Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 14:28

Le cartel pharmaceutique

 

Le moyen assuré de placer toute l'humanité sous le contrôle de la chimie de synthèse

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 10:32

Message relayé: Par Jean-Luc Martin-Lagardette.

L’État contre les médecines douces: une perte de chance pour les malades

4/03/2013

S’il est nécessaire de réguler le secteur informel des médecines douces, cela ne doit pas se faire à la mitraillette. La politique agressive de l’État, qui amalgame voies complémentaires et charlatanisme, est une «perte de chance» tant pour les malades que pour le budget de la sécurité sociale.

(Compte rendu de mon intervention du 18 février 2013 à Paris intitulée : « Les dessous de la politique antisecte française »)

En ce moment, dans le quasi-silence des « grands » médias, une commission d’enquête parlementaireauditionne des acteurs concernés par le thème «dérives sectaires et santé». Quatrième enquête touchant la question «sectaire» (aucun autre sujet de société n’a autant mobilisé les parlementaires !) la démarche entretient la psychose répandue par la Miviludes et les associations antisectes. Avec, puisqu’on aborde le secteur de la santé, l’appui du ministère éponyme et du Conseil de l’ordre des médecins. La commission est d’ailleurs composée de nombreux médecins.

Une question politique, philosophique, scientifique, juridique, médiatique, sociale et économique

La question du traitement à réserver à ces approches différentes et complémentaires est en fait une question majeure de société. C’est une question:

- philosophique (elle touche au problème crucial mais toujours non résolu des relations entre le corps et l’esprit)

- scientifique (comment faire le tri entre les démarches valides et les autres)

- juridique et pénale (comment départager le crime et l’escroquerie de l’erreur ou de l’innovation en matière de soin)

- politique (qui est compétent pour décider en la matière ; quels mécanismes pour éviter tout conflit d’intérêt et abus de pouvoir)

- sociale (les deux tiers des Français ont recours aux médecines douces)

- médiatique : la presse relaie avec complaisance, quand elle ne l´attise pas, la propagande discriminatoire du pouvoir

- économique (trou de la sécurité sociale ; immense marché actuellement protégé par un monopole), etc.

On le voit, cette question ne peut être abordée à la légère. Or, en France, elle est laissée aux mains de non professionnels dont beaucoup défendent en sous-main des intérêts particuliers. Pour justifier leur politique arbitraire, discriminatoire et irrespectueuse des droits de ceux qu´ils accusent, ils prétendent protéger les faibles et la santé de nos concitoyens, proclamant partout que les médecines douces sont tout simplement, aujourd´hui, la porte d’entrée des «sectes» dans la société...

Prétextant une légitime nécessité de mettre de l’ordre dans ce domaine, la politique du gouvernement (qu’il soit de droite ou de gauche) a toujours été de diaboliser ces approches afin de protéger un monopole et des profits substantiels. Exploitant la peur du citoyen face aux risques (qui peuvent être réels) de manipulation, le pouvoir s´efforce d´empêcher l’émergence de ces approches plus douces, moins coûteuses financièrement, généralement plus respectueuses de l’individu dans sa sensibilité et dans sa globalité. Et offrant de multiples compléments de thérapie que la médecine conventionnelle n´offre pas.

Une vraie "perte de chance" pour des milliers de malades...

Brandissant les concepts de «sectes» et de «dérives sectaires», termes qui n’ont aucune définition juridique, le pouvoir peut de cette façon totalement arbitraire inquiéter toute voie «différente» ou, surtout, contestataire de l’ordre sanitaire établi. La population, croyant que l’État garantit l’intérêt général et agit avec éthique, applaudit, la presse étant en première ligne.

D’énormes moyens financiers, administratifs, juridiques, policiers et médiatiques sont mobilisés en France pour faire croire à une risque énorme, alors que toute enquête un peu rigoureuse permet de dégonfler la baudruche : les dangers (réels) sont dans les faits extrêmement rares et pourraient facilement être prévenus (voir propositions en fin d´article).

Un puissant arsenal inquisitorial

Un puissant arsenal inquisitorial a été mis en place au fil des années :

- Création d’une structure administrative, laMiviludes, spécialisée contre les «sectes». Placée sous l’autorité directe du Premier ministre, celle-ci prétend mener une lutte contre les «dérives sectaires» sans pour autant définir ce que cela veut dire, d’où la porte ouverte à un total arbitraire. (15 personnes + 26 comité de pilotage + 30 comité orientation)

- Publication d’uneliste noire parlementaire (1996) mettant au pilori sans jugement 172 associations et groupements spirituels et thérapeutiques. Cette liste n’a aucune valeur juridique. Elle est pourtant toujours invoquée par l’administration et la presse pour justifier leurs actions discriminatoires. Mais elle est inattaquable, bénéficiant de l’immunité attachée aux travaux parlementaires

- Organisation de nombreuxstages de formationdes agents administratif et des magistrats sur les «sectes»

- Mise en place de cellules spécialisées telle laCellule chargée de la prévention des phénomènes sectaires(CPPS) au sein de l´éducation nationale et de nombreux correspondants « sectes » désignés au sein des administrations

- Vote d’une loi ad hoc, aussi honteuse qu’inefficace, laloi About-Picard,créée en 2001 explicitement contre les « sectes » pour se donner le moyen de les condamner, alors que lesdites «sectes» sont pour leur quasi-totalité respectueuses des lois. Résultat de 10 ans de cette loi : 35 condamnations dont 5 seulement au motif de «dérives sectaires»…

- Vote d’uneloi vaccination (n°2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance et son titre V (Protection des enfants contre les dérives sectaires): «Tout refus de vaccination» (et également «la volonté d’en entraver l’exécution») pour les injections obligatoires (polio, diphtérie, tétanos) est puni désormais de six mois de prison et de 3 750 euros d’amende ! (Les "sectes" sont supposées être contre la vaccination, alors que les associations déclarées anti-vaccination réclament en fait laliberté (et non l´arrêt) de vaccination et ont beaucoup de médecins dans leurs rangs...)

- Mise en place d’uneCellule d’assistance et d’intervention en matière de dérives sectaires(Caïmades), vu le peu de résultats de la loi About-Picard. Composée de 6 personnes au sein de l’Office central pour la répression de la violence aux personnes, cette police spéciale agit expressément pour «favoriser l’application des dispositions de cette loi (About-Picard)». Elle utilise les méthodes de l’anti-terrorisme, est assistée par des psychologues et psychiatres, ardents soutiens de la médecine médicamenteuse et engagés ouvertement contre les minorités spirituelles, et aussi par des associations antisectes

- Financement sur fonds publics d’associations telles l’Unadfi, leCcmm, Info-sectesou laFecris. Elles sont présentées comme des associations de défense des familles alors qu’elles n’ont pratiquement pas de «victimes de sectes» dans leurs adhérents. Elles sont en fait animées et soutenues par des personnes ou des groupes d’influence (hommes politiques, église catholique, franc-maçonnerie…) que les « sectes » dérangent

- leGroupe d’appui technique sur les pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique (GATPNCAVT). Cette instance a été créée pour lutter contre les minorités thérapeutiques et le recours aux médecines complémentaires : ainsi le président de la Miviludes, M. Georges Fenech, avait estimé que « tout ce qui est naturel peut cacher des dérives sectaires ». Cet organisme contient exclusivement des représentants de l’arsenal répressif et de la science académique par principe opposés à ces nouvelles pratiques

- Lancement decampagnes de communication(Miviludes, ministère de la santé ou de la famille,  conseil de l’ordre des médecins, l’Institut national du cancer (Inca) auprès des patients pour tenter de les détourner des médecines douces qui risqueraient de leur faire perdre, selon eux, des « chances de guérison »

- Création d’undiplôme universitaire de 3ème cycle traitant de l’ «emprise sectaire et processus de vulnérabilité»(Université Paris Descartes), sous la responsabilité de la Miviludes

- Publication denombreux guidestendant à faire croire que les « sectes » s’infiltrent partout :

• le guide de l´agent public face aux dérives sectaires

• les collectivités territoriales face aux dérives sectaires

• l´entreprise face au risque sectaire

• la protection des mineurs contre les dérives sectaires

• savoir déceler les dérives sectaires dans la formation professionnelle

• santé et dérives sectaires (mars 2012).

Un appareil répressif qui va encore être renforcé

Cet énorme appareil législatif, institutionnel et administratif, répressif et discriminatoire, mis sur pied par la France, est unique au monde. Il fonctionne de façon totalement anticonstitutionnelle puisqu’il utilise l’argent public pour combattre une catégorie de citoyens ; qu’il bafoue en continu le droit à la défense ; qu’il n’apporte jamais la preuve objective des risques qu’il prétend combattre.

Des rapports fantaisistes sont annuellement publiés pour agiter l’épouvantail et justifier le financement des organismes ad hoc. Ainsi, il y est souvent question de « fléau social », de « risques graves » engendrés pas les soi-disantes sectes, mais jamais ni statistiques ni analyses scientifiquement établies ne sont présentées pour en démontrer la réalité.

Les personnes et groupements mis en cause n’ont jamais eu la possibilité ni de s’expliquer ni de se justifier, si ce n’est devant la justice, et encore, car des stages antisectes sont régulièrement organisés pour « sensibiliser » les magistrats.

Des informations tronquées et inexactes sont diffusées en permanence et reprises sans recul par la presse. Ainsi en est-il du nombre des « victimes de sectes », un chiffre aberrant répandu sur tous les plateaux par la Milivudes. Un chiffre qu’elle est incapable d’attester et qui est démenti par les sociologues spécialisés et par les rares enquêtes objectives menées à ce sujet.

Cet arsenal discriminatoire a déjà nui à nombre de médecins et de praticiens (Milko Beljanski,Martine Gardénal,Gérard Guéniot,Louis Ruhlmann…) et de mouvements (la plupart des minorités spirituelles mais aussiTerre du Ciel, le monastère œcuménique du Moulin des Vallées, l’institut de formation de praticiens en psychothérapie, etc.)…

Il est constamment renforcé depuis 30 ans et devrait l’être encore dans les mois et les années qui viennent. Voir à ce sujet mon article«Travail législatif: La guerre contre les médecines douces s’intensifie».

Les évolutions souhaitables

Dans les familles

J’approuve le principe politique d’une veille sur les "dérives sectaires". Encore faudrait-il au préalable définir ces termes juridiquement. Et que cette veille s´exerce sur toutes les composantes de la société. Y compris sur les familles. Et que cette veille ne soit pas menée comme aujourd’hui, de façon arbitraire, non scientifique ni républicaine, jamais contradictoire, essentiellement répressive et sans être contrôlée par personne.

- 1 femme tuée tous les 2,5 jours par son compagnon  - 100 000 violées/an

- 2 millions d’incestes - - 20 000 personnes âgées maltraitées/an

- 250 000 mineurs déclarés officiellement en danger/an

- > 30 000 meurent à cause des médicaments officiellement distribués/an

- 11 000 personnes se suicident/an, dont plus de 350 en lien avec leur travail

- 145 000 cancéreux meurent dans les bras de leurs médecins, etc.

Développer de la méthodologie

Se baser sur un travail scientifique (sociologues, experts indépendants et variés)

Généraliser le contradictoire à tous les niveaux : administratifs, législatifs, médiatiques, associatifs

Interdire les listes et les mots injurieux

Interdire la référence nominative à la liste et aux listes y compris celles non publi"ées mais accessibles aux acteurs de la lutte antisectes.

Bannir les termes de «secte» et «dérive sectaire», comme on a banni avec raison les termes insultants et discriminatoires de bougnoule, nègre, crouille, ration, métèque, tapette, etc.

En attendant ce jour, ne plus prendre pour argent comptant toute « information » qui parlerait de « secte » ou de « dérive sectaire ». Du moins, tant qu´une définition juridique n´aura pas été actée.

Cesser le financement public des associations antisectes

Si, comme le prétend M. Fenech, «12 à 13 millions de Français ont été victimes d´un charlatan ou d´un gourou thérapeutique», les associations ne devraient pas manquer de financements privés...

Dissoudre d’urgence Miviludes 

La remplacer par Observatoire indépendant et compétent + médiateur spécialisé (pour intervenir aussi dans les mouvements spirituels et les familles) dans un climat apaisé.

Agir en justice 

Ne pas avoir peur de devoir aller jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme après avoir épuisé tous les moyens nationaux de recours. En France, la justice est manipulée par la propagande gouvernementale.

Attribuer un statut aux nouveaux mouvements religieux et médecines douces

Élaborer à leur intention et avec eux des chartes éthiques, mettre en place un système de recueil des plaintes et une régulation scientifiquement conçue.

Multiplier les ponts entre médecine conventionnelle et médecine non conventionnelle, notamment en milieu hospitalier, comme cela se fait dans plusieurs pays.

S´inspirer (hormis la référence à la Miviludes) des recommandations du Comité d´analyse stratégique (CAS, premier ministre):"Quelle réponse des pouvoirs publics à l´engouement pour les médecines non conventionnelles?"(Note d´analyse 290 - Octobre 2012)

Instaurer une régulation déontologique de la presse

Réguler n’est pas contrôler mais s’assurer que le droit de chacun est respecté dans le traitement dfe l´information.

Développer et mieux concevoir de droit de réponse.

Et, pour finir, un mot de Nathalie Luca, sociologue, directeur de recherche CNRS: «Si l’on veut que les sectes cessent de manipuler les gens, alors il faut aussi qu’il ne soit plus possible aux autres acteurs de la société de les manipuler. Si l’on veut apprendre la prudence, il ne faut pas que celle-ci se limite aux groupes spirituels. La vulnérabilité n’est pas exploitée que par les groupes spirituels, elle est exploitée par l’ensemble des acteurs sociaux. C’est une grave erreur de vouloir faire deux poids deux mesures. Pour faire renaître l’esprit critique, il faut s’employer, dans une démarche éducative, à lui donner corps dans chacune des activités humaines.»

 

 

Source: http://www2.jlml.fr/index.asp?cat_id=9&subcat_id=29&doc_id=469

Permalink: http://www2.jlml.fr/index.asp?doc_id=469&cat_id=9&subcat_id=29


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Combats pour la Santé
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 15:56

Pepsi au fœtus

Des cellules de fœtus avortés pour rehausser le goût du pepsi:

http://www.contre-info.com/des-cellules-de-foetus-avortes-pour-rehausser-le-gout-obama-a-dit-oui

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/03/pepsi-next-des-cellules-de-foetus.html#more

Quelques commentaires sont déjà faits sur les pages ci-dessus. Que dire de plus? Un indice de plus d'un monde à la dérive...


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 15:24

  Un militant anti-chemtrails s'exprime...

 

 

 


 

Le courage de dénoncer l'inacceptable

 

  Ce jeune homme délire-t-il? Pourtant, même William Leymergie sur "Télématin" (sur France 2) présente un sujet montrant que les Russes n'hésitent pas à modifier le climat pour qu'il fasse toujours beau le 9 mai ("14 juillet" russe) et que les 20.000 militaires défilent au sec. S'ils étaient intervenus en France au bon moment cela aurait évité au nouveau président de défiler, en mai 2012, tout trempé, en voiture découverte, le jour de son "intronisation"...

 

Les militaires russes font "mieux" (ou pire)... Ils ont aussi troué les nuages de Tchernobyl faisant ainsi retomber la radio-activité sur la Biolorussie, afin d'épargner Moscou et le Kremlin... Alors, les chemtrails, cela ne devrait pas vraiment les gêner...

  

 


 
Voir aussi: cielvoile.fr

 

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Combats pour la Santé
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 18:19

 

Mes chers compatriotes

 

 

Un programme de gouvernement vraiment novateur


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 18:27

 

Vaccinations: Les vérités indésirables

Interview Radio de Michel Georget

A écouter en cliquant sur les liens ci-dessous


Partie 1

Partie 2


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 17:54

Lettre au Ministère de la maladie

 

 

Rédigée par un bon citoyen


L'assurance maladie = L'assurance d'être malade!

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 21:25

 

COMMUNIQUE:


Décisions courageuses du tribunal des affaires de sécurité sociale de Quimper, et de la Cour d’Appel de RENNES:

 


Malgré 4 rapports d’experts contraires,
 

La Cour d’appel de RENNES, le 20 février 2013, confirmant un jugement du tribunal de Quimper, reconnaît le lien de causalité entre le vaccin contre l’hépatite B et les troubles neurologiques dont est atteinte une infirmière.


11 jours après la 1ère injection du vaccin contre l’hépatite B, Mireille L…., infirmière, qui n’avait encore jamais connu de problèmes de santé, ressent des douleurs et des brûlures, ainsi qu’une grande fatigue, douleurs qui vont s’intensifier à l’occasion de chaque rappel, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus du tout travailler.

 

Personne n’ose penser à ce moment là que ces symptômes pourraient être dus au vaccin. Ce n’est que 12 ans après la 1ère injection, et 5 ans après le dernier rappel qu’un neurologue, pour la 1ère fois, émet l’hypothèse d’une conséquence du vaccin.


Un certificat médical initial d’accident du travail est alors établi, et contesté à la fois par l’employeur et la C.P.A.M. qui refuse la prise en charge. Mireille, indiquant être atteinte de sclérose en plaques, saisit la Justice, car un 1er expert ne reconnaît pas le lien de causalité entre la vaccination et la maladie.


Mireille accuse les sels d’aluminium utilisés comme adjuvants dans les vaccins.


Le Tribunal des affaires de sécurité sociale de QUIMPER, après avoir ordonné une expertise, puis un complément d’expertise, note des contradictions entre le 1er et le 2ème rapport, et par un jugement du 8 janvier 2009, longuement motivé, dit que la pathologie de Mireille a le caractère d’un accident du travail.

 

L’employeur et la C.P.A.M. font appel.


Par une première décision, la Cour d’appel de RENNES ordonne une nouvelle expertise. Le nouvel expert ne reconnaît pas non plus le lien de causalité entre vaccin et maladie, indiquant que ce lien n’est pas prouvé compte tenu «des connaissances scientifiques actuelles».


A l’audience, Me JOSEPH, Avocat de Mireille, fait observer qu’en cette matière les experts semblent être dans une religion, croyant plus les écrits des autres que leurs propres observations (tout en rejetant les ouvrages qui sont contraires à une sorte de pensée unique). Le fait que cette dame soit tombée malade juste après le vaccin serait donc une coïncidence, et tant pis si personne ne donne une autre cause possible à l’apparition de cette maladie. Car l’expert ne donne aucune autre cause possible.


La Cour note que Mireille souhaite que l’'expert' s’explique sur les raisons pour lesquelles il n’a pas fait mention, dans son rapport, d’une cinquantaine d’ouvrages dénonçant les graves effets secondaires des vaccinations, et dont elle lui a fourni la liste, et semble ignorer les conclusions du 8ème congrès international sur l’auto-immunité qui s’est tenu à Grenade en mai 2012, dénonçant le rôle causal possible des adjuvants.


Par arrêt du 20 février 2013, la 9° chambre Sécurité Sociale de la Cour d’appel de RENNES, dit que la présomption d’imputabilité de la maladie au travail n’est pas détruite, l’expert «…n’excluant pas lui-même totalement l’existence d’un lien de cause à effet entre la vaccination et l’apparition de la pathologie, dès lors qu’il fonde expressément ses conclusions sur l’état actuel des connaissances médicales…». La Cour, laissant entendre ainsi que les connaissances médicales ne sont pas illimitées, confirme donc le jugement du T.A.S.S. de QUIMPER.


Jean-Pierre JOSEPH,


Avocat au Barreau de GRENOBLE,
auteur, notamment, de:


«Vaccins, on nous aurait menti?: l’avis d’un avocat»  ("Testez Editions")

 


L'avocat Jean-Pierre JOSEPH, du barreau de Grenoble, rappelle qu’en déposant la première plainte en octobre 2009 à l’encontre des acteurs de la campagne de vaccination contre la grippe H1N1, il avait annoncé les dégâts que ferait le squaléne, adjuvant contenu par ce vaccin. L’Histoire lui a, malheureusement, donné raison.

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Combats pour la Santé
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 02:42

Lorsque la cupidité détruit le monde...

 

 

 


  Qui les empêchera de nuire plus longtemps?

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 20:25

Guérir par les Nombres

 

 

 

Guérir par ses séquences de Nombres

et ... autant que possible ... resusciter!

 

 

Quant à la manière d'utiliser les Nombres donnés par lui pour guérir Grigori Grabovoï explique:

 

"Ce livre est consacré à ma pratique de la régénération de la santé par l'intermédiaire de la concentration sur des combinaisons chiffrées de sept et neuf nombres. Sont fournies essentiellement les combinaisons à sept chiffres car ils permettent de mieux conscientiser le rôle des chiffres dans le rétablissement de la santé.

 

Pour  la  pratique analytique, les combinaisons à huit et neuf chiffres sont fournies aussi bien dans le texte que dans l'annexe. En ayant répandu cette méthode de régénération de la santé on peut obtenir une concentration à partir d'une autre et en déduire ce qui relie un diagnostic avec  l'autre.  Cette  méthode de concentration sur les chiffres en rapport avec un diagnostic concret permet de guérir et de  rétablir la santé de manière prophylactique.

 

On peut également dégager les liaisons guérisseuses entre les différents diagnostics. En pratique si on prend une combinaison chiffrée de sept nombres pour une maladie et une autre combinaison chiffrée pour une autre maladie on peut déduire de la signification des chiffres ce que ces maladies et leur traitement ont en commun. De cette manière on peut focaliser le traitement à une seule impulsion visant à comprendre la situation spirituelle du malade.

 

Dans ce cas la concentration vise à rétablir la santé mais on peut également l'appliquer à n'importe quelle gouvernance des événements ou à la résurrection après la mort biologique. La concentration peut être effectuée non seulement pas l'individu lui-même en tant que auto-régénération mais elle peut également être introduite dans la pensée afin que de guérir un autre individu.

 

Si  l’on ne dispose pas d'un diagnostic précis on  peut  se concentrer sur la combinaison chiffrée correspondant au chapitre générique d'une catégorie de maladie. Si le diagnostic est connu, il convient alors de se concentrer sur la combinaison qui correspond à la maladie décelée. Lors des concentrations on peut passer d'une concentration à une autre et  comprendre  de  cette manière  qu'elle  est  l'enchaînement des chiffres afin de générer un rétablissement complet de la santé. Essayez de  trouver vos propres combinaisons chiffrées.

 

L'approche  que  nous  venons  d'indiquer  se  généralise  en  tant  que gouvernance  de  la réalité  au  moyen  des  combinaisons  chiffrées. Ceci étant on peut se concentrer dans l'ordre  des  chiffres, c'est-à-dire du premier au dernier ou bien en les choisissant à sa convenance.

 

Suivant la manière dont on les applique, les concentrations peuvent devenir personnelles. On peut se concentrer à n'importe quel moment de la journée en apprenant les combinaisons chiffrées par cœur ou bien en les marquant sur un morceau de papier. Pendant la concentration il convient de comprendre la signification spirituelle que vous introduisez dans le processus de guérison et de découvrir comment répandre ces  connaissances en vue de la protection de tous contre le risque d'une catastrophe nucléaire en accélérant l'obtention des résultats."  (Traduction de Serge Fitz).

 

 

Pour en savoir plus:

 

http://www.sante-info-russie.com

 

  L'Univers et l'Homme selon G. Grabavoï

 

  Et si la maladie était un langage? par S. Fitz

 

Régénération de l'Organisme par les Nombres

.

Exercices d'expansion de la conscience - 31 jours

.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 16:40

 L'invention du virus du sida

.

Voilà déjà des décennies qu'est largement contestée la thèse officielle sur le sida et ce n'est pas la première fois que nous abordons le sujet: Non le sida n'est pas provoqué par le VIH; non tous ceux qui ont le VIH n'ont pas le sida. Non les médicaments anti-sida ne guérissent pas du sida. Oui, les médicaments anti-sida donnent, au contraire, les symptômes du sida. Oui, le professeur Luc Montagnier, "nobelisé" pour avoir trouvé le virus (VIH) du SIDA (sic) dit maintenant (ce qui - vu que "Errare humanum est, perseverare diabolicum" - est tout à son honneur!) qu'avoir le VIH ne suffit pas pour avoir le SIDA. Non le sida n'est pas sexuellement transmissible (d'où il ressort que toutes les campagnes "Sortez "couvert"", "Le sida ne passera pas par moi", etc. sont "bidon"). Oui, l'on peut guérir du SIDA sans chimie, par exemple gâce à la cure Dr Clark anti-sida. Oui, le Dr Tal Schaller conteste complètement la thèse officielle sur le sida. Oui, le Dr Hamer affirme hait et fort que le sida, tel qu'officiellement défini, n'existe pas, et que les décès sont principalement dus à la peur, etc., etc.

Et voilà que paraît maintenent, sous la plume d'un éminent microbiologiste américain, Peter H. Duisberg, paraît un livre qui, à son tour, affirme clairement que le VIH n'est pas la cause du sida. Un pavé dans la mare du "bien pensant" en matière de sida? 

 

L'invention du virus du sida

Livre de Peter H. Duesberg

 

Présentation

Le Scoop: Le VIH n’est pas la cause du SIDA… Le SIDA n’est pas sexuellement transmissible… Les médicaments antirétroviraux provoquent des maladies symptomatiques du SIDA…

Tels sont les assertions du Dr. Peter Duesberg, un des plus prestigieux microbiologistes du monde, membre de la National Academy of Sciences des États-Unis, pionnier de la virologie et de la rétrovirologie.

• Si le VIH est la cause du SIDA, pourquoi des milliers de victimes du SIDA n’ont-elles jamais été infectées par le VIH? Le courant scientifique dominant a éludé cela en inventant une autre nouvelle maladie afin de désigner ces cas de SIDA séronégatif: le manque de lymphocytes CD4 T dû à une cause inconnue.

• Pourquoi des centaines de milliers de personnes ayant été, depuis de nombreuses années, infectées par le VIH, sont-elles demeurées en parfaite santé? Le courant dominant a appelé ces personnes des «contrôleurs d’élite» mais n’a jamais été en mesure de fournir la moindre explication à ce phénomène qui pourrait conduire au vaccin depuis longtemps promis.

• Pourquoi Luc Montagnier, le découvreur du virus VIH, affirme-t-il désormais que ce virus ne peut être la seule cause du SIDA?

• Pourquoi n’a-t-on encore pu mettre au point aucun vaccin, après plus de vingt-sept années de recherches ayant englouti plusieurs dizaines de milliards de dollars, alors que Jenner avait produit le premier vaccin antiviral contre la variole au départ d’une vache atteinte de la vaccine. Cela en 1796 (!), en moins d’une année et pour une somme ne dépassant pas 60 livres sterling?


Dans L’Invention du Virus du SIDA, Peter Duesberg soutient que le SIDA est une épidémie de nature toxique (chimique) et non virale. N’étant, par conséquent, pas contagieux, il ne peut être traité par un vaccin, et se trouve en corrélation avec une consommation à long terme de drogue et/ou de médicaments antiviraux, ou encore avec les conséquences biochimiques de la pauvreté et de la malnutrition.


Début du livre: "Le sida: une guerre perdue d'avance".

"On peut dire que la guerre contre le SIDA a été, dans tous les sens du terme, une défaite colossale. Dans les douze années qui ont suivi l’annonce que le Virus d’Immunodéficience Humaine (VIH) serait la cause du SIDA (Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise), nos scientifiques et décideurs les plus éminents n’ont pu démontrer que leurs efforts avaient sauvé une seule vie humaine. Cette situation lamentable s’applique autant aux Etats-Unis qu’à l’Europe et l’Afrique.

Cette guerre a été menée en vertu de l’hypothèse virale du SIDA qui soutient que le VIH, virus du SIDA, est la nouvelle cause d’une trentaine d’anciennes maladies, parmi lesquelles le sarcome de Kaposi, la tuberculose, la démence, la pneumonie, la perte de poids, la diarrhée, la leucémie et quelques vingt-trois autres (voir chapitre 6). Dès que l’une de ces maladies se déclare chez un patient qui présente des anticorps contre le VIH (mais rarement le VIH lui-même), sa maladie est diagnostiquée comme SIDA et attribuée au VIH. Si la même affection se produit chez un patient qui ne présente pas d’ anticorps contre le VIH, sa maladie est diagnostiquée sous son ancienne appellation et attribuée à des causes chimiques ou microbiennes conventionnelles.

Ceci est illustré par les exemples suivants:
1. Sarcome de Kaposi avec anticorps VIH = SIDA
Sarcome de Kaposi sans anticorps VIH = Sarcome de Kaposi
2. Tuberculose avec anticorps VIH = SIDA
Tuberculose sans anticorps VIH = Tuberculose
3. Démence avec anticorps VIH = SIDA

Démence sans anticorps VIH = Démence

Aucun scientifique ni aucun médecin n’a jusqu’ici revendiqué la découverte d’un vaccin contre le SIDA; aucun vaccin n’étant prévu avant au moins plusieurs années. Alors que l’épidémie de poliomyélite s’était terminée en un peu moins d’une décennie dès que les vaccins de Jonas Salk et d’Alfred Sabin furent rendus disponibles à grande échelle, aucun médicament utile et efficace n’a jusqu’ici été produit pour traiter le SIDA. Les malades du SIDA n’ont que le choix entre la Zidovudine (AZT) et, selon le cas, la dideoxyinosine (ddI) ou la dideoxycitidine (ddC). Tous ces médicaments ont initialement été mis au point pour détruire les cellules humaines cancéreuses et comportent tous les effets secondaires de la chimiothérapie tels que perte des cheveux, dégénérescence musculaire, anémie, nausées et vomissements: un prix lourd à payer pour des résultats très discutables. En fait ces médicaments occasionnent par eux-mêmes des symptômes semblables à ceux du SIDA. Les médecins peuvent tout au plus réconforter leurs patients mourants, surveiller leur état de santé en simulant l’optimisme.

Les fonctionnaires de la santé publique ne peuvent toujours pas démontrer que leur effort ait tant soit peu contribué à infléchir le cours de l’épidémie ni qu’ils aient même empêché qui que ce soit de contracter le SIDA. En dépit des divers programmes d’éducation préventive ayant cours dans les écoles ou dans l’ensemble de la communauté, de même que les divers programmes, officiels ou non, de distribution de préservatifs ou de seringues hypodermiques stériles pratiqués en Europe et aux Etats-Unis, aucune diminution notable du nombre des nouveaux cas de SIDA n’a pu être observée où que ce soit. Au contraire, chaque année amène son nouveau lot de malades du SIDA. Plus incroyable encore, les analyses de dépistage pratiquées à l’échelle nationale, auprès des donneurs de sang n’ont montré aucune diminution des cas de maladies associées au SIDA (telles que pneumonie, candidose et lymphome) ni du taux de mortalité parmi les receveurs de transfusions, hémophiles y compris. (1)

Pire encore, les experts ont dû constater que leurs estimations et projections se révélaient d’une inexactitude on ne peut plus embarrassante. La soi-disant période de latence (le temps s’écoulant entre l’infection par le virus et l’apparition des symptômes cliniques du SIDA chez un patient) avait d’abord été évaluée à dix mois en 1984. (2) Depuis, cette période d’incubation a été presque annuellement réévaluée vers le haut. Elle est actuellement de dix années ou plus. Même au niveau clinique, le pronostic des médecins s’avère, pour chaque patient séropositif, désespérément imprévisible. Ils ne peuvent prévoir quand une personne séropositive saine tombera malade ni quelle maladie l’affectera, une infection mycosique, une pneumonie, un cancer du sang, la démence, ou peut-être aucune maladie du tout.

Les estimations concernant la propagation du virus ont entre-temps suscité un autre problème: La science officielle a continuellement annoncé une propagation exponentielle du SIDA au sein de l’ensemble de la population par transmission sexuelle du VIH, frappant les hommes et les femmes de manière égale, les homosexuels aussi bien que les hétérosexuels. Cette explosion de la maladie devait être suivie d’une augmentation correspondante du taux de mortalité. Cependant, en dépit d’un recours extensif à des tests anticorps pour le VIH (appelés communément tests SIDA) qui conduisirent les autorités à déclarer qu’en 1985 un million d’Etats-uniens étaient déjà contaminés par le virus, le nombre de séropositifs états-uniens est demeuré le même qu’en 1985, c’est-à-dire un million. (3) En bref, cette prétendue maladie virale qui a déjà contaminé un million d’Etats-Uniens ne semble pas se propager aux 250 millions restants. Le SIDA lui-même n’a pas encore affecté un grand nombre de femmes et, mis à part les toxicomanes, n’a pas atteint la population hétérosexuelle. Neuf patients du SIDA sur dix sont toujours de sexe masculin et plus de 95 pour cent d’entre eux tombent dans les catégories à risque: homosexuels, usagers de drogues dures et, dans certains cas, hémophiles. (4) En Afrique, les six à huit millions censés être contaminés par le VIH ne se sont traduits que par 250.000 cas de SIDA, c’est-à-dire 3 à 4 pour cent de la population séropositive. Haïti, où 6 pour cent de la population étaient reconnus séropositifs en 1985, a été jusqu’ici relativement épargnée par l’épidémie du SIDA. (5)

Il y a quelque chose d’entièrement faux dans cette situation. Comment est-il possible que l’institution scientifique la plus vaste et la plus évoluée de l’histoire humaine ait pu échouer aussi misérablement alors qu’il s’agissait de sauver des vies et de prévoir le nombre de victimes de cette épidémie? Certainement pas par manque de ressources. Avec un budget fédéral de 7 millions de dollars US, le SIDA est devenu l’épidémie la mieux subsidiée (au point de vue recherche) de tous les temps. Non seulement y a-t-il des milliers de scientifiques employés 24 heures sur 24 dans une course permanente pour dénouer les mystères de ce syndrome, mais les chercheurs disposent des technologies les plus sophistiquées de l’histoire. Grâce à ces techniques, ils sont parvenus à détecter et manipuler des molécules particulières, une chose qui aurait paru inimaginable aux savants qui combattaient la variole, la tuberculose et la polio quelques années auparavant. Jamais non plus, les chercheurs du SIDA n’ont manqué d’information scientifique. Avec plus de cent mille communications publiées sur ce seul syndrome, la littérature consacrée au SIDA est seulement surpassée par l’ensemble des littératures consacrées à tous les types de cancers au cours de ce siècle. L’épreuve décisive quant à la validité d’une hypothèse médicale réside dans le bénéfice qu’elle apporte au point de vue de la santé publique. L’hypothèse virale du SIDA n’a produit aucun résultat bénéfique de ce genre. Devant pareille débâcle médicale, les scientifiques devraient se poser cette question simple mais essentielle: Quelle est donc la véritable cause du SIDA?

La solution que réclame cette épidémie ne réside pas dans l’augmentation des subsides à la recherche ni dans des efforts visant à rendre la science plus productive. La solution relève plutôt d’une réinterprétation de l’information existante. La plus importante tâche à laquelle la science doit s’atteler est, non pas de mettre sans cesse à jour de nouvelles connaissances, mais d’apporter un sens aux connaissances que l’on possède déjà. Sans un retour en arrière pour vérifier le bien-fondé de ses suppositions sous-jacentes, la science risque de ne pouvoir jamais donner de sens à son accumulation d’informations brutes. L’échec colossal de la guerre contre le SIDA est une conséquence prévisible lorsque des scientifiques opèrent leur recherche au départ d’une supposition défectueuse sur laquelle ils ont construit un gigantesque édifice d’idées erronées. L’unique faille qui a déterminé le destin catastrophique de la recherche sur le SIDA depuis 1984 était la supposition que le SIDA était de nature infectieuse. Une fois engagés dans la mauvaise direction, les chercheurs ne pouvaient qu’en arriver à davantage de fausses présomptions et élaborer un gigantesque édifice d’idées fausses.

La seule solution serait de remettre en question l’hypothèse selon laquelle le SIDA est de nature infectieuse et occasionné par le virus VIH. Mais le déluge providentiel des subventions fédérales et industrielles a mobilisé une armée d’experts en VIH-SIDA qui comprend des scientifiques, des journalistes et des activistes qui ne peuvent se permettre de remettre en cause le bien-fondé de leur croisade. Ils sont des milliers à se disputer une plus grosse tranche du gâteau que représentent les subventions et les publicités accordées au SIDA, et à produire pour cela de plus en plus le même genre de science, en quantité dépassant même les exigences de la compétition. Dans ce climat, remettre en question les principes fondamentaux pourrait être fatal au gagne-pain et à la prospérité de milliers d’entre eux.

Avant de devenir un partisan du VIH-SIDA, John Maddox, l’éditeur de Nature, la plus ancienne revue scientifique du monde, exposait le dilemme:

Existe-il un danger, en biologie moléculaire, de voir que l’accumulation de connaissances puisse prendre le pas sur leur assimilation de telle manière que ces connaissances finissent par constituer une entrave à la compréhension scientifique? Le problème est en partie dû au fait que l’excitation qui accompagne cette course laisse peu d’espace à la réflexion et qu’il y a toujours des subventions pour la production de connaissances mais jamais aucune pour la prise de recul et la méditation. (6)

 

Pour lire la suite cliquer sur le lien ci-dessous (1er chapitre entier du du livre "L'invention du virus du sida":

 

Le sida: une guerre perdue d'avance

 

Notes:

1 – P.H.Duesberg, “AIDS Acquired by Drug Consumption and Other Noncontagious Risk Factors, ”Pharmacology and Therapeutics, 55 (1992): 201-277.

2 – D.M.Auerbach, W.W.Darrow, H.W.Jaffe and J.W.Curran, “Cluster of Cases of the Acquired Immune Deficiency Syndrome Patients Linked by Sexual Contact”, American Journal of Medicine, 76 (1984) 487-492.

3 – National Institute of Allergy and Infectious Diseases, NIAID Backgrounder: How HIV Causes AIDS (National Institutes of Health, 1994).

4 – Centers for Disease Control and Prevention, “U.S. HIV and AIDS Reported Through December 1993; Year-End Edition, ”HIV/AIDS Surveillance Report, 5 (1993): 1-33.

5 – P.H.Duesberg, “AIDS Acquired by Drug Consumption”, 201-277; P.H.Duesberg, “Human Immunodeficiency Virus and Acquired Immunodeficiency Syndrome: Correlation but Not Causation, ”Procedings of the National Academy of Sciences, 86 (1989): 755-764.


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Livres de Santé
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 00:34

Message relayé

 

"Chers Amis  

… En effet, en l'Alsace, un groupe ne semble pas disposé à entendre que les maladies neurologiques sont «guérissables» par une prière, (voir dossiers joints, 35 témoignages(*)).

Que dans de petits flacons ne contenant que de l'eau distillée on peut y mettre à demeure une prière de guérison + une copie vibratoire d'une molécule.

Que derrière chaque maladies neurologique il y a systématiquement Lyme et particulièrement la Borrélia garrinii.

Que dans la maladie d'Alzheimer il y a toujours la borrélias garinii et lonestari.

Que dans la SEP il y a Garinii + Bissetii + Andersonii + Tanukii.

Que dans le Parkinson il y a: Garinii et Récurrentis.

Que derrière chaque cancer il y a la Borrélia Burgdorferi.

Que derrière tous problèmes de peau et muqueuse (Syndrome de Gougerot-Sjögren), on retrouve la Borrélia Burgdorferi + afzelli.

Charcot ou SLA: la Borrélias Garinii + andersonii. Maladie guérissable à 90%.

Que la maladie de Lyme a un lien direct avec l'intoxication aux métaux des vaccins et plombages dentaires, notamment mercure et aluminium.

Que, actuellement, ont étés répertoriées plus de 50 borrélias différentes, mais que l'on en découvre sans arrêt des nouvelles; or en ce moment il y en a réellement 151, mais sans doute le nombre augmenteras au fil des années.

Que la maladie de Lyme est éradiquée généralement en douceur, en 2 semaines (parfois plus), avec Lumière Argentée, c'est une médecine vibratoire Christique, de loin supérieure a la médecine quantique, qui,  auss,i fait des merveilles.

Que seul le test "Western Blot Lyme" est fiable, pratiqué dans 3 laboratoires Français.

Que l'on peut guérir avec simplement des vibrations, une prière, sans rien, rien, rien consommer.

Que les huiles essentielles ne sont pas appropriées dès lors que le système nerveux est abîmé par le mercure et Garinii.

Que les métaux lourds sont éliminés en 4 semaines en douceur, simplement en tenant un petit flacon dans la main gauche.

Que fibromyalgie = intoxication aux métaux lourds + Lyme + Acidose.

Que la polyarthrite et toutes les maladies contenant le mot "arthrite" sont, en réalité, intoxication aux métaux lourds + Lyme + acidose.

Que toutes pathologies sont multifactorielles, on retrouve toujours: intoxication aux métaux lourds + Lyme + acidose + pollutions de toutes sortes, mais surtout électromagnétique, et avant tout la Wifi.

Diffusez par le NET ce courrier et le 36 dossiers joints (*), diffusez diffusez diffusez. Imprimez pour les gens qui n'ont pas le NET, afin de rendre vain le travail de l'organisme qui a organisé le vol des chèques, empêché que se fasse les conférences (...) et qu'ils se frottent les mains en disant «on a réussi». Le but n'étant pas de leur en vouloir, bien au contraire, il faut Pardonner, Pardonner, Pardonner.

D’ailleurs, je ne vous apprends rien, sans Pardon profondément sincère, il ne peut y avoir guérison."

Pierre LE SAINT

 

Source:

http://partageblogjean-loup.blogspot.fr/2012/06/pierre-le-saint.html

(*): Remarque: Sur la page ci-dessus indiquée il est possible de télécharger les 36 dossiers ici mentionnés.


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Pionniers de la Santé
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 12:10

 

Sylvie Simon dénonce la nouvelle inquisition

 

 


 

Existe-t-il une police de la pensée en France?

.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Pionniers de la Santé
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 12:32

 

La Cure de tous les cancers avancés

      Livre de Hulda Clark

Après la parution, dans la francophonie, du livre  "La Cure de tous les cancers" en français, le livre du Docteur Hulda Clark "The Cure for all the advanced cancers", depuis sa parution en langue anglaise, n'était disponible qu'en édition originale anglaise.

Depuis peu, l'ouvrage "La Cure de tous les cancers avancés", éditée au Togo par les éditions Cité de Lomé, est maintenant également disponible en français.

Certainement, cette édition française était, depuis longtemps, par beaucoup, attendue. En effet, bien que confirmant ce qui était déjà dit dans "La Cure de tous les cancers" Hulda Clark va encore plus loin dans cette nouvelle édition qui permet même à ceux dont la maladie est déjà bien avancée de retrouver aussi l'espoir...

En effet, en page 4 de couverture, la Doctoresse Hulda Clark déclare:

"Le cancer peut maintenant être guéri. Pas seulement les premiers stades de la maladie mais aussi les cancers avancés, les stades 4 et 5 de la maladie, incluant la mort imminente.

Nous ne sommes pas habitués à penser à une guérison. Nous pensons qu'une rémission est la seule possibilité. Mais ce livre ne parle pas de rémission. Il parle de guérison. C'est possible parce que la véritable cause du cancer a été découverte."

L'ouvrage "La Cure de tous les cancers avancés" du Dr Hulda Clark est présenté et commandable sur cette page.

 

Sourcehttp://cancer-soinsalternatifs.over-blog.net/article-la-cure-de-tous-les-cancers-avances-114386224.html.


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Livres de Santé
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 10:14

 

Protocoles de Nettoyage Dr Clark

L'Art de Vivre Sain, depuis longtemps, a consacré un important dossier au si important grand nettoyage du foie, lequel fait partie deprotocoles Dr Clark, tous nécessaires à connaître pour nettoyer l'ensemble de son corps en faisant l'ensemble des programmes de nettoyage interne de la Doctoresse américaine Hulda Clark.

Il sont, bien sûr, disponibles dans ses différents livres ("La Cure de toutes les maladies" ou "La Guérison est possible", "Recettes de Hulda Clark, etc.), mais l'information peut, parfois, sembler éparpillée dans des ouvrages très complets et de bonne épaisseur (650 pages par livre, en moyenne), qui ne sont pas tous disponibles en langue française.

C'est pourquoi les candidats au grand nettoyage de l'ensemble de leur "for intérieur" seront probablement réjouis de pouvoir disposer, en un clic de souris, d'un document unique rassemblant en quelques dizaines de pages l'essentiel des protocoles indispensables à connaître pour se nettoyer à fond.

Il leur suffit pour cela de cliquer sur le lien ci-dessous:


La Santé par le Nettoyage

 

 

Sourcehttp://santenaturelle.over-blog.net/article-protocoles-dr-clark-114471591.html


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Nettoyage du Foie
commenter cet article
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 23:34

 

Conférence du Docteur Bruno Donatini au Congrès Quantique

 

 


 

Moralité:  Nettoyer son foie et son colon, et perdre son ventre!

.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 17:40

 

Néosanté hebdo
mercredi 09 janvier 2013
     
Incohérence vaccinaliste

portrait de Yves Rasir« Vaccination : les soignants ne montrent pas l'exemple ». C'est ainsi que le journal Le Monde, dans son édition du 24 novembre, a titré un article relatant le fait que les Français « ne se font pas assez vacciner ». On notera que l'épithète « assez » trahit déjà une prise de position peu compatible avec l'illusoire neutralité journalistique. Mais ce qui est intéressant, c'est le passage suivant : « pourtant considérés comme prioritaires, les professionnels de la santé, médecins, infirmiers, sages-femmes, aide-soignants, ne sont pas exemplaires ». Et le quotidien de nous informer que les pros de la santé sont effectivement devenus rétifs à la vaccination. Si leur couverture pour les vaccins obligatoires (BCG, diphtérie, tétanos, poliomyélite, hépatite B) dépasse les 90%, les taux sont nettement plus faibles pour les vaccins recommandés que sont les rappels contre la coqueluche (11% à peine de vaccinés), la grippe (25%) la varicelle (29%) ou encore la rougeole (50%). Concernant la grippe, les chiffres de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) ont été confirmés par le Groupe d'Expertise et d'Information sur la grippe (GEIG) : en 2011, seulement un quart du personnel de santé a été vacciné, soit 7% de moins qu'au cours de l'hiver 2010. De plus, 24% des soignants déjà vaccinés dans le passé ont abandonné cette pratique et 51% des professionnels de santé n'ont jamais été immunisés contre la grippe. Les raisons de cette désaffection ? La crainte des effets secondaires et un climat général de suspicion envers les vaccins, d'après l'Académie de Médecine.

Curieusement, le journal ne relève pas le paradoxe : les personnes les mieux informées sur les avantages et inconvénients des vaccins sont aussi ceux qui s'en méfient le plus. Non, le quotidien préfère fustiger l'ignorance et l'égoïsme de ces soignants qui contaminent scandaleusement les soignés. Des preuves ? L'InVs avance de « nombreux cas groupés de coqueluche nosocomiale » et« des épidémies de grippe nosocomiale dans les établissements accueillant des personnes âgées ». La gratuité de ces affirmations n'a d'égale que leur stupidité. Car si la non vaccination des soignants est censée favoriser la transmission de maladies aux malades, pourquoi ne favoriserait-t-elle pas aussi la contagion entre soignants et la transmission de soignés à soignants ? Autrement dit, pourquoi la coqueluche, la grippe ou la rougeole épargneraient-elles les médecins et infirmiers non vaccinés, ainsi que leurs familles ? Voilà bien toute l'incohérence de la sacro-sainte couverture vaccinale : quand elle est trouée, on accuse les trous ; mais on n'explique jamais pourquoi les fauteurs de trous ne sont pas plus vulnérables. Jusqu'à preuve du contraire, le virus de la grippe et la bactérie de la coqueluche n'ont pas ravagé les rangs du corps médical en 2011 !

Ce mystère révèle plus globalement l'immense imposture du modèle pasteurien. Car si la théorie du germe est vraie, pourquoi les médecins sont-ils en meilleure santé que leurs patients infestés de microbes ? Pourquoi les infirmières ne se chopent-elles pas les multiples agents infectieux qui pullulent en milieu hospitalier ? Selon la vision officielle, le rhume se transmet par voie aérienne : qu'on nous explique pourquoi les toubibs auscultant chaque année des centaines d'enrhumés n'ont pas sans cesse la goutte au nez ! En fait, les journaleux du Monde n'ont rien compris : en se défiant des vaccins, les professionnels de santé montrent l'exemple et démontrent l'inanité de la religion pasteurienne.

Yves Rasir

disponible sur www.neosante.eu :
le numéro 19 (janvier 2013) de Néosanté, revue internationale de santé globale.
couverture du numéro 19
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Nature & Santé
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 21:44

Message relayé

Folie vaccinale pour pigeon voyageur

 

Dans un document des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg destiné à conseiller les voyageurs, et cosigné par trois médecins dont un professeur, chef de service en maladies infectieuses au CHU de Strasbourg, on retrouve un exemple tout à fait typique d'IMPRUDENCE CONSTERNANTE, sans le moindre fondement scientifique, comme en regorge la médecine académique arrogante et bien souvent trop sûre d'elle-même...

 

Jugez plutôt ce qu'osent co-signer ces médecins (et s'ils osent, c'est UNIQUEMENT parce qu'ils n'ont hélas jamais eu à assumer les conséquences juridiques de leurs "bons conseils"!) - en page 6/224:

 

Exemple-de-folie-en-medecine-du-voyage.JPG

 

Lire la suite sur le blog "Initiative Citoyenne"

 

Dans la rubrique "Folie vaccinale", voir aussi:

 

Mortalité fœtale: hausse de + de 4.250%
après la vaccination (H1N1) des femmes enceintes

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Atteintes au corps
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 22:46

L'Argent Dette

Avec cette vidéo très pédagogique il est très facile de comprendre comment marche le système bancaire, un système de dupes au seul profit des banquiers eux-mêmes. L'austérité ne mène à rien; seule la remise en service de vraies banques centrales comme financement des états peut réellement mettre fin à la dette.

 

 

 

Les citoyens doivent devenir lucides et, s'ils ne veulent pas mourir étouffés, écrasés sous la dette, arrêter, par leur passivité, de cautionner ce système de dupes qu'est l'argent-dette.


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans L'Art de Vivre Sain
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 20:34

      Lettre ouverte de neuf Prix Nobel de la Paix

aux dirigeants du monde

Lettre adressée aux dirigeants du monde par 9 Prix Nobel de la Paix dans les premiers mois de la catastrophe de Fukushima et pour le 25ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.

Préférez les énergies renouvelables à l’énergie nucléaire

Lettre ouverte de neuf Prix Nobel de la Paix aux dirigeants du monde 

26 avril 2011

En ce 25ème anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine - et plus de deux mois après les gigantesques tremblement de terre et raz-de-marée qui ont dévasté le Japon – nous, soussignés et lauréats du Prix Nobel de la Paix, vous demandons d’investir dans un futur plus sûr et plus pacifique en vous engageant pour favoriser les sources d’énergie renouvelable. Il est temps de reconnaître que le nucléaire n’est pas une source d’énergie propre, ni sûre, ni économiquement abordable.

Nous sommes extrêmement inquiets de voir que la vie des Japonais est menacée par la radioactivité dispersée dans l’air, l’eau et la nourriture suite à la panne qui a eu lieu à la centrale nucléaire de Fukushima. Nous sommes fermement convaincus que si le monde cesse d’utiliser l’énergie nucléaire, les générations futures des peuples du monde entier - et en particulier les Japonais qui ont déjà trop souffert - connaîtront une vie plus pacifique et plus sûre.

"Vingt-cinq ans après Tchernobyl, il y a des gens qui affirment que les choses s’améliorent. Je ne suis pas d’accord", c’est ce que dit Mykola Isaiev, qui fut l’un des liquidateurs de Tchernobyl (les personnes qui contribuèrent à nettoyer le site). "Nos enfants sont malades parce qu’ils ont mangé des aliments contaminés et notre économie est anéantie." Isaiev ajoute qu’il peut se mettre à la place des liquidateurs qui travaillent actuellement au Japon. Comme lui, ils ne mettaient probablement pas beaucoup en question la sûreté nucléaire.

Entendez ce que déclare un commerçant de Kesennuma, l’une des villes de la côte Nord-Est ayant subi de plein fouet le tsunami : "Ces radiations sont quelque chose d’absolument effrayant. C’est bien pire qu’un tsunami. Un tsunami, ça se voit. Mais ça, on ne peut pas le voir".

La triste réalité, c’est que la crise radiologique qui frappe actuellement le Japon peut se produire à nouveau dans d’autres pays, comme elle s’est déjà produite à Tchernobyl en Ukraine à l’époque soviétique (en 1986), à Three Mile Island aux États-Unis (en 1979) ainsi qu’à Windscale/Sellafield au Royaume-Uni (en 1957). Les accidents nucléaires peuvent être engendrés - et le sont effectivement – par des catastrophes naturelles - comme un tremblement de terre ou un raz-de-marée – ainsi que par des erreurs et négligences humaines. Dans le monde entier, les gens craignent aussi l’éventualité d’attentats terroristes dirigés contre des centrales nucléaires.

Mais la radioactivité ne doit pas seulement nous inquiéter en cas d’accident nucléaire. Chaque étape de la chaîne du combustible nucléaire relâche de la radioactivité, à commencer par l’extraction de l’uranium ; ensuite, cela continue durant des générations car les déchets nucléaires contiennent du plutonium qui restera toxique pendant des milliers d’années. Malgré des années de recherche, les pays ayant un programme nucléaire, à l’instar des États-Unis, ont échoué à relever le défi que constitue la recherche d’un stockage sûr et sécurisé du combustible nucléaire "usagé". En attendant, des déchets nucléaires supplémentaires sont produits chaque jour.

Les partisans de l’énergie nucléaire doivent affronter le fait que les programmes nucléaires civils fournissent les matières nécessaires à la fabrication d’armes nucléaires. C’est bien là la préoccupation sous-jacente face au programme nucléaire iranien. Tandis que, pour continuer dans la voie de l’énergie atomique, l’industrie nucléaire préfère ignorer cette énorme menace, celle-ci ne disparaît pas du simple fait qu’on la minimise ou qu’on l’ignore.

Nous devons également nous confronter à la dure réalité économique de l’énergie nucléaire. Dans une économie de libre marché, le nucléaire ne rivalise pas avec les autres sources d’énergie, tout simplement parce qu’il n’en a pas la capacité. L’énergie nucléaire est un choix énergétique au coût exorbitant, qui est en général payé par les contribuables. L’industrie nucléaire a reçu des subventions considérables - l’argent des contribuables, donc - de la part des gouvernements, qui ont apporté leur garantie pour le financement de la construction des centrales, pour limiter la responsabilité des opérateurs en cas d’accident et assumer les coûts sanitaires et de dépollution. Il ne tient qu’à nous d’utiliser cet argent public d’une manière plus responsable en l’investissant dans les nouvelles sources d’énergie.

Il y a actuellement plus de 400 réacteurs nucléaires à travers le monde - dont un grand nombre se trouve sur des sites à haut risque de catastrophes naturelles ou de bouleversements politiques. Ces centrales fournissent moins de 7 % de la consommation mondiale d’énergie [1]. En tant que dirigeants du monde, vous pouvez travailler ensemble afin de remplacer cette petite quantité d’énergie d’origine nucléaire par d’autres sources d’énergie facilement disponibles, très sûres et économiquement abordables, pour nous engager vers un avenir sans carbone ni nucléaire.

Il nous est impossible d’empêcher de se produire les catastrophes naturelles comme celle qui vient d’avoir lieu au Japon, mais ensemble nous pouvons faire de meilleurs choix quant à nos sources d’énergie.

Nous sommes en mesure d’abandonner les combustibles fossiles ainsi que l’énergie nucléaire et d’investir dans une révolution des énergies propres. Ce changement est déjà en marche. Ces cinq dernières années, à l’échelle mondiale, l’éolien et le solaire ont produit plus d’énergie que les centrales nucléaires. Les revenus mondiaux provenant du solaire, de l’éolien et des autres sources d’énergie renouvelable ont bondi de 35 % en 2010. Investir dans ces énergies renouvelables sera également créateur d’emplois.

Les sources d’énergie renouvelable sont l’une des clés majeures pour un avenir pacifique. C’est pourquoi on trouve tant de gens à travers le monde - et spécialement les jeunes - qui s’engagent déjà de leur propre initiative dans cette transition, sans attendre que les gouvernements agissent en ce sens.

En s’engageant pour un avenir sans nucléaire et faiblement émetteur de carbone, les États pourront s’associer et renforcer le mouvement mondial, grandissant et de plus en plus influent, de citoyens qui rejettent la prolifération nucléaire et soutiennent les énergies renouvelables. Nous vous demandons de vous joindre à eux pour transmettre un héritage fort qui assurera la vie et la protection non seulement des générations futures mais aussi de notre planète elle-même.

Cordialement,

Betty Williams, Irlande (Prix Nobel 1976) 
Mairead Maguire, Irlande (Prix Nobel 1976) 
Rigoberta Menchu Tum, Guatemala (Prix Nobel 1992) 
Jody Williams, États-Unis (Prix Nobel 1997) 
Shirin Ebadi, Iran (Prix Nobel 2003) 
Wangari Maathai, Kenya (Prix Nobel 2004) 
Archevêque Desmond Tutu, Afrique du Sud (Prix Nobel 1984) 
Adolfo Perez Esquivel, Argentine (Prix Nobel 1980) 
Président Jose Ramos Horta, Timor oriental (Prix Nobel 1996)

Traduit de l’anglais au français par Laurienne Mazure et Xavier Rabilloud pour le Réseau "Sortir du nucléaire".

- Lire le texte original de la lettre, en anglais

Sourcehttp://groupes.sortirdunucleaire.org/Lettre-ouverte-de-neuf-Prix-Nobel?origine_sujet=LI201212

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Pionniers de la Santé
commenter cet article