Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 21:01
11 vaccins obligatoires: Réactions d'André Fougerousse et de Michel Dogna


Une lettre qui a le poids de la compétence

 

"Dr André FOUGEROUSSE, Docteur d’État ès sciences 1973.
Professeur de Chimie honoraire de l’Université de Strasbourg.
Doyen honoraire de la Faculté de Chimie.
Site personnel
www.andrefougerousse-recherche.fr
Courriel: andre.fougerousse@orange.fr

Le 2 octobre 2017

  

Monsieur le Président de la République,

 

Votre projet de budget pour l’année 2018 me range dans la catégorie des fonctionnaires retraités nantis et me demande de contribuer au soutien des Français moins favorisés.  J’accepte volontiers ce geste de solidarité, mais, pour rester cohérent avec mon statut de fonctionnaire, je me permets d’émettre quelques exigences. Être fonctionnaire, c’est être chargé d’une fonction par l’État, fonction que l’on s’engage à remplir avec sérieux et dignité et à en rendre compte.

Après avoir passé sept certificats, un DES, un DEA, soutenu une thèse d’État en chimie (en 1973), qui m’a permis de découvrir les contraintes et les exigences de la recherche scientifique, fait un stage d’un an à l’Université de Montréal, j’accédais à la carrière universitaire, dont je gravissais tous les échelons. J’ai même été nommé Directeur du DEUG Sciences (1985 - 1990), pour répondre aux défis de la première massification des études supérieures, et élu Doyen de la Faculté de Chimie (1999 - 2004).

Se superpose un parcours d’une quinzaine d’années en tant qu’élu de la République, trois mandats de maire (à partir de 1977, à l’âge de 33 ans, pour administrer une ville de dix mille habitants, réélu avec des scores croissants), un mandat de conseiller régional d’Alsace, de vice-président de la Communauté Urbaine de Strasbourg (malheureusement écourté, comme mon 3e mandat de maire), qui a contribué à parfaire ma formation et à me faire découvrir les méandres de la nature humaine, les contraintes d’un parti, mais aussi les vertus de l’écoute et de la concertation.

Ce parcours a aussi été remarqué. J’ai été nommé Chevalier de l’Ordre du Mérite Agricole, décoré par M. Rocard en 1987, et Chevalier de l’Ordre National du Mérite par un décret de 1989 du Président F. Mitterrand, suite à la demande du Préfet.

Ce curriculum étant rapidement brossé, j’en arrive à expliciter mes exigences : c’est votre projet d’imposer onze vaccinations obligatoires à de très jeunes enfants qui me révolte, parce qu’il ne répond pas aux exigences auxquelles m’ont soumises mes responsabilités de chargé de fonction publique à l’université, comme enseignant, chercheur et gestionnaire.

Je m’explique:

L’obligation vaccinale ne pourrait se justifier que s’il était démontré de façon incontestable, en respectant des démarches scientifiques rigoureuses, dont les procédures et les résultats seraient publiés dans des revues d’audience internationale :

  • que les vaccins protègent parfaitement tous les vaccinés (ceux-ci étant infectés artificiellement, ils risquent d’être contagieux et des transferts de virulence sont possibles);

  • que les non-vaccinés représentent un danger pour la santé publique ;

  • qu’il faut un minimum de 85 % de vaccinés pour lever tout risque d’épidémie ;

  • que les vaccins proposés sont sans danger;

  • qu’il est justifié d’inoculer la même dose à tous les bébés, quelles que soient leurs aptitudes.

Je demande que Madame la Ministre me et vous fournisse les références des publications scientifiques sur lesquelles elle se fonde pour soutenir les affirmations ci-dessus. C’est la moindre des choses pour une telle entreprise d’agression physique aux effets incertains, que l’on veut imposer de force à tous les bébés.

Mon fils ayant fait un accident après BCG en 1973, à l’âge de quatre ans, j’ai lu énormément de choses sur les vaccins et j’accuse vos services du Ministère de la Santé d’être incapables de prouver scientifiquement les assertions ci-dessus exposées, qui leur servent de justifications, indiscutables, selon eux…, mais pas prouvées.

Dès lors, on ne peut pas fonder une politique vaccinale obligatoire sur la base d’observations partielles, imaginées, manipulées, interprétées, affirmées avec aplomb par des pontifes, mais malheureusement marquées par des quantités d’incertitudes et de faits contradictoires qui ne répondent pas aux dogmes officiels.

J’ai enseigné et fait ma recherche en chimie organique, la chimie du vivant. Le fonctionnement d’un organisme humain est d’une extrême complexité et personne, pas même les grands professeurs de médecine (omni compétents par définition), ne sont capables de comprendre et de prévoir toutes les interactions qui seront provoquées par l’injection directe de microorganismes étrangers (boostés par des substances dangereuses et parfois bricolés génétiquement) ni d’imaginer les conséquences à long terme sur des organismes affaiblis. Évaluer l’efficacité d’un vaccin en se fondant exclusivement sur le taux d’anticorps n’est absolument pas fiable.

Vous trouverez ci-joint la lettre ouverte que je destine à Madame Buzyn. Je cite certains travaux scientifiques publiés, qui mettent en doute l’utilité des vaccins. Je propose qu’ils soient calmement réexaminés, en toute transparence.

LA LIBERTE.

Vous abordez souvent, dans vos discours, l’importance des libertés, vertus défendues de façon exemplaire, semble-t-il, dans notre pays. Et pourquoi pas dans le domaine des vaccinations, domaine incertain s’il en est ???

J’affirme que les non-vaccinés ne représentent aucun danger (ce sont les vaccinés que l’on infecte artificiellement) et qu’il est outrancier et diffamatoire de les accuser d’incivisme.

J’estime que vous n’avez pas le droit d’imposer un acte aussi agressif, sans être assurée de son efficacité et de son innocuité à court et long terme, assurance qui n’existe pas à ce jour, sauf à ce que vous me le démontriez rigoureusement ? Et forcer la soumission des parents à l’acte vaccinal, si contestable, en le subordonnant à l’obligation scolaire est d’une incroyable violence, un abus de pouvoir injustifié, contraire au Droit. C’est un acte digne d’une dictature, dont l’Ordre des Médecins serait le bras armé, cette étonnante survivance de la sinistre police médicale créée sous le régime de Vichy…

Je souhaiterais, Monsieur le Président de la République, que vous laissiez un autre souvenir que cette lourde intervention obligatoire hasardeuse, parce qu’il y aura forcément d’innombrables ratés, des accidents, des scandales, du contentieux et des drames humains… pour rien. Les maladies infectieuses constituent seulement 1 % de toutes les causes de décès dans le monde industriel. Agiter le chiffon rouge en brandissant un décès par rougeole est pathétique.

En vous remerciant pour l’attention que vous voudrez bien accorder à cet acte, dont vous porterez la responsabilité pleine et entière, je vous prie d’accepter, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments respectueux.

Dr André FOUGEROUSSE
Chargé d’une fonction de l’État pendant quarante ans.

Copies transmises à Madame Buzyn et à la presse peut-être intéressée, d’abord dévouée aux puissants…

RESUME

Faire un discours à la Sorbonne, c’est acquiescer aux valeurs universelles de la recherche universitaire. En l’appliquant à l’acte vaccinal, on est stupéfait d’observer le manque flagrant de preuves scientifiques et d’assister au recours à des croyances béates, perpétuées par des bonimenteurs privés, relayées par de pseudo-scientifiques souvent intéressés.

La santé publique exige des preuves et des assurances, dont le Président de la République est le garant. La liberté des vaccinations s’impose pour une intrusion intime qui n’a prouvé ni son utilité irremplaçable ni son innocuité. Il existe des traitements qui méritent d’être reconnus et tentés."

 

 

COMMENTAIRE de Michel Dogna:
 

Ma réflexion est très simple : lorsque l’on a épuisé toutes les discussions depuis près d’un siècle avec une mafia criminelle sans état d’âme qui se moque de la santé publique réelle, qui ment, qui occulte, qui nie l’évidence, qui triche avec de fausses études, qui se moque des preuves (voir l’homéopathie) et qui enfin est dotée d’un pouvoir politique au dessus des gouvernements et de l’immunité légalisée absolue, on arrête les débats stériles – qui ne marchent pas !

Moi je suis un guerrier (pacifique), je ne me rends jamais… et on arrête ces pétitions qui ne sont pas des actions, mais des illusions pour loosers soumis. En face, nous avons des loups déguisés en agneaux, des ennemis mortels.

Dans la forêt, face à un ennemi, 3 solutions :

1 – on est le plus fort et on attaque,

2 – on est le plus faible et on fuit,

3 – on ne peut pas fuir et on ruse (on ne se met pas en règle avec un ennemi).

La désobéissance civique n’est pas seulement un droit mais un devoir.

Si une masse minimum de gens refusait simplement ensemble l’inadmissible, il y a longtemps que tout serait résolu concernant de nombreuses lois iniques – mais les français sont inorganisés, statiques, laxistes et seulement aboyeurs ou pleurnicheurs.

Selon mon avis pessimiste, les pires ennemis de la France, ce sont les 90% de français moutons qui préfèrent ne pas savoir, ce qui les dispense de la responsabilité.

Cette lâcheté risque de se payer cher, surtout pour nos enfants…

 

 

OBLIGATION VACCINALE   
Trop, c'est trop!!!

NON Madame Buzin, les vaccins ne sont ni sûrs ni sans danger, pas plus que n'importe quel produit pharmaceutique actif.

Au mépris du plus élémentaire principe de précaution (mis en avant dans beaucoup d'autres cas) le gouvernement s'apprête  à nous forcer à injecter à nos bébés des cocktails de mercure, aluminium, cellules animales, humaines, formaldéhyde, polysorbate 80, etc...

Je rappelle aux lecteurs juifs, musulmans, végétariens, végans, que les vaccins comportent de la gélatine, des cellules diploïdes de fœtus humain avortés, des cellules de reins de singes, des sérums  de veaux, des cellules d'œufs de poulets, des globules rouges purifiés de moutons et autres joyeusetés, selon les vaccins considérés. Je n'insisterai pas sur les autres composants, dont l'hydroxyde d'aluminium (toxicité cérébrale), le formaldéhyde (carcinogène reconnu), le polysorbate 80, le borate de sodium, le phénoxyéthanol  (suspecté toxique sur le système de reproduction), le thimérosal (dérivé du mercure, reconnu toxique sur le développement neurologique), le sulfate d'ammonium (suspecté de toxicité neurologique) etc ....

Si les vaccins sont si sûrs et sans dangers comme ne cessent de nous le répéter les journalistes, ministres de la santé et autres experts, expliquez-moi pourquoi aux USA il existe un "Programme National d'Indemnisation pour dommages vaccinaux"?

¤  Expliquez-moi pourquoi ce "tribunal des vaccins" a versé plus de 2,5 MILLIARDS de $ entre 1989 et 2013 aux victimes de vaccins?

¤  Expliquez-moi pourquoi il existe aux USA le VAERSsystème officiel de déclaration des effets secondaires des vaccins?

¤  Expliquez-moi pourquoi figurent NOIR sur BLANC sur les notices des vaccins une foultitude d'effets secondaires dont certains sont gravissimes? (encéphalopathie, méningites, convulsions, épilepsie, encéphalites, pneumonies, purpura, rétinopathie, arthralgies, thrombophlébites, zona, etc...). JAMAIS ces effets secondaires ne sont signalés et débattus dans les médias «Mainstream», on ne parle que de "rougeurs au point d’injection, de fièvres", surtout ne pas affoler les gens .....

¤  Expliquez-moi pourquoi "La Revue Du Praticien " du 27 Octobre 2011 à noté que seulement 1 à 10 % des effets secondaires des vaccins sont rapportés?

¤  Expliquez-moi pourquoi la Cour de Justice de l'Union Européenne a récemment refusé d'exclure le lien entre sclérose en plaque et vaccination contre l'hépatite B et rendu un jugement de principe selon lequel "un faisceau d'indices graves, précis, concordants" peut suffire en l’absence de consensus scientifique ?

¤  Expliquez-moi pourquoi la Cour Suprême des Etats-Unis a estimé en 2011 que les vaccins sont "inévitablement dangereux"?

¤  Expliquez-moi pourquoi la Suède vient de déclarer anticonstitutionnelle l'obligation vaccinale évoquant de "graves problèmes de santé "?

¤  Expliquez-moi quelle est la justification scientifique à injecter aux nouveau-nés un très controversé  vaccin (anti-hépatite B) contre une maladie qui ne se contracte que par voie sexuelle ou sanguine et dont l'efficacité ne va pas au-delà de quelques années?

¤  Expliquez-moi pourquoi les vaccins obtiennent leur AMM sans que ne soient requis des critères de génotoxicité, de cancérogenèse, de repro-toxicité, de pharmacocinétique?

Madame Buzin ne cesse de répéter à longueur d'interviews les mêmes arguments et jamais aucun journaliste ne lui apporte la moindre contradiction; parce qu'aucun de ces journalistes ne connaît le sujet. Dix enfants morts de la rougeole en 8 ans en France: Cela se nomme-t-il une urgence sanitaire???  De quelles autres pathologies souffraient ces malheureux enfants? Jamais aucun de ces journalistes ne lui oppose les victimes des effets secondaires des vaccins. Combien de milliers???

Madame Buzin est-elle sérieuse quand elle imagine que la confiance reviendra par la coercition? Prend-elle les citoyens pour des demeurés, incapables de s'interroger? Se documenter? Et quel mépris envers les victimes d'effets secondaires des vaccins! Quel mépris envers ses collègues médecins et autres scientifiques qui s'opposent à cette obligation! Madame Buzin possède-t-elle la science infuse?

Comment avoir confiance en cette ministre qui a travaillé plus de 13 ans dans l'industrie pharmaceutique?

Comment avoir confiance en la parole des "experts " et autres professionnels de santé qui prennent la parole dans les médias pour défendre cette obligation alors que jamais ils ne respectent la loi? Cette loi qui les oblige à déclarer leurs liens avec les entreprises et établissements des produits de santé ou des organismes de conseils intervenant sur ces produits avant de s'exprimer publiquement ?

Madame Buzin s'apprête à imposer une loi qui va à l'encontre de plusieurs textes de loi:

- La déclaration universelle des droits de l’homme. Article 3: "Tout individu à droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne“.

La cour européenne des droits de l'homme le 9 juillet 2002 a déclaré, précisé que la vaccination obligatoire en tant que traitement médical NON VOLONTAIRE constitue une ingérence dans le droit au respect de sa vie privée et familiale garanti par l'article 8 de la convention européenne.

- L'obligation vaccinale est contredite par le code civil, article 94 - 653 du 29 juillet 1994 selon "le principe du respect de l'intégrité du corps humain.

- L'obligation vaccinale est en contradiction avec le code de déontologie médicale et l'article 36 "tout acte médical requiert le consentement libre et éclairé des personnes".

- Toute obligation vaccinale est contraire aux arrêts de la cour du 25 février et 14 octobre 1997 qui explique  "Les praticiens doivent être en mesure de prouver qu'ils ont fourni aux patients une information loyale, claire, appropriée et exhaustive au moins sur les risques majeurs et la plus complète possible sur les risques les plus légers. Cette information a pour but de permettre aux patients de refuser la vaccination proposée en estimant que les risques sont supérieurs aux bénéfices escomptés “.

- Toute obligation est ANNULEE D'OFFICE par la loi du 4 mars 2002, article 11 modifiant  l'article 1-111-14 du chapitre premier de la première partie du code de santé publique "Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment".

- A l'âge de 6 ans, l’État est dans l'obligation d'accueillir les enfants à l'école qu'ils soient vaccinés ou non!

La scolarisation ne peut donc constituer un motif légal et sérieux pour imposer de faire vacciner les enfants quand RIEN ne prouve l'innocuité des vaccins.

Concernant l'information loyale, appropriée et exhaustive que doit recevoir un patient avant tout acte médical, combien de médecins prennent le temps de dérouler entièrement la notice des vaccins pour la lire avec leurs patients, particulièrement le chapitre des effets secondaires????

En ce qui me concerne, aucun médecin n'a jamais fait cela, ni concernant l'ensemble des personnes que j'ai interrogées. Dans les témoignages que j'ai recueillis, jamais un seul pédiatre n'a osé aborder les effets secondaires graves avec la maman de l'enfant qu'il s'apprêtait à vacciner, se limitant à parler de fièvre, douleurs au point d’injection. En totale violation de la loi.

Ma seule motivation à la rédaction de ce billet est d'informer afin que chacun puisse décider en connaissance de cause.

Parce que "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire “. A.E.

 Réf.https://blogs.mediapart.fr/martine-delerce/blog/031117/resister

 Info dernière:

Selon une déclaration récente de la ministre de la santé, l’application des 11 vaccins simultanés (en fait 27 souches) sur les bébés reste obligatoire, mais il n’y aura pas de sanctions pour les parents qui refuseront –
Je cite:

"la ministre a ajouté que si les vaccins seront bien obligatoires, il "n'y aura pas de sanction pénale ni d'amendes" contre les personnes non vaccinées ou les familles refusant de vacciner leurs enfants. "Je veux rendre la confiance par l'obligation" (!!!), a-t-elle expliqué. 

Elle recule donc à moitié voyant que ça commence à être chaud devant. Mais il ne faut pas prendre cela pour une victoire définitive, car on connaît la technique: on attend que le calme revienne et on attaque à nouveau (comme avec Pollinis  pour les abeilles) – et ainsi de suite pour fatiguer l’adversaire…..

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 19:04

MMessage relayé

Responsabilité vaccinale:
un parlementaire états-unien met la pagaille

"Enfin! un parlementaire américain, Bill Posey, a osé réclamer la vraie Science vaccinale, celle qui consiste à comparer des vaccinés à des non vaccinés (0 vaccins), en particulier au sujet de l’autisme. C’est ce que l’on a pu lire sur plusieurs sites anglophones dont celui d'Health Impact News.

C'est ainsi que le Congressman républicain a demandé au Dr Boyle du Centre de Contrôle des Maladies (CDC) s'ils avaient déjà fait effectuer la moindre étude comparative entre enfants vaccinés et enfants non vaccinés. La réponse du Dr Boyle a été que NON, ils n'ont jamais procédé à pareille étude (bien sûr, ils n’ont pas intérêt à y avoir pensé!!!).
Cela signifie donc en clair que les autorités américaines (comme toutes les autres autorités vassales dans le monde) recommandent depuis bientôt un siècle de façon non scientifique et non éthique la vaccination aveugle des enfants avec des vaccins - par définition - expérimentaux!

Nota: Le CDC américain est une institution qui fait malheureusement "la pluie et le beau temps" partout dans le monde en matière d'épidémiologie, de vaccination, etc.

Les fausses assurances des autorités et autres pseudo-experts, selon lesquelles les vaccins ne causent pas l'autisme, risquent de se retrouver privées de leur voile de virginité, annulant toute valeur scientifique basique à leurs irresponsables allégations!

La Vraie Science, ce n'est pas de présenter des études se contentant de cultiver la peur (et de ce qui pourrait être en défaveur de gros intérêts partisans), c'est d'observer honnêtement des faits comparatifs et oser en tirer les conclusions en toute indépendance.

Bien sûr, comme les études honnêtes de la vraie Science effraient autant Big Pharma et les officiels que l'ail effraie un vampire, il leur faut trouver des prétextes pour "noyer le poisson", et c'est ainsi qu'ils invoquent "l'éthique" pour tenter de cacher leur pitoyable machination! Ils prétendent, en effet, qu'il ne serait soi-disant "pas éthique" de comparer des enfants vaccinés à des enfants vierges de tout vaccin, ce qui revient donc à considérer de façon purement dogmatique et idéologique, que les vaccins font de toute évidence plus de bien que de tort.

Cette dictature de menteurs qui brandit à tout bout de champ, pour casser la contestation, le magique "scientifiquement prouvé" se trouve donc prise d’une façon incontournable en flagrant délit de fonctionnement vraiment ANTI-SCIENTIFIQUE.

Suite à cela, Bill Posey a donc eu la bonne initiative d'introduire une proposition de loi imposant au Ministère de la Santé la responsabilité de mener des études réellement comparatives, dans le but d'étudier notamment la prévalence de l'autisme mais aussi d'autres paramètres et d'autres maladies dans les deux types de groupes (vaccinés et non vaccinés).

Aïe, çà fait très mal! Le Secrétaire des Services de Santé devra chercher à inclure dans l’étude visée les populations qui traditionnellement sont restées non vaccinées, pour des raisons religieuses ou autres.

Ces populations comprennent l’ancien Ordre des Amish et des membres de pratiques cliniques telles que la pratique "Home-first" à Chicago qui choisissent des pratiques médicales alternatives, les adeptes des modes de vie anthroposophiques et d’autres qui refusent la vaccination.

Or, le Dr Mayer Eisenstein, médecin dans la communauté Home-first à Chicago, qui a eu l'occasion de suivre plus de 30.000 enfants, n'a pas le souvenir d'avoir vu le moindre cas d'autisme chez les enfants non vaccinés qu'il a accouchés et suivis. Pour lui, il est donc vraiment nécessaire et légitime qu'une telle proposition de loi puisse aboutir, et c'est pourquoi il apporte tout son soutien et tous ses encouragements au député Bill Posey (bravo Dr Mayer Eisenstein!).

En France, faisant suite au vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole) communément incriminé, il y a plus de 600.000 cas d'autisme dont une majorité de cas d'autisme régressif, c'est-à-dire la forme d'autisme qui se manifeste après une période de développement tout à fait normale de l'enfant.

Combien de ces plus de 600.000 autistes doivent la destruction de leur vie et de leur avenir aux vaccins que leurs parents leur ont fait faire par ignorance, en croyant bien faire, sur la chaude recommandation des médias, des médecins et l’ignorante bénédiction des politiciens?

Mais cette écrasante responsabilité criminelle du trust Big Pharma n’entame en aucune façon son moral, puiqu’il rebondit déjà sur l’étude d’un futur vaccin... contre l'autisme!!! Un horrible cercle vicieux absurde… mais tellement lucratif!"

Michel Dogna

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 18:20

 Message relayé

 

 "Chers amies, chers amis,

   La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ses cautions «scientifiques» et leurs relais médiatiques, leurs «journalistes», nous parlent en boucle de 11 vaccins obligatoires….

   Est-ce vraiment le cas ou nous prennent-ils pour des imbéciles?

   Lorsque j'ai relaté les informations qui nous avaient été transmises par un pédiatre du Lyon au sujet des 11 vaccins qui seraient 21, j'ai oublié de préciser que la ministre de la Santé et sa fine équipe «pro-vaccins-quoi-qu'ils-contiennent» avaient changé le nombre de vaccins par le nombre de maladies qu'ils sont censés combattre…

   Il suffisait d'y penser, car parler du nombre exact de vaccins risquait de faire peur à la populace que nous sommes à leurs yeux.

   Pour bien comprendre l'entourloupe, il faut savoir qu'une même maladie peut être provoquée par plusieurs dizaines de bactéries ou de virus différents.

   Ainsi, dans le cadre d'une vaccination des nourrissons, il faudrait leur inoculer autant de vaccins que de virus ou de bactéries qui provoquent la maladie….

   Par exemple, contre les infections à pneumocoques, il existe plus de 7 souches différentes de bactéries dont chacune peut également appartenir à plus de 80 sérotypes différents…. Si l'on voulait intégralement vacciner les enfants contre les pneumocoques, il faudrait donc leur inoculer des centaines de vaccins...

   En réalité, c'est bien plus de 21 vaccins qui vont être inoculer aux nourrisson, avec leur aluminium et autres substances hautement toxiques dont on protège par ailleurs les chiens et les chats.

   Bien amicalement à vous.

   Pierre Lefevre"

   "P.S.:
   Bonnes nouvelles, grâce aux dons qui nous sont parvenus, nous allons pouvoir reprendre la diffusion de notre newsletter et même la diffuser auprès d'une audience beaucoup plus large (nous allons passer d'environs 50 000 personnes à 160 000).
   Merci à ceux qui peuvent ainsi nous permettre de diffuser ainsi l'information et de proposer la signature de la plainte pénale."

 

 

"Notre action est soutenue par "MEDECINE & PHARMACOPEE CHINOISES FRANCE", qui se met bénévolement à notre service pour la gestion administrative de notre collectif - Vous pouvez soutenir notre action en faisant un don même d'1 euro symbolique:

 

Coordonnées bancaires:

IBAN: FR76 1820 6002 5765 0396 8037 242 – BIC: AGRIFRPP882

RIB: BANQUE: 18206 GUICHET : 00257 N° de COMPTE: 65039680372 CLÉ: 42

DOMICILIATION: PARIS ORDENER (00257)

TITULAIRE DU COMPTE: ASSOC. MÉDECINE ET PHARMACOPÉE CHINOISE FRANCE"

 

"Rappel :

Le nouvel article L.3111-2 du Code de la Santé Publique prévoit l'obligation de vacciner (sauf contre-indication) contre 11 maladies (12 pour la Guyane), tous les enfants nés après le 1er janvier 2018, sous la menace de les exclure des crèches, écoles et autres collectivités.

Parmi ces vaccinations obligatoires, celles contre:

- le tétanos, non contagieux, ni immunisant, 10 cas par an, dont 3 décès (personnes âgées)…;

- la polio, transmise par voie orofécale et dont il ne subsiste que quelques foyers dans de rares pays à l'hygiène insuffisante…;

- la diphtérie, totalement marginale en France (cas à Mayotte seulement), depuis plus de 30 ans…;

- l'hépatite B, maladie sexuellement transmissible, et contre laquelle la vaccination en bas âge n'aura plus d'effet à l'âge adulte…;

- la rougeole, maladie contagieuse, sans traitement, mais généralement bénigne et rarement invalidante ou mortelle, dont le vaccin (inoffensif ?) masque la diffusion du virus et déplace l'incidence à l'âge adulte…;

etc."

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2018 1 01 /01 /janvier /2018 00:23

Loi d'obligation vaccinale annulée

par la Cour Suprême

du Conseil de Transition

 
Cour Suprême, décision réf.: 2017/1.
 
COUR SUPRÊME
Ministère Public
 
 
OBJET: Loi d’obligation vaccinale.
DEMANDEUR: Conseil National de Transition.
Réf. 2017/1.
 
 
DÉCISION
 
- Considérant qu’un enfant est incapable d’assurer seul sa propre survie, ce sont les parents qui sont responsables d’assumer ses nécessités vitales jusqu’à l’âge où il devient autonome. Toutes les cultures du monde ont adopté leurs règles sociales sur ces «Droits et Devoirs Parentaux», base du droit familial et des libertés individuelles qui exige que les parents «ont aussi le devoir absolu et indiscutable de les défendre contre tout ce qui peut leur faire du mal, cela rentrant dans le cadre de la légitime défense» (Dr Paul Chavanon, Louis Pommier).
 
- Considérant qu’au mépris de ce droit millénaire, la caste qui s’est arrogé le pouvoir en France souhaite annuler ce droit familial en imposant par une «loi vaccinale»  l’injection de produits chimiques aux jeunes enfants malgré les milliers de professionnels de la santé ayant démontré leur nocivité et les conséquences dramatiques que subiront un grand nombre de ces enfants, sachant que selon une étude sur 800.000 enfants ayant reçu des vaccins, plus de 600.000 en subissent les séquelles, soit physiques, soit psychiques, parfois les deux, que pour la plupart ils auront à supporter toute leur vie («Pr Boyd Haley et Elke Arod – « Les racines de nos maladies » ed. Dauphin).
 
- Considérant que le danger ne réside pas seulement dans les vaccins, mais surtout dans la suppression du «droit parental naturel» qui permettrait par la suite à cette caste d‘imposer l’implant «RFID» afin de «pucer» les bébés, comme on le fait déjà pour les animaux de compagnie, voire par la suite de les soumettre aux règles du  «transhumanisme».
 
- Sachant enfin que toutes les études indépendantes ont révélé que les doses d’aluminium contenues dans ces vaccins allaient irrémédiablement bloquer le processus de développement intellectuel (ce que l’on constate déjà chez un grand nombre d’enfants vaccinés), ce qui produirait une génération d’êtres amoindris dans leurs facultés mentales et physiques, et donc une humanité en dégénérescence.
 
 
Le Ministère public de cette Cour Suprême, saisi par les représentants du peuple français constitués en  Conseil National de Transition, seule autorité légitime de la nation française conformément au droit international, considérant,
  • · Que la «liberté» fait partie des «droits sacrés et imprescriptibles de l’Homme», selon la plus haute juridiction française.
  • Que ces droits sont nommés «sacrés» et «imprescriptibles» parce qu’ils sont à la base de la loi d’harmonie naturelle et universelle, qui serait détruite si l’enfant n’avait plus droit à la protection et à la sécurité offerte par le droit parental et la société responsable.
  • Qu’en faveur ou opposés au concept de «vaccination», les parents doivent conserver le pouvoir de changer d’opinion. Ils ne peuvent donc abandonner leurs droits, ni tolérer que d’autres (personne ou institution) se substituent sans leur consentement à leur responsabilité parentale.
  • Que la menace d’emprisonnement et d’amende pour les parents refusant d’abandonner leurs droits «sacrés et imprescriptibles» est anticonstitutionnelle.
  • Que l’imposition d’une loi aussi illégitime risque de provoquer de graves troubles à l’ordre public en générant des frais sanitaires de très longue durée que toute la nation devrait supporter.
 
DÉCLARE,
La nullité de cette loi en raison de son inconstitutionnalité.
 
ET DILIGENTE,
Une enquête concernant les personnes, d’Agnès Buzyn, d’Edouard Philippe et d’Emmanuel Macron, pour leur prise d’intérêts au profit (non exclusif) des fabricants de ces vaccins qui est manifestement à l’origine de cette tentative de retirer aux parents un droit pourtant protégé par la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, la plus haute autorité dans la hiérarchie des normes de la constitution française.
 
Cette décision du «Conseil d’éthique» est adoptée à l’unanimité des 23 membres, le 09 décembre 2017 pour valoir ce que de droit.
 
Le Président
Pierre Guillemot
 
 
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2017 7 31 /12 /décembre /2017 20:36
Non au crime contre l'immunité!

Le nouveau massacre des innocents démarre en France le 01/01/2018! 27 valences différentes en 11 vaccins rendus obligatoires pour les nouveaux-nés 2018 dès le 01/01/18!

Message relayé

"Notre plainte pénale, excepté quelques réaction injurieuses de quelques-uns, reçoit un écho très favorable (7 fois plus de signataires que pour la lettre au ministre de la santé à la même heure).

 

Toutefois, il faut continuer à nous mobiliser et à mobiliser nos entourages, l'affaire est trop grave!

 

Il s'agit d'empêcher les laboratoires pharmaceutiques d'utiliser comme cobayes humains les 800 000 bébés qui vont naître en France en 2018 [NDLR: et autant chaque année suivante!] afin de leur injecter des substances hautement toxiques!

 

Cette vaccination obligatoire est un gigantesque essai clinique autorisé par le gouvernement et le Parlement sur des nourrissons de six semaines – SIX SEMAINES! – à qui on va injecter des substances en cocktails (avec de l'aluminium, du formol, etc.) jamais testés sur des nourrissons!

 

Or, depuis Nüremberg, depuis que les médecins nazis ont été jugés, il y a un principe universellement admis, c'est celui du LIBRE CONSENTEMENT ECLAIRE, ce qui veut dire que l'on ne peut pas soumettre un être humain à un traitement médical ou a un ESSAI CLINIQUE, sans son accord ou celui de son représentant légal!

 

RESISTONS! Quelques témoignages des premiers signataires de la plainte pénale, dont celui du docteur Varloteaux, pédiatre qui nous a autorisé (merci à elle) à vous le communiquer:

 

"Je suis un médecin pédiatre retraité et reste effarée par la décision de rendre obligatoire ces onze vaccins chez de si jeunes nourrissons. En si bas âge le système immunitaire n'est pas suffisamment construit pour recevoir sans études préalables de telles doses. La présence d'adjuvants fait peser un risque non maitrisé de toxicité cérébrale et musculaire. La découverte de ces produits contenus dans les vaccins par la population s'est faite lors de la campagne vaccinale anti-grippale H1N1. J'ai vécu la période du DTPolio, seul obligatoire jusqu'à ce jour, sans adjuvants pour lequel tout le monde était d'accord. Puis le désarroi des mères de famille qui, ne le trouvant plus malgré notre prescription, se voyaient délivrer sans explication, une valence puis deux puis trois de plus. Quelle raison pousse à vacciner à cet âge contre l'hépatite virale B, sauf cas particuliers et rares, maladie dont on connait le mode de transmission? Comment penser que la population, très au courant, puisse faire confiance! On ne peut pas vaincre par la force qu'est l'obligation. On ne peut convaincre pour persuader que sur des arguments scientifiques vrais et sans faille."

C-H Varloteaux

Médecin pédiatre retraité»

 

«Bonsoir,

 Je vous renvoie mon mail au cas où vous ne l'auriez pas reçu.

Merci bien pour tout ce travail et votre mobilisation. Je suis grand-mère de 3 petits garçons de 2 à 4 ans et 2 naissances sont prévues pour 2018. Vous comprendrez donc mon angoisse. 

Bien cordialement

Martine R.»

 

«Bonjour,

Bravo à vous, je suis soulagée qu'une action soit menée, cette volonté d'empoisonner les bébés est terrifiante.

Martine Bran»

 

«Bonjour à tous les responsables de ces démarches,

Je vous adresse un immense merci pour cet acte indispensable pour les générations futures.

Je suis de tout cœur et je vous soutiendrai quoi qu'il advienne.

Merci encore.

Roland C.»

 

«Bonjour,

Je reçois votre mail concernant les 11 vaccins. Je me suis associée au Professeur Joyeux et à une première plainte...

Ma fille qui a maintenant 30 ans a été obligée de se faire vacciner comme toutes les élèves, contre l'Hépatite B, lorsqu'elle est rentrée à l'école d'Infirmières à Lyon, à 18 ans. Or, sur environ 25 élèves de sa classe, 3 ont contracté juste après, la Maladie de Crohn!

On connaît les effets terribles de cette maladie. C'est pourquoi je peux imaginer les effets terribles du vaccin sur le petit corps d'un bébé!!! C'est inadmissible d'imposer cette vaccination!

Je n'ai pas les dossiers de ma fille... mais je soutiens votre plainte!

Cordialement.

Marie Christine P-J»

 

«Bonjour,

Merci de nous permettre de réagir par rapport à ce «crime contre l'humanité» votre travail est remarquable.

Comment une telle loi a pu être validée avec 43 voix pour et 13 contre sur 577? un travail responsable de nos députés!

Cordialement,

Dominique et Patrick G. Courbevoie»

 

Pierre Lefevre

 

 

Notre premier acte de résistance contre les 11 vaccins obligatoires: une plainte pénale!

 

Après deux semaines de recherches et d'analyses d'une importante compilation d'informations, l'équipe de juristes dirigée par Maître Serge Lewisch du barreau de Paris (lewisch@orange.fr) 132, bd du Montparnasse 75014 Paris France, et de spécialistes des questions de santé nous propose de déposer près du Procureur de la République de Paris une plainte contre X pour les infractions ou tentatives d'infractions suivantes:

. emploi ou administration de substances de nature à entraîner la mort, empoisonnement

article 221-5 du Code Pénal

. administration de substances nuisibles ayant porté atteinte à l'intégrité physique ou psychique

article 222-15 du Code Pénal

. violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité

article 221-6 du Code Pénal

. exposition d'autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité

article 223-1 du Code Pénal

. expérimentation sur la personne humaine sans avoir recueilli le consentement libre et éclairé des titulaires de l'autorité parentale

article 223-8 du Code Pénal

. abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de la situation de faiblesse d'un mineur pour conduire ce mineur à un acte qui lui est gravement préjudiciable.

article 223-15-2  du Code Pénal

. violation du principe d'indépendance des experts

. conflit d'intérêt par une personne dépositaire de l'autorité publique

article 432-12 et 432-13 du Code Pénal

. trafic d'influence

article 433-2  du Code Pénal

. non obstacle à la commission d'une infraction et non-assistance à personne en danger

article 223-6 al. 1 et 2 du Code Pénal

. tentative de ces infractions

          article 121-5 du Code Pénal

 

Nous demandons à toutes celles et à tous ceux qui sont concernés par le sort des 800 000 bébés qui naissent tous les ans, que vous soyez ou non parents ou grand-parents, de nous rejoindre après avoir lu avec attention la plainte pénale ci jointe.

 

De nombreux futurs parents sont angoissés: «serait-ce dangereux pour mon enfant de ne pas le vacciner»?   A ce sujet, comme il est démontré dans la plainte pénale, la propagande qui nous assène que "les vaccins c'est bon pour les nourrissons" (afin de nous rendre dociles face à l'obligation d'injecter dans le corps de bébés les substances nuisibles contenues dans ces 11 vaccins), est scientifiquement infondée.

 

D'ailleurs le gouvernement français est l'un des seuls dans le monde et en Europe de l'Ouest qui veuille imposer un nombre aussi grand de vaccins!

 

A l'heure actuelle, si aucune action n'est entreprise, les futurs parents vont devoir inoculer à leur nourrisson de six semaines des produits hautement toxiques qui mettront en danger sa santé et même sa vie.

 

De nombreux procès en responsabilité sont à prévoir devant les juridictions civiles, comme dans les affaires de l'amiante ou du médiator, mais on sait qu'ils peuvent durer de très nombreuses années et que les laboratoires ne les craignent pas, compte tenu des milliards d'euros qu'ils attendent de la commercialisation de ces vaccins.

 

Naturellement, si vous êtes de futurs parents qui en 2018 devrons inoculer à leur nourrisson de six semaines 11 vaccins, merci de nous le préciser.

 

N'attendons pas de constater la catastrophe qui s'annonce!

 

La seule solution pouvant être rapidement efficace est aujourd'hui une plainte pénale.

 

Pour résister avec nous, il vous suffit de:

  1. De télécharger, de lire la plainte pénale avec attentionCliquez ici pour la plainte pénale;
  2. D'imprimer et de signer la dernière page de la plainte pénale;
  3. De télécharger et d'imprimer et de le remplir (renseignements sur l'état civil, etc.): Cliquez ici pour le formulaire;
  4. De faire une copie de votre pièce d'identité;
  5. De numériser ses trois documents;
  6. De nous les renvoyer par email à l'adresse suivante:  plaintepenalevaccins@gcpww.org.

Bien à vous et très amicalement.

 

Sophie Guillotporte-parole du collectif «Ensemble pour une Vaccination Libre» contact@epvl.eu 

Pierre Lefevre, porte-parole du collectif «Libre consentement éclairé» lefevre@gcpww.org

 

* *

 

Notre action est soutenue par MEDECINE & PHARMACOPEE CHINOISES FRANCE qui se met bénévolement à notre service pour la gestion administrative de notre collectif - Vous pouvez soutenir son action en faisant un don même d'1 euro symbolique:

Afin d'éviter les frais retenus par Paypal (5 %), le mieux est de faire un virement bancaire, même pour 1 euro!  Coordonnées bancaires :

IBAN : FR76 1820 6002 5765 0396 8037 242 – BIC : AGRIFRPP882

RIB : BANQUE : 18206 GUICHET : 00257 N° de COMPTE : 65039680372 CLÉ : 42

DOMICILIATION : PARIS ORDENER (00257)

TITULAIRE DU COMPTE : ASSOC. MÉDECINE ET PHARMACOPÉE CHINOISE FRANCE

 

 
 
 
 

Dépôt d'une plainte pénale contre les 11 vaccinations obligatoires

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2017 4 30 /11 /novembre /2017 18:42
Vaccins obligatoires et éthique médicale?
Qu’est devenue la référence au code de Nuremberg dans la loi soumise au parlement français en novembre 2017?

"Quel devrait-être en démocratie le rôle du parlement pour la santé, si ce n’est de mettre à la disposition du citoyen les meilleures conditions de soin, sans interférer dans son libre choix de personne pensante, ni dans celui des professionnels, les médecins. Bref, je n’avais pas compris que l’assemblée se devait de réécrire les traités de médecine, et les imposer aux robots médecins et aux patients-citoyens objets."

La vaccinologie prétend servir la science, mais:

"Or servir la science était l’argument massue de défense des médecins obéissant au totalitarisme hitlérien: celui-ci donnait l’absolue priorité au collectif, la personnalité individuelle devant lui être soumise. Karl Brand, médecin personnel d’Hitler, avait déclaré que "lorsque la personnalité est dissoute au sein du corps collectif, toute demande qui lui est soumise doit être dissoute au sein du concept de système collectif; les besoins de la société sont maintenant des besoins individuels, et l’être humain, ce complexe individuel, sert uniquement à l’intérêt de la société".

Ainsi naquit le code de Nuremberg

L’importance du Code de Nuremberg a constitué le point de départ de la prise de conscience des dangers des progrès de la science et de la nécessité de l’encadrer par un certain nombre de règles. Il est considéré comme un code légal de droits humains et non comme un code de déontologie médicale qui devrait être appliqué seulement par des médecins. Il est régulièrement rappelé à la communauté internationale au cours des réunions de l’association médicale mondiale. Ne doit-on pas réfléchir aujourd’hui aux discours que tiennent certains médecins aux patients effondrés sur l’intérêt pour la société d’accepter de signer «ces papiers» qui permettront à leur traitement de servir à la «science», oubliant le consentement véritablement éclairé?

Parallèlement, ne doit-on pas réfléchir aux implications éthiques d’une obligation vaccinale?

Ne doit-on pas suffoquer lorsque le président du conseil de l’ordre ou des médecins connus se permettent d’affirmer haut et fort que «la vaccination ne se discute pas» et que ceux qui oseraient élever une objection se verraient soumis aux foudres de l’ordre des médecins, vieille institution fondée sous Vichy?

Or la vaccination est un acte médical qui relève du soin comme de la recherche, des responsabilités médicolégales et de l’éthique médicale. La vaccination comme tout acte médical relève du code de Nuremberg et c’est un professeur de droit, américaine qui en parle le mieux. On peut s’étonner que sa prise de position à la tribune de l’ONU soit apparemment passée inaperçue en France, nous qui pourtant suivons (quand cela nous arrange) les avis de nos amis américains.

Le professeur Holland a évoqué les droits civils liés qui élimineraient le droit au consentement éclairé de refuser les vaccinations. Elle a rappelé que «l’histoire nous a montré les résultats d’une intrusion du gouvernement dans les droits médicaux personnels» et à cette occasion, la genèse du code de Nuremberg pour protéger les individus contre l’intrusion des gouvernements et des abus médicaux.

Citons le PR Holland:

«Les Nations Unies, ainsi que la communauté internationale ont l’obligation de respecter les droits humains liés à la vaccination».

«Le Code de Nuremberg stipule que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques a repris cette interdiction contre toute expérimentation involontaire, dans son texte de 1966 qui stipule: nul ne peut être soumis sans son libre consentement à une expérience médicale ou scientifique.». Cette interdiction est maintenant si universellement reconnue que certains tribunaux et chercheurs ont considéré ce droit au consentement éclairé comme une question de droit international coutumier. (….).»

«Comment pouvoir concilier les droits individuels avec les droits du collectif ?

En 2005, l’UNESCO (..) a adopté la Déclaration Universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme avec un consensus de 193 pays (..), elle stipule que toute intervention médicale préventive ne doit être effectuée qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé de la personne concernée, et fondé sur des informations suffisantes. Elle note également (en son article 2) que «le seul intérêt de la science ou de la société» ne doit pas prévaloir.

Cette déclaration est une extension du serment médical attribué à Hippocrate il y a 2.500 ans, et qui stipule que les médecins doivent œuvrer pour le bien de leurs patients et ne jamais faire de mal.

Sous forme abrégée «D’abord ne pas nuire», ce credo incarne le principe de précaution en médecine, en mettant clairement les intérêts des patients au-dessus des intérêts de la collectivité ou du «troupeau». Ce principe de précaution en médecine mène directement à l’idée que les politiques de vaccination doivent être recommandées et non rendues obligatoires.

La relation médecin-patient doit être d’abord et avant tout basée sur la confiance, alors que la coercition la mine. Lorsque la relation médecin-patient est basée sur la coercition, c’est la confiance qui en fait les frais. Les médecins servent alors l’état et par extension la société, avant l’intérêt de leurs patients. Nous nous trouvons ici sur une pente glissante où la médecine civilisée a trop souvent déraillé dans le passé

«Le Dr Leo Alexander, chef médical consultant américain au procès de Nuremberg, a averti en 1949 que « C’est à partir de débuts insignifiants que les valeurs d’une société entière peuvent être renversées». Il a souligné que bien avant l’arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, un changement dans la culture médicale s’était déjà produit «ouvrant la voie à l’adoption d’un point de vue hégélien utilitariste» avec une littérature traitant de l’euthanasie et de l’extermination des personnes handicapées dès 1931.»

«Selon le principe de précaution médicale, le principe, par défaut, de la vaccination doit relever de recommandations et non d’obligations

«Les politiques de vaccination de nombreux pays développés incarnent ce principe des recommandations de vaccination des enfants, y compris la conférence qui a réuni l’Ukraine, l’Allemagne et le Japon. D’autres pays développés permettent d’atteindre d’excellents résultats en santé publique sans avoir recours à la contrainte. Citons : le Royaume-Uni, l’Australie, l’Autriche, le Danemark, l’Islande, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Suède, la Norvège, la Finlande, la Corée du Sud, et l’Espagne entre autres.»

Si nous ne respectons pas les premiers principes du droit à la vie, à la liberté et à l’intégrité corporelle des personnes, du droit à consentement préalable libre et éclairé en médecine, nous pourrions nous retrouver dans des situations désastreuses prévisibles ou même inconnues.

Pour conclure, je veux paraphraser le discours d’adieu du Président Eisenhower aux Etats-Unis en 1961, quand il faisait allusion aux risques que pouvait comporter le «complexe militaro-industriel». Je substitue le terme «médico-industriel» aux paroles du président parce que je crois que ce «complexe médico-industriel» présente de nombreux risques que le président avait prédits dans son discours:

«Le potentiel d’une montée désastreuse du pouvoir existe et persistera. Nous ne devons jamais permettre que ce complexe mette en danger nos libertés ou notre processus démocratique. Nous ne devons rien prendre pour acquis. Seuls des citoyens éveillés et bien informés peuvent contraindre l’énorme machinerie industrielle et médicale à respecter nos méthodes et nos objectifs pour que la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble… En gardant l’œil sur la recherche et les découvertes scientifiques, comme il nous appartient de le faire, nous devons aussi rester attentifs au danger égal et opposé qui conduirait la politique à devenir elle-même captive d’une élite scientifique et technologique».

Tout est dit dans ce discours d’un professeur de droit à l’ONU qui n’est ni anti- ni pro-vaccin, ce n’est pas son travail, mais respecte les droits de l’homme et du citoyen. Il serait tellement important que nos députés prennent le temps de lire ces déclarations ou d’écouter son discours à l’ONU en se rappelant peut-être la phrase la plus capitale de son exposé: «C’est à partir de débuts insignifiants que les valeurs d’une société entière peuvent être renversées.»

Source: http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2017/11/vaccins-obligatoires-et-ethique-medicale-qu-est-devenue-la-reference-au-code-de-nuremberg.html

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2017 4 23 /11 /novembre /2017 17:19

Message relayé.

 

Il y a quelque temps nous avons attiré l'attention sur une prise de position de Isabelle Adjani sur France Inter au sujet de l'obligation vaccinale.

Suite à cela Jean-Marc Dupuis de "Santé Nature Innovation" a obtenu de Isabelle Adjani l'interview ci-dessous:

 

Le risque d'un crime contre l’immunité

"Chère lectrice, cher lecteur,

J’étais en voiture quand j’ai entendu sa voix calme, déterminée à la radio, pour dire avec un courage, ce dont peu de personnes sont capables, les dangers de l’aluminium dans les vaccins, les manœuvres en coulisse de Big Pharma, et la puissance de la santé naturelle. Elle a même osé dire à l’antenne qu’elle n’a jamais pris la pilule.

Rendez-vous compte! Des décennies avant l’Académie de Médecine, Isabelle Adjani avait compris les dangers de la contraception hormonale (embolie, cancer et, bien sûr, perturbation de la libido)!!

Quelle femme!

 

Isabelle Adjani Photo©Marcel Hartmann


Alors j’ai pris mon courage à deux mains. J’ai pris contact avec son agent pour essayer d’obtenir une interview avec Isabelle Adjani.

Et elle a dit oui!

Voici, en toute avant-première, les réponses de cette femme hors du commun. C’est grâce à des personnes comme elle que nous ferons bouger les lignes.

Bonne lecture!

Jean-Marc Dupuis

* * * * *

 

"1/ Vous vous êtes exprimée fortement au sujet des vaccins sur France Inter. Depuis les médias, à ce sujet, font barrage. Pourquoi d’après vous?

Ce n’est pas à proprement parler un barrage, c’est un évitement.

Laisser s’exprimer une mère, une citoyenne hors circuit médical qui prend fait et cause contre l’obligation vaccinale aujourd’hui, face à cette dictature des «11 vaccins», n’est pas du goût de ceux des médias connectés aux intérêts des laboratoires.

Et aussi connectés aux autorités en l’occurrence au ministère de la santé. Rares sont ceux qui, comme Le Parisien, s’aventurent à remettre en question les sources gouvernementales dont ils dépendent pour obtenir l’accès aux informations qui vont nourrir leurs articles.

Une journaliste pro vaccins, responsable du médical dans une émission sur France 2, aurait dit à mon sujet: «c’est incompréhensible qu’elle soit passée à travers les mailles du filet si elle n’a pas fait vacciner ses enfants comme il fallait». Son dépit en dit long ...

Avec un peu d’humour grinçant, on pourrait presque craindre que de telles réactions, si on continue à s’avancer dans un futur coercitif, ne proposent le projet d’une punition rétroactive pour les parents coupables comme moi de se dresser devant une pareille loi qui prive de ses droits.

 

2/ Vous semblez bien connaître le système immunitaire et votre conclusion sur France inter: «s’il y a un crime contre l’Immunité, ça deviendra un crime contre l’Humanité» est-elle venue spontanément ou l’aviez-vous réfléchie avant l’interview?

C’est venu comme ça.

Oui un crime contre l’immunité risque d’avoir lieu. Les mots ont une grande importance pour moi, ils peuvent tuer autant qu’ils peuvent faire vivre.

Je suis en effet depuis toujours, concernée par le respect du corps, ce lieu sacré dans lequel il est bon de se rappeler qu’on vit, dès la naissance.

On sait, vous comme moi, si on se renseigne, si on cherche des preuves scientifiques, que vacciner un enfant, même un adulte, c’est interférer avec son immunité, variable en fonction de ses fragilités de terrain!

Alors injecter à un bébé dès plusieurs mois après la naissance, ces 11 vaccins, c’est-à-dire 31 doses de vaccins (dont 25 contiennent cet adjuvant toxique pour le foie, le cerveau, les reins... qu'est l’aluminium), y compris celui de l’hépatite B, aberrant puisqu’il concerne la sexualité et le plus risqué de tous, est comme jouer à la roulette Russe.

Pas plus que ce vaccin contre la gastroentérite que le haut conseil de la santé avait plébiscité il y a quelques années seulement, avant de faire marche arrière quand il a commencé à causer la mort de nourrissons, ces nouveaux vaccins ne sont pas assez testés pour ne pas être très risqués.

 

3/ Vous n’êtes pas totalement opposée aux vaccins, par exemple ceux qui sont nécessaires pour les personnes à risques ou lors de déplacements dans des pays où l’hygiène est défaillante ?

Quitte à choquer, dans ma vie, ma conviction personnelle pour les voyages ne s’est jamais retrouvée dans la vaccination, mais justement, dans l’hygiène, à commencer par un bon savon et une bonne flore intestinale.

Mais ça n’engage que moi et je me suis penchée, comme toutes les personnes concernées par l’immunologie ou celles fragilisées, sur les ouvrages du Dr Georget «Vaccination, les vérités indésirables», de Sylvie Simon «Vaccins, mensonges et propagande» et de nombreux articles parus dans des revues prestigieuses et ultra crédibles comme «The Lancet».

Même le Dr Puliyel (qui n’est a priori pas opposé à la vaccination) a déclaré que si l’argent utilisé pour la vaccination polio avait été utilisé pour améliorer la qualité de l’eau et la construction du tout-à-l’égout, dans le cadre du programme «Pulse» proposé à l’Inde par l’OMS et la Fondation Bill Gates, les résultats auraient été meilleurs.

En effet, il a été démontré que plus les doses de vaccins contre la polio étaient importantes, plus l’épidémie s’aggravait.

Tant que Pasteur jouira en France d’une aura déifiée intouchable, ses trois postulats de base erronés continueront à servir de fondement à la vaccination pour terroriser les citoyens dans leur libre choix. («En finir avec Pasteur», Dr Eric Ancelet).

 

4/ Vous faites-vous vacciner contre la grippe cette année et quelle que soit votre réponse, pourquoi?

Jamais de la vie je ne me ferai vacciner contre la grippe!

Sans parler des risques neurologiques documentés, l’efficacité du vaccin qui n’est même pas testé, est loin d’être intéressante.

Et puis, si c’est pour servir de cobaye avec les nouvelles propositions du gouvernement qui permettraient aux laboratoires (avec la grippe A -H1N1, 1 demi-milliard d’euros de vaccins a été dépensé au profit des labos pharmaceutiques) de ne plus avoir une responsabilité engagée en cas d’effets secondaires, merci beaucoup!

 

5/ Vous vous êtes opposée à la vaccination pour vos enfants et vous avez dû faire certains faux avec des médecins consentants? Finalement tous les médecins ne sont pas des inconditionnels de la vaccination?

Pour mes enfants et pour moi-même, depuis que j’ai pris mes distances avec la médecine allopathique dont j’ai été gavée jusqu’à l’âge à peu près de 25 ans, j’ai toujours été une adepte de la médecine de terrain, de ses traitements de fond qui permettent d’assurer la protection de notre immunité.

De remarquables médecins phytothérapeutes, homéopathes, biologistes et même certains naturopathes hygiénistes certifiés (ceux-là à ne surtout pas confondre avec les charlatans qui ont toujours existé, on est bien d’accord) y travaillent de façon scientifique mais assurément dérangeante pour la prospérité de Big Pharma.

Ce sont bien-sûr eux, ces praticiens qui soignent en conscience et dispensent une médecine de terrain éclairée, heureusement!

Sauf, comble de l’absurde, qu’ils sont obligés de s’en cacher et d’exercer, leurs convictions chevillées au corps, dans la clandestinité, afin de ne pas être inquiétés et montrés du doigt comme exerçant une médecine inquiétante.

Ce sont en général des pédagogues qui cherchent à informer et éduquer leur patientèle afin qu’elle puisse s’autonomiser de façon croissante et décider pour elle-même, et combattre pour le respect qui lui est dû, afin de devenir seule maîtresse de son destin.

 

6/ Avez-vous rencontré le Pr Joyeux qui n’est pas radié de l’ordre de médecins - contrairement à ce que disent les médias - mais qui est très attaqué par certains confrères?

Oui j’ai rencontré le Pr Joyeux pour lequel j’ai un grand respect.

Le Pr Joyeux dit pourtant qu’il n’est pas contre les vaccinations, contrairement à une position extrémiste qu’on lui prête, fabriquée de façon à être prête à l’emploi pour certains médias. Alors même que cette désinformation bat son plein, il s’évertue à traduire la complexité de la science vaccinale, en expliquant inlassablement, en éduquant, en informant.

Il suffit de se référer à la conférence du 7 Novembre 2017 avec le Pr Montagnier pour prendre connaissance des quelques raisons essentielles qu’il oppose à l’obligation des 11 vaccins. Et aussi de la bienveillance qu’il manifeste aux généralistes et aux pédiatres.

Là encore on peut s’étonner, depuis le 7 novembre, du faible écho de cette contribution majeure, sur le plan médical, offerte en toute bonne foi devant un parterre de journalistes (venus en toute bonne foi?) et dont l’argumentaire s’appuie sur des preuves scientifiques incontournables, bien loin de l’image délétère d’irresponsabilité sanitaire qu’il est de bon ton de communiquer concernant sa position.

La France est le seul pays actuellement en Europe qui fasse régner le spectre de l’obligation vaccinale sur la santé où la peur et la punition forment une vraie dream team."

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2017 4 23 /11 /novembre /2017 17:06

A propos des 11 vaccinations voici le communiqué

Les Professeurs Luc Montagnier, Prix Nobel de Médecine et Henri Joyeux, Prix international de cancérologie, résument en 7 points leur conférence de presse commune du 7 novembre 2017.

1/ Nous ne sommes pas contre les vaccinations contrairement à ce que diffusent des médias et des communicants médiatiques, y compris médecins, sous influence directe ou indirecte des laboratoires fabricants. La science vaccinale est complexe, et notre environnement a beaucoup changé depuis un siècle ce qui rend difficile les vaccinations en masse comme autrefois.   

2/ Nous nous opposons pour 3 raisons essentielles à l’obligation vaccinale des 11 vaccins proposée dès la 6ème semaine de vie du nourrisson, dont les défenses immunitaires sont en construction:

  • la somme des vaccins proposés injecte au nourrisson une quantité d’aluminium excessive, adjuvant bio-persistant ayant démontré sa nocivité localement au point d’injection et aussi sa pénétration sous forme d’agrégats aluminiques jusqu’au cerveau et dans d’autres zones du corps (os, reins) comme cela a été démontré chez les ouvriers respirant les poussières lors de l’extraction de la bauxite (maladies professionnelles).

De plus, l’aluminium présent dans les vaccins vétérinaires s’est révélé toxique pour les animaux, responsable directement ou indirectement de sarcomes (cancers de mauvais pronostic) dans la zone de vaccination dans les 3 ans post vaccination et dans d’autres zones du corps 5 ans plus tard: ostéosarcomes, fibrosarcomes, chondrosarcomes.. au niveau des membres, du thorax et de l’abdomen. Nos chats seraient-ils mieux soignés que nos enfants, puisque l’aluminium a été retiré des vaccins vétérinaires par une filiale de Sanofi?

  • l’excès de vaccins peut être responsable de mort subite du nourrisson dans les jours ou les mois qui suivent la vaccination: 250 à 300 cas sont répertoriés en France dont 25% des cas n’ont pas de cause précise. Selon une enquête scientifique menée pour un procès aux Etats Unis, l’hypervaccination déclencherait la formation subite de cytokines*, molécules inflammatoires toxiques pour un organisme fragile. 
     
  • la vaccination contre l’hépatite B pour un nourrisson de 6 semaines n’a aucun intérêt de santé et peut être délétère dans l’avenir, en particulier responsable de phénomènes allergiques, de maladies auto-immunes dont les maladies neuro-dégénératives, sclérose en plaques en particulier, chez des enfants ou adolescents.

3/ La loi actuelle imposant la vaccination contre Diphtérie-Tétanos-Polio avant les 18 mois de l’enfant est raisonnable, et ne doit pas être changée, ce qui implique la re-fabrication du vaccin trivalent sans aluminium, tel qu’il a existé et qui a été imposé par décision du Conseil d’Etat le 8 février 2017. Rappelons également que l’Institut Pasteur avait utilisé le phosphate de calcium comme adjuvant sans danger, et que son partenaire majoritaire a choisi de le remplacer par un composé d'aluminium pour des raisons purement financières. 

4/ L’allaitement maternel tel qu’il est recommandé par l’OMS, 6 mois intégral et une année matin et soir avant et au retour du travail est l’idéal pour la santé du nourrisson et celle de sa mère quand elle est en bonne santé. Il assure les défenses immunitaires du nourrisson et évite les vaccinations précoces qui peuvent être prévues au delà de la 2ème année de l’enfant.

5/ Le principe constitutionnel de précaution doit être mis en application à propos des vaccins qui doivent subir les mêmes contrôles que les médicaments avant leur mise sur le marché, et doit rendre la liberté vaccinale à tous les Français, telle qu’elle est appliquée en Suède, Allemagne et dans d’autres pays du monde. 

6/ Nous attirons en plus l’attention du législateur à propos du vaccin ROR (contre Rougeole, Oreillons et Rubéole) qui injecte des virus atténués qui ne sont pas sans danger chez des nourrissons fragiles et impose une vaccination au cas par cas. 

7/ Nous demandons instamment aux parlementaires de ne pas voter cette loi qui va contre l’intérêt de la santé des enfants et impose aux médecins et aux familles un dlktat industriel et administratif. 

Les médecins généralistes ou pédiatres ne doivent pas être dépossédés de leur compétence, et de leurs facultés de juger scientifiquement de l’intérêt de telle ou telle vaccination dans une relation de confiance avec la famille, dont ils gardent la responsabilité.

Professeur Luc Montagnier
Professeur Henri Joyeux

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2017 4 23 /11 /novembre /2017 16:54

Message relayé en provenance de l'IPSN

Vaccins, comment mobiliser les parlementaires?

Dans ma dernière lettre, que je vous remets ci-dessous, j’ai mentionné la création d’un collectif d’association.

La première action de ce collectif a été de lancer une pétition auprès des parlementaires.

Vous la trouverez ici.

N’hésitez pas à la signer et à la faire signer autour de vous!

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

Chère amie, cher ami,

Un collectif d’associations s’est formé pour apporter une réponse et une alternative au discours violent et coercitif imposé par les autorités sur la question de l’obligation vaccinale. Car, je le rappelle, dans cette histoire, le débat ne porte pas sur les vaccins mais sur l’obligation de se faire vacciner. C’est un débat juridique et sociétal, bien plus qu’un débat scientifique.

Le collectif est formé des organismes suivants:

Association internationale pour une médecine scientifique indépendante et bienveillante (AIMSIB)
Association Liberté Information Santé (ALIS)
Comité développement durable santé (C2DS)
Coordination nationale médicale santé environnement ((CNMSE)
Ensemble pour la vaccination libre (EPVL)
Fondation Stacy
Info Vaccins France
Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN)
Ligue nationale pour la liberté des vaccinations (LNPLV)
Maman Courage
Mouvement pour le respect des droits fondamentaux de la personne
Réseau des victimes des vaccins contre l'hépatite B (REVAHB)

L’objectif de ce réseau est d’obtenir la liberté vaccinale, qui au vu des faits, semble être la seule alternative crédible, intelligente et rationnelle à la politique voulue par le gouvernement. C’est du reste la position de la majorité des gouvernements en Europe : Angela Merkel s’est positionnée contre l’obligation, le parlement suédois également. Elle n’existe pas au Royaume Uni, ni aux Pays-bas etc. En réalité, seules, l’Italie, la France, la Belgique et le Portugal ont une obligation vaccinale.

A l'heure actuelle, le collectif sensibilise les sénateurs avant qu'ils ne votent sur le texte de loi qui vise à étendre l'obligation vaccinale à 11 vaccins.

Les quatre arguments qui me paraissent les plus importants sont:

1/ La gravité des sanctions potentiellement imposées aux parents qui hésiteraient à faire vacciner leur nourrisson de deux mois. En effet, le projet de loi actuel supprime l’infraction “refus de vacciner”. Cette infraction est prévue par le Code de la santé publique (article L3116-4). Le texte prévoit 6 mois de prison et 7500 euros d’amende. 

Malheureusement, le journal le Monde confirme que pourrait être appliquée une autre sanction. Celle-ci, prévue à l’article L227-17 du code pénal, punit:

“Le fait, par le père ou la mère, de se soustraire, sans motif légitime, à ses obligations légales au point de compromettre la santé, (...) de son enfant mineur”.

Cette infraction est punie de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. Aujourd’hui personne ne sait si elle sera appliquée. Cela dépendra des juges. Mais ce texte reste comme une épée de damoclès au-dessus des parents. Le flou qui existe sur son application ne rassure personne.

2/ Les personnes vaccinées continuent à être porteuses des virus. C’est, en tout cas, un fait avéré pour la rougeole. Les Pr Luc Montagnier et Henri Joyeux, ont eu l’occasion de confirmer ce point mis en avant par des études (Gustavson 1987, notamment) lors de leur conférence de presse d’hier. Je vous en ferai un compte rendu complet dans une prochaine lettre.

Il est donc faux de dire que l’on se vaccine pour les autres. On se vaccine pour soi. Et c’est l’une des raisons centrales pour lesquelles, l’obligation vaccinale n’est pas légitime.

3/ Il existe des victimes de la vaccination (soit victime du vaccin lui-même, soit de l’aluminium qu’il contient). Ces victimes ne sont que rarement indemnisées. Le plus souvent, tout lien de cause à effet entre le vaccin et ses potentiels effets secondaires est nié. Le Pr Montagnier souligne cependant qu’il existe une corrélation temporelle souvent observée par les parents. Le cas récurrent est le suivant: l’enfant est vacciné, le lendemain il est pris de convulsions, deux mois après il est sujet à des troubles neurologiques. Pour certains médecins, il ne peut y avoir de lien possible entre les deux faits. Et pour les parents? Comment faire vacciner sereinement son deuxième, quand le premier a été pris de convulsions. Cela n’arrive pas à tout le monde, c’est vrai, mais pour ceux à qui cela arrive que fait-on?

Toujours selon le Pr Montagnier, ceux qui subissent les effets secondaires des vaccins ont souvent, au départ, un système immunitaire plus fragile, que les autres. Il réagissent mal à la tempête de cytokines que le vaccin ou son adjuvant produisent dans leur système immunitaire. Les vacciner est donc une erreur. C’est aussi, lorsqu’ils en payent le prix fort, une double injustice.

4/ Les vaccins ne sont pas contrôlés avec la même rigueur que les médicaments. On ne compare jamais des populations vaccinées et non vaccinées comme on le fait avec n’importe quel médicament dont l’efficacité est testée contre un placebo. Ce sont les fameuses études en double aveugle. On ne peut pas imposer des traitements par la force, s’ils ne sont pas validés avec toute la transparence et la rigueur nécessaires. C’est inacceptable!

 

Collecter des témoignages

De notre côté à l’IPSN, nous continuons avec Maître Bergel, à travailler sur les recours juridiques en cours.

Afin d’étayer sa requête auprès du Conseil d’Etat, Maître Bergel-Hatchuel a besoin de témoignages formels. Cela rendra son dossier plus crédible.

Si donc vous avez été victime de l’aluminium dans un vaccin, vous pouvez lui envoyer votre témoignage. Pour être valide auprès du Conseil d’Etat, il doit comprendre :

 

  • Vos coordonnées précises si vous êtes parent(s) : carte d’identité photocopiée recto-verso de la personne qui témoigne.
  • Les coordonnées de l’enfant si les complications sont apparues chez lui : nom et prénoms, date de naissance et date d’apparition des troubles.
  • Une photocopie lisible du carnet de vaccination.
  • Les troubles physiques, psychiques ou biologiques observés en fournissant si nécessaire les preuves des anomalies et les dates auxquels ils sont apparus.
  • Les traitements nécessaires avec photocopie des ordonnances.
  • Les lettres ou certificats des médecins ayant constaté ces troubles.
     

Vous pouvez adresser vos documents à:

Me Jacqueline Bergel-Hatchuel
Avocate à la Cour
122, avenue Charles de Gaulle
92200 NEUILLY SUR SEINE
Tél :+33 609.040.916
E-mail : avocat@avocat-bergel.com
Sites : www.avocat-bergel.com
Palais PN 160    

Je vous remercie à l’avance pour votre engagement dans ce débat qui est aussi un combat pour la liberté de chacun et notre droit d’exister en tant que citoyen face à l’État et à l’industrie pharmaceutique.

Même si vous êtes un vaccinaliste convaincu, vous ne pouvez pas accepter ce texte. Il est voté tambour battant par des députés qui viennent d’arriver, qui ne connaissent pas le sujet et que l’on place dans une position morale délicate. Il est profondément coercitif et anxiogène pour les parents.

Il est temps de faire émerger un autre discours sur la vaccination. Nous disposons de tous les éléments pour le faire. Elle pourrait être proposée et non imposée. Elle pourrait être individualisée et non massive. Elle pourrait être faite à l’issue d’une discussion avec le médecin et non systématique. Le calendrier vaccinal est devenu plus important que le cahier scolaire. Est-ce vraiment
la société que nous voulons construire?

Naturellement vôtre,

Augustin de Livois

P.S.: Nos vidéos du Congrès de St Malo sont désormais disponibles. Retrouvez toutes les conférences de ce week-end ici.

Le thème était “Respirez la Santé”. Vous trouverez des exposés sur la nutrition, la respiration, la méditation, le quinton, le système immunitaire… Bon visionnage !


Les vidéos sont accessibles ici.

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2017 4 23 /11 /novembre /2017 15:52
Corruption sur ordonnance

Une interview du Dr Gérard Delépine

 

Parmi les remarquables propos du Dr Gérard Délépine, dans l'interview visible/audible ci-dessous:

A procès des médecins nazis de Nüremberg juste après la deuxième guerre mondiale, dans les attendus du jugement, il leur fut dit qu'il est condamnable d'administrer à un patient quelque traitement que ce soit pour un motif autre que le bénéfice personnel propre du patient.

Avec la vaccination obligatoire pour tous (11 vaccins obligatoires pour tous les nourrissons au 01/01/2018), sous le prétexte que ce serait (sic!) bon pour l'immunité globale de la population, les médecins nazis sont de retour. Que diront-ils, pour tenter de s'excuser, lorsque le moment de leur procès sera venu?

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 22:14

Vaccinations refusées: Les sanctions à prévoir

Au sujet des sanctions encourues par les parents qui refuseraient ne serait-ce qu'un seul des 11 vaccinations obligatoires pour les nourrissons à partir du 1er Janvier 2018 des explications précises se trouvent mentionnées sur cette page:

"Des sanctions plus lourdes par défaut"
 
"Le projet supprime l’article 3116-4 sur les sanctions encourues par les parents en cas de "manque aux obligations vaccinales", qui étaient: 6 mois de prison, 3750 Euros d’amende.
 
Le projet supprime l’article 3116-2 relatif à la limite d’âge des intéressés (c’est-à-dire des personnes à vacciner) jusqu’à laquelle des poursuites peuvent être intentées pour infraction aux obligations vaccinales.
 
Ce faisant, et donc par défaut, le cadre de sanctions qui s’appliquera pour ce qui concerne les parents, deviendrait l’article 227-17 du Code Pénal: 2 ans de prison, 30 000 Euros d’amende. La non-vaccination étant alors assimilée à une maltraitance ou à un abandon de famille.
 
L’exposé de motifs stipule de façon allusive: «La mesure supprime par ailleurs les sanctions spécifiques relatives au non-respect de l’obligation vaccinale, qui ne se justifient plus, car le code pénal comporte une infraction générale
 
Or cette information n’a pas été donnée explicitement par le Gouvernement, au point que des députés, y compris dans la commission des affaires sociales, sont restés dans l’ignorance de ce qu’ils étaient en train d’alourdir les sanctions possibles alors qu’ils pensaient être en train de supprimer toute sanction! Même le rapporteur général du projet semblait ignorer ceci.
 
S’agissant du travail législatif à l’Assemblée Nationale, omettre d’expliciter de telles informations et d’en éclairer tous les aspects aux yeux des Représentants du Peuple, c’est, de la part des responsables, au mieux, un oubli critiquable et, au pire, une forfaiture."
 
Oui, une forfaiture!
 
 
Et sur cette même page, il est aussi possible d'expérimenter l'"amendement citoyen" et de participer à l'élaboration de la loi en votant (cliquer sur le bouton vert "Voter Pour" en haut de la page, à droite)...
 
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 17:18


Lettre Ouverte à Mr le Président Macron par le Dr André FOUGEROUSSE

    Dr André FOUGEROUSSE Docteur d’État ès sciences 1973
    Professeur de Chimie honoraire de l’Université de Strasbourg
    Doyen honoraire de la Faculté de Chimie
    Site personnel: www.andrefougerousse-recherche.fr
    Courriel: andre.fougerousse@orange.fr
    57850 DABO
     
    Le 2 octobre 2017
     
    Monsieur le Président de la République,
     
    Votre projet de budget pour l’année 2018 me range dans la catégorie des fonctionnaires retraités nantis et me demande de contribuer au soutien des Français moins favorisés.
     
    J’accepte volontiers ce geste de solidarité, mais, pour rester cohérent avec mon statut de fonctionnaire, je me permets d’émettre quelques exigences.
     
    Être fonctionnaire, c’est être chargé d’une fonction par l’État, fonction que l’on s’engage à remplir avec sérieux et dignité et à en rendre compte.
     
    J’ai commencé par être élève-maître à l’École Normale d’Instituteurs de la Moselle, après avoir réussi le concours d’entrée, à l’âge de seize ans. Présentant certaines capacités et ayant une bonne aptitude au travail, j’ai réussi le baccalauréat Math-Elem en 1963 (AB), puis quelques concours (IPES, CAPES de Physique-Chimie) et à me faire remarquer par un professeur de l’Université de Strasbourg, qui m’a recruté comme assistant en 1968.
     
    Après avoir passé un DES, un DEA, soutenu une thèse d’État en chimie (en 1973), qui m’a permis de découvrir les contraintes et les exigences de la recherche scientifique, fait un stage d’un an à l’Université de Montréal, j’accédais à la carrière universitaire, dont je gravissais tous les échelons. J’ai même été nommé Directeur du DEUG Sciences (1985 – 1990), pour répondre aux défis de la première massification des études supérieures, et élu Doyen de la Faculté de Chimie (1999 – 2004).
     
    Se superpose un parcours d’une quinzaine d’années en tant qu’élu de la République, trois mandats de maire (à partir de 1977, à l’âge de 33 ans, pour administrer une ville de dix mille habitants, réélu avec des scores croissants), un mandat de conseiller régional d’Alsace, de vice-président de la Communauté Urbaine de Strasbourg (malheureusement écourté, comme mon 3e mandat de maire), qui a contribué à parfaire ma formation et à me faire découvrir les méandres de la nature humaine, les contraintes d’un parti, mais aussi les vertus de l’écoute et de la concertation.
     
    Ce parcours a aussi été remarqué. J’ai été nommé Chevalier de l’Ordre du Mérite Agricole, décoré par M. Rocard en 1987, et Chevalier de l’Ordre National du Mérite par un décret de 1989 du Président F. Mitterrand, suite à la demande du Préfet.
     
    Ce curriculum étant rapidement brossé, j’en arrive à expliciter mes exigences: c’est votre projet d’imposer onze vaccinations obligatoires à de très jeunes enfants qui me révolte, parce qu’il ne répond pas aux exigences auxquelles m’ont soumises mes responsabilités de chargé de fonction publique à l’université, comme enseignant, chercheur et gestionnaire.
     
    Je m’explique.
     
    L’obligation vaccinale ne pourrait se justifier que s’il était démontré de façon incontestable, en respectant des démarches scientifiques rigoureuses, dont les procédures et les résultats seraient publiés dans des revues d’audience internationale:
    – que les vaccins protègent parfaitement tous les vaccinés (ceux-ci étant infectés artificiellement, ils risquent d’être contagieux et des transferts de virulence sont possibles);
    – que les non-vaccinés représentent un danger pour la santé publique;
    – qu’il faut un minimum de 85 % de vaccinés pour lever tout risque d’épidémie;
    – que les vaccins proposés sont sans danger;
    – qu’il est justifié d’inoculer la même dose à tous les bébés, quelles que soient leurs aptitudes.
     
    Je demande que Madame la Ministre me et vous fournisse les références des publications scientifiques sur lesquelles elle se fonde pour soutenir les affirmations ci-dessus. C’est la moindre des choses pour une telle entreprise d’agression physique aux effets incertains, que l’on veut imposer de force à tous les bébés.
     
    Mon fils ayant fait un accident après BCG en 1973, à l’âge de quatre ans, j’ai lu énormément de choses sur les vaccins et j’accuse vos services du Ministère de la Santé d’être incapables de prouver scientifiquement les assertions ci-dessus exposées, qui leur servent de justifications, indiscutables, selon eux…, mais pas prouvées.
     
    Dès lors, on ne peut pas fonder une politique vaccinale obligatoire sur la base d’observations partielles, imaginées, manipulées, interprétées, affirmées avec aplomb par des pontifes, mais malheureusement marquées par des quantités d’incertitudes et de faits contradictoires qui ne répondent pas aux dogmes officiels.
     
    J’ai enseigné et fait ma recherche en chimie organique, la chimie du vivant. Le fonctionnement d’un organisme humain est d’une extrême complexité et personne, pas même les grands professeurs de médecine (omni-compétents par définition), ne sont capables de comprendre et de prévoir toutes les interactions qui seront provoquées par l’injection directe de micro-organismes étrangers (boostés par des substances dangereuses et parfois bricolés génétiquement) ni d’imaginer les conséquences à long terme sur des organismes affaiblis. Évaluer l’efficacité d’un vaccin en se fondant exclusivement sur le taux d’anticorps n’est absolument pas fiable.
     
    Vous trouverez ci-joint la lettre ouverte que je destine à Madame Buzyn. Je cite certains travaux scientifiques publiés, qui mettent en doute l’utilité des vaccins. Je propose qu’ils soient calmement réexaminés, en toute transparence.
     
    La Liberté.
     
    Vous abordez souvent, dans vos discours, l’importance des libertés, vertus défendues de façon exemplaire, semble-t-il, dans notre pays.

    Et pourquoi pas dans le domaine des vaccinations, domaine incertain s’il en est??

    J’affirme que les non-vaccinés ne représentent aucun danger (ce sont les vaccinés que l’on infecte artificiellement) et qu’il est outrancier et diffamatoire de les accuser d’incivisme.
     
    J’estime que vous n’avez pas le droit d’imposer un acte aussi agressif, sans être assuré de son efficacité et de son innocuité à court et long terme, assurance qui n’existe pas à ce jour, sauf à ce que vous me le démontriez rigoureusement?
     
    Et forcer la soumission des parents à l’acte vaccinal, si contestable, en le subordonnant à l’obligation scolaire est d’une incroyable violence, un abus de pouvoir injustifié, contraire au Droit. C’est un acte digne d’une dictature, dont l’Ordre des Médecins serait le bras armé, cette étonnante survivance de la sinistre police médicale créée sous le régime de Vichy…
     
    Je souhaiterais, Monsieur le Président de la République, que vous laissiez un autre souvenir que cette lourde intervention obligatoire hasardeuse, parce qu’il y aura forcément d’innombrables ratés, des accidents, des scandales, du contentieux et des drames humains… pour rien.

    Les maladies infectieuses constituent seulement 1 % de toutes les causes de décès dans le monde industriel. Agiter le chiffon rouge en brandissant un décès par rougeole est pathétique.
     
    En vous remerciant pour l’attention que vous voudrez bien accorder à cet acte, dont vous porterez la responsabilité pleine et entière, je vous prie d’accepter, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments respectueux.
     
    Dr André FOUGEROUSSE
    Chargé d’une fonction de l’État pendant quarante ans.
     
    Copies transmises à Madame Buzyn et à la presse peut-être intéressée, d’abord dévouée aux puissants…
     
    Résumé

    Faire un discours à la Sorbonne, c’est acquiescer aux valeurs universelles de la recherche universitaire. En l’appliquant à l’acte vaccinal, on est stupéfait d’observer le manque flagrant de preuves scientifiques et d’assister au recours à des croyances béates, perpétuées par des bonimenteurs privés, relayées par de pseudo-scientifiques souvent intéressés.
    La santé publique exige des preuves et des assurances, dont le Président de la République est le garant. La liberté des vaccinations s’impose pour une intrusion intime qui n’a prouvé ni son utilité irremplaçable ni son innocuité. Il existe des traitements qui méritent d’être reconnus et tentés.

 
L'obscurantisme pastorien 03.07.2017

Lettre Ouverte à Monsieur le Premier Ministre

 
Lettre Ouverte à Mme la Ministre de la Santé 27.07.17

Votre haute administration n'apporte aucune preuve scientifique (publications dans des journaux internationaux) à ses affirmations fantaisistes. C'est une atteinte à l'honnêteté intellectuelle.

 
Lettre Ouverte à Mr le Président Macron 02.10.17

En intervenant à la Sorbonne, vous acquiescez aux valeurs universelles de la recherche universitaire. Appliquez-les au domaine des vaccinations, et vous serez consterné!

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 16:46
La vaccination obligatoire, quelle vacherie!

En dehors du slogan officiel «La liberté est un droit, vacciner est un choix» du mouvement "Ensemble pour une vaccination libre", d'autres idées:

 

La liberté est un droit, vacciner est un choix
Liberté vaccinale, parents informés, enfants protégés
La Liberté n’est pas une opinion, c’est un droit
Obligation de vacciner: Liberté en danger!
Ensemble /tous unis/agissons pour la LIBERTÉ vaccinale
OUI à la protection de la LIBERTÉ
Pour une vaccination libre
Tous unis pour la Liberté
Information éclairée, liberté respectée
Liberté de choix!
Liberté vaccinale, je choisis d’avoir le choix!
Liberté vaccinale, responsabilité parentale
Tous unis pour la liberté vaccinale
La LIBERTÉ, ça ne se discute pas!
Agissons ensemble pour la liberté vaccinale
OUI à la LIBERTÉ de choisir sa SANTÉ
Pas de vaccin contre la liberté!
Pour la liberté vaccinale, un droit inaliénable!
Un Vaccin pour la liberté?
Vaccins sans contraintes, rendez moi ma liberté
Consentement libre et éclairé pour tout acte médical
Liberté bafouée, enfance en danger
Liberté d’opinion, liberté de vaccination
Liberté en danger, NON à l’obligation vaccinale
Liberté en danger, santé à protéger
Liberté sous scellé, enfance en danger
Liberté vaccinale, mon corps, mon choix.
Liberté vaccinale, oui à la protection, non à l’obligation.
Liberté vaccinale, oui à la protection, non à la répression.
Liberté: n’oublie pas mon corps
Mon enfant, mon droit, ma liberté
Mon enfant, mon droit, mon choix

Obligation de Liberté

Source: http://www.epvl.eu/quelques-idees-de-slogan-vos-affiches-panneaux/
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 16:31
Se défendre juridiquement contre le Linky

Il est encore temps de rejoindre l'action en justice contre le Linky:

Linkysition ne passera pas chez moi

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 15:56

Message relayé

"La Liberté est un droit,
{se laisser} vacciner est un choix!"

Madame, Monsieur

Nous le savons depuis quelques semaines maintenant, Madame Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé, a placé au cœur du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) l’article 34 visant à "étendre l’obligation vaccinale".

C’est avec regret et indignation que nous vous annonçons que cet article vient d’être voté à l’Assemblée Nationale le Vendredi 27 Octobre par 63 députés sur 75 votants.  Non, vous ne rêvez pas, ce sont bien 75 députés seulement qui ont choisi pour 66 000 000 de Français! (NDLR: et seulement 63 qui ont décidé la contrainte pour 66 millions) (pour rappel, il y a 577 députés).

En plus de bafouer nos droits fondamentaux tels que le droit de disposer de son corps et le libre choix thérapeutique (loi Kouchner de 2002, code de Nuremberg) le parlement vient de se priver d’un vrai débat démocratique, malgré la demande de plusieurs députés pour que celui-ci ait lieu.

Les amendements de retrait de l’article 34 ont tous été rejetés, tout comme la proposition de Monsieur Dupont-Aignan de mettre en place une commission d’enquête, ainsi qu’un moratoire d’un an sur cette mesure.

Comment peut-on voter une loi aussi importante qu’est l’extension vaccinale sans que députés et sénateurs n’aient eu le temps d’examiner en profondeur la question? Sans qu’ils n’aient eu entre leurs mains les études, recommandations, mises en garde, avis des différents médecins et citoyens? Seules les conclusions de la commission FISCHER ont été examinées, commission qui rappelons-le, a étouffé la parole du jury de citoyens et du jury de professionnels de santé la composant.

Nous rappelons que la Ministre veut obliger tous les nourrissons nés à partir de Janvier 2018 à se vacciner contre 11 maladies et cela sans qu’aucune épidémie ou urgence de santé publique ne le justifie. Les parents qui refuseraient de faire ne serait-ce qu’une seule valence (la très controversée hépatite B par exemple) se verront refuser l’entrée en collectivités de leur enfant.

C’est un scandale!

Les parents sont totalement dépossédés des droits parentaux en terme de santé, les médecins se font voler leur rôle de prescripteur et pire encore, les enfants seront exclus de toutes collectivités comme s’ils étaient des parias.

De quel droit peut-on prendre une décision aussi grave à la va-vite? Attention!

La ministre a annoncé que cette loi ne concernerait que les enfants nés à partir du 1er Janvier 2018, mais ne nous leurrons pas, si le projet de loi de Madame Buzyn passe tel quel, attendons-nous à des amendements élargissant l’obligation aux enfants nés les années précédentes.

Sans parler des allusions à peine déguisées d’Olivier Véran, lors de la Commission des affaires sociales, sur le projet d’extensions d’obligations au vaccin HPV (papillomavirus), y compris pour les garçons, alors qu’il est déjà hautement contesté pour les filles, retiré de la vente en Autriche et au Japon. Remis en cause auprès de l’EMA au Danemark par rapport à sa sécurité, et que plus de 1000 professionnels de santé en France demandent depuis plusieurs années un moratoire sur ce vaccin. A l’heure actuelle, personne ne sait encore si ce vaccin a la moindre efficacité pour prévenir un cancer du col de l’utérus… (alors ne parlons pas d’autres préventions fort improbables ).

Comme toujours, le gouvernement a fait la sourde oreille quant aux propositions et doutes affichés par les nombreux citoyens, professionnels de santé et députés.

La Ministre persiste à marteler que les vaccins sont tous efficaces, bénéfiques, nécessaires et sûrs, que les adjuvants sont inoffensifs et que toutes les études le démontrent (ce qui est clairement faux!). Avec monsieur le rapporteur général, Olivier Véran, ils remettent même en cause les études menées par le Professeur Gherardi (NDLR: concernant la myofasciite à marcophages), en affirmant qu’il s’agit d’un débat franco-français et que la pathologie décrite par M. Gherardi n’est pas reconnue par l’Organisation mondiale de la santé, et qu’il n’existe aucun cas ailleurs dans le monde.

Pourtant plus de 12 pays ont détecté des pathologies très similaires à la Myofasciite à Macrophage de par le monde, et des chercheurs de nombreux pays pointent du doigt la sécurité toute aléatoire des adjuvants aluminiques. Si on admet que l’adjuvant aluminique peut induire des troubles cognitifs, donc une atteinte neurologique chez des adultes, qu’en est-il des vaccins pédiatriques sur des nourrissons en pleine évolution neurologique, motrice, et d’apprentissages fondamentaux?

En réalité, la polémique sur l’aluminium remet en cause complètement la sécurité des vaccins sur ces 20 dernières années au moins, et si elle est tant controversée, c’est qu’il n’y a pas que les industriels pharmaceutiques qui se sentent concernés par la toxicité neurologique de l’aluminium, il y a aussi les industriels de la cosmétique et de l’agro- alimentaire.

Ce point est d’un enjeu considérable. (Rappelons que sur les 11 vaccins que la loi prévoit de rendre obligatoires, 8 sont adjuvantés en aluminium.)

De plus, comme si cela ne suffisait pas, en supprimant l’article L3116-4 du Code de Santé Publique qui prévoyait une peine de 6 mois d’emprisonnement et jusqu’à 3750 € d’amende, les parents réfractaires seront dorénavant menacés par l’article 227-17 du Code Pénal qui dit que: «le fait, par le père ou la mère, de se soustraire, sans motif légitime, à ses obligations légales au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de son enfant mineur est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 €uros d’amende ».

Ce que ne nous dit pas la Ministre, c’est que les enfants ne seront pas les seuls à pouvoir se retourner contre les parents en cas de maladie suite à une non-vaccination!

En effet, toutes administrations, médecins, P.M.I., assistants sociaux, etc., pourront déposer plainte contre les parents qui ne feront pas vacciner leur enfant contre la totalité des 11 maladies, et cela peu importe que l’enfant soit en collectivité ou non, malade ou non! Tout cela change la donne, nous sommes bien loin du discours de la Ministre qui se veut non punitif et, en omettant sciemment de nous préciser ce “petit détail”, elle a bien réussi à rouler dans la farine non seulement les citoyens et la presse mais aussi les députés!

Pour autant, rien n’est perdu!

Le texte de loi doit passer par le Sénat, qui - espérons-le - ne votera pas le texte en première lecture.

De plus, le conseil constitutionnel pourra également décider de censurer l’article 34 puisque nous vous rappelons que celui-ci présente toutes les caractéristiques du “cavalier législatif”; comme l’a rappelé madame Blandine Brocard, les dispositions qui n’affectent pas significativement l’équilibre financier des régimes obligatoires et dépourvus de lien direct avec l’objet exclusivement financier du PLFSS sont systématiquement censurées.

Malgré le vote de L’Assemblée Nationale,

il est totalement proscrit de se désolidariser.

Nous devons rester debout, soudés, unis et forts pour défendre les intérêts de nos enfants et des générations futures. Nous refusons de rester les bras croisés et continuons le combat!

Plus que jamais il est nécessaire d’élever nos voix en faveur de la liberté,

en manifestant auprès du mouvement,
Ensemble Pour une Vaccination Libre,
le 25 Novembre {2017} prochain.

Pour nous aider à financer l’organisation de la manifestation, vous pouvez dès à présent acheter vos t-shirts, badges et autocollants ou faire un don sur la boutique.

Les débats au Sénat devrait débuter le 13 novembre, nous avons jusqu’à cette date pour convaincre un maximum de sénateurs du caractère inconstitutionnel de cette loi afin que le conseil d’état soit saisi. (par au moins 60 sénateurs ou députés).

Ainsi, nous vous demandons de continuer à les contacter en masse pour leur faire part de vos inquiétudes et demander la saisine du conseil constitutionnel.

Nous vous proposerons, très prochainement, une lettre à envoyer à vos députés et sénateurs. Par ailleurs nous vous demandons également de poursuivre la sollicitation auprès d’eux pour une demande de rendez-vous.

Nous vous invitons à venir manifester en nombre

à Paris,

le 25 Novembre 2017

à 14 H aux Invalides,

à l’angle de la rue de l’Université,

pour défendre nos libertés.

Il y aura au programme, des interventions de médecins et pharmaciens, des témoignages de victimes de la vaccination ainsi que de l’information. Nous vous attendons nombreux, afin de faire entendre notre voix au gouvernement, parce que:

“LA LIBERTÉ EST UN DROIT,
VACCINER EST UN CHOIX”.

L’équipe "Ensemble Pour une Vaccination Libre".

 

Rnsemble pour la liberté de disposer de son corps et de protéger celui de ses enfants!

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 12:26
Linky: La mort à domicile

 

Ci-dessous, une vidéo assez complète, qui montre comment les champs magnétiques artificiels ouvrent la barrière hémato-encéphalique et fait assez bien le tour de la question, y compris sur le plan juridique.

Sur le plan juridique justement, une fois que l'on a compris les méfaits du compteur Linky et que l'on a décidé de le refuser, ce qu'il faut savoir:

Il existe deux contrats régissant la fourniture d'électricité.

L'ancien contrat concernant 80% des utilisateurs: ERDF ou Enédis a obligation de respecter le contrat et ne peut donc pas modifier les caractéristiques de l'électricité.

Ce contrat "ancien" protège 80% de la population.

Sur la base de ce contrat, en France 35 millions d'abonnés peuvent facilement refuser le Linky si leur contrat date d'avant le 1er Février 2014.

Une lettre recommandée avec accusé de réception (LRAR) est, en ce cas, à envoyée à ERDF-Enédis disant, tout simplement, que l'on refuse la modification du contrat.

Dans l'ancien contrat il existe une seule fréquence de 50 Hz pouvant être délivrée aux clients, une fréquence conforme à la norme NF EN 50160.

Après le 1er février 2014, c'est le nouveau contrat de 12 pages (au lieu de 4 pour l'ancien) qui est en vigueur. Le changement c'est principalement l'article 2-8 21 de ce nouveau contrat qui dit que le fournisseur se réserve le droit de modifier la qualité de l'électricité délivrée et impose une 2ème fréquence pouvant aller de 95 Kz à 490 Kz, dite "fréquence de flicage".

Cette fréquence, même des cambrioleurs potentiels peuvent l'utiliser pour savoir si vous êtes chez vous ou pas...! Pour ceux qui ont signé le nouveau contrat postérieur au 1er février 2014, la situation n'est pas désespérée pour autant, mais l'argument juridique à opposer au changement du compteur est quelque peu différent...:

Voici, par conséquent l'autre solution juridique pour ceux qui ont un contrat postérieur au 01/02/2014:

Il s'agit de la loi du 7/12/2006loi 2006-1537 - sur le secteur de l'énergie, qui dit que le gestionnaire d'un réseau d'électricité (Enédis) est chargé des activités de comptage, lesquelles sont précisément définies et n'incluent pas le pompage des données privées du client. Cela implique que le gestionnaire de réseau (Enédis) ne peut pas s'approprier le contrôle des puces intégré dans tous les appareils domestiques destinés à la domotique personnelle.

Dans tous les cas ce qui est important c'est d'exister et de ne pas se laisser faire. Sinon, de la part du gestionnaire de réseau, gare aux fréquents abus de droit!

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 20:00

Message relayé

Une atteinte totale aux libertés individuelles
et aux droits constitutionnels

Extraits de l'article:

"La guerre est déclarée contre nos nourrissons si fragiles pour affaiblir leur système immunitaire avec des injections inutiles, et la dictature en marche enlève aux parents le droit de consentir à un acte médical invasif, pouvant causer des décès ou de lourds handicaps à leurs petits. Il y a un défaut total de transparence sur les risques encourus alors que depuis la commercialisation, il y a suffisamment de recul pour donner et publier les vrais chiffres sur les décès et les lourds effets secondaires. C'est une atteinte totale aux libertés individuelles et aux droits constitutionnels."

Il est choquant de voir qu'il existe des conflits d'intérêts, puisque deux ministres ont travaillé pour les laboratoires dont un qui commercialise ces vaccins, et on connaît l'influence de ce lobby.

On sacrifie les nourrissons pour engraisser les multinationales, comme toujours l'argent avant l'humain, sous prétexte de bons sentiments. Les petits recevront 10 injections entre 2 et 18 mois. Comment réagira leur organisme face à l’inoculation de pareilles doses massives de poison?

Cet excellent business des vaccins pour ces industriels cotés au CAC40 permet l'augmentation de leur chiffre d'affaires, le tout avec la complicité de nos élus. Les vaccins , c'est bon pour la santé des labos...

Lors du vote de l'article 34 totalitaire de ce projet de loi, il n'y avait à l'assemblée que 75 députés au lieu des 577 élus et seuls 3 députés (dont Dupont Aignan+2 députés LREM) ont voté contre l'extension vaccinale. Donc seuls 3 députés protègent nos bébés face au lobby! C'est absolument sidérant."

Lire l'article complet

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2017 6 28 /10 /octobre /2017 20:16

Extrait d'une newsletter de l'IPSN:

Vaccins obligatoires

Des médecins généralistes interrogent les députés

La lettre commence fort. Les médecins affirment:

“Nous estimons que cette obligation groupée est injustifiée, contraire aux données de la science, aux droits des patients et aux principes du Droit en démocratie.”

Un peu plus loin, après avoir pris la précaution de souligner qu’ils ne souhaitent pas créer la polémique, nos médecins, rappellent tout de même, que:

“L’histoire des vaccinations en France n’est pas linéaire, qu’elle a connu des succès et des échecs, que des vaccins sont apparus et ont disparu pour cause d’efficacité/inefficacité, voire de dangerosité.”

Ils ajoutent:

“En tant que citoyens éduqués, et en application de la loi du 4 mars 2002, les Français ont le droit d’exiger des informations précises, claires et robustes sur les tenants et les aboutissants de la vaccination et n’ont pas à être soumis à des décisions précipitées et à une interprétation maximaliste de la concertation sur les vaccins”.

Plus loin, ils affirment:

“Même dans l’hypothèse irréaliste d’une couverture vaccinale à 100 % et d’une efficacité vaccinale à 100 % stable dans le temps (...), les huit vaccins supplémentaires recommandés ne peuvent permettre de prévenir plus de 1% des décès survenant à ces âges [moins de deux ans].”

En clair, la mesure est aussi violente qu’inutile

Ce n’est pas une petite charge de la part de nos médecins généralistes.

Ensuite, est développée une argumentation plus spécifique en rapport avec certains vaccins.

Nos médecins estiment que dans les cas de maladies rares comme la méningite à méningocoque C
“la vaccination universelle risque de provoquer plus d’effets indésirables graves chez les nourrissons, que de bénéfices dans la population générale.”

Enfin, nos médecins s’inquiètent de la disproportion et de la violence des sanctions que les parents peuvent subir (ils ne pourront plus scolariser leurs enfants) en cas de non respect de la loi.

L’intérêt de cette lettre est qu’elle rappelle que la vaccination est une réalité scientifique et médicale complexe qui mérite d’être traitée avec finesse.

Cet appel des hommes (et des femmes) de l’art est très important. Espérons qu’il sera entendu par les députés. Espérons qu’aux doutes raisonnables exprimés par les thérapeutes, ils ne répondent pas en dégainant une législation armée qui mettrait tout le monde dans l’embarras et pourrait causer, in fine, bien plus de tort que le gouvernement ne l’imagine. (Retrouvez la lettre dans son intégralité ici).

Lire la lettre ouverte complète des médecins
au format PDF

 

Voir aussi:

La vaccination est sans risques Vraiment?

 

Post-Scriptum:

A présent que le vote a eu lieu:

Ils ont été 75 députés à participer au vote: 75 sur 577!!!
63 pour, 3 contre, 9 abstentions.

63 députés sur 577 ont voté une décision qui va impacter la vie de millions de Français!

Pour une obligation qui va toucher tous les enfants français, 502 députés sont absents et ne votent pas.

Il y a vraiment un problème qui tient du scandale pour notre représentation nationale.

Ils étaient où les 502 autres?

Absents!

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2017 5 27 /10 /octobre /2017 22:12

Message relayé

ROBERT KENNEDY JR. compare la vaccination à un véritable holocauste

Robert Kennedy, Jr. démocrate et avocat spécialisé dans le droit environnemental, neveu de l’ancien Président assassiné John Kennedy, s’est adressé à un auditoire au Théâtre Crest à Sacramento, mardi le 7 avril 2015, pour promouvoir le film, «Trace Amounts» qui remet en question la sécurité et l’efficacité des vaccins pour les enfants. C’est ce mercredi qu’a lieu le premier vote sur un projet de loi éliminant l’exemption des vaccins pour des croyances personnelles.

Kennedy dit qu’il n’a aucune confiance dans les responsables de la santé publique, que les fabricants de vaccins peuvent mettre ce qu’ils veulent dans les vaccins sans qu’ils ne soient jamais tenus responsables des dommages.

Lorsque Kennedy a demandé à la foule de quelques centaines de personnes combien de parents ont eu un enfant incommodé par les vaccins, de nombreuses mains se sont levées. Beaucoup de parents croient que la santé de leurs enfants a été endommagée par les vaccins.

Monsieur Robert Kennedy multiplie ses apparitions publiques pour sensibiliser les parents aux dangers des vaccins.

Qu'est-ce qui cause l'autisme des enfants? Robert Kennedy répond...

Source: http://stopmensonges.com/robert-kennedy-jr-compare-la-vaccination-comme-un-veritable-holocauste/

Robert Kennedy Jr: Le mercure des vaccins vous tuera!

Les vaccins causent l'autisme!

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 09:19

Sans doute afin de bien enfoncer le clou, Michel Dogna, qui a déjà écrit sur de nombreux sujets, vient (après Sylvie Simon, Michel Georget, Tal Schaller, etc.)  de publier à son tour un livre sur le crime vaccinal. Il est vrai qu'au moment où, en France, les pouvoirs publics, à la botte des labos, s'apprêtent à imposer 11 vaccins obligatoires aux nouveaux-nés, ce crime risque de prendre des proportions jusqu'ici encore rarement atteintes... Il est donc grand temps, une bonne fois pour toutes, d'en finir avec ce dogme absurde et meurtrier.

En ce début d'hiver, apprendre à prévenir et soigner naturellement la grippe (en l'accompagnant plutôt qu'en la combattant) et d'autres épidémies par des pratiques simples et efficaces et totalement dénuées d'effets secondaires négatifs (voir ci-dessous), voilà ce qui, en réalité, est, réellement, de première nécessité.

 

Message relayé

Newsletter N° 77 de Michel DOGNA

micheldogna.contrinfos@gmail.com

La Newsletter de Michel Dogna

GRIPPE
Les raisons criantes pour ne pas
se faire
vacciner

Une fois de plus, je reviens sur l’imposture concernant  la vaccination contre la grippe, qui comme tous les ans à l’entrée de l’hiver fait l’objet d’une campagne publicitaire massive. Les médecins sont tenus par la CRAM de convaincre leurs clients à partir de la soixantaine de se faire vacciner, et les services administratifs médicaux vont jusqu’à aller à la pêche à domicile des «troisièmes âges», en proposant de leur faire bénéficier (j’aime bien le mot) de la protection face aux épidémies hivernales soi disant « très dangereuse pour eux». Il y a pourtant eu, suite à ces vaccins antigrippaux, durant les décennies qui précèdent, une multitude de complications pulmonaires fatales parmi les gens âgés, ceci m’ayant porté à parler carrément de "vaccins anti retraités".

Ceci n’empêche pas les pouvoirs publics, à la botte des labos, de nous rabâcher sans cesse que des milliers de personnes décèdent chaque année suite à la grippe. En réalité, ces décès ne concernent, le plus souvent, que des personnes dont l’état général était déjà très délabré. Or s’ils meurent, c’est surtout en raison du coup fatal donné par le traitement protocolaire de la grippe. Et bing!... bon débarras – ce n’est qu’un improductif qui pompe dans les caisses de retraite, elles aussi agonisantes. 

Mais le nombre de retraités affaiblis est très insuffisant pour soulager ces caisses. Alors, il faut "aider" un maximum de seniors à s’affaiblir – et ce grâce à quoi?... à l’invention du bon Docteur Pasteur, LE VACCIN,… en l’occurrence celui de la grippe.

Remarquez que ce seul mot VACCIN est magique! On ne cherche même pas à savoir quels sont les mystères de sa composition, ni comment çà marche; l’essentiel, c’est qu’on soit ras-su-ré! En tout état de cause, dans tous les cas où le coup de la caisse de retraite est raté, le corps médical et la pharmacie s’y retrouvent avec chaque année un nouvel arrivage très rentable d’éclopés de la "vaccinomania".

Mais ce n’est pas tout, diverses études statistiques ont mis en évidence une courbe croissante de la maladie d’Alzheimer chez ceux qui sont annuellement  fidélisés au vaccin antigrippe. Ce n’est d’ailleurs pas un scoop puisque j’avais déjà publié il y a une dizaine d’années un article intitulé: "Des vaccins antigrippe qui rendent gogol" à partir des travaux du Docteur Groussac dévoilant que 11 des vaccins du marché pharmaceutique contiennent des fragments d’ARN à double brin; or ceux-ci ont la propriété de bloquer les gènes déjà  altérés par les réplications successives, en particulier parmi les neurones…..

L’expert russe Léonid Ivachov avait prédit selon les renseignements américains, qu’en 2015 il y aurait trois milliards d’humains en trop  à éliminer (on y est), et que la création  de virus devant entraîner la mort massive de gens est une stratégie globale de régulation démographique beaucoup plus efficace que les guerres. Selon lui, TOUTES les épidémies actuelles ont été crées dans les laboratoires… et je vous le donne en mille par quel biais? Par des vaccins qui sont censés vous protéger de maladies potentielles qui n’existent pas!

Oui, les peureux vont et iront en enfer! Déjà la fameuse grippe espagnole, qui n’était pas plus espagnole que les capotes sont anglaises, est issue d’un abominable bouillon de culture qui se voulait un vaccin et qui a été inoculé aux soldats américains durant la guerre de14/18. On ne connaît pas exactement, vu le manque de moyens de communication de l’époque, le nombre de victimes dû à cette hécatombe épidémique dont le vecteur fut ce vaccin, puisque les chiffres varient carrément entre 25 et 50 millions dans le monde.

Je m’abstiendrai de remettre sur la table le complot du SRAS monitoré par l’OMS en 2003, du montage grotesque de la grippe aviaire qui lui a succédé, et du scandale de la grippe porcine en partie avorté grâce à la résistance internationale. Il faut être amnésique ou déjà "bien plombé" aux vaccins pour continuer à faire aveuglément confiance aux infos santé de la télé, des mutuelles aux ordres, de la CRAM aux ordres de Bruxelles c'est-à-dire du N.O.M. (gouvernement mondial), et de votre médecin (esclave de "l’Ordre"). N’oubliez pas que le vaccin antigrippe n’est pas obligatoire, ce qui veut dire que vous n’avez aucun recours juridique en cas de pépin.

Enfin, soyons juste logique: il y a peut-être 20 milliards de souches virales potentielles prêtes à exterminer l’humanité cette année et l’année prochaine. Quel surdoué de la météo virale pourrait lire dans le marc de café laquelle de ces multiples souches a décidé d’attaquer l’humanité cet hiver? Alors sur quelle base mystérieuse sont fabriqués les vaccins? A moins que … la prochaine grippe ne soit propagée par le vaccin lui-même, comme précédemment?!!! 

Mais pourquoi la recherche s’acharne t-elle sur les vaccins plutôt que sur la maladie elle–même? Pourquoi le protocole de la médecine officielle concernant la grippe fait–il semblant de soigner  cette maladie purement virale avec une antibiothérapie, alors que tout le monde sait  que les antibiotiques sont inefficaces sur les virus? Aussi j’aime bien, lorsque j’entends des gens dire après 2 à 3 semaines pour se remettre d’une grippe "et qu’est-ce que cela aurait été si je n’avais pas eu les antibiotiques!" - et je réponds: "Cela aurait été beaucoup mieux car vous auriez au moins évité de détruire votre intestin pour un bon bout de temps".

Mon ami le Dr Tal Schaller, célèbre militant de la médecine holistique, explique avec beaucoup de simplicité et de pédagogie le leurre vaccinal. Il dit que les connaissances actuelles en immunologie prouvent que TOUS LES VACCINS sont inefficaces et dangereux.

Que font réellement les vaccins? Ils augmentent la production d’anticorps dans le sang – on se croit alors protégés. Mais on oublie de vous dire que l’immunité humorale ne représente que 10% de l’immunité générale. Les 90% restants, c’est l’immunité cellulaire, qui est la véritable immunité; et il s’avère que cette immunité-là, au niveau des cellules, est systématiquement endommagée par les vaccins. C’est pour cela que l’on constate partout dans le monde, que les gens, et surtout les enfants, sont deux fois plus malades chez les vaccinés que chez les non vaccinés. Concernant la grippe, contrairement à la croyance populaire induite, ce sont les vaccinés qui meurent le plus… Mais ce n’est pas politiquement correct de colporter cela.

Tout ceci est d’autant plus stupide qu’une grippe est relativement facile à soigner – La logique n’est pas d’empêcher la grippe, mais de l’accompagner confortablement en aidant l’organisme dans son travail plus intelligent que n’importe quel médecin. Une grippe bien menée dure 24 heures sans avoir à s’aliter (alors pourquoi de dangereux vaccins?)

* D’abord ne pas empêcher la température de monter; jusqu’à  40° laisser faire, cela effectue un travail d’incinérateur de tout ce qui est pathogène. Si la température ne monte pas ou pas assez par manque de défenses, créer une hyperthermie artificielle avec des bains de 15 à 20 min. partant de 35° et montant progressivement à 42/43° s’il n’y a pas de palpitation sévère, suivi de ½ heure minimum d’enveloppement dans une grande serviette sous la couette, et ce pour le grand ménage de n’importe quelle grippe. (Voir mon petit livre "L’Hydrothérapie chez soi" Ed. Guy Trédaniel)

* En même temps il convient de booster les défenses immunitaires. Il y a une panoplie au choix et à la carte avec:

- Chlorure de magnésium 20 g / litre d’eau -  40 ml toutes les 2 heures pour un adulte (déclenche une diarrhée sans gravité) – réservé à ceux qui n’ont pas d’insuffisance rénale.
- Cuivre oligo Granions – 1 ampoule, matin et soir.
-
Tisane du Dr Belaiche avec dans 1 litre d’eau 2 branches de thym ou sarriette, 2 rouleaux de cannelle, 5 clous de girofle – bouillir 3 min – 4 à 5 tasses dans la journée.
- Décoction de bourrache – 20 g pour 1 litre d’eau – bouiller 5 min – infuser 15 min – 3 à 4 tasses dans la journée.

Et dans tous les cas sévères, ajouter: 

  • Sérum de Yersin 15 CH - 1 dose.

Prévention en cas d’épidémie:

  • Brûler de la sauge pour enfumer toute la maison
  • S’enduire mains, bras et cuisses avec du Vinaigre des 4 voleurs.

Petite remarque finale :
Plus les gens sont motivés dans la vie, moins ils contractent facilement la grippe,
et inversement, moins les gens sont motivés dans la vie et plus ils sont fragiles.


Pour tout savoir sur les vaccins:

"Le Crime Vaccinal"
de Michel Dogna et Anne Françoise L’Hôte

Téléchargez l’e-book sur :

www.irelia-editions.com - 192 pages - 9€80 
ou
Commandez le livre papier 200 pages - 17€ 80 + port sur :

https://www.lesbrossesadents.fr/michel-dogna-crime-vaccinal.html

Tél.: +33/ 982 99 13 89

 

Partager cet article
Repost0