce sera une étape importante vers la Guérison totale, d’abord celle de l’âme, puis, par répercussion, si le point de non-retour n’est pas encore atteint, aussi le corps terrestre. C’est la Guérison par la Reconnaissance.


Peu d’êtres humains sont, en effet, d’emblée, capables de reconnaître, sans autre démarche, le faux vouloir qui est à l’origine de leur maladie. C’est pourquoi la reconnaissance par eux-mêmes de leurs entraves intérieures s’avère, la plupart du temps, être une étape indispensable. Bien que cela soit en soi d’une extrême simplicité - ou peut-être même à cause de cela -, remonter jusqu’au faux vouloir initial, en tant que la plus profonde racine de la maladie, s’avère, pour la plupart des êtres humains, amèrement difficile.


Certains pourront peut-être y arriver seuls mais cela sera l’exception et non la règle. Dans la plupart des cas, la personne malade aura besoin d’un accompagnement lui offrant un «effet miroir» - un «miroir» tendu par l’accompagnant - pour parvenir à l’indispensable reconnaissance ou prise de conscience d’abord des entraves intérieures auxquelles le patient est lié, entraves qui le rendent malade d’abord animiquement ou psychiquement (c’est la même chose) puis se répercutent aussi physiquement dans son corps terrestre, puis du faux vouloir  ayant donné naissance à ces formes.


Lorsque la reconnaissance s’est produite, le malade peut alors changer le vouloir qui l’avait rend malade et ainsi entamer son processus de guérison. Dès que le mauvais ou faux vouloir se transforme en bon ou juste vouloir, de manière complètement autoactive le processus de Guérison se met alors en branle. Il peut, bien sûr, être terrestrement aidé par divers adjuvants terrestres (tels que remèdes naturels, compléments alimentaires, jeûne, magnétisme, etc.), mais le processus intérieur de guérison, de toutes façons, est en route… et, si un nouveau faux vouloir n’intervient pas dans l’intervalle, ne s’arrêtera que par le retour à une Santé Parfaite de l’âme et du corps.


Ceux qui, malades, ayant reconnu comme juste le processus ici décrit et sont en quête d’un accompagnement sous forme d’aide à la reconnaissance pour parcourir ce Chemin de la Guérison ou du retour à la Santé parfaite d’abord de leur âme puis de leur corps peuvent, à cette fin, demander à être mis en relation avec quelqu'un pouvant apporter une aide. 

 

0

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Juste - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 22:31
Message relayé

Objet: FW: DIFFUSEZ SI VOUS ETES DES CITOYENS COURAGEUX. IL EN RESTERA, POUR LE MOINS DES GRAINES QUE J'APPELLE ESPOIRS. ESPOIR DE VOIR LA VERITE TRIOMPHER.


------ Message transféré
De: "Jacques Daudon" <jacques.daudon@club-internet.fr>
Répondre à: "Jacques Daudon" <jacques.daudon@club-internet.fr>
Date: Tue, 27 Feb 2007 22:18:20 +0100

 

LES MALADIES VEGETALES, ANIMALES ET HUMAINES

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

S'INSTALLENT EN FRANCE
ET DANS LE MONDE
PORTEES PAR UNE DESINFORMATION INQUALIFIABLE

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

UNE DEGENERESCENCE PROGRAMMEE
<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>


 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Les dirigeants du Parti des Français Progressistes -- n'appréciant pas le contexte, agricole, biologique et médical actuel --dénoncent, preuves scientifiques à l'appui, ( Professeur Boucher, Professeur Delbet, Ingénieur Barbaud, Docteurs Vercoutère, Schmitz ) pour ne citer que les plus connus, les manoeuvres indélicates perverses, voire criminelles des trusts ou de groupes politico-industriels qui n'ont de cesse que de chercher à affaiblir le système immunitaire des plantes, des animaux et des hommes afin de déclencher des épidémies telles que dans l'affolement général les citoyens, les cultivateurs, les éleveurs demanderont à corps et à cris des vaccins ou des produits chimiques pour tenter d'arrêter une formidable hécatombe.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Afin d'étayer d'une manière simple leurs accusations voici un exemple concret du problème agricole.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Depuis plusieurs décennies les professeurs Delbet et Bouchet ne cessent de clamer à corps et à cris, documents précis d'études sur le terrain à l'appui, les déséquilibres magnésiens par rapport à la potasse. Jusqu'à l'heure vous pouvez acheter dans les coopératives agricoles des engrais, où la potasse domine dans les mélanges Mg/K20 dans des rapports inverses aux multiples conseils prodigués par ces professeurs. [Equilibre minéral Mg/K20 = 500/200 seul valable et non 125/200 en agro conventionnelle].

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Cette erreur est largement soutenue et voulue. Elle crée en milieu cultural des déséquilibres minéraux qui empêchent la fixation du calcium. Elle permet le développement du parasitisme, la fragilisation de la plante, de l'animal et de l'homme, avec à la clef beaucoup de maladies connues à l'heure actuelle ( fièvre aphteuse, peste porcine, mortalité des veaux, mammites, frigidité - stérilité des vaches, cancers, tétanos, diphtérie et vraisemblablement chinkungunia et autres maladies cousines dont les moustiques seraient soi - disant responsables, etc. . ). Le magnésium n'a-t-il pas permis de guérir dengue et Chik ! Voir les conseils de Marie Billi, conseiller municipal de Nice, conseils prodigués par fax à toute l'île de la Réunion et Guyanne.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

On doit retenir qu' à partir du moment où les sols sont carencés ou défavorisés en magnésie au profit de la potasse, élément nécessaire mais à employer avec prudence et dans un rapport déjà évoqué, la porte est ouverte à toutes sortes d'infections par baisse importante des défenses, que ce soit pour la plante, l'animal ou l'homme.

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Il s'ensuit que ce déséquilibre nous le répétons, volontaire, ne permet plus aux plantes, animaux et hommes de se défendre. Pour vaincre ce parasitisme diversifié, il est alors facile pour les chimistes de convaincre, citoyens, agriculteurs, éleveurs, producteurs de fruits, désinformés d'employer des produits phyto - sanitaires néfastes pour les organismes vivants.

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Les fruits, légumes, céréales ainsi traités n'ont pratiquement plus de ressources vitales ne transmettant pas à l'homme les sels magnésiens, enzymes utiles à la constitution de leurs défenses immunitaires. Ne voit-on pas que les régions agricoles, pauvres en magnésie, sont des régions où les cancers abondent! Ceci parce qu'une erreur agronomique grossière donne la part belle à la potasse, élément hautement dilaté, hydrophobe, antagoniste de la magnésie qui elle, est un élément protecteur, clef de voûte du monde vivant. La magnésie est l'activateur d'innombrables enzymes et biocatalyseurs. Le magnésium participe grandement à la défense des corps vivants, régulant en outre le potassium sanguin dont dépend l'activité cardio-vasculaire. Ce dernier protégeant le psychisme de l'individu bien mieux que le Prozac sans les dangeureux effets secondaires de ce dernier.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

En résumé, si l'agronome ne recherche pas le juste équilibre entre la magnésie et la potasse, il s'ensuivra inévitablement des déséquilibres organiques majeurs entraînant de redoutables maladies inguérissables à l'heure actuelle. Ces dernières ne peuvent être prévenues ou combattues que par des règles scientifiques déjà portées à la connaissance de tous, hélas dénigrées par la presse soudoyée.

<file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Il est utile que vous sachiez que seule l'union des citoyens pourra nous permettre d'éviter, tôt ou tard des pandémies que personne ne pourra juguler, pas plus par les produits chimiques que par les vaccins.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Avant une possible peste aviaire -- bien explicitée dans un remarquable livre intitulé "Crise Peste aviaire H5N1 - Culture du mensonge", ou une future épidémie de fièvre aphteuse, maladie, bien cernée dans un livre ancien intitulé "Equilibre minéral et santé" de J. Favier, avant que ne tombent comme des mouches des millions de citoyens victimes de cancers divers, hécatombe déjà envisagée par le professeur Bouchet au sein de l'Association Française d'Agriculture biologique (nous relevons aujourd'hui des augmentations angoissantes de ces divers cancers) -- nous vous faisons remarquer avec le plus grand flegme et le plus grand respect que les premiers responsables de ces futures plaies seront bien vous et moi, pour avoir osé fermer notre bouche et craindre de passer pour des "emmerdeurs".

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

A chacun de consolider notre défense par divers moyens.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

N-B - Dans Pratique de Santé, du 9 septembre 2006, le Dr Thierry Schmitz s'exprimait de la sorte : " Différents facteurs peuvent être la cause d'un épuisement progressif de notre système immunitaire. Une alimentation déséquilibrée, le manque de sommeil, le stress, les tensions familiales ou sociales, le vieillissement, .... La médecine officielle, tout en constatant les dégâts ne propose aucune solution pour dynamiser un système immunitaire affaibli. Elle se contente de traiter les infections par de fréquents traitements aux antibiotiques et de les prévenir par de larges campagnes de vaccinations avec pour conséquence une aggravation de la faiblesse immunitaire ". Jacques Daudon considérant une large frange du corps médical serviteurs zêlés qu'il qualifie tout bonnement de chimiothérapeutes.

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Ne serait - il pas plus sage d'aller aux vraies causes pour parer aus effets ? Mes fruits ne sont que très peu parasités mais le magnésium est toujours présent sur mes sols, mes salades dont raffolent mes poules sont boudées par les escargots, mes haricots produisent sans maladie et sont savoureux (J. Daudon Jardinier amateur).

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

A bon entendeur, salut!

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Jacques Daudon - Philippe Gabelle - Francine Delareux

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

 <file:///C:/Program%20Files/Fichiers%20communs/Microsoft%20Shared/Papier%20à%20lettres/page206a.html>

Notre mission première a consisté à divulguer une information fiable profitable à tous en tout domaine.

Notre deuxième action sera de protéger: la veuve, l'orphelin, le handicapé et toute victime de la désinformation, quelle qu'elle soit et suppléer aux inconséquences d'un pouvoir victime de son ignorance et de sa soumission.

En conséquence, nous responsables du PFP, nous nous engageons, à l'endroit de ceux qui nous font confiance d'agir à leur égard de la meilleure des façons. Notre relatif savoir et parfaite connaissance des secteurs clefs de la vie nous permettent, sans aucune forfanterie, de dire qu'à tout problème, même grave, existe immanquablement une solution.

Fait le 28 octobre 2006. Ceci s'ajoute en complément de notre Charte de survie.

Les responsables: Philippe Gabelle, Francine Delareux, Denise Normant & Jacques Daudon http://daudon.free.fr -  


------ Fin du message transféré
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Jacques Daudon - dans Atteintes au corps
commenter cet article
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 13:09
Message relayé d'un correspondant aux aguets...

<<Chers tous,
 
La "preuve par 9", si l'on peut dire, ne manque ni d'humour, ni de sérieux, ni d'implacable:
 

75.000 dollars à facilement gagner
 
   
 
75.000 $, c'est l'offre, on ne peut plus sérieuse, qui est faite par Jock Doubleday, directeur du Natural Woman, Natural Man, association californienne à but non lucratif, au premier médecin ou responsable d'un groupe pharmaceutique, qui acceptera de boire, en public, un mélange composé des ingrédients qui se trouvent dans les vaccins administrés aux enfants de 6 ans, d'après les recommandations du CDC* des USA.

Et alors même que la mixture ne contiendra pas les bactéries ou virus, vivants ou tués, mais seulement leurs additifs!

Le mélange sera préparé en fonction du poids du candidat, proportionnellement à celui d'un enfant de six ans, par Jock Doubleday et trois professionnels du milieu médical choisis par lui, et par trois professionnels choisis par le candidat.
Etant donné que le participant doit appartenir au milieu médical, qui injecte les vaccins ou les vend, il est admis par tous les partis, que ces ingrédients sont sans danger...
Depuis le début de cette offre, qui à l'origine en janvier 2001 était de 20.000 $, 14 médecins ont contacté Doubleday (l'offre est sur 300 sites internet), mais aucun n'a donné suite.
C'est ainsi, qu'en août 2006, JD a porté la prime à 75.000 $!
Proposée sans succès à 14 médecins responsables du Comité de Vaccinations du CDC*, cette offre est toujours valable...


*Centers for Disease Control and Prevention




Contact :
director@spontaneouscreation.org
http://www.spontaneouscreation.org/SC/$75,000VaccineOffer.htm
    
Voilà qui en dit bien plus long que la lecture de cent études, et qui serait sûrement accepté par nos médecins, conseil de l'ordre (de Vichy), ministre de la maladie ... , etc.  (MG)>>

Avis aux amateurs! (Il faut, quand même, être médecin... et vouloir faire plaisir à ... ses héritiers!)
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 22:23

Quelle est la signification de la maladie?

 

Dans {le mot} maladie il y a {le mot} mal. Remonter jusqu’à la maladie, écouter ce que le mal-a-dit, c’est donc remonter jusqu’au mal, lui-même, dont la maladie est l’inévitable et logique conséquence. Dans cette quête du sens et donc de la cause, il nous faut donc remonter jusqu’à la racine du mal, et, si possible, jusqu’à la plus profonde racine.

Lorsque l’on est malade et que l’on souffre et l’on dit : «J’ai mal». «J’ai mal» veut donc dire: «je souffre», et si je souffre c’est parce que j’ai le mal en moi. Mais comment ce mal est-il donc parvenu à pénêtrer en moi? Qui, à part moi, aurait pu le faire pénêtrer en moi? Ne serait-ce donc pas moi-même qui l’y aurais introduit?

En effet, quelqu’un peut-il entrer dans ma maison si je – à moins qu’il ne l’enfonce - ne lui en ouvre pas la porte?

La cause de la maladie ne peut donc pas être autre chose que le mal introduit en moi. La cause du mal, à l’origine de la maladie, voici donc ce qu’il me faut chercher. Mais, en toute simplicité et toute objectivité – et, d’évidente manière, les mots eux-mêmes nous l’indiquent -, cette cause peut-elle être autre chose que le mal commis par chaque mal-ade?

En bref et en résumé : Si je suis mal-ade ne serait-ce pas parce que j’ai mal agi, parce qu’ayant fait le mal, j’ai donc ouvert la porte au mal, parce que je l’ai ainsi laissé entrer en moi, parce que je l’ai donc fait mien et parce que, par le fait même, je me suis aussi ainsi fait du mal.

Lorsque l’on a compris cette évidence que la maladie vient du mal commis, le plus grand pas vers la Guérison est ainsi déjà fait.

La diversité des maladies dont un corps physique terrestre peut être atteint est telle qu’elle pourrait faussement donner l’illusion que la maladie n’aurait rien à voir avec le fait de mal agir. Pourtant, de même qu’il y a de nombreuses manières de faussement agir se répercutant sur le corps animique, il y a aussi, de logique manière, autant et plus de nombreuses sortes de répercussions sur le corps physique.

Une seule manière d’agir juste, mais des milliers de mal agir. Une seule manière d’être en bonne santé et des milliers d’être malade!

Ma maladie me dit donc que j’ai mal agi et même en quoi j’ai mal agi ou, peut-être même, tout simplement, mal voulu, car, ainsi que le dit le proverbe, «L’intention vaut l’acte!»

Autrement dit, vouloir {faire} le mal, même si l’on n’y parvient pas, c’est déjà faire pénêtrer le mal en soi!

 

Pour aller plus loin:
Conférence
La Signification de la maladie


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 20:48

QUELLE EST LA SIGNIFICATION
DE
LA MALADIE?

La question à laquelle tous doivent répondre!

0
«Si vous voulez guérir le corps,
vous devez d'abord guérir l'âme
- Platon -

«L'état de notre corps est le reflet  terrestre
de l’état de notre âme

 - Jean-François Jacob -


«Celui qui s’efforce de fermement vouloir le Bien
et de toujours entretenir le foyer de ses pensées pur
a déjà trouvé la Clef
de la Santé:
Il sera sain d’âme et de corps.»

 - Jean-François Jacob -


«L'être humain qui porte en lui la véritable Paix, la Paix de Dieu,
sera, pour ses co-êtres humains, soulagement et baume,
il guérira leurs blessures rien que par sa seule existence!»
- Jésus de Nazareth –

«Le Livre de Jésus, L'Amour de Dieu»


«Taisez, de préférence, le fait que j'ai guéri un corps malade
 
et sachez que je ne pourrais guérir aucun corps
 
dont l'âme ne soit pas auparavant déjà guérie!»

- Jésus de Nazareth –

«Le Livre de Jésus, L'Amour de Dieu»


« La Médecine de l’Âme est la Médecine de demain.»

 «Le jour où, d’une part, les patients sauront
qu’ils
sont, avant tout, une âme – et même un esprit
– et que là – dans leur âme – se trouver la racine
de
tous leurs maux, et que, d’autre part,
les
Soignants sauront soigner l’âme
et aussi
modifier l’irradiation sanguine
qui relie l’âme au corps,
la
médecine du corps se limitera,
à peu de choses près - toutes les autres affections
pouvant être soignées
directement dans l’âme -,
à la
chirurgie pour les accidents
et aux
tisanes pour les refroidissements

- Jean-François Jacob  -


«La maladie est à considérer
comme une Grâce.»

- Jean-François Jacob -

Lorsque la maladie survient,
il faut répondre...

 

La Question


La Santé, en tant qu’état normal, ne pose pas question.

 

Mais la maladie est la question des questions. Car, lorsque tout va bien, beaucoup d’êtres humains ne se posent tout simplement aucune question.


La souffrance – l’«autre maître» - est, en effet, souvent associée à la maladie! Et l’être humain n’aime pas être malade, il aime encore moins souffrir. Pourquoi se retrouve-t-il ainsi alité? Pourquoi n’a-t-il plus de forces? Pourquoi est-il tout pâle? Pourquoi est-il donc malade? Quelqu’un peut-il lui répondre? Oui: lui!


Les Réponses


Mais, pour obtenir des réponses, encore faut-il être capable d’entendre - et même d’écouter - ce que le mal-a-dit! Car la maladie parle; elle est un langage, le langage du corps pour dire qu’il n’est pas d’à-corps.

L’autre voie.


Lorsque l’on n’a pas entendu la voix intérieure, celle de l’esprit, donc la conscience, alors, peut-être pourra-t-on entendre la voix extérieure, celle du corps. En réalité, c’est la même, c’est juste que le corps, tout comme le corps fin-matériel de l’âme, est une caisse de résonance pour l’esprit; il est même la caisse de résonance ultime, celle qui convient à l’esprit pour enfin parvenir à se faire entendre dans la matière la plus grossière.


Lorsqu’un être humain incarné dans la matière la plus grossière entreprend quelque chose de faux c’est, en général, parce qu’il se trouve alors dans une situation d’assujettissement à son propre intellect, lequel n’existe, précisément, que dans la matière grossière.


Avec cela l’esprit de cet être humain, forcément, ne peut pas être d’accord, car, à l’inverse de l’intellect, l’esprit ressent immédiatement ce qui est juste ou faux, bien ou mal, beau ou laid, «jusqu’au bout des ongles».


Mais voilà, encore faut-il que l’être humain, dans sa conscience terrestre, soit réceptif à sa propre voix intérieure. Mais, bien souvent, il s’est, en une sorte d’auto-mutilation volontaire, lui-même rendu incapable de l’entendre. Cet «assourdissement volontaire» n’existe pas au niveau animique mais seulement au niveau corporel, parce que sur le plan animique – plan où vont les âmes après avoir abandonné le corps terrestre – l’intellect n’existe pas et ne peut donc pas étouffer la voix de la conscience.


C’est l’une des raisons pour lesquelles, après un faux vouloir, l’âme, la première, tombe très rapidement malade, alors que la maladie peut très bien ne se répercuter sur le corps terrestre que beaucoup plus tard…


De même que, dans une circonstance donnée, il n’y a, le plus souvent, qu’une seule manière d’agir juste, il n’y a aussi qu’une seule manière d’être en bonne santé, tandis que, de même qu’il existe de très nombreux faux vouloirs, il existe aussi de fort nombreuses maladies.


La Réponse ultime


Oui, la Voix de sa Conscience peut répondre à l’être humain malade. Encore faut-il qu’il l’interroge

Malheureusement, un être humain à l’âme malade ne s’en soucie, d’ordinaire, pas. Pas encore. Ce n’est que lorsque la maladie est aussi descendue dans le corps qu’il commence alors, enfin, à s’en préoccuper. Il est temps!


Du coup, soudain, la Réponse à la question du malade s’impose enfin sous la forme d’une subite prise de conscience marquée du sceau de l’évidence:

 

Je suis malade pour que je puisse enfin
reconnaître mon faux vouloir!


Pour cela il arrive que le malade doive entrer, en vue d'une conversion, en conversation intime avec sa propre conscience. Pour en avoir un exemple, cliquer sur le lien ci-dessous.

 

Dialogue de la conscience et du malade

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 08:01

Dialogues du malade avec sa Conscience

2/2

Suite de

La Conscience:

- Le «monstre» - comme Tu dis – guette Tes failles, et dès que Tu en fais une il s’engouffre…

Le malade:

- Comment fait-il?

La Conscience:

- Ceci n’est pas la bonne question…

Le malade:

- Et c’est quoi la bonne question?

La Conscience:

- C’est, plutôt: «comment fais-Tu, Toi, pour lui ouvrir des brèches?»

Le malade (méditatif):

- Je vois…

Puis, après un silence d’intériorisation, questionnant de nouveau:

- Peut-être est-ce, par exemple, quand je m’impatiente, que je m'irrite, que je me mets en colère et que je perds le contrôle de moi-même?

La Conscience (avec un sourire):

- Je crois que Tu as bien répondu…

Le malade (réjoui, puis, en y pensant, de nouveau exaspéré):

- Cela arrive quand les autres m’agacent!

La Conscience (doucement):

- Facile d'accuser les autres, mais cela ne Te fait aucunement progresser! La bonne attitude c'est plutôt de Te demander: "Mais que trouvent-ils donc à agacer en moi?".

Le malade (il réfléchit):

- Mes défauts? Mes insuffisances? Mes faiblesses?

La Conscience (enseignant) :

- Oui, les autres trouvent et ouvrent, même sans le vouloir, les failles par où Tes démons peuvent ensuite entrer! Eux, souvent, ceux qui ont – la plupart du temps involontairement – provoqué ces failles ne s’en soucient pas, du moins pas forcément, sauf de les provoquer exprès – ce qui serait du vice -, mais ils Te laissent juste ensuite Te débattre avec eux… Et c’est là que Tes "enfants" Te font du mal…

Le malade (ayant subitement compris):

- Et c’est qu’ils me rendent malade!

La Conscience (plus précise):

- éh oui! Les formes négatives attendent tranquillement que les circonstances leur procurent des failles pour s’engouffrer… Une fois que Tu es connecté avec elles, elles peuvent rétro-agir sur Toi qui les as si longtemps nourries… Cette fois, c’est elles qui peuvent déverser en Toi ce qu’elles portent – et cela n’est toujours que du mauvais - en elles… D’abord, dans Ton âme, puis, si cela ne suffit pas à Te réveiller, dans Ton corps… Et, mon pauvre Ami, c’est précisément ce qui T’est arrivé!

Le malade (soudainement convaincu et se prenant la tête):

- Oh! la la, la la…

La Conscience (doucement réprobatrice):

- Il ne sert à rien de se lamenter, maintenant…

Le malade (avec un sursaut, brusquement résolu):

- D’accord! Alors, comment puis-je faire pour guérir?

La Conscience (apaisante):

Cela, je Te le dirai une autre fois… Cela sera l’objet de notre prochain entretien [1]. Pour le moment, médite tranquillement sur ce que Tu as appris aujourd’hui>>



[1] La clef fondamentale pour une parfaite compréhension de l’Entretien du malade avec sa Conscience ayant pour objet: «Comment puis-je guérir?»  se trouve clairement et complètement exposée dans l’ouvrage «Le Chemin de la Santé Parfaite».

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 22:08

Dialogues du malade avec sa Conscience


1/2

 

La Question

<<Le malade (tourmenté et implorant, s’exclamant vers le Ciel):

- Ah! Je souffre! Je n’aime pas être ainsi. Pourquoi suis-je alité? Pourquoi n’ai-je plus de forces? Pourquoi suis-je tout pâle? Dîtes, pourquoi suis-je malade?, je vous le demande. Quelqu’un peut-il me répondre?

La Réponse

La Voix de la Conscience:

- Oui, moi je peux Te répondre!

Le malade (étonné et reprenant espoir):

- Quelqu’un m’a entendu? Alors, qui que vous soyez, parlez, je vous écoute! Où êtes-vous?

Voici la Réponse à Ta question:

Je suis en Toi.

Tu es malade pour que Tu puisses
reconnaître Ton faux vouloir!

La suite du dialogue

Le malade (indigné):

- Mon faux vouloir! Quel faux vouloir? Vous ne croyez pas que vous exagérez un peu beaucoup? Non seulement j’ai la malchance d’être malade (je voudrais bien vous voir à ma place!) mais, en plus, vous avez l’impudence de me dire que ce serait de ma faute!

La Voix de la Conscience:

- Je suis déjà à Ta place! Et, en plus si je suis ici pour T’aider c’est parce que Tu m’as appelée! Mais si Tu refuses mon Aide, il n’y a pas de problème, je peux repartir!

Le malade (affolé):

- Non, reste là! Qui va me secourir si Tu T’en vas?

La Conscience:

- Personne! Car c’est moi Ta meilleure Amie! Alors, si Tu veux comprendre et surtout guérir, Tu dois d’abord bien m’écouter, me comprendre et accepter ce que je Te dis.

Le malade (résigné, avec un soupir):

- Oui, d'accors; alors, parle, je T’écoute!

La Conscience:

- Alors, voilà. Il y a deux Processus à bien comprendre. Le premier, c’est comment l’on devient malade (c’est mieux que de dire «devenir malade» que «tomber malade», car «tomber malade» peut, en donnant l’idée de quelque chose de fortuit et d'arbitraire, facilement introduire un faux concept). Le deuxième, c’est comment l’on peut guérir.

Le malade:

- Oui. Jusque là, je Te suis. Dis-moi vite comment je peux guérir!

La Conscience:

- Non, pas trop vite, justement! D’abord, Tu dois d’abord comprendre comment Tu es devenu malade. Alors, continuons. Le deuxième processus, celui de la Guérison, c’est l’inverse du premier. C’est pourquoi en comprenant comment l’on est devenu malade l’on peut aussi comprendre comment revenir à l’état initial, c'est-à-dire guérir!

Le malade:

- Bon, alors comment suis-je tombé – euh…, je veux dire «devenu» - malade?

La Conscience:

- éh bien voilà: à un moment donné Tu as commencé à vouloir quelque chose de faux et c’est ainsi que Tu es devenu malade. 

Le malade (tout d’abord, s’exclamant):

- Moi, j’ai voulu quelque chose de faux!?!

(puis soupirant:)

- Qu’est-ce que cela veut dire «faux»?

La Conscience:

- C’est un vouloir qui est non conforme aux Lois.

Le malade:

- Aux Lois? Quelles Lois?

La Conscience:

- Les Lois. C’est-à-dire les Lois de Dieu ou Lois de la Vie ou Lois de la Création ou Lois de la Nature, tout cela c’est pareil!

Le malade:

- Les Lois de Dieu!?! Suis-je obligé de reconnaître qu’il y a un Dieu?

La Conscience:

- Cela vaudrait mieux pour Toi, surtout si Tu veux guérir, parce que c’est ainsi.

Le malade:

- Mais pourquoi le saurais-Tu mieux que moi?

La Conscience:

- Précisément parce que je suis Ta conscience, c’est-à-dire la meilleure partie de Toi-même. Cette partie-là, à cause de son genre spirituel, sait que Dieu existe, même si une autre partie de Toi le nie.

Le malade:

- Tu voudrais me dire qu’au fond de moi je sais déjà que Dieu existe?

La Conscience:

- Bien sûr que Tu le sais! Tout esprit humain est bien obligé de le savoir puisque c’est à Lui qu’il doit sa vie!

Le malade (avec une moue):

- J’aurais préféré qu’il n’y en eût pas…

La Conscience (mi-ironique, mi-indignée):

- Tu «m’étonnes»! Il n’y en a que trop des comme Toi! La fuite devant ses responsabilités, c’est du «joli»!, le fallacieux «espoir» qu’il n’y aurait de comptes à rendre à personne, c’est du «propre»!

Le malade (capitulant):

- Bon! D’accord! Admettons que Dieu existe. De toutes façons, Tu as toujours raison! Alors pourquoi m’a-t-Il rendu malade?

La Conscience:

- Mais ce n’est pas Lui qui T’a rendu malade!

Le malade :

- Et c’est qui alors?

La Conscience (le regardant fixement droit dans les yeux):

- à Ton avis?

Le malade (penaud, baissant la tête):

- Est-ce que Tu voudrais dire… (un silence…)

La Conscience (poursuivant, indignée):

- Oui, Tu as bien raison de baisser la tête! Toi-même! Uniquement Toi-même! Dieu n’y est absolument pour rien!

Le malade:

- Mais n’est-Il pas Tout-Puissant?

La Conscience:

- Si, Il l’est!

Le malade (triomphant):

- éh bien alors!

La Conscience (implacable):

- Ce n’est pas parce qu’Il est Tout-Puissant qu’Il est capable d’arbitraire! Dieu, pour punir le mal n’a qu’à le laisser faire!, dit  le proverbe avec justesse.

Le malade (après un silence):

- Donc ce que Tu veux me faire dire c’est que c’est moi qui suis responsable de mon état maladif!

La Conscience:

- Je ne veux pas Te le faire dire; je veux que Tu le reconnaisses!

Le malade (après un long silence):

- J’ai retourné toutes les possibilités; je vois que je n’ai pas d’autre choix; si je refuse de reconnaître cela Tu T’en vas et me laisse seul, n’est-ce pas?

La Conscience (impérieuse):

- éh Oui. C’est moi qui commande!

Le malade (révolté):

- Et pourquoi?

La Conscience (patiente):

- Je Te l’ai déjà dit: Je suis – et de loin! - la meilleure part de Toi-même, la seule qui puisse encore Te sauver, corps et âme! Mais Tu as préféré T’identifier à la plus mauvaise! L’être humain n’a pas de pire ennemi que lui-même!

Le malade (après un très long silence):

- Bon, d’accord!, je veux bien admettre l’idée que Dieu existe, qu’Il n’est pas la cause de ma maladie et que j’en serais le seul responsable.

La Conscience (explicative):

- Le Créateur a juste fait des Lois qui fonctionnent autoactivement. Ses Lois sont parfaites et déclenchent les répercussions en fonctions des pensées paroles et actes des êtres humains.

Le malade (plaidant l’innocence):

- Alors, qu’ai-je fait de mal pour mériter ce qui m’arrive maintenant? Je ne vois pas.

La Conscience (pareille au Sphinx):

- Te souviens-Tu de tout ce que Tu as fait au cours de Tes vies antérieures?

Le malade (saisi):

- Au cours de quoi? Des vies antérieures!?! Quelles vies antérieures?

La Conscience:

- Les Tiennes, bien sûr! Sans doute, T’imagines-Tu que Ta vie a commencé il y a seulement quarante ans?

Le malade:

- Vu mon âge, c’est à peu près cela, en effet. Devrais-je croire autre chose?

La Conscience:

- La vie du corps n’est pas celle de l’esprit ni même celle de l’âme… Voilà bien longtemps que Ton germe d’esprit a, pour la première fois, plongé dans la matière …

Le malade (interloqué):

- Es-Tu sérieuse?

La Conscience (on ne peut plus sérieuse):

- J’ai l’air de plaisanter?

Le malade (sceptique):

- Voudrais-Tu me faire croire que je serais aujourd’hui coupable de quelque chose dont je ne me souvien{drai}s pas?

La Conscience (imperturbable):

- Ton intellect ne s’en souvient pas, mais Ton esprit si!

Le malade (indigné):

- Ce n’est pas un peu commode, ça? Tu n’essayerais pas de me faire gober n’importe quoi? Pourquoi serais-je coupable de ce dont je n’ai aucun souvenir?

La Conscience (grave):

- Parce que l’amnésie n’efface pas les fautes et n’excuse rien!

Le malade (inquisiteur):

- Et qu’est-ce qui les efface?

La Conscience:

- La reconnaissance consciente, l’expiation ou le rachat, et, liée à cela, la réparation!

Tu es précisément malade pour pouvoir reconnaître. Autrement cela n’arriverait plus pour Toi. Ta conscience de jour doit arriver à savoir ce que Ton esprit, lui, sait déjà.

Le malade (se grattant la tête):

- Et c’est qui, mon esprit?

La Conscience (avec un large sourire):

- C’est moi!

Le malade (interloqué):

- Veux-Tu dire que Tu es moi?

La Conscience (grave):

- Oui. Ou - si Tu préfères - que Je suis Toi. En fait, comme déjà dit, je suis Ton meilleur moi, c’est-à-dire Ton «Je».

Et maintenant, j’ai une question pour Toi.

Le malade (interrogatif):

- Oui?

La Conscience (attentive):

- M’aimes-Tu?

Le malade (ébahi):

- Moi, il faudrait que je T’aime!?! Alors que Tu n’arrêtes pas de me tourmenter!?!

La Conscience (compatissante):

- Cela vaudrait mieux pour Toi, car si Tu ne m’aimes pas, c’est Toi que Tu n’aimes pas! Et si quelqu'un ne s’aime pas lui-même il ne peut pas guérir!

Le malade (la considérant avec gravité):

- Il faudrait donc que je T’aime…

La Conscience (joviale):

- Et pourquoi pas? Je T’aime bien, moi! Et, bien que Tu sois dans un triste état, je T’aime même comme Tu es! Et, pourtant, je mérite plus d’être aimée que Toi!

Le malade:

- Tu veux donc dire que j’ai fait le mal?!?

La Conscience:

- Cela est fort possible, mais il n’est pas nécessaire d’avoir fait le mal pour être malade.

Le malade (implorant):

- S’il Te plaît, ne joue pas aux devinettes avec moi. Alors, l’ai-je fait ou pas?

La Conscience:

- Dès le début – si Tu voulais bien m’écouter! - je T’ai dit que c’est le faux vouloir qui rend malade. Le faux vouloir et non forcément la faute elle-même suffit à rendre malade. C’est-à-dire le faux vouloir, qu’il soit ou non suivi d’un acte. Car, ainsi que le dit justement le proverbe, d’un point de vue spirituel, «L’intention vaut l’acte».

Le malade (impressionné et songeur):

- Ah! Les Lois sont bien rigoureuses….

La Conscience (enseignant):

- Elles le sont, en effet. C’est que, lorsque Tu veux quelque chose avec {le vouloir de} Ton esprit, alors Tu actives la Force Divine

Le malade (interpellé):

- La Force Divine!?!

La Conscience (poursuivant ses explications):

- Oui. Le vouloir de l’esprit humain (pas celui de son intellect!) a le pouvoir de se connecter à la Force Divine traversant la Création. Dès lors où il s’active, automatiquement il se connecte à la Force et avec Elle il «crée» une forme.

Le malade (dubitatif):

- Moi, je peux faire cela?

La Conscience:

- Oui, Toi comme tous les autres êtres humains. Non seulement Tu le peux mais Tu l’as fait. Souvent. Tous les êtres humains, qu’ils en soient ou non conscients, le font tout le temps.

Le malade:

- Alors, c’est normal?

La Conscience:

- Oui, lorsque c’est un bon vouloir.

Le malade:

- Donc selon Toi, si j’ai bien compris, si quelqu’un est malade, c’est qu’il a utilisé la Force Divine pour mettre en œuvre un mauvais vouloir…

La Conscience (se réjouissant):

- Exactement! Ah! Tu commences à comprendre…

Le malade (inexorablement logique):

- Donc, si je suis malade, c’est à cause d’un mauvais vouloir antérieur

La Conscience (joyeusement):

- Voilà!

Le malade:

- C’est donc un châtiment!

La Conscience:

- Pas exactement. C’est juste l’effet auto-actif des Lois. Par Ton mauvais vouloir Tu as créé une forme de même genre, donc mauvaise elle aussi, et cette forme ainsi mise au monde par Toi est restée reliée à Toi et continue à agir…

Le malade (intéressé):

- Et que fait-elle?

La Conscience:

- Elle tourmente tous ceux qu’elle peut tourmenter et, en particulier celui qui est son «père» et à qui elle demeure reliée … Toi-même!

Le malade (surpris):

- C’est donc une mauvaise fille!

La Conscience (instruisant):

- C’est l’enfant de Ton vouloir et elle est l’image refoulée de Ta culpabilité…

Le malade:

- Pourquoi «refoulée»?

La Conscience:

- Parce qu’aucun être n’aime avoir un enfant lui rappelant constamment sa faute. Alors il s’efforce de l’oublier. Mais un tel enfant, comme les autres, ne se laisse jamais oublier. Il revient régulièrement rappeler son existence…

Le malade (exclamatif):

- Mais alors il est aussi tourmentant qu’un démon!

La Conscience:

- Tu l’as dit! Même si c’est - comme la plupart des êtres humains - sans le faire exprès. Et Tu ne crois pas si bien dire... Ce sont des formes de mauvais vouloir.

Le malade (à qui s’ouvre un Monde nouveau):

- Ce serait donc possible de mettre au monde une «créature» qui viendrait ensuite vous nuire, comme quelqu’un qui, à son insu, aurait nourri un serpent dans son sein?

La Conscience:

- C’est tellement possible que c’est bien ce que font, tous les jours, sur cette planète, des centaines de millions d’êtres humains! Et, après cela, ils s’étonnent de «tomber malades»!

Le malade (de plus en plus songeur…):

- Et des «enfants» comme cela, dis, est-ce que j’en ai beaucoup?

La Conscience:

- Oh! Tu devras tous les reconnaître, un par un. Pour l’instant, Tu en as surtout un gros qui T’étouffe, et c’est lui qui Te rend présentement si malade.

Le malade (intrigué):

- Et comment cela se passe-t-il?

La Conscience:

- Oh! c’est bien simple! L’on peut dire, en quelque sorte, qu’il Te rend régulièrement visite et Toi Tu lui ouvres  "bien gentiment" la porte…

Le malade (abasourdi):

- Moi, j’ouvre la porte à ce monstre qui me rend malade?

La Conscience (convaincante):

- Oui, Tu la lui ouvres, à chaque fois qu’il trouve une brèche en Toi…

Le malade:

- Une brèche? Comment est-ce possible?


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article