Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 20:36

Message relayé

 

 

Et qu'en est-il de votre denture?

 

 

Le témoignage ci-dessous est proposé à l'information et la réflexion des lecteurs. Il n'a absolument pas valeur d'incitation. Il en va de même pour son commentaire. Le sujet est, en effet, controversé; il y a les pour (peu nombreux) et il y a les contre (la grosse majorité). Le fait de décider de retirer ou non des amalgames au mercure ou des dents dévitalisées est une décision importante, qui, ne doit pas être prise à la légère et que chacun pouvant être concerné, avant de la prendre, doit mûrement peser...


 

T émoignage en rapport avec l’importance relative entre les amalgames au mercure et les dents dévitalisées.


"Témoignage de guérison du syndrome de fatigue chronique en rapport avec les amalgames au mercure et les dents dévitalisées.



"Voici mon témoignage et j’espère qu’il vous intéressera. Il y a une dizaine d’années, j’avais alors 55 ans et j’étais assez fatiguée en permanence, sans raison apparente et sans maladie selon la médecine. Je commençais aussi à ressentir des douleurs articulaires à la hanche gauche.

 

Mon dentiste me proposa alors d’enlever tous mes amalgames dentaires, une douzaine environ. Il le fit avec les précautions d’usage pour que je n’absorbe pas de mercure. A la suite de cela, je ne me suis pas sentie plus mal certes, peut-être un peu mieux, car j’ai eu l’impression que ça m’avait enlevé une certaine lourdeur dans les mâchoires c’est vrai, mais rien de très net ne se produisit sur la vitalité toutefois. Le dentiste était étonné car il m’a dit avoir enlevé des centaines d’amalgames dentaires à ses patients pendant plusieurs d’années et que leur santé s’était toujours au moins un peu améliorée. Il me proposa alors d’enlever mes trois dents dévitalisées, qui pourtant ne faisaient pas mal.

 

C’est alors que j’ai ressenti instantanément après l’extraction un regain notable d’énergie qui est restée ensuite et que j’ai toujours aujourd’hui, soit une dizaine d’années après. Ma vie a retrouvé alors une vitalité que j’avais perdue depuis des années. Le dentiste m’a dit que par la suite il s’est mis à proposer directement à ses patients d’extraire toutes leurs dents dévitalisées, même celles qui ne comportaient pas d’amalgame au mercure. J’étais en fait l'un de ses derniers patients à qui il n’avait pas directement proposé d’enlever leurs dents dévitalisées. C’est pour cela qu’aujourd’hui, il m’a recontactée pour me demander de témoigner, car mon cas est en fait assez rare, semble-t-il, et intéressant pour comprendre l’importance relative de la toxicité des amalgames au mercure et de celle des dents dévitalisées.

Vous pouvez vérifier l’authenticité de mon témoignage en me contactant par email dans un premier temps. Si vous me laissez un numéro de tel fixe, je vous recontacterai par téléphone si vous le souhaitez. J’accepterai même de vous rencontrer si vous venez sur Nice où j’habite."


Emilie A: orchidea666@hotmail.fr.

 

Le commentaire du Dr Darmon:

"Quand l’état n’est pas très grave, enlever les amalgames dentaires peut suffire pour redonner suffisamment de vitalité aux patients pour qu’ils retrouvent la santé, c’est vrai, et je l’ai vérifié, de nombreuses années, dès 1990, sur des centaines de patients. Mais enlever leurs dents dévitalisées est beaucoup plus efficace encore, je l’ai constaté sur des centaines de patients aussi. Cela permet même souvent de guérir des pathologies très graves. C’est aussi ce qu’ont compris quelques médecins qui étaient connus pour guérir ce que personne n’arrivait à guérir comme feu le cancérologue Joseph Issels, feu le stomatologiste parisien Lepoivre, feu l’homéopathe Paul Lozillon et l’acupuncteur Jean-Gabriel Thomas. Ces médecins ne faisaient enlever que les dents dévitalisées, pas les amalgames au mercure. Et cela chacun sur des centaines, voire des milliers, de patients.

Une petite modération toutefois pour les amalgames au mercure et les dents dévitalisées.


Enlever les amalgames dentaires est délicat, quand même. Il faut le faire avec une bonne aspiration chirurgicale, de préférence avec les canules d’aspiration de marque clean up, pas nécessairement alors avec une digue. Il faut aussi bien maitriser la mise en place de composites dentaires, la solution correcte la moins onéreuse, ce que tout le monde ne maitrise pas visiblement, sur les dents du fond notamment, car c’est assez délicat. Car si c’est pour mal faire les composites et qu’ensuite les dents se nécrosent, je crois aujourd’hui qu’il vaut presque mieux garder ses amalgames au mercure….

Parfois enlever les dents dévitalisées ne suffit pas non plus à enlever tous les poisons qu’elles ont laissé dans les os des mâchoires. Cet élément peut être déterminant dans les pathologies graves. Il faudra alors effectuer soit des curetages osseux soit des injections, dans les os qui les ont contenues et mettre aussi éventuellement des cristaux dans les prothèses amovibles. Et même là, ce ne sera pas aussi bien que si on n’avait jamais eu de dents dévitalisées, c’est pourquoi il vaut mieux s’en débarrasser le plus vite possible."  - Fin de citation. -

 

 

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?p=130.

.

.

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 21:21
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 22:48

 

Les 10 plus gros mensonges
sur le Sida

 

Interview de Harven sur la RTBF (chaîne belge): 

 

1er mensonge: Le sida est une nouvelle maladie. 
2e mensonge: Il existe un virus du sida: le VIH 
3e mensonge: Le VIH est la cause du sida 
4e mensonge: Les médicaments antiviraux sont bénéfiques 
5e mensonge: La séropositivité est un signe d’infection par le VIH 
6e mensonge: Le sida est contagieux 
7e mensonge: Le VIH est la source de nombreuses maladies 
8e mensonge: Il vaut mieux savoir que l’on est séropositif 
9e mensonge: L’épidémie du sida est dévastatrice 
10e mensonge: Les scientifiques sont tous d’accord

 

 

http://arnaquedusida.blogspot.com/


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 09:09

Une réflexion originale sur l'homéopathie est ci-dessous proposée, une réflexion qui n'est  certes pas un discrédit (nous considérons, pour notre part, Samuel Hahnemann comme un grand esprit et nous sommes sûrs qu'il y a d'excellents homéopathes, en particulier  ceux qui pratiquent l'homéopathie dite "uniciste", faisant quotidiennement un excellent travail!) mais une réflexion qui permet sans doute d'aller plus loin dans la compréhension des processus...

 

Sans pour autant en approuver tous les termes, elle nous semble, toutefois, en vue d'un meilleur usage de l'homéopathie (elle devrait, sans doute, être davantage utilisée dans les cas d'urgence, en privilégiant en dehors de cela les assainissements de fond), mériter d'être soumise à la réflexion des lecteurs de L'Art de Vivre Sain...

 

 

Analyse critique de l’homéopathie

 

Loin de moi l’idée de penser que l’homéopathie n’est pas efficace et n’agit que comme un simple placébo, ce serait vraiment être de mauvaise foi.

 

Une mauvaise foi que j’ai rencontrée auprès des membres du Conseil de l’Ordre des dentistes qui nient les nombreuses guérisons (en voir une centaine sur www.sante-dents.com) obtenues après extractions des dents dévitalisées, car cela les dérange trop.

 

Non, l’homéopathie est une médecine très efficace et qui peut même parfois sauver des vies, je n’en ai aucun doute. L’homéopathie est efficace, (...) et tout comme le fait de dévitaliser des dents a permis de sauver des millions de dents et même de sauver des vies.

 

Nier cela serait ridicule. Il peut vous sembler incroyable que moi, le grand pourfendeur de la dent dévitalisée, je dise que dévitaliser des dents peut même sauver des vies, même si c’est rare à vrai dire. Et pourtant, une pulpite aigue due à une carie très profonde provoque une très violente douleur dentaire qui est suicidogène. Il vaut donc mieux dévitaliser une dent que de laisser une pulpite aigue qui pourrait provoquer le suicide du patient, tant la douleur est insupportable. Bien sûr, le mieux serait d’extraire la dent car la dévitalisation de l’organisme qui arrivera ensuite sera terrible mais à défaut, ma foi, il vaut mieux la dévitaliser.

 

Pour les vaccins idem, les personnes anti-vaccins nient généralement leur efficacité et ainsi décridibilisent tous les discours sur la dangerosité des vaccins [Note de ADVS: Nous sommes, pour notre part, plutôt réservés en ce qui concerne cette assertion, dont nous laissons la pleine esponsabilté à l'auteur]. Non les vaccins permettent de diminuer les maladies pour lesquelles ont vaccine, je n’en ai aucun doute, seulement voilà ils fabriquent des autistes, des leucémies, des handicapés mentaux notamment donc des maladies bien plus graves encore que celles qui sont sensées être évitées par la vaccination. Et cela, la médecine qui vaccine refuse de le voir comme elle refuse de voir d’ailleurs toutes les catastrophes que la plupart de ses médicaments chimiques provoquent sur le long terme et donc que la plupart du temps il aurait mieux valu s’abstenir de les prendre, tout comme il aurait mieux valu s’abstenir de vacciner, tout comme il aurait mieux valu s’abstenir de dévitaliser les dents et tout comme, nous allons le comprendre ici, il aurait mieux valu éviter aussi l’homéopathie..


Mais que nous reste-il alors à nous, pauvres malades, me direz vous? Eh bien tout le reste, toutes les autres médecines, qui sont en accord avec le fonctionnement du corps et ne l’empoisonnent pas. Des médecines qui ne s’opposent pas à son fonctionnement enzymatique comme c’est souvent le cas de l’allopathie ou ne lui introduisent pas des poisons reconnus comme tels, comme c’est le cas de la vaccination, de la dent dévitalisée ou de l’homéopathie, car ces pratiques sont, en fin de compte, toutes à mettre dans le registre des médecines des poisons.

 

Il reste donc pour en citer quelques unes, la phytothérapie, l’aromatérapie, la psychologie, et toutes ses branches avec notamment l’analyse transactionnelle, les thérapies émotionnelles, la reprogrammation cellulaire etc… , la spiritualité, avec, elle aussi, toutes ses branches, dont les mantras, la méditation, l’analyse de ses croyances et la prière, mais aussi l’ayurvéda, la diététique, le yoga, le tchi kong, la respiration, le rebirth, l’ostéopathie, la méditation, le jeûne, amaroli, les aimants, les élixirs floraux, les ondes magnétiques pulsées, la chromothérapie, l’ozonothérapie, les cures d’Hulda Clark, l’acupuncture (la bonne, celle avec les aiguilles qui tournent dans le bon sens), la cristallothérapie, l’hygiénisme, la naturopathie, les appareils de piezo-électricité (avec un petit appareil nommé biopiezo), les appareils d’ionisation, la médecine quantique en général etc…

 

Et, bien sûr, la dentisterie holistique avec surtout l’extraction des dents dévitalisées qui - on le comprendra un jour - est plus qu’une médecine douce, car il s’agit là l’extirper du corps des tissus morts qui empoisonnent l’organisme, généralement plus que tout.


Il existe donc de nombreuses méthodes pour se soigner qui n’auront pas d’effets secondaires toxiques sur votre santé, mais, je vous le concède, ces méthodes ne sont généralement pas remboursées par la sécurité sociale et ceux qui les pratiquent sont de plus en plus difficiles à trouver, alors que l’on trouve surtout en France des allopathes et des homéopathes….. et des dentistes qui dévitalisent des dents. Et cela plus qu’ailleurs en Europe.

 

De là à penser que c’est la principale raison qui fait que les Français sont les plus mal en point d’Europe, et que les jeunes y sont aussi les plus pessimistes, il n’y a qu’un pas... Les Conseils de l’Ordre médicaux ont ici une certaine responsabilité dans la mesure où ils se sont appliqués depuis toujours à détruire tout ce qui rentrait en concurrence avec la pensée majoritaire, tandis que la sécurité sociale a toujours soutenu les options empoisonnantes.

 

Les homéopathes ont d’ailleurs aussi été persécutés pendant des années par les conseils de l’ordre avant de finir par être aujourd’hui reconnus. En France, la seconde grande médecine reconnue et remboursée par la sécurité sociale est donc l’homéopathie. La plupart des Français choisissent donc de se soigner soit par l’allopathie, soit par l’homéopathie, qui sont nous allons le comprendre, toutes deux des mauvais choix d’une certaine façon.


Si on devait résumer les effets secondaires de l’allopathie, notamment des molécules qui inhibent le fonctionnement de nos enzymes (la plupart des médicaments allopathiques), je dirais qu’elle vous déglingue un organe ou une fonction pour vous en guérir une autre. Et cela parce que l’allopathie s’oppose généralement à des fonctionnements naturels de l’organisme et ses enzymes qui ont pour fonction d’auto-guérir vraiment l’organisme.

 

Mais comme cette auto-guérison passe généralement par des symptômes divers (douleur, fièvre, inflammation, allergie, hypertension notamment) et gênants, les malades sont bluffés par ces molécules chimiques pratiques d’utilisation qui suppriment rapidement leurs symptômes et leur apportent un certain confort très rapidement sans avoir à changer leurs mauvaises habitudes.

 

Les malades n’ont pas conscience que les maladies toujours plus graves qui arrivent ensuite sont la conséquence de cette démarche chimique anti naturelle. C’est ce qui fait tout le succès de l’allopathie. L’allopathie s’inspire généralement des plantes médicinales, mais n’utilise dans un médicament qu’une molécule active alors que la plante médicinale en possède de multiples afin de palier justement aux effets secondaires que produiraient l’utilisation exclusive du principe reconnu comme actif par la pharmacologie moderne. L’allopathie a voulu faire mieux que la Nature…. Elle est certes parfois plus efficace et plus pratique à court terme mais, à long terme, elle fabrique des pathologies que la phytothérapie n’aurait jamais fabriquées.


Pour l’homéopathie, le mécanisme d’action est très subtil mais aussi très différent de l’allopathie. L’homéopathie est une médecine énergétique qui ne vous déglinguera pas un autre organe ou une autre fonction mais vous dévitalisera sournoisement l’organisme. En gros, avec l’allopathie vous finirez généralement avec un cancer ou un diabète, mais avec l’homéopathie vous finirez avec une fatigue telle et un froid interne tel que votre cœur s’arrêtera de battre et que vous mourrez bien plus tôt qu’il ne l’aurait fallu, en passant par des années de fatigue intense parfois, mais, bien sûr, et c’est cela qui explique tout le succès de l’homéopathie, sans aucune maladie.

 

L’homéopathie aura soigné toutes vos maladies. Avec l’homéopathie vous mourrez donc en bonne santé en quelque sorte mais bien trop prématurément, ce qui est quand même un problème…… Je connais, par exemple, des cas d’adolescents en parfaite santé morts dans leur sommeil et dont les parents étaient des adeptes de l’alimentation saine, de la non vaccination mais aussi de l’homéopathie.


Pour résumer, dans un premier temps le principe de l’homéopathie, je dirais que l’on absorbe un poison fortement dilué, voire tellement dilué qu’il ne reste plus de poison du tout mais juste la trace du poison dans l’eau qui a servi à le diluer.

 

Ensuite, on imprègne en général cette eau chargée d’information sur des granulés de sucre, qui ne sont d’ailleurs pas sans effets cariogènes (fabriquant des caries dentaires) en plus. Ce poison non dilué provoquerait les mêmes symptômes que ceux que l’on souhaite voir disparaître par le traitement homéopathique.

 

L’homéopathie utilise le principe de similitude «Le semblable guérit le semblable» ("Similia similibus curentur"). A mon avis il serait plus judicieux de dire surtout que l’on soigne le mal par le mal, car c’est un poison, dilué certes mais un poison, que l'on utilise comme médicament dans l’homéopathie.

 

On retrouve un peu ce principe aussi dans la vaccination. Ce qui distingue la vaccination de l’homéopathie est que, contrairement à l’homéopathie, dans la vaccination on pourra mettre en évidence dans l’organisme, dans le sang plus précisément, l’apparition de protéines particulières. Ces protéines appelées anticorps auront été produites par le système immunitaire après que celui-ci ait été stimulé par l’introduction de cadavres de bactéries ou virus toxiques pour lesquels on désire obtenir une certaine immunité en vaccinant.

 

Ainsi lorsque l’organisme sera en en contact avec des bactéries et virus toxiques bien vivants, ceux ci seront tout de suite stoppés par les anticorps spécifiques. Le système immunitaire enrayera ainsi tout de suite la maladie qui, sinon, aurait pu se développer avec le développement des bactéries et virus le temps que l’organisme élabore ses défenses immunitaires. Mais le problème est que la vaccination comme l’homéopathie abaissent l’énergie globale de l’organisme et donc le dévitalisent.

 

Certes on n’aura pas la maladie pour laquelle on vaccine ou pour laquelle on traite par l’homéopathie, mais les effets secondaires seront peut-être pire que la maladie qu’on aura évité ou guérie et c’est là tout le problème. Je rentrerai par la suite encore plus dans les détails pour vous expliquer en profondeur, comment agit l’homéopathie d’un point de vue énergétique, mais, avant cela, rappelons un peu comment nous est parvenue l’homéopathie.

 


L’homéopathie est une médecine assez récente, elle date de deux siècles environ. L’inventeur Samuel Hahnemann pratiquait le spiritisme et c’est au cours de séances de spiritisme qu’il a reçu par révélation le principe de base de l’homéopathie: “Guérir le mal par le mal”. Un religieux m’a dit une fois que la Bible interdit la pratique du spiritisme. Le spiritisme permet probablement d’entrer en contact avec des mondes subtils mais pas toujours bienveillants. Des mondes certes, auxquels la majorité de la population ne croit généralement pas mais qui n’en existent pas moins pour autant.

 

L’homéopathie est une deuxième fois en contradiction avec la Bible notamment un principe thérapeutique édicté dans la Bible. La Bible donne en effet une logique thérapeutique quand elle dit dans Romains 12:21: «Surmonte le mal par le bien»). C’est aussi tout à fait la philosophie de lAyurvéda, la médecine traditionnelle indienne, qui est d’origine céleste, et qui consiste à donner ce qui, justement, provoque le contraire des symptômes.

 

Pour prendre deux exemples très simples, à quelqu’un de frileux on donnera des épices réchauffantes, à quelqu’un de gros on conseillera des aliments qui font maigrir. L’homéopathie, et par son principe et par son origine spirite, est donc doublement en contradiction avec la Bible. Une information qui pourra intéresser les croyants mais je sais bien que pour les athées cet argument n’a pas vraiment de valeur. Pour les athées, je vais donc fournir d’autres arguments.

 


Tout, dans l’univers, est matière ou énergie, c’est ou l’un ou l’autre. Si quelque chose agit à l’évidence sans utilisation de matière, c’est donc que ce quelque chose utilise de l’énergie.

 
L’homéopathie est une médecine qui n’utilise quasiment pas de matière. Elle ne peut donc utiliser que de l’énergie. L’homéopathie étant donc une médecine que l’on peut qualifier d’énergétique, il est donc inutile de vouloir comprendre son fonctionnement en explorant les arcanes de la matière. C’est plutôt en explorant les arcanes de l’énergie que nous avons une chance de comprendre comment elle fonctionne.

 

D’abord, qu’est-ce que l’énergie? L’énergie c’est ce qui permet le mouvement et, dans une moindre mesure, la chaleur, qui découle du frottement de la matière contre la matière donc d’un mouvement aussi. Dans l’atome, la particule énergétique par excellence est l’électron. Est donc énergétique l’électron et tout ce qui est dérivé de l’électron comme les différentes ondes électromagnétiques. Mais si on sait qu’il existe la bonne et la mauvaise matière, il faut savoir aussi qu’il y a de la bonne énergie et de la mauvaise énergie. Par exemple, on sait bien qu’il existe des ondes électromagnétiques qui sont bonnes pour la santé, notamment les fréquences correspondant au spectre visible, voire des infrarouges qui réchauffent mais on sait aussi qu’il existe des ondes toxiques, notamment celles qui correspondent à la radioactivité, qui détruisent la vie jusqu’aux chromosomes. On peut donc dire qu’il existe de la bonne énergie et de la mauvaise énergie, pour la vie, en tout cas la nôtre, tout comme on peut dire qu’il existe de la bonne matière, la bonne alimentation par exemple, et aussi de la mauvaise matière, les poisons notamment.

 

Il faut aussi savoir que toute matière comporte aussi de l’énergie tout comme toute énergie comporte de la matière. Les physiciens connaissent bien d’ailleurs la théorie corpusculaire de la lumière constituée de ces grains de matière appelés photons, même si ils savent que la lumière répond aussi à des critères ondulatoires caractéristiques des ondes, donc des éléments purement énergétiques.

 

Les poisons matière comportent donc inévitablement aussi une partie énergétique poison. Eh bien, c’est cette fraction énergétique qui va être exploitée par l’homéopathie. Cette fraction énergétique poison est récupérée par l’eau, qui sert d’accumulateur énergétique grâce à des procédés de dilution et de dynamisation propres à l’homéopathie.

 

Ces procédés permettent, en même temps, de se débarrasser de la fraction matière du poison utilisé. Lorsque le médicament homéopathique est alors absorbé, comme il ne reste plus de poison matière, il ne reste plus rien qui soit susceptible de provoquer la maladie. Mais comme il reste, toutefois, le côté énergie du poison, l’organisme reconnaît la vibration poison et réagit en développant des mécanismes de défense contre le poison, un peu comme dans le cas du vaccin d’ailleurs.

 

Et si le poison est sensé provoquer un ensemble de symptômes spécifiques, l’organisme développera alors une réaction spécifique visant à s’y opposer en vertu de mécanismes d’autodéfense subtils prévus dans l’organisme. Des mécanismes qui, en fin de compte, aboutissent à la disparition des dits symptômes, donc à la guérison de la dite maladie. Des mécanismes que notre science n’a pas encore mis vraiment en évidence, sauf pour les vaccins, comme je l’ai expliqué précédemment.

 

Mais, pour l’homéopathie, il semble que ce soit bien plus subtil encore à mettre en évidence. Le patient guérit, par conséquent, avec l’homéopathie si on lui donne la vibration poison qui correspond à la maladie. Jusque là, ma foi, cela semble très bien, on ne fait que stimuler les réactions d’autodéfense de l’organisme, un peu comme le fait d’ailleurs l’organisme lui même lorsqu’il est malade. Le problème est que pour que l’organisme réagisse ainsi, on y introduit un poison énergétique et donc il va être obligé de baisser son niveau d’énergie, car rien de bon ne lui est donné de l’extérieur pour obtenir une telle réaction. C’est ce que nous allons comprendre maintenant grâce à des enseignements issus de l’acupuncture.

 


L’acupuncture est la médecine énergétique de référence par excellence. Elle existe depuis des milliers d’années et est d’origine céleste. Elle va nous aider à comprendre le fonctionnement de l’homéopathie, qui, à l’évidence,  est aussi une médecine énergétique, comme nous l’avons déjà compris.

  


En acupuncture on sait qu’il n’existe que deux sortes d’énergies: les chenns et les kweis. Les chenns se sont les bonnes énergies qui viennent du ciel, qui sont anabolisantes, constructives pourrait-on dire, et qui tirent l’énergie de l’organisme vers le haut, vers un plus de vitalité. Les kweis sont les mauvaises énergies catabolisantes, destructives, qui viennent du sol et qui tirent l’énergie vers le bas, vers la mort.

 

Les poisons contiennent du kweis, bien sûr, sinon ils ne seraient pas des poisons. Les médicaments homéopathiques sont donc obligatoirement des kweis, car ils sont issus de matières poisons, ils ne peuvent donc que baisser l’énergie.

 

Lorsqur l’on est malade, c’est qu’il y a une attaque de kweis en général, même si un excès de chenns peut aussi rendre malade, mais ce sont des cas plus rares (insolation, par exemple). En acupuncture on sait, par exemple, que l’aiguille d’acupuncture disperse les kweis tandis que l’apport de chaleur par la combustion de l’armoise (les moxas ou cautérisations), apporte des chenns.

 

Maintenant, l’idéal serait que je vous fasse un petit schéma, mais je ne sais pas faire cela sur mon ordi, donc je vais vous l’expliquer par des mots. Imaginez que les chenns sont des forces qui tirent vers le haut et les kweis des forces qui tirent vers le bas. Si on imaginait la vitalité comme le fléau d’une balance qui coulisse sur l’axe vertical de l’énergie, dans la maladie ce fléau de balance serait tiré vers le bas d’un côté par des kweis. Le fléau de balance déséquilibré traduirait la maladie et le fléau de balance descendant en même temps sur son axe d’énergie traduirait aussi une baisse d’énergie.

 

C’est tout à fait ce que produit la maladie, une baisse d’énergie vitale et un dérèglement de l’équilibre schématisé par un fléau de balance qui n’est plus horizontal. L’aiguille d’acupuncture dispersant les kweis permet le retour à l’horizontale du fléau de balance qui conservera, toutefois, son niveau d’énergie de malade. Dans un second temps, l’apport de chaleur sur le point d’acupuncture (technique des moxas ou cautérisations) permet de remonter le niveau d’énergie.

 


Maintenant, dans cette vision de fléau de balance, voici comment on pourrait schématiser l’action de l’homéopathie. L’homéopathie apporte des kweis de l’autre côté du fléau de la balance. Ces derniers rétablissent certes l’horizontalité du fléau de balance donc la santé mais en tirant vers le bas le fléau de balance, on l’abaisse encore un peu plus qu’il ne l’est sur son axe énergétique. Le patient est alors guéri mais aura ensuite moins d’énergie. Ceci est inévitable, car les kweis ne peuvent que baisser l’énergie de l’organisme.

 

Mais cette baisse d’énergie n’est pas obligatoirement visible de façon évidente. Le patient traité par l’homéopathie peut donc même retrouver une certaine vitalité apparente après un traitement homéopathique parce qu’un déséquilibre du fléau de balance fatigue et peut même tuer. C’est comme la fièvre qui est un mécanisme de défense et d’auto-guérison mais qui fatigue et dans certains cas peut tuer lorsqu’elle trop forte. Le patient retrouve donc alors de la vitalité ce qui fait dire que l’homéopathie lui a quand même fait du bien. Il retrouve de l’énergie mais moins toutefois que s’il avait guéri sans avoir recours à l’homéopathie. Là est toute la subtilité du sujet, comme c’est d’ailleurs aussi le cas pour l’allopathie. L’allopathie sauve des vies même si elle aussi enlève de la vitalité aux patients. Dans les deux cas ils sont guéris mais en ressortent énergétiquement amoindris.

 

Tout cela est donc très subtil et des patients peuvent passer leur vie à se soigner par l’homéopathie en étant très satisfait de cette médecine sans jamais s’apercevoir qu’elle les dévitalise sournoisement. C’est un peu comme la dent dévitalisée ma foi qui parfois ne donne jamais de maladies mais dévitalise juste les organismes.
 

L’argument classique des homéopathes disant que si cela ne vous guérit pas, cela ne vous fera pas de mal au moins est donc faux car tous les médicaments homéopathiques font réagir l’organisme en l’affaiblissant même si la réaction ne permet pas la guérison. Maintenant je veux bien croire aussi que le mal fait par l’homéopathie est moins grave que celui fait par l’allopathie mais dans les deux cas du mal est fait indéniablement, même s’il est moindre pour ces deux médecines que celui fait par la dent dévitalisée en général. La putréfaction intrinsèque à la dent dévitalisée est en effet en général pire que la chimie allopathique et les poisons homéopathiques.

 

Il existe une autre thérapie plus ou moins énergétique qui ressemble un peu à l’homéopathie mais qui en fait est très différente, car, cette fois-ci, elle extirpe non pas des kweis mais des chenns de la matière. Elle apporte donc des chenns à l’organisme, comme le font souvent toutes les bonnes médecines énergétiques. Il s’agit des élixirs de fleurs. On fait tremper des fleurs non toxiques dans l’eau et au Soleil. L’eau se charge alors de vibrations bienfaisantes pour les psychopathologies, notamment. Les élixirs de fleurs ne provoquent pas une réaction de l’organisme à la suite d’un empoisonnement, comme le fait l’homéopathie, mais utilisent un autre mécanisme. Il s’agit d’apporter la vibration qui fait défaut à l’organisme ou plutôt qui est insuffisamment développée. Cette dernière entre en résonance avec celle apportée par l’élixir de fleurs et se remettra à croitre jusqu’à une amplitude correspondant à l’état de santé mentale recherché.

 

Ni les élixirs de fleurs ni l’homéopathie ne traitent les causes des maladies, contrairement à ce que certains prétendent. Mais la thérapie par les élixirs de fleurs est quand même très différente de l’homéopathie, qui utilise juste un mécanisme réactionnel de l’organisme qui est mis face à un poison, ce qui, malheureusement, contribue à abaisser l’énergie de l’organisme, donc, à terme, à l’épuiser.

 

Les homéopathes disent que, pour que l’action soit puissante, il faut beaucoup diluer, jusqu’à 30 CH au moins, éventuellement jusqu’à 100 CH! D’après Hahnemann, les substances alors “se réduisent à leur nature la plus pure, qui est spirituelle”. Il faut agiter longuement les préparations, pour que “leurs vertus soient intensifiées”. (C’est dans son maître-ouvrage, "L’Organon ou l’Art de Guérir" qu’il écrit cela.) Au cours de ce rituel de préparation, “une force se transmet du fabricant au médicament, de façon mystérieuse…”

 

Hahnemann affirme que son procédé est spirituel, mais je trouve que le terme spirituel n’est pas du tout juste, car on confond ici énergétique et spirituel. Le terme spirituel n’est pas adéquat avec un domaine qui travaille pour ôter de la vitalité. L’homéopathie n’est en rien spirituelle, d’une part parce que l’esprit n’a rien à voir dans son fonctionnement mais en plus par ce que le seul esprit qui soit intervenu pour donner l’idée de faire de l’homéopathie à Hanneman est très certainement un esprit issu de mondes qui n’ont rien à voir avec les mondes qu’on pourrait qualifier de spirituels.

 

Si l’homéopathie est spirituelle, la magie noire l’est aussi alors…. Nous avons, par contre, des éléments qui nous montrent que les Mondes Spirituels sont intervenus pour bien d’autres médecines, comme la phytothérapie, avec Hildegarde de Bingen par exemple, mais aussi pour l’Ayurvéda et l’acupuncture. Des médecines douces qu’il faut donc préférer.

 

L’homéopathie soigne, certes, mais pourtant elle contribue à dévitaliser les organismes. Mais il en est de même de l’allopathie, des vaccins et de la dent dévitalisée et cela même si les trois sauvent aussi des vies. Seule une analyse approfondie peut permettre de le comprendre, car tous font partie de ce qu’on pourrait appeler des poisons.

 

Nombre de personnes dans les milieux spirituels ont compris le danger qu’il y avait à faire confiance à l’allopathie et aux vaccins et souvent elles se tournent alors vers l’homéopathie, pensant y trouver une médecine plus en accord avec la spiritualité. Qu’elles sachent que ce n’est absolument pas le cas, pas plus que de garder en soi de la mort comme c’est le cas de ceux qui ont en bouche des dents dévitalisées. Car tout ce qui dévitalise l’organisme même si c’est pour guérir de maladies aboutit à terme à des situations de handicaps énergétiques pires que les maladies que l’on soigne.

 

Certes, quand on est malade, il faut consulter un médecin et recueillir son avis, car certaines pathologies risquent d’évoluer dangereusement et, dans ces cas-là, il faudra intervenir, malgré tout, par l’allopathie ou l’homéopathie, si on ne sait vraiment rien faire d’autre.

 

Mais c’est très rare et, très souvent, lorsqu’on est malade, et qu’on ne sait rien faire, on ferait mieux de ne rien faire c’est à dire de se coucher, de jeûner et de laisser le corps au repos se guérir par lui mêm,e tout en se demandant quelles peuvent être les causes à éradiquer. Car la recherche puis l’éradication des causes est toujours la meilleure chose à faire pour se soigner véritablement. Et si on ne les trouve pas, l’organisme, par ses mécanismes d’autoguérison, finira en général à se soigner seul. Et même s’il n’y arrive pas, on fera en général de plus vieux os en supportant sa maladie qu’en la soignant par l’homéopathie ou l’allopathie.

 

Je sais bien que c’est un discours que peu de personnes vous tiendrons dans le monde médical mais c’est ainsi, c’est ce que je pense, c’est mon intime conviction et elle n’est pas que le fruit de réflexions mais aussi d’observations. J’ai constaté de nombreuses fois que les patients que je voyais avec des pathologies très graves étaient des patients qui avaient fait confiance à ces deux médecines, outre le fait qu’ils possédaient aussi des dents dévitalisées.

 

Choisir de se soigner entre l’homéopathie ou l’allopathie revient d’une certaine façon à choisir en la peste et le choléra, même si ces mots sont un peu extrêmes, je le concède, mais je n’ai pas trouvé d’autre expression aussi bien imagée. Bien sûr, dans les situations d’urgence, il vaut mieux avoir recours à ces médecines empoisonnantes si on ne sait rien faire d’autre, car cela peut nous sauver la vie, mais sinon il vaut mieux laisser la maladie suivre son cours, laisser la Nature faire les choses par elle-même, pourrait-on dire aussi.

 

Car la maladie a un sens et, très souvent, ce sens est de restaurer l’énergie de l’organisme afin que la vie sont plus longue et plus énergétique. Traiter des symptômes bénins par la chimie allopathique ou l’énergétique homéopathique fait apparaître ensuite des maladies et des états de dévitalisation bien plus graves et cela même si on peut momentanément avoir des améliorations de santé notables.

 

Il faut développer les médecines douces, qui n’agressent pas l’organisme, certes, comme c’est le cas de l’allopathie, mais on devrait aussi préciser, les médecines douces qui n’empoisonnent pas l’organisme. L’homéopathie ne rentre pas dans cette catégorie. Elle est une médecine des poisons, sans l’ombre d’un doute. C’est donc une médecine avec, bien évidemment, des inconvénients qui peuvent se révéler à terme pires que les maux qui sont censés être soignés, et qui entre en contradiction avec le premier principe médical «primum non nocere», c’est à dire premièrement ne pas nuire.

 

Mais, bon, dans l’univers des poisons, l’homéopathie n’est pas ce qu’il y a de pire. La dent dévitalisée est bien pire encore. La dent dévitalisée est un bouillon de culture, une véritable usine à toxines bactériennes, qui fabrique, 24 heures sur 24 et tous les jours de l’année, de redoutables poisons issus de la putréfaction de tissus organiques restés dans la dent dévitalisée.

 

Inutile, en tout cas, vous l’aurez compris, de vouloir s’affranchir de la toxicité des dents dévitalisées en se soignant par l’homéopathie. On ne fera ainsi que se dévitaliser un peu plus, tout en bloquant les mécanismes naturels qui essaient d’éliminer les poisons issus de la dent dévitalisée. L’allopathie les bloque généralement par des poisons chimiques, tandis que l’homéopathie les bloque par des poisons énergétiques. Et toutes les deux affectent ainsi à terme, la vitalité de l’organisme, sans l’ombre d’un doute pour moi.

 


Et la vitalité, l’énergie, est aussi notre bien le plus précieux.

 


Mais, bon, il y a pire encore que l’allopathie, l’homéopathie et la dent dévitalisée, c’est la radio-activité, ne l’oublions pas, et elle pourrait un jour gravement nous contaminer si on ne s’y intéresse pas sérieusement. Dernièrement, en Novembre 2010, alors que des milliers d’Allemands se mobilisaient pacifiquement pour manifester contre un train bourré de déchets radio-actifs, seuls sept Français faisaient de même. Ces personnes probablement plus que toutes, par la prise de conscience qu’elles pourrait induire, pourraient, un jour, nous éviter de connaître un équivalent national du drame écologique qui a eu lieu jadis à Tchernobyl. Au lieu de les mettre sur le piédestal de la conscience nationale, que croyez vous qu’il leur fut fait? Un juge français voulut les mettre en prison…:

 

http://groupes.sortirdunucleaire.org/blogs/train-d-enfer-transport-la-hague/article/action-de-blocage-du-ganva-a-caen.


La "justice" aime parfois persécuter ce qui va dans le sens de la protection de la vie, surtout lorsque ça sort des sentiers battus et que très peu de personnes en ont conscience. J’en sais quelque chose.

 

Bruno Darmon, Docteur en chirurgie dentaire.

 

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?m=201011

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 22:07

 

Remédier à l'insomnie 

 

Par les acides aminés: Ornitine + Thyrosine + Tryptophane + Taurine.

 

Le sommeil est très important pour notre équilibre physique, mental et psychique. Son rôle principal est de restaurer et récupérer les fonctions cérébrales. La durée et la profondeur du sommeil varient d'une personne à l'autre. La durée moyenne de sommeil pour l'être humain  "standard" est de 7 heures.


L'alternance veille-sommeil résulte de l'action des différentes substances liées au rythme circadien (horloge interne de notre organisme sur un cycle de 24 heures). Ces substances sont la noradrénaline, l'acétylcholine et la sérotonine. De cette dernière provient  la  mélatonine ou hormone du sommeil, dont le précurseur est un acide aminé essentiel (le tryptophane) qui se trouve dans le lait, les œufs, la viande et les céréales de notre alimentation. Sous effet de l'obscurité, la glande pinéale (située au centre du cerveau) libère de la mélatonine et la sécrétion est maximale entre 1 H et 5 H du matin
 
Remédiation naturelle de l'insomnie:  Mélatonine + DHA et EPA  +  complexe vitamines B + acides aminés:   ornitine + taurine + thryptophane + taurine.

         
Manger légèrement le soir, réduire les gras et les sauces, éviter les excitants (café, alcool).  Après le dîner, prendre une infusion légère d'oranger, de tilleul.


Utiliser les plantes du sommeil (valériane, houblon, avoine, aubépine, etc...).

 

Neutraliser les pollutions électromagnétiques, présentes dans la chambre et l'environnement du dormeur, si besoin avec une tente spéciale.

 

 

Ornithine:


L’insomnie est liée avant tout à la toxicité de l’ammoniaque  présent dans le cerveau, cette présence étant elle-mêrme liée à la présence de parasites dans le corps mais aussi à l'acidose.

 

L'ornithine contribue à la détoxication cellulaire de l’ammoniaque, en particulier dans le foie mais aussi dans le cerveau, et elle régule l'équilibre acido-basique C'est pourquoi la prise d'ornithine, le cerveau, et elle régule l'équilibre acido-basique. C'est pourquoi la prise d'ornithine   permet un bon repos nocturne . 

 

Elle peut être prise de manière prolongée sans avoir d’effets nocifs ni créer de dépendance, elle contribue à renforcer le système immunitaire et à stimuler la formation des globules blancs.

 

Elle protége le foie des dommages causés par les médicaments et les substances chimiques, et  elle stimule sa régénération.


Prendre  l’ornithine, au coucher, 1gramme le  premier soir.  2 grammes deuxième soir. Puis  3 grammes et ensuite 4 grammes. Continuer à 4 g rammes au coucher tous les soirs jusqu'à ce que vous ayez un bon sommeil.


Ensuite, vous pourrez diminuer et rester en permanence a 1 gramme chaque soir, ou plus ou moins, à votre convenance.


Lornithine du soir va vous donner beaucoup d'énergie le lendemain matin. Même si vous en prenez 2 heures avant de vous lever, vous n'avez pas la «gueule de bois», vous êtres très en forme.


Il n'y a pas d'effets secondaires connus à ce jour ni de dépendance. Si vous prenez 4 grammes un jour et zéro le lendemain, il n'y a pas de d'effet indésirable.


Autres vertus de l'ornithine:


Transformer les graisses en énergie. Augmenter la masse musculaire. Pour la bonne santé des ligaments et tendons. Stimuler le système immunitaire. Augmenter la rapidité de la cicatrisation. Diminuer le niveau d’urée dans le sang et les urines. Diminuer les manifestations attribuées au vieillissement. Réduire les raideurs aux articulations. Améliorer la mémoire. Agit aussi contre l'herpès.


Bonne santé du foie. Régule le taux d’acidité de l’organisme (or, le cancer ne peut se développer uniquement que sur un terrain acide).  Stimulant. Anti-dépressif. Anti-fatigue .

 

Ajoutons ou rappelons que l'Ornithine est un composant important du Programme Anti-parasitaire et du grand Nettoyage du Foie de la Doctoresse Clark.


Taurine: Puissant anti-oxydant, indispensable à la régénération des tissus.


C’est un acide aminé soufré que l'organisme peut produire à partir des acides aminés Méthionine et Cystéine.


La taurine est un acide aminé antioxydant important pour la régénération des tissus fatigués du système visuel. Des concentrations élevées de taurine sont observées dans la rétine, particulièrement dans les cellules photo réceptrices qu’elle protège des dommages causés par les ultraviolets, jouant ainsi un rôle important pour le maintien de la vision. Mais la taurine diminue avec l’âge, des déficiences en taurine sont connues pour être responsables de lésions de la rétine et de détérioration de la vision, réversibles par une supplémentation nutritionnelle en taurine.


Dans une série d’études réalisées par des chercheurs de l’université du Maryland, des cristallins de rat ont été mis en culture avec un puissant oxydant, appelé ménadione. L’addition de quantités physiologiques suffisantes de taurine pour créer une concentration pratiquement équivalente à celle existant dans des cristallins sains atténue les effets néfastes de l’oxydant. Une autre étude a montré que les cristallins de rats diabétiques étaient protégés de la cataracte par des niveaux physiologiques de taurine.

 
C'est l'acide aminé le plus concentré dans la rétine: certaines études ont montré que la supplémentation en Taurine peut prévenir les cataractes et contribuer à enrayer leur évolution.  
La Taurine agit également comme régulateur de l'activité électrique dans les muscles, le cœur et le cerveau.


Avant une compétition, les sportif prennent jusqu'à 5 grammes afin de bien dormir. 


Les sportifs l'utilisent pour réduire la production d'ammoniaque pendant l'effort, ce qui limite
 crampes et courbatures, parce qu'elle "mime" l'insuline dans les muscles, ce qui leur permet de stocker davantage de glucose.

 

Elle a la propriété d'extraire et de chasser l'excès de sodium des cellules.


Les cellules cancéreuses ont besoin de sodium pour vivre. Privées de cet élément, elles s'affaiblissent et dépérissent. Cette propriété fait de la taurine un adjuvant utile dans le traitement du cancer.


La taurine associée au zinc se révèle indispensable au fonctionnement des yeux, une carence en ces 2 substances induit des problèmes de vision.


Elle est également active contre l'épilepsie, les migraines, la cirrhose du foie, les maladies cardiaques, les œdèmes.


Pour fonctionner la taurine a besoin de vitamine B6, l'on peut en trouver dans le sésame, surtout dans l'enveloppe, donc ne pas prendre le sésame blanc (émondé).


La taurine est un constituant majeur de la bile.


Effets que l’on peut en attendre:


Anti-fatigue, stimulation de l'immunité aux microbes et bactéries, prévention de crises d'épilepsie,  convulsions, anxiété, anti vieillissement, anti oxydant, prévention des cataractes et autres problèmes de vision dont la DMLA, augmentation de la capacité respiratoire, soulagement de l'hypoglycémie, malaises cardiaques, hypertension, artériosclérose, œdèmes, stimulation d'un foie paresseux, protection du cerveau ,(notamment la déshydratation), prévention des arythmies cardiaques, meilleure utilisation du calcium, potassium, magnésium, bénéfique chez les diabétiques, maintient le niveau de solubilité du cholestérol. En liaison avec le magnésium, stimule l’action de la sérotonine.


Réduit la surconsommation des glucides par les cellules cérébrales et diminue la glycémie, aide à éviter les courbatures et crampes, agit comme apaisant pour des nuits paisibles, élimine les toxines de l’organisme. Bénéfique dans la dystrophie musculaire.


La carence en taurine est associée à une hausse de l'obésité.


La taurine est nécessaire au maintien d'un niveau satisfaisant du H.D.L. (bon cholestérol) dans le sang.


Tryptophane


Prévention de carence en sérotonine et mélatonine, induction au sommeil, tonique cardiaque, plus grande tolérance à la douleur, soulagement de migraines et de douleurs dentaires, effets d'un antidépresseur sans induction de dépendance, soulagement de l'anxiété  (anxiolytique), soutiens dans le combat contre la dépendance a l'alcool et drogues, prévention de spasme artérielles ou cardiaques, soulagement de l'hyperactivité chez l'enfant, baisse du dosage de lithium chez les maniaco-dépressifs, baisse du taux de cholestérol. 


 

Tyrosine


La Tyrosine active la thyroïde les surrénales et l'hypophyse, est un antidote de la fatigue, augmente la mémoire et la vivacité d'esprit, combat l'impuissance masculine et féminine, élimine certains effets attribués à l'hypothyroïdie, constitue un traitement de l'hyperactivité, est un remède très efficace contre l'hypertension, allège les suites d'accouchement, aide à récupérer à la suite d'une opération chirurgicale, fait diminuer  les douleurs musculaires, contribue à l'inversion des états de stress, soulage suite aux traumatismes psychologiques, soulage aussi les états dépressifs et anxieux, les troubles de la mémoire, les effets résultant du sevrage de drogues, les excès d'appétit, elle concentre l'immunité malgré la fatigue (rhume et grippe), soulage Parkinson, constitue un élément d'une thérapie antivirus Epstein-Barr. Elle améliore aussi la circulation du cuir chevelu, d'où  le fait qu'elle favorise la croissance des cheveux.


La tyrosine contribue à la production de sérotonine et de dopamine dans le cerveau et favorise un état de bien-être, elle aura des répercussions sur l'humeur et le sommeil  et agira même comme régulateur de l'appétit, tout en stimulant le métabolisme.

 

Les acides aminés peuvent aussi avantageusement être pris en complexes d'acides aminés ou associés à des vitamines et des minéraux.

 

Pour savoir où ou comment se procurer ces acides aminés il est  éventuellement possible de cliquer ici.

0

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 20:59

 

Les cavitations

 

2ème partie

Suite de la 1ère partie


Suite et fin du texte “Les cavitations”


Mais si je pense que le sujet traité ici c’est à dire l’élimination des dents dévitalisées, puis ensuite la guérison des cavitations est bien souvent la première action individuelle à réaliser pour retrouver la santé, je pense aussi qu’il existe un autre sujet encore plus grave pour notre santé. C’est le danger du nucléaire civil et militaire et je ne peux m’empêcher d’en parler, d’autant plus que les deux sujets présentent des points communs. Je vous conseille donc fortement pour en prendre conscience de visionner le film «La bataille de Tchernobyl», qu’on peut se procurer par la société playfilm à l’adresse suivante: http://www.playfilm.fr/rubrique.php?id_rubrique=1&page=4.

 

C’est probablement le film le plus édifiant sur le danger du nucléaire qui existe aujourd’hui. Il fait prendre conscience de la folie nucléaire dans laquelle s’est engagée l’humanité en pensant qu’il est une bonne idée de s’amuser à séparer les atomes pour en retirer de l’énergie.

 

Dans ce film on voit comment les plus grands physiciens russes avaient assuré aux politiciens que la technologie nucléaire, notamment celle de la centrale de Tchernobyl, ne présentait absolument aucun danger. Cela me rappelle tout à fait que les instances officielles dentaires disent toujours aujourd’hui que la technologie des dents dévitalisées est sans danger pour la santé humaine, bien que des milliers de personnes ont retrouvé la santé après avoir enlevé des dents dévitalisées en apparence parfaitement saines pour ces mêmes instances officielles.

 

Sachez que le plus grand scientifique ou le plus grand médecin au monde n’est pas au dessus des lois de la vie, notamment celle qui veut nous faire prendre conscience du danger qui existe à séparer ce que Dieu ou la nature ou la vie si on préfère a naturellement réuni comme c’est le cas des constituants des noyaux atomiques que l’on divise dans la technologie nucléaire ou comme c’est aussi le cas des constituants de l’organe dentaire que l’on divise dans la dévitalisation dentaire.

 

Et cela même si c’est très pratique d’avoir une petite centrale nucléaire qui fournit beaucoup d’électricité, tout comme c’est aussi très pratique de dévitaliser les dents pour éviter de les extraire quand il n’y a pas d’autre choix.

 

Mais ce pratique d’apparence est aussi terriblement pervers et nous conduit ensuite à des situations terriblement complexes à résoudre. Et ,en matière de nucléaire, la France, tout comme pour les dents dévitalisées d’ailleurs, est encore une fois le pays d’Europe le plus concerné. La France possède des centrales nucléaires qui possèdent elles aussi des failles qui ne les mettent pas à l’abri d’un accident comme celui qu’à connu la centrale nucléaire de Tchernobyl, comme en atteste un document mis à le fin du texte en annexe.

 

La France veut même, plus que quiconque, vendre cette technologie ultra-dangereuse à des pays en voie de développement qui ne pourront jamais pallier aux éventuels accidents comme a pu en partie le faire en 1986 l’ex-URSS en évitant ainsi une catastrophe encore plus grave qui aurait pu rendre invivable une bonne partie de l’Europe. Quelle inconscience!

 

Les considérations très à la mode sur la problématique du réchauffement planétaire me paraissent tellement dérisoires à côté de la problématique du nucléaire. Non seulement nous avons le plus de cancers d’Europe à cause de notre plus grand taux de dents dévitalisées mais nous risquons plus qu’ailleurs en Europe de voir sur notre territoire ou d’être directement responsable à l’étranger, d’un accident nucléaire qui pourrait se révéler dramatique pour la vie pour des milliers d’années et des millions de personnes. C’est aussi en France que pour la première fois en Europe a été interdit d’exercice un dentiste pour la raison qu’il proposait à ses patients de retirer leurs dents dévitalisées pour les guérir. Pas de chance, c’est tombé sur moi…. En France, on est vraiment les champions d’Europe de l’inconscience sur la protection de la vie sur Terre …. Ma foi à défaut d’être champion de football, c’est déjà ça….


Séparer ou diviser ce que Dieu (ou la Nature, si les athées préfèrent) a uni est une interdiction donnée à l’être humain et inscrite dans les Ecrits religieux et notamment la Bible. Pour les athées qui croient que le singe s’est transformé tout seul en homme et qui croient en Darwin en général, cela n’a aucune valeur, certes. Mais qu’ils revoient un peu leurs croyances à la vue des nouvelles découvertes de la biologie génétique et ils s’apercevront peut-être, comme de plus en plus de scientifiques, qu’elles comportent une bonne dose d’absurde.

 

Le mot «diviser» qu’utilise la Bible, nous ramène au terme du Grec ancien «diabolein» qui signifie "diviser" et qui a donné les termes "diable" et "diabolique". Étymologiquement parlant, il est donc diabolique de vouloir diviser les atomes naturellement réunis, comme le fait l’industrie nucléaire. De même, diabolique pourrait aussi qualifier l’action de vouloir diviser le nerf de la dent du reste minéral de la dent, que la vie a naturellement réuni.

 

C’est pourtant ce que fait la dentisterie moderne dans la dévitalisation dentaire. Une dentisterie qui installe ainsi la mort dans les organismes vivants. Laisser des organes morts dans le corps est pourtant une interdiction majeure en médecine en raison du risque de gangrène qui pourrait advenir ensuite. On pourrait qualifier pour cela cette dentisterie de thanato-dentisterie ou dentisterie diabolique aussi - pourquoi pas -, compte tenu de l’étymologie du mot diabolique. En opposition à cette dentisterie qui rend malade ses patients, il existe la bio-dentisterie, qui n’accepte de garder que des dents vivantes en bouche et propose donc l’élimination des dents mortes ou dévitalisées. Une dentisterie qui représente un espoir considérable pour la santé de millions de personnes malades.


Bruno Darmon Dr en chirurgie dentaire

 


Annexe


Complément sur certaines analogies entre nos centrales nucléaires et celle de Tchernobyl.


Des notes confidentielles d’EDF attestent de la dangerosité du réacteur EPR et de tous les réacteurs nucléaires en France.


Le Réseau “Sortir du nucléaire” a reçu le lundi 27 septembre 2010 des documents internes à EDF qui démontrent que la conception et la fabrication d’éléments du couvercle de la cuve de l’EPR de Flamanville sont de nature à provoquer un accident de type Tchernobyl.


Plus grave encore, selon une note rédigée par le Chef du Département combustibles nucléaires d’EDF en 2001 (1), un accident de type Tchernobyl est possible sur tous les réacteurs nucléaires français. L’EPR est également concerné.


Plusieurs documents EDF démontrent que le nombre de soudures et le type d’acier utilisé dans certaines parties du couvercle de la cuve du réacteur EPR à Flamanville peuvent provoquer une fuite de cette cuve.

 

EDF juge que cette fuite peut, à son tour, dégénérer en un accident de type Tchernobyl. L’acier défaillant et les soudures font partie du système d’arrêt d’urgence du réacteur nucléaire EPR et concernent 89 points d’entrée dans la cuve du réacteur.


Les documents EDF reçus par le Réseau “Sortir du nucléaire” démontrent que les ingénieurs d’EDF ont conçu des parties du couvercle de la cuve de l’EPR qui mettent en péril la sûreté du réacteur EPR et violent, en toute connaissance de cause, la réglementation française (2) relative aux équipements nucléaires sous pression.


Pour le Réseau “Sortir du nucléaire”, la conclusion s’impose: en toute conscience des problèmes, EDF persiste dans une politique qui sacrifie la sûreté aux impératifs économiques! Au regard des conséquences catastrophiques d’un éventuel accident, cette légèreté est impardonnable.

Failles de conception, toxicité accrue des déchets, atteinte de limites technologiques, vulnérabilité à des attentats (voire au cyber-terrorisme)…

 

Avant la remise par EDF du rapport de sûreté sur Flamanville, le Réseau “Sortir du nucléaire” souhaite rappeler la liste de tous les problèmes du réacteur. En France, en Finlande et ailleurs, il est urgent de mettre définitivement fin au programme EPR, et d’engager la transition vers un futur sans nucléaire.


Interrogée par l’AFP, EDF n’a pas démenti ces informations alarmantes. Le Réseau “Sortir du nucléaire” prépare donc une lettre à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).


* Lien vers les documents EDF et notre analyse détaillée:

http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/EPR-revelations2.html


* Soutenir le Réseau “Sortir du nucléaire”:

http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/soutien.html

0

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 14:15

Le message essentiel de la dentisterie

holistique américaine


Le message essentiel de la dentisterie holistique américaine, son avis sur les dents dévitalisées.


La dentisterie holistique est une science médicale relativement récente mais qui constitue pourtant un espoir considérable pour de nombreux malades et de nombreuses pathologies.

 

Cette science médicale est malheureusement très peu connue ou très mal connue, et donc très inexploitée, notamment en France. Il existe depuis 1985 aux États-Unis, une importante association de dentisterie holistique, l’IABDM, initiales de International Academy of Biological Dentistry and Medicine, qui regroupe de nombreux dentistes et médecins qui sont conscients de l’implication de l’état dentaire des patients sur leur santé générale.

 

L’IABDM prône une dentisterie qu’elle qualifie de biologique ou holistique et qui lui semble plus adaptée à la santé que la dentisterie conventionnelle.

 

L’association organise notamment chaque année un congrès annuel où viennent s’exprimer d’éminents orateurs du monde entier, de Suède, du Canada, d’Allemagne et d’Australie par exemple.

 

Est venue parler notamment Vera Stejskal, une éminente toxicologue suédoise qui a beaucoup travaillé sur la toxicité du mercure des amalgames dentaire.

 

Sont venus parler aussi des grands noms de la dentisterie holistique, comme le Dr Hal Huggins qui était un des précurseurs mondiaux dans la prise de conscience de la problématique des amalgames dentaires au mercure et est en partie à l’origine du terme de dentisterie holistique, le Dr Meinig, auteur d’un livre choc sur la toxicité des dents dévitalisées et co-fondateur de l’association endodontique américaine (les spécialistes de la dévitalisation dentaire), des médecins de renom tel le Dr Klinghardt, qui est un précurseur mondial dans la chélation des métaux toxiques, le Dr Bouquot, un éminent médecin stomatologiste cancérologue et probablement le spécialiste mondial des cavitations (un sujet que j’ai traité dans un autre texte http://dent.devitalisee.free.fr/?p=126) et des scientifiques de renom comme le Professeur Boyd Haley, chef d’un département universitaire de biochimie et qui est un précurseur mondial dans la mise en évidence, des incidences toxiques de métaux dans des maladies graves comme la maladie d’Alzheimer.

 

Le prof Boyd Baley a aussi mis en évidence la toxicité du mercure des amalgames dentaires, des toxines émises par les dents dévitalisées et pire du diméthyl sulfure mercure extrêmement toxique, produit en présence des amalgames au mercure sur dents dévitalisées.

 

L’IABDM agit notamment pour promouvoir l’utilisation de certains matériaux dentaires biocompatibles, pour identifier les pratiques dentaires dangereuses pour la santé et en promouvoir d’autres qui n’affecteront pas la santé et même permettront aux patients de la retrouver. J’ai demandé récemment à cette association, son avis sur le sujet des dents dévitalisées. Il m’a été renvoyé un texte qui date d’avril 2008, qui résume l’esprit de cette association et qui comporte un paragraphe qui répond plus précisément à ma question sur le sujet des dents dévitalisées. J’ai effectué la traduction en français de ce paragraphe.


Sachez que certains estiment que la dent dévitalisée est très probablement l'une des premières causes de cancers et de maladies graves dans le monde occidental. Son élimination représentait un des premiers traitements appliqués par des thérapeutes alternatifs de renom telle Hulda Clark, par exemple.

 

Si aujourd’hui vous vous interrogez sur l’opportunité de faire ou non extraire vos dents dévitalisées, vous pouvez, bien sûr, demander son avis à votre dentiste qui dévitalise quotidiennement des dents, ou à votre médecin qui n’a jamais reçu d’enseignement sur le sujet ou au Conseil de l’Ordre français des dentistes composé de dentistes qui ont dévitalisé des dents toute leur vie et dont certains m’ont interdit d’exercer pour avoir proposé à mes patients malades d’enlever leurs dents dévitalisées.

 

Vous pouvez aussi demander à des dentistes français qui se disent holistiques et utilisent, par exemple, des huiles essentielles pour dévitaliser les dents. Certains d’entres eux qualifient même la dentisterie qui propose d’enlever les dents dévitalisées de dentisterie mutilatoire.

 

Mais plutôt que de demander leur avis à des personnes qui, en fin de compte, ne sont nullement des spécialistes du sujet, je vous conseille plutôt de lire attentivement le court texte qui suit et de bien méditer dessus, car il ne provient pas de n’importe qui mais très probablement de ce que l’on peut considérer comme la plus grande autorité mondiale en matière de dentisterie holistique, puisque l’IABDM est aussi probablement la plus grande association au monde de dentisterie holistique.


Voici la traduction française que j’ai effectué de ce paragraphe dont le texte originel se trouve par la suite:


"Le sujet des dents dévitalisées inclut bien sûr les considérations des matériaux utilisés pour le traitement de dévitalisation, mais la remarque de base qui surgit, avant tout, est la suivante: une dent sans vaisseaux sanguins et sans nerfs, donc une dent dévitalisée, est une dent morte. La garder dans l’organisme représentera toujours un empoisonnement (le terme anglais utilisé est littéralement: "fardeau"), avec lequel l’organisme devra composer.

 

La controverse au sujet de traitement de dévitalisation “compatible”, de l’utilisation de laser à basse énergie pour «stériliser» les canaux dentaires et de l’efficacité relative de divers produits est intéressante certes et peut-être même pleine d’espoir.

 

Mais ces préoccupations restent toutefois secondaires au fait principal, à savoir: «la dent dévitalisée est morte et constituera toujours un empoisonnement» (le terme anglais utilisé est littéralement: "fardeau").

 

Les praticiens, et en fin de compte chaque patient pour lui-même, doit faire face à la difficulté de savoir quelle quantité de bonne santé sera sacrifiée pour garder des dents dévitalisées dans la bouche. Dans de nombreux cas, ce choix peut avoir des conséquences énormes, particulièrement pour ceux qui sont atteints de maladies chroniques et débilitantes, si communes dans notre société aujourd’hui."


- Fin du texte de l’IABDM -


Ce texte dit, en résumé, que la meilleure des dents dévitalisées constituera toujours un empoisonnement pour l’organisme, qui peut avoir des conséquences énormes sur la santé.


Bruno Darmon, Docteur en chirurgie dentaire

E.Mail:  drbrunodarmon@yahoo.fr.

 

 

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?p=128.

0

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 16:11

 

Des trous dans les maxilaires

 

 

Préambule: L'article ci-dessous est extrait du blog du Dr Bruno Darmon, qui, depuis des années, met en garde au sujet des effets négatifs des dents dévitalisées. Il aborde, cette fois, intimement lié au précédent, le sujet des cavitations, souvent peu connu du public.


Si L'Art de Vivre Sain publie cet article, c'est parce qu'il donne à réfléchir sur un sujet d'importance, exprimant point de vue original généralement peu pris en considération par la dentisterie classique et qu'il convient donc de faire connaître aussi, mais, comme toujours, chaque lecteur/lectrice est invité(e) à faire preuve de son propre discernement.

 

Etant donné que les experts eux-mêmes sont loin d'être d'accord entre eux, faute de compétence suffisante, L'Art de Vivre Sain n'est donc pas à même de dire si tout ce qui est dit dans ce domaine est entièrement juste ou pas et ce que chacun en particulier doit ou non faire pour lui-même, de quelle manière, où, quand, comment et avec qui. Il ne s'agit donc pas d'une caution intégrale automatique à tout ce qui est dit là, mais d'un sujet d'importance offert en cadeau à la réflexion des lecteurs..., qui, en définitive, là aussi, sous leur propre responsabilité, après avoir tout bien examiné,  se doivent de décider pour eux-mêmes.

 

Le sujet demeure, en effet, très controversé, et, avant de se décider à une quelconque intervention, il convient de bien mûrir sa décision pour être sûr de ne pas avoir à la regretter plus tard. Il faut être certain que le remède ne sera pas pire que le mal ("Primum, non nocere!"), et ce qui est bon pour l'un n'est pas automatiquement simultanément bon pour tout le monde de la même manière.

 

Le mieux serait, bien évidemment, de n'avoir ni caries, ni dents mortes, ni amalgames, ni appareils, ni cavitations, car, comme le disait  un philosophe humoriste - à moins que cela ne soit un humoriste philosophe: "Il faut mieux être beau, en bonne santé, intelligent et riche, que moche, malade, bête, et sans le sou!"


 

Les cavitations


Sachez que c’est un sujet qui est presque aussi important pour la santé que le sujet des dents dévitalisées, qui pour certains: dentistes, médecins et scientifiques, représente le sujet le plus important aujourd’hui pour la santé de millions de personnes malades.


Les cavitations sont des cavités à l’intérieur des os des mâchoires, qui sont très toxiques pour l’organisme mais souvent ne donnent aucune douleur locale. Il s’agit d’un problème encore moins connu que le problème des dents dévitalisées et aussi d’un sujet qui lui est très lié, car les cavitations sont la plupart du temps une conséquence de la toxicité des dents dévitalisées. Quand une dent dévitalisée est restée de longues années dans l’os de la mâchoire et qu’on l’extrait, il est très fréquent que l’os reste affecté par la présence de l’usine à toxines que représentait la dent dévitalisée. L’os aura alors du mal à cicatriser correctement, ce qui provoquera une cavitation.

 

On comprend bien pourquoi plus vite on se débarrasse de ses dents dévitalisées et mieux on se portera en évitant notamment d’avoir des cavitations.


Les cavitations concernent, comme les dents dévitalisées, une grande partie de la population. La France est d’ailleurs le pays européen le plus concerné. Sa population a le plus de dents dévitalisées par habitant, deux à trois fois plus en moyenne que les autres Européens. Cela est dû au bon système de remboursement français (sécurité sociale et mutuelles) pour la couronne sur dent dévitalisée qui est l’acte le plus rentable de la dentisterie conventionnelle, après les implants.

 

La France est aussi comme par hasard le pays où il y a le plus de cancers en Europe. Le jour où on comprendra qu’il existe un lien de causalité très important entre cancer et dents dévitalisées, voire cavitations, on aura fait un grand pas.


Si il a été bien souvent prouvé que dans nombre de pathologies, enlever les dents dévitalisées est une mesure extrêmement efficace pour retrouver la santé (explorer le site www.sante-dents.com et vous le verrez), il se pourrait bien que l’on s’aperçoive, un jour, que le traitement des cavitations est, après l’élimination des dents dévitalisées, une thérapeutique extrêmement efficace pour soigner les maladies et revitaliser les organismes. Cela peut s’expliquer notamment par le fait qu’il s’agit, encore une fois, d’une médecine des causes. Les médecines visant à supprimer les causes sont toujours plus efficaces que celles qui ne traitent que les effets.


Paradoxalement, le sujet des cavitations n’intéresse quasiment personne dans le monde médical, en France notamment. C’est, somme toute, logique puisque quasiment personne ne s’intéresse non plus, en France, au sujet de la toxicité des dents dévitalisées qui lui est très lié. Dans les pays germanophones et anglophones notamment, où l'on s’intéresse beaucoup plus à la toxicité des dents dévitalisées, on s’intéresse aussi logiquement beaucoup plus aux cavitations. On les appelle les N.I.C.O. en anglais que l’on peut traduire par cavités osseuses non infectieuses, même si, parfois, elles sont aussi infectieuses, semble-t-il.


Le désintérêt du monde médical pour le sujet des cavitations et des dents dévitalisées peut se comprendre dans une société où les motivations économiques sont généralement prédominantes sur toutes les autres. Les dentistes ne s’y intéressent donc pas puisque ce sont justement les dentistes qui dévitalisent les dents, ce qui provoque ensuite des cavitations. Autant demander aux fabricants d’amiante d’admettre la toxicité de l’amiante ou aux médecins qui vaccinent de reconnaître la toxicité des vaccins etc…

 

Quant à la médecine, comme le sujet des cavitations est subtil et en rapport avec les dents, elle l’a délégué aux dentistes, tout comme le problème des dents dévitalisées. A chacun son domaine. Les seuls médecins qui auraient pu s’y intéresser sont les stomatologistes, mais, d’une part, ils sont débordés de travail tant il y a de dents de sagesse à extraire (dues à l’excès de carnivorisme qui rétrécit les crânes, donc les mâchoires) et d’autre part, le Ministère a eu la bonne idée il y a quelques années, de supprimer cette spécialité médicale qui faisait, parait-il, double emploi avec celle des dentistes. Il y a donc de moins en moins de stomatologistes, qui sont de plus en plus débordés.

 

A peu près à la même époque, la sécurité sociale a eu la mauvaise idée de faire rembourser les traitements de vis intracanalaires et les inlay cores (dits aussi les tenons), qui ne se font que sur dent dévitalisée. Cette mesure a, bien sûr, incité encore plus les dentistes à dévitaliser les dents et, bizarrement, depuis, les cancers augmentent encore plus, malgré toutes les campagnes de préventions possibles…

 

Quant aux industries pharmaceutiques, elles recherchent toujours le médicament miracle pour tuer les cellules cancéreuses ou le vaccin miracle pour le cancer et d’autres maladies. Le traitement des cavitations, tout comme l’élimination des dents dévitalisées d’ailleurs, ne peut donner lieu à aucun médicament qui permettrait des profits importants à une quelconque industrie pharmaceutique.

 

Ce sujet n’intéresse pas non plus les scientifiques, du moins ceux que j’ai contactés. Ils ont peur qu’on leur reproche de marcher sur les plates-bandes des autres corporations, surtout si cela peut les contrarier. Ils risqueraient ainsi qu’on leur supprime leurs crédits de recherche. Dans le monde scientifique aussi, il existe des sentiers dont il ne faut pas s’écarter au risque de perdre ses revenus.

 

Voici d’ailleurs un exemple instructif. Le professeur Garel est un scientifique libre penseur. Il ne plaisait pas toujours à sa hiérarchie au CNRS. Il était Directeur de recherche au CNRS et en a été licencié parce qu’il s’intéressait à des travaux hors norme dans le monde scientifique. Il travaillait plus précisément sur les mesures de vitalité par cristallisation sensible. Une méthodologie qui avait déjà été explorée par un groupe qui était plus ou moins catalogué de secte. Le CNRS l’a alors licencié. Le professeur Garel qui s’intéressait beaucoup au thème de la vitalité est aussi l'un des rares scientifiques français à avoir pris position sur le sujet des dents dévitalisées pour dire qu’elles dévitalisaient ceux qui en possédaient, tout comme il a pris aussi position sur le sujet des vaccins dans la même direction. Notre société n’a visiblement pas encore la maturité de comprendre que les différences, dans le domaine médical et scientifique notamment, sont une richesse et non un élément à éradiquer «..non, les braves gens n’aiment pas que, l’on suive une autre route qu’eux» chantait Georges Brassens. Une chanson sur laquelle nous devrions encore méditer un peu...


Tout notre système médical et scientifique organisé en spécialités est incité d’une certaine façon par notre société à ne pas s’intéresser au sujet. Si l'on a mal au pied on va consulter un spécialiste du pied, si on a mal au ventre on consulte un spécialiste du ventre ,etc… Personne n’imagine que ces maux de pied ou de ventre peuvent provenir de dents dévitalisées ou de bouts d’os pourris dans la bouche,  qui, qui plus est, ne font pas mal. Les psychologues ont mis un siècle à faire comprendre que des maladies pouvaient avoir des origines psychologiques, il faudra bien encore un siècle pour comprendre qu’elles peuvent aussi avoir une origine dentaire, d’autant plus que la bouche est ou a été pleine de dents dévitalisées.


Quant aux patients, le sujet des cavitations tout comme celui des dents dévitalisées, est assez subtil à comprendre, il faut l’avouer, et il est difficile de les y sensibiliser. Il n’est pas si facile de comprendre qu’il existe des dents qui rendent service ou des bouts d’os pourris dans la mâchoire, qui ne font pas mal la plupart du temps, qui peuvent provoquer toutes sortes de maladies à distance, de la tête aux pieds. Les dentistes holistiques qui se sont penchés sur le sujet se sont aperçus, en plus, que ce sont justement souvent les zones osseuses ou les dents, les moins douloureuses, qui provoquent à distance le plus de problèmes de santé. C’est comme si la douleur locale constituait un barrage pour éviter que le problème ne se diffuse dans le reste de l’organisme. Il n’est donc pas facile de convaincre les patients de les opérer de ces zones qui ne font pas mal pour soigner des zones du corps éloignées de la bouche.


Ceux qui ont enlevé leurs dents dévitalisées et ne guérissent pas toujours ont, parfois, du mal à comprendre pourquoi, même si elles ne sont plus là, les dents dévitalisées peuvent être encore une cause de leurs maladies. Et pourtant c’est logique et c’est comme le gros fumeur qui s’arrête de fumer et ne peut espérer retrouver immédiatement des poumons neufs après avoir fumé pendant des années. Des années de tabac ont inévitablement abimé les poumons. Eh bien des années de dents dévitalisées ont aussi inéluctablement abimé l’os qui les contenait et il faut non seulement enlever les dents dévitalisées mais aussi soigner l’os pour vraiment guérir à distance les affections qui en sont la conséquence. On comprend donc pourquoi mieux vaut éviter d’avoir des dents dévitalisées et que, sinon, il vaut mieux les enlever le plus vite possible, même si on n’est pas encore malade.


Quand on sait que ce sujet est une clef essentielle de la santé, le désintérêt généralisé du monde médical pour cette question est véritablement très dommageable dans une société qui se ruine à rechercher de nouveaux traitements et à soigner ses malades toujours plus nombreux. Des maladies chroniques qui ne disparaissent pas après l’élimination des dents dévitalisées et divers autres soins de revitalisation, de corrections alimentaires, psychologiques etc… peuvent souvent s’expliquer par la persistance de cavitations qu’il faut traiter pour guérir totalement les patients. J’en ai fait plusieurs fois l’expérience. Mais en France, quasiment personne dans le monde médical ne s’y intéresse.


Il est donc important que le public s’intéresse à ce sujet, pour qu’un jour les professionnels s’y intéressent à leur tour, étant donné que les patients sont en grande partie soignés en fonction de leurs croyances et de leurs demandes. L’assurance-maladie l’avait bien compris jadis lorsqu’elle avait fait une campagne pour expliquer au public, et non pas aux professionnels, que «les antibiotiques ce n’est pas automatique». Une diminution significative des prescriptions d’antibiotiques s’en est alors ensuivie, prouvant par là même que lorsque les patients veulent moins d’antibiotiques on leur en prescrit moins.

 

Lorsque suffisamment de patients seront donc demandeurs qu’on leur enlève leurs dents mortes ou dévitalisées qui leur pourrissent la santé en pourrissant dans leurs os des mâchoires, les professionnels s’y intéresseront alors vraiment. Idem, par conséquent, pour les cavitations. Idem aussi pour les traitements alternatifs de cancérologie. Tant que la majorité des patients croiront que la seule solution pour soigner le cancer est d’irradier l’organisme avec des rayonnements radioactifs (la radiothérapie) et de lui injecter des poisons cellulaires (la chimiothérapie), les autres solutions auront du mal à émerger et seront même persécutées, car on ne rigole pas avec la santé, c’est bien connu...


La cavitation provoque des maladies par des mécanismes un peu similaires, mais pas tout à fait identiques, toutefois, à ceux de la dent dévitalisée, que l’on appelle communément l’infection focale. La cavitation est souvent une niche de bactéries toxiques qui diffusent ses toxines mais c’est aussi un trou d’os qui perturbe la circulation de l’énergie. Arriver à guérir les cavitations peut se révéler très efficace pour redonner la santé aux patients, comme je l’ai déjà dit. Il m’est parfois arrivé de soigner immédiatement des maladies qui résistaient à tout, juste en soignant une cavitation. Il y a quelques témoignages vidéo qui en parlent sur le site www.sante-dents.com.

 

Le traitement des cavitations est donc en soi un nouvelle médecine, tout comme enlever des dents dévitalisées, d’ailleurs. Une médecine extrêmement efficace puisque les médecins chinois savent bien que «ce qui est en haut domine ce qui est en bas». Les cavitations se trouvant dans la bouche se trouvent de fait au dessus de tout le reste du corps quasiment. L’expérience me montre d’ailleurs que lorsque les dents dévitalisées sont déjà retirées, le traitement des cavitations est bien souvent plus efficace que tous les autres traitements que je pouvais appliquer, comme l’acupuncture ou la phytothérapie par exemple. La conscience de l’existence des cavitations est, bien sûr, aussi un élément de plus, s’il en fallait, pour comprendre aussi la grande toxicité des dents dévitalisées.


Les cavitations se situent généralement à l’endroit où se trouvaient les dents dévitalisées. Je dis généralement, car si la plus grande erreur de la dentisterie moderne est sans aucun doute la dent dévitalisée, il existe d’autres erreurs de la dentisterie qui peuvent causer des cavitations même lorsqu’à l’origine il n’y avait pas de dent dévitalisée. Une trop forte anesthésie notamment avec vasoconstricteur fera que l’alvéole dentaire ne saignera pas suffisamment après l’extraction et cela pourra provoquer une cavitation.

 

l m’est arrivé de faire faire le poirier à des patients après une extraction pour augmenter la pression sanguine au niveau de la tête et provoquer un saignement des alvéoles dentaires qui venaient de subir les extractions. Les alvéoles ne saignaient pas, car j’avais mis probablement trop d’anesthésie avec vasoconstricteur pour réduire le saignement par constriction des vaisseaux sanguins. Il est important, après les extractions, que le patient reparte avec l’alvéole remplie de sang, car sinon, c’est l’alvéolite la plupart du temps.

 

L’alvéolite est une infection très douloureuse de l’alvéole qui contenait la dent. En cas d’alvéolite, j’utilisais personnellement un mélange de poudre de propolis et d’huiles essentielles pour remplir les alvéoles dentaires sans abimer l’os, mais je sais que le laboratoire Wéléda propose aussi un produit naturel qui m’a l’air très bon pour soigner les alvéolites. Si on utilise un produit toxique pour soigner l’alvéolite, comme il est courant d’en utiliser, on fabriquera alors une cavitation. En cas d’alvéolite après l’extraction, les produits classiques utilisés par la dentisterie conventionnelle pour soigner l’alvéolite (pâtes antibiotiques ou les pâtes à base de formol) sont assez toxiques pour l’os et peuvent donc provoquer des cavitations.


Pour éviter l’apparition des cavitations après extraction de dents dévitalisées, les dentistes holistiques américains conseillent aussi d’enlever une couche d’os d’environ un millimètre autour de la dent dévitalisée juste après l’extraction, surtout au niveau de la zone apicale (l’extrémité de la racine). Ensuite on curète manuellement l’os mou donc affecté, avec une curette jusqu’à tomber sur de l’os assez dur. On retirera ainsi l’os le plus imprégné de poisons. J’ai toutefois constaté plusieurs fois que cela n’est pas toujours suffisant pour éviter l’apparition de cavitations. Cette action peut aussi parfois être très délicate et donc elle est parfois à éviter, compte tenu de certains impératifs anatomiques.


Si très souvent la cavitation est totalement indolore, tout comme la dent dévitalisée, la présence de cavitations peut parfois contribuer à rendre la gencive douloureuse, tout comme la dent dévitalisée aussi d’ailleurs. Parfois la douleur ne sera présente que lorsque l’on mettra son dentier, ce qui pourra empêcher de l’utiliser lors de la mastication. Évidemment, cela constitue un inconvénient de plus à l’élimination des dents dévitalisées, qui est, certes, bien moins important que de perdre la santé, mais il faut, toutefois, le connaître.

 

Certaines personnes n’arrivent toujours pas à manger des aliments durs avec leur dentier, des années après la perte de dents, notamment de dents dévitalisées. Néanmoins, la mastication sur le dentier contribuera à soigner un peu les cavitations par effet de massage, qui provoque, avec la douleur, un afflux de sang. La prothèse amovible est donc aussi un outil de guérison des cavitations, ce que le bridge sur dent vivante n’est pas, par exemple, car le pont du bridge n’appuie pas sur la gencive.


La mise en évidence des cavitations n’est pas facile à réaliser. La radiographie osseuse avec injection de technetium radioactif est un outil que le Dr Meinig, l’Américain qui a écrit des ouvrages sur la toxicité des dents dévitalisées, disait avoir utilisé sur lui-même. Personnellement, j’hésiterai à me faire injecter un produit radio-actif dans l’os, même si c’est un examen médical courant aujourd’hui.

 

On peut aussi faire un scanner de la bouche, qui peut parfois les mettre en évidence mais pas toujours. Un œil averti peut parfois les voir avec une simple radio panoramique dentaire. Des personnes possédant un appareil de morathérapie ou autre appareil du même genre, utilisant des ondes magnétiques pulsées notamment, peuvent aussi parfois arriver à diagnostiquer la présence de cavitations avec les mesures électroniques réalisées par ce genre d’appareil. Mais l’outil issu de la technologie moderne le plus performant et le moins invasif qui soit est apparemment le Cavitat.

 

C’est un outil utilisant les ultra-sons, ce qui est quand même très peu invasif par rapport aux outils qui utilisent les rayonnements ionisants. Néanmoins, le Cavitat ne peut pas faire la différence entre l’os malade d’une cavitation et l’os en train de se régénérer après une extraction dentaire, car la seule chose que le Cavitat peut mesurer c’est la densité osseuse.

 

Cela est quand même un problème, car, dans le second cas, ce n’est pas toujours une bonne idée d’ouvrir la cavité osseuse pour la nettoyer, car l'on retarderait encore la cicatrisation osseuse, qui peut prendre parfois une ou deux années. Si la gencive est toujours douloureuse au toucher plusieurs mois après l’extraction et que le Cavitat montre une moindre densité osseuse, l'on peut alors en déduire qu’il existe une zone toxique, mais, sinon, mieux vaut s’abstenir de ré-intervenir, même si le Cavitat montre une zone de moindre densité, car ce pourrait bien être une zone en cours de cicatrisation osseuse et non une cavitation.

 

l faut donc être vigilant sur les démarches systématiques qui veulent systématiquement tout ré-ouvrir. Je sais que certains dentistes holistiques à l’étranger possédant un cavitat, appliquent de tels protocoles et opèrent leurs patients après les avoir dopés pour qu’ils ne se sentent pas trop fatigués ensuite par l’intervention. Mais cette stratégie n’est peut-être pas la stratégie idéale à long terme pour la santé. Si l'on ne risque pas de se tromper en proposant systématiquement l’élimination de toutes les dents dévitalisées, il faut être plus prudent pour opérer systématiquement toute zone osseuse de moindre densité qui se trouverait dans les maxillaires, surtout si les extractions dentaires ont été récentes.


Si, à la radio, l’os des maxillaires montre, toutefois, la présence de corps étrangers, il faut alors toujours essayer de ré-intervenir pour les éliminer chirurgicalement. Les bouts de racine, par exemple, que l’on retrouve souvent dans les os des mâchoires sont aussi toxiques que les dents dévitalisées, bien sûr, car la toxicité de la dent dévitalisée est concentrée dans sa racine (la partie enfouie) et non dans sa couronne (la partie émergée). C’est la racine qui diffuse dans l’os les toxines et bactéries toxiques dans l’organisme via l’os de la mâchoire. J’ai dit que l’on retrouvait souvent des racines dans les os des mâchoires, car lorsque les dentistes extraient des dents dévitalisées qui sont trop pourries pour supporter des couronnes, les dents cassent facilement. Les racines cassent donc facilement et, comme peu de dentistes ont conscience de la toxicité que représente la racine, il leur arrive assez fréquemment de ne pas s’embêter à l’extraire et donc ils la laissent dans l’os. J’ai dernièrement discuté avec un stomatologiste qui m’expliquait qu’il ne voyait pas l’intérêt d’extraire une racine dans l’os qui ne faisait pas mal et qui était si soudée à l’os qu’elle semblait ne faire plus qu’un avec son os. En plus il risquait fortement soit disant de léser le nerf dentaire du patient. Ce serait pourtant une grave erreur de laisser cette racine en place et cela pourrait être fatal au patient car il présentait une récidive de cancer malgré l’élimination de toutes ses dents dévitalisées. Les concepts d’infection focale ne sont semble-t-il pas non plus enseignés en France aux stomatologistes.


L’absence fréquente de douleurs de la dent dévitalisée, de la cavitation, et de racines aussi, par conséquent, s’explique par la présence de toxines qui paralysent le système nerveux. Des toxines paralysantes proches de la toxine botulique que la médecine esthétique aiment bien injecter dans les organismes sous l’appellation de Botox. Avec l’absence de douleurs, personne ne se plaint donc de ces racines pourries qui empoisonnent sournoisement les organismes, comme le font aussi les dents dévitalisées, d’ailleurs.


On trouve aussi parfois, dans les os des mâchoires, des bouts d’obturations métalliques ou d’autres corps étrangers qui sont tombés lors de l’extraction. Ce pourra être aussi des bouts de cône antibiotique qui ne se sont pas résorbés et qui ont été mis juste après l’extraction pour la prévention d’une éventuelle infection. L’enfer est pavé de bonnes intentions, on le sait, et cet antibiotique abimera l’os. Mais ce qu’on trouve le plus fréquemment, ce sont les dépassements de pâte endo-canalaire. C’est la pâte qui sert à remplir les canaux des racines après en avoir extirpé le nerf et les vaisseaux sanguins dans l’acte de dévitalisation. Très souvent le dentiste envoie cette pâte dans l’os de la mâchoire sans s’en apercevoir lors du remplissage du canal dentaire, car c’est un acte qui ne peut se faire qu’à l’aveugle. Cette pâte est souvent constituée de produits anti-inflammatoires à base d’hydrocortisone pour que le patient ne ressente aucune douleur après la dévitalisation. Cette pâte sera encore plus difficile à enlever que la dent dévitalisée elle même. Avec cette pâte à l’hydrocortisone dans l’os, c’est un peu comme si l’organisme était soumis en permanence à un peu de cortisone ce qui contribue au dérèglement du système endocrinien, tout en perturbant localement la reminéralisation de l’os de la mâchoire.


Tous ces corps étrangers qui abiment l’os ont des répercussions toxiques sur le reste de l’organisme. Il est donc préférable, si possible, d’ôter tous ces corps étrangers des os des mâchoires et de faire en sorte de ne pas risquer d’en introduire, notamment en dévitalisant les dents. Un os abiîmé provoque un trouble énergétique qui aura des répercussions sur le reste de l’organisme, je l’ai souvent constaté. Pour avoir une répercussion néfaste à distance, il n’est pas nécessaire qu’il y ait une cavitation, il suffit juste que l’os soit abimé, sans même parfois de modification de la densité osseuse. Le Cavitat est alors ici inutile et seuls des tests énergétiques permettront de s’en rendre compte. Parfois, au contraire, au sujet d’une cavitation qui correspond à une nette diminution de la densité osseuse bien sûr, il peut s’agir d’une augmentation de la densité osseuse qui, elle aussi, est perturbatrice, je l’ai aussi parfois constaté. Il faudra alors fraiser dans cet os pour qu’il cicatrise alors de nouveau correctement.


Hormis ces cas où la densité osseuse est augmentée et où il y a des corps étrangers dans l’alvéole, certains dentistes pensent qu’il vaut mieux injecter des produits qui vont aider à la régénération osseuse, que de ré-intervenir chirurgicalement pour cureter les cavitations. Les avis sont toutefois partagés sur le sujet et certains sont des inconditionnels du bistouri. Il y a donc ceux qui veulent systématiquement intervenir chirurgicalement et ceux qui veulent systématiquement injecter des produits dans l’os, car ils estiment qu’intervenir chirurgicalement a plus d’inconvénients que d’avantages.

 

J’ai rencontré les deux types de dentistes en Allemagne, en Suisse, aux Etats-Unis et en France aussi bien sûr et j’ai écouté leurs arguments. Entre les deux approches, il existe la possibilité de juste stimuler l’ostéogénèse en piquant simplement la zone cavitationnaire pour la faire saigner.

 

Je discutais encore dernièrement avec un dentiste suisse allemand, qui m’expliquait que des dentistes holistiques travaillaient en collaboration avec des thérapeutes qui en touchant les pieds des patients, déterminaient par les zones douloureuses des pieds, les zones osseuses précises de la bouche qui étaient malades. Le dentiste effectuait ensuite un petit trou dans l’os maxillaire à l’endroit indiqué par le thérapeute et cela améliorait ainsi la santé du patient après que la cavitation se soit remplie de sang.


En France personne à ma connaissance ne possède de Cavitat, probablement, car l’appareil est très cher, que personne quasiment dans le public n’est conscient du problème des dents dévitalisées et donc des cavitations et que logiquement l’examen n’est pas remboursé par la sécurité sociale. Je connais en Allemagne et en Angleterre des dentistes qui en possèdent. C’est logique, puisque les dentistes de ces pays s’intéressent aussi bien plus que les dentistes français au problème des dents dévitalisées et que là bas ils ne sont pas persécutés pour cela.


Même si le Cavitat est sans aucun doute le meilleur outil issu de la technologie pour voir les cavitations, il lui manque une dimension énergétique que par exemple l’appareil de morathérapie possède. L’appareil de morathérapie mesure les flux électromagnétiques du corps humain et permet donc de déceler les zones qui présentent des blocages énergétiques. Mais pourtant selon moi le meilleur outil pour savoir où intervenir pour traiter les os malades des maxillaires n’est pas issu de la technologie mais d’un savoir faire qui ne nécessite aucun appareillage. Il faut juste savoir faire du diagnostic énergétique en maitrisant le R.A.C. (réflexe auriculo cardique de Nogier) ou les tests de kinésiologie par exemple. On peut toutefois coupler, pourquoi pas, Cavitat, appareil de morathérapie et tests énergétiques sans appareillages.


Lorsque j’ai fait un stage de formation à la clinique Paracelsus où les médecins et les dentistes sont bien conscients du problème des dents dévitalisées et des cavitations, je me suis rendu compte que l’on y était très timide pour ouvrir les os des mâchoires afin de traiter les cavitations, car l’expérience leur avait montré que bien souvent les patients avaient ensuite beaucoup de mal à se remettre de l’intervention.

 

Les dentistes de la clinique Paracelsus préfèrent alors plutôt injecter des produits, notamment des produits du laboratoire Sanum dans la cavitation directement. Le laboratoire Sanum que les dentistes et médecins suisse allemands affectionnent - je l’ai constaté - fournit des solutions bactériennes qui désintoxiquent les zones d’injection par l’action de digestion des bactéries vis à vis des matières mortes et toxiques qui stagnent dans l’organisme. Des matières parfois dues aux dents dévitalisées, bien sûr, et autres poisons mais aussi parfois dues à l’utilisation intempestive d’antibiotiques. Des antibiotiques qui ont tué des bactéries qui, certes, rendaient malades mais qui aussi avaient un rôle de désintoxication, car les bactéries mangent les poisons, en général.


On comprend pourquoi les antibiotiques sont aussi des poisons à un certain niveau, même s’ils sauvent des vies aussi, j’en conviens. En fait, en plus des produits Sanum, je pense aujourd’hui qu’il existe un certain nouveau produit en injection qui peut éviter la plupart des interventions chirurgicales des os des mâchoires. Un produit qui a, néanmoins, l’inconvénient d’être très douloureux à injecter, mais c’est un inconvénient, somme toute, négligeable par rapport aux inconvénients des cavitations, nous en parlerons plus tard.


La cavitation n’est pas obligatoirement due à la présence de toxiques dans la zone osseuse mais aussi à une diminution du potentiel ostéogénique du patient. La diminution du potentiel ostéogénique, en français courant, signifie que l’os n’arrive pas à se reconstituer correctement. Le fait de l’ouvrir et le cureter à nouveau n’est donc pas toujours alors la bonne solution, car la cavité pourra alors ne pas se reboucher d’os et le problème pourra donc perdurer.

 

J’ai discuté avec un stomatologiste qui a traité chirurgicalement des centaines de cavitations et qui me disait que, bien souvent, elles persistaient même après son traitement. On voit souvent cela avec les personnes plutôt maigres, donc plutôt déminéralisées, et les personnes âgées qui ont moins d’énergie vitale. L’indication est alors encore plus les injections plutôt que d’ouvrir chirurgicalement la zone cavitationaire, car le traitement pourrait alors être pire que le mal provoqué par la cavitation. C’est ce que l'on voit souvent en cancérologie, quand le patient meurt guéri de son cancer, car il n’a pas supporté le traitement…


Le traitement classique de la cavitation préconisé par la plupart des dentistes est toutefois le traitement chirurgical. On ouvre et on curette la zone. Si on décide d’opérer une cavitation, la technique chirurgicale la moins traumatisante consiste à ouvrir le moins possible la cavitation et à la gratter en aveugle ou presque. Dans cette technique on évitera les anesthésies tronculaires au maxillaire inférieur notamment, car dès qu’on s’approchera du nerf dentaire, le patient ressentira une douleur qui permettra d’éviter de léser le nerf dentaire, ce que l’anesthésie tronculaire (dite aussi anesthésie à l’épine de Spix) ne permettrait pas, car cette technique anesthésie le nerf dentaire. On anesthésiera donc juste localement au niveau de la cavitation. Évidemment, avec cette technique, on verra bien moins ce qu’on curète que si on ouvre largement l’os pour mieux voir. Une certaine sensibilité manuelle rend toutefois inutile quasiment le fait de trop bien voir. Moins on ouvre l’os et meilleures seront les suites opératoires, car une perte osseuse inutile est aussi préjudiciable d’un point de vue énergétique, je l’ai aussi constaté. Il faudra aussi éviter trop de vasoconstriction lors de l’anesthésie, car il est important que le site opératoire saigne bien, sinon il ne cicatrisera pas correctement.

 

Parfois il est toutefois nécessaire d’utiliser des vasoconstricteurs, chaque cas est particulier. Des techniques énergétiques permettent de savoir quel anesthésique il faudra utiliser. La morphologie du patient peut aider aussi à choisir l’anesthésique. Les palo-maigrichons hypotendus n’ont pas besoin de vasonstricteurs, tandis que les patients plutôt sanguins bien rouges du visage, les hypertendus, en ont souvent besoin pour éviter une trop fort saignement inutile lors de l’intervention. On préfèrera alors de la noradrénaline comme vasoconstricteur en première intention, conservant l’adrénaline uniquement pour les cas d’hémorragies. Lorsqu’on ne sait pas faire d’écoute énergétique, prendre la tension du patient avant l’intervention peut donc être utile pour le choix de l’anesthésie. Les hypertendus auront droit à une anesthésie avec vasoconstricteurs, tandis qu’on évitera les vasoconstricteurs pour les hypotendus. Il existe maintenant de petits appareils bien pratiques, les tensiomètres, pour prendre la tension qui évitent au dentiste l’utilisation du stéthoscope et de la pompe à air, qui sont d’utilisation plus délicate.


Les cavitations peuvent se situer dans des zones qui n’ont jamais eu de dents dévitalisées ni aucun corps étranger. C’est, par exemple, le cas des dents de sagesse incluses qui ont dues être enlevées notamment avec une forte élimination osseuse. Une stimulation de la régénération osseuse de la zone de la dent de sagesse peut alors permettre de guérir des affections à distance. Enlever de l’os n’est donc pas anodin pour la santé générale. En ayant pris conscience de cela, je suis maintenant un peu perplexe sur les pratiques de certaines implantologistes qui préconisent parfois des prélèvements osseux dans le crane pour pouvoir placer leurs implants sur des zones maxillaires qui manquent d’os. Les patients en ressortent bizarrement fatigués pour de longues années, alors qu’une bonne prothèse amovible n’aurait jamais eu ces inconvénients. Il n’est pas anodin par conséquent de prélever de l’os à un endroit pour le mettre ensuite à un autre endroit.


Aujourd’hui, j’ai même conscience que la simple anesthésie dentaire pour enlever une dent de sagesse un peu trop loin au fond de la bouche, par exemple, est capable de provoquer un trouble énergétique, qui aura des répercussions néfastes sur la santé. Si on peut donc effectuer une anesthésie par acupuncture ou autrement qu’en injectant de l’anesthésie, ce n’en sera que mieux, car même l’anesthésie est un poison, ne l’oublions pas.


Quoi qu’il en soit quand on y arrive, guérir les cavitations est en soi une médecine qui peut guérir de multiples maladies, souvent bien mieux que beaucoup d’autres choses, car c’est une médecine des causes. Le traitement des cavitations n’est pas juste une réflexologie comme certaines autres réflexologies (auriculaire et plantaire par exemple) ni une médecine qui n’élimine pas les causes (la plupart des médecines).

 

Afin de vous faire un peu plus prendre conscience de toute la puissance de certains traitements cavitationnels, non chirurgicaux, j’ai demandé à l'un de mes patients d’effectuer un petit témoignage assez instructif, car tout discours théorique a bien plus de valeur lorsqu’il est associé à des faits.


Le voici, par conséquent:


Témoignage de M. Stéphane G.

 

"J’ai aujourd’hui 69 ans et, il y a un peu plus d’une quinzaine d’années, je suis allé consulter à Grasse le Dr J.G. Thomas - aujourd’hui à la retraite - à cause de divers problèmes de santé et, plus précisément, de très importantes douleurs de dos ainsi que des problèmes du tube digestif. C’est un médecin qui recevait des patients de toute la France tant ses résultats étaient extraordinaires. Mes affections étaient tellement importantes que j’avais été mis en arrêt de travail de longue durée. Je me suis mis à manger bio et je suis devenu végétarien, pensant que ma santé s’améliorerait, ce qui a d’ailleurs été un peu le cas. Le Dr Thomas m’a fait de l’acupuncture principalement et m'a fait extraire toutes mes dents dévitalisées, comme il conseillait de faire à tous ses patients. Ma santé est alors revenue progressivement.

 

Néanmoins, parfois des symptômes persistaient et de nouveaux apparaissaient aussi, pouvant faire croire que les dents dévitalisées n’y étaient alors pour rien. Tout cela était, toutefois, moins grave que mon état de santé déplorable au début où je l’ai consulté. J’ai continué alors à me faire soigner par l’acupuncture, la phytothérapie, les huiles essentielles, l’homéopathie, et d’autres médecines encore, car ces symptômes était quand même parfois assez gênants et handicapants. Je faisais même des séances de kinésithérapie et certains voulaient me faire de la psychothérapie, car ils pensaient mes maux d’origine psychologique.

 

Tout cela me faisait du bien, mais mes problèmes de santé persistaient. Je suis allé alors consulter le Dr Darmon, qui identifia qu’il y avait des zones dans ma bouche qui restaient toxiques à l’endroit précis où j’avais eu jadis des dents dévitalisées, même si, à ce jour, elles avaient été extraites. Elles avaient empoisonné l’os et la gencive, dans lesquels elles avaient séjourné pendant des années. Ce sont ces zones toxiques qui provoquaient, selon lui, à distance divers problèmes de santé, ce qu’il mit en évidence en faisant certains tests particuliers. Selon lui c’était des cavitations. Ces zones n’étaient pas toujours douloureuses. Il me fut fait alors divers traitements de ces zones toxiques, des injections plus précisément, et, à chaque fois, mes problèmes de santé, qui duraient pourtant depuis des mois parfois, disparaissaient dans les jours suivants et parfois même dans l’heure qui suivait le traitement. Je retrouvais aussi toujours de la vitalité en même temps.

 

J’ai eu trois traitements et à chaque fois ces résultats étonnants se produisaient. Mes symptômes disparaissaient soit complétement, soit suffisamment pour que je n’ai plus besoin ensuite de le consulter à nouveau. Ces traitements des zones toxiques de la bouche, où il y avait eu des dents dévitalisées jadis, constituent donc pour moi des traitements qui me sont apparus plus efficaces, à chaque fois, que tout ce que j’avais fait auparavant et je suis prêt à en témoigner par téléphone ou directement à toute personne qui se déplacera pour me rencontrer. Aujourd’hui je n’ai plus aucun problème de santé, ne prends aucun traitement médical et je m’estime en très bonne forme, puisqu’il m’arrive de marcher une trentaine de kilomètres dans une journée sans être particulièrement fatigué et sans douleurs, alors qu’avant ma santé était si mauvaise et mes douleurs si importantes que j’avais même du être mis en arrêt de travail de longue durée."


M Stéphane G., Mai 2010.


Ce Monsieur qui n’a pas Internet, a accepté que son numéro de teéléphone soit mis directement sur Internet, mais je préfère ne pas le mettre pour le préserver. Si vous souhaitez lui téléphoner, contactez-moi au préalable par e.mail en me laissant un numéro de teléphone fixe, je vous rappellerai et vous communiquerai éventuellement son numéro de téléphone pour l’appeler, si vous voulez vérifier l’authenticité de ce témoignage.


Sur ce patient, je n’ai effectué que des traitements non chirurgicaux, car j’estimais que des traitements chirurgicaux auraient fait plus de mal que de bien. Les cavités ne se seraient probablement pas reminéralisé en les ouvrant et en les grattant. C’est ce qui arrive quand l’organisme n’a plus suffisant de vitalité pour reminéraliser ces cavités osseuses. Il ne suffit pas toujours de gratter les contours osseux empoisonnés pour que la cavité se reminéralise. Des chercheurs ont essayé divers produits pour reminéraliser ces cavités, notamment de l’homéopathie, mais rien ne semble probant dans ce domaine.

 

Quand on sait comment fonctionne l’homéopathie, rien d’étonnant, car c’est une médecine qui introduit des poisons pour stimuler une réaction de l’organisme, un peu comme le font les vaccins en quelque sorte. L’organisme s’en trouve alors globalement un peu plus dévitalisé encore. L’homéopathie ne pourra rien pour reminéraliser des cavités, car il serait nécessaire de lui apporter de l’énergie et non pas de lui en enlever. Il y aurait plus de chance à injecter des produits issus de la biothechnologie, comme le font les produits du laboratoire Sanum, On pourrait aussi rechercher dans le domaine de la phytothérapie ou, mieux encore, de la cristallothérapie, qui sont des concentrés d’énergie, d’autant plus que l’os possède lui-même une structure cristalline avec ses cristaux d’hydroxyapatite. Un cristal qui, en plus, se transformerait en calcium, qui est le principal constituant de l’os, serait idéal à injecter.

 

Eh bien, il se trouve que ce cristal existe. La Silice est un cristal qui se transforme en Calcium en milieu organique, c’est à dire en présence de Carbone, selon les travaux de transmutations à basse énergie développés par Kervran. Mais si en plus cette Silice est chargée d’énergie, cela n’en est que mieux et c’est ce que M. Plocher a réussi à effectuer avec l'une de ses poudres, qu’il nomme Terre de Silice.

 

M. Plocher est un Allemand génial, qui a réussi à capter l’énergie libre de l’Univers et à l’imprégner sur divers supports, dont justement une poudre de Silice, en poussant les travaux de Wilhelm Reich sur l’Orgone. Ce produit permet de reminéraliser les cavitations, qui, ainsi, ne provoquent plus de maladies à distance. Il suffit de l’introduire dans la cavitation. On mélange cette poudre préalablement stérilisée à de l’eau stérile injectable et on l’injecte après avoir localisé précisément la cavitation. L’injection est parfois fortement douloureuse, c’est un inconvénient, certes. C’est un peu comme si l'on ressentait une brulure dans l’os qui reçoit l’injection, c’est pourquoi il peut parfois se passer une demi-heure pour injecter un à deux millilitres. Ensuite on peut encore ressentir de la douleur dans la zone pendant quelques jours parfois. C’est tout à fait le contraire de la démarche antalgique qui supprime artificiellement la douleur, qui est une réaction normale d’alerte et de défense de l’organisme. Une démarche qui s’inscrit dans une médecine aux effets secondaires qui produit à terme la cohorte de grabataires et de handicapés que connait aujourd’hui notre société. La médecine moderne a, en effet, pour philosophie de supprimer à tout va et chimiquement en plus, les réactions désagréables du corps en général et la douleur en particulier, plutôt que de laisser agir ces mécanismes d’auto-guérison en mettant au repos et à la diète par exemple les patients et en leurs prescrivant des plantes médicinales.

 

Le grand naturopathe Marcheseau disait à ce sujet que nos médecins modernes font le serment d’Hippocrate à la fin de leur études dans lequel il est mentionné «Primum non nocere», c’est à dire «Premièrement, ne pas nuire», puis, toute leur vie professionnelle, ils le parjurent en utilisant des médicaments-poisons. Cette maxime est encore plus vraie pour les dentistes, qui dévitalisent des dents, totalement saines parfois, pour effectuer plus facilement des bridges.


Là, avec ces injections, c’est tout le contraire d’une démarche chimique, qui baisse toujours l’énergie de l’organisme et avec la douleur, c’est la vie en quelque sorte qui revient aussi dans la zone d’injection. En soignant la zone cavitationnaire, c’est comme si l'on ouvrait un portail énergétique qui bloquait la circulation de l’énergie. Les résultats thérapeutiques obtenus sont souvent étonnants, comme le témoignage précédent en atteste, et dépassent souvent la plupart des autres techniques, car, encore une fois, il s’agit d’une médecine des causes.

 

Parfois des symptômes mineurs apparaissent, suite à cette injection, pour mieux guérir ensuite une affection majeure. J’ai, en effet, déjà vu des fièvres qui clouaient les personnes au lit pour une semaine, des zonas très douloureux et même parfois des réactions d’ordre psychologiques étonnantes se déclencher juste après cette piqure. Ils ne représentaient qu’une forme transitoire d’élimination des poisons qui étaient coincés dans la cavitation et qui sortaient tout simplement soit par le corps soit par le cerveau, pour mieux être éliminés ensuite par l’organisme, dans une logique de désintoxication et de ré-énergétisation. Ces symptômes accompagnaient toujours un retour vers une certaine guérison. Mais, comme tout, cette technique ne suffit pas toujours à tout guérir. La médecine, ce n’est pas si simple qu’une seule technique suffise pour tout traiter.


Néanmoins, avec ces injections j’ai observé parfois des améliorations de diverses maladies graves, comme sclérose en plaque et cancer, chez des personnes qui avaient préalablement enlevé leurs dents dévitalisées, mais qui pourtant ne pouvaient pas être considérées comme guéries mais juste améliorées. Les cavitations consécutives aux dents dévitalisées perturbaient encore trop leur santé, visiblement.

 

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?p=126

 

Suite - vu la longueur - dans un prochain article...

0

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 00:16

 

Les Cellules-Souches


Réparatrices des tissus et des organes endommagés

 


Panacée à tous nos maux, promesse d’éternelle jouvence… les cellules souches répondront-elles aux espoirs que le monde scientifique a fondé sur elles? Espoirs tels que le Secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie des sciences, Nicole Le Douarin, les qualifie d’une façon quelque peu provocatrice: porteuses d’immortalité.


Les regards du monde de la recherche se sont tournés depuis plusieurs années vers les cellules-souches, qui peuvent, en théorie, se répliquer sans fin, et pallier à la dégénérescence ou la destruction de toutes nos cellules.


Et c’est bien ce qu’elles font déjà pour une grande part, sans que nous ayons à nous en préoccuper. Ce sont elles qui assurent le renouvellement de nos cellules. Sans bruit, elles sont constamment à l’œuvre: les cellules de la peau par exemple se régénèrent tous les 21 jours, les cellules sanguines sont renouvelées tous les 120 jours, et celles de tout le corps, chacune à leur rythme.


Lors d’un traumatisme ou d’une maladie, ce sont les cellules-souches qui viennent naturellement, pour peu qu’on leur en laisse la possibilité, guérir, cicatriser, reconstituer les tissus endommagés.


Les scientifiques cherchent à percer leur mystère. Leur grand défi est de profiter encore beaucoup plus de leurs incroyables capacités: dans certaines espèces, comme chez la planaire ou l’hydre, les cellules-souches ont même la capacité de régénérer un membre disparu. Sans aller jusque là pour les êtres humains, la régénération d’organes déficients n’est plus une utopie hors de portée, les chercheurs y travaillent. Et, déjà, la médecine utilise largement le pouvoir des cellules-souches. Une approche qui pourrait progressivement en supplanter beaucoup d’autres.


Il existe différentes sortes de cellules souches chez l’être humain. Elles sont architectes, maîtres d’œuvre ou artisans spécialisés pour la construction complexe de notre corps:

  • Notre vie commence avec une seule cellule. Celle-ci se divise formant deux cellules identiques à la première, puis cette division continue pour les cellules filles et cela se reproduit encore et encore pour aboutir aux milliards de cellules qui composent notre corps. Au stade où les cellules souches peuvent tout faire et sont capables de former un être humain complet, elles sont dites totipotentes, elles peuvent organiser la vie. Ces cellules ne se rencontrent que lors de la vie fœtale, in vivo.

  • Puis des cellules de transition sont formées : les cellules totipotentes originelles produisent des cellules multipotentes, toujours capables de former n’importe quel tissu de l’organisme, mais n’ayant plus la capacité des cellules d’origine qui peuvent être la source de l’organisation d’un être vivant entier. Ce sont des «cellules souches embryonnaires».

  • Étape ultérieure, les cellules-souches embryonnaires produisent des cellules adultes spécialisées, dites unipotentes. Cette dernière notion est en évolution, car  l'on s’aperçoit actuellement que ces cellules sont capables d’une polyvalence inattendue.

Une partie des cellules-souches adultes persiste dans l’organisme, en faible quantité. Ces cellules sont dites «réparatrices», ce qui exprime clairement leur fonction: elles sont là pour l’après-vente, c’est la garantie décennale, et cette dernière peut être prolongée fort longtemps, heureusement. Ces cellules se réactivent et se différencient pour réparer les traumatismes subis par l’organisme. Elles peuvent tout faire, ou presque, car tous les corps de métiers sont représentés.


Les cellules-souches sont principalement présentes dans la moelle osseuse, mais tous les tissus et tous les organes en contiennent. Lorsqu’un organe par exemple est en souffrance, il émet un message chimique qui suscite la libération de cellules souches, ainsi appelées à venir à son secours.


Notre corps doit aussi renouveler ces cellules-souches. Celles-ci doivent donc décider, à chaque division, si les cellules-filles issues de la division deviendront d’autres cellules souches ou des cellules spécialisées. Avec l’âge, et malgré la pérennité théorique du processus, la reproduction des cellules-souches devient malheureusement moins performante.


L’approche médicale: la thérapie cellulaire


La médecine a réussi à cultiver des cellules-souches et en fait une utilisation extraordinaire dans un certain nombre de maladies. Les grands brûlés en sont bénéficiaires par exemple: une seule cellule souche de peau peut produire à elle seule assez de cellules de peau spécialisées pour recouvrir le corps entier. On prélève une petite partie de peau non endommagée à la personne, et les cellules souches présentes dans le fragment de peau  sont mises en culture avec une solution appropriée. Elles se multiplient alors et peuvent être transplantées sur le patient.


Les cellules-souches sont également utilisées dans le traitement de patients souffrant de maladies sanguines telles que la leucémie.


Si de grands progrès sont encore attendus, l’utilisation médicale à proprement parler des cellules-souches rencontre des limites, car elle n’est pas sans risques.


Quels sont les risques?


Les cellules-souches peuvent être obtenues de différentes façons: à partir d’embryons obtenus par fécondation in vitro, dans le sang du cordon ombilical, à partir des tissus d’un adulte, par le clonage d’une cellule d’adulte. Les cellules embryonnaires posent des problèmes éthiques, leur utilisation est très strictement limitée en France. De plus, comme leur vocation est de se reproduire, ces cellules indifférenciées peuvent être à l’origine du développement de tumeurs cancéreuses.


Autre risque, les cellules risquent d’être l’objet d’un rejet lorsqu’elles proviennent d’un organisme autre que celui qui les reçoit, comme c’est le cas pour les greffes.


Dans un autre cas de figure, non reconnues comme amies, elles peuvent se heurter à des inhibiteurs de contact, mais demeurer dans l’organisme. Que deviennent-elles alors?


Il y aurait aussi des «erreurs d’aiguillage»: des cellules programmées pour se différencier en cellules neuronales par exemple, peuvent devenir des cellules cardiaques. Que se passera-t-il si on les injecte… dans le cerveau?


Les immenses espoirs qui avaient été placés dans les thérapies cellulaires ont entraîné de grandes déceptions. Cependant, la recherche progresse et l'on peut attendre encore beaucoup de progrès dans ce domaine.


Comment bénéficier en toute innocuité des pouvoirs immenses de nos cellules souches?


Nous disposons de moyens peu, voire pas du tout onéreux, sans dangers, et dont l’efficacité depuis longtemps constatée dévoile peu à peu ses mécanismes aux scientifiques.


Les cellules-souches de notre organisme peuvent être activées par des moyens relativement simples, et dans une démarche holistique. Il est urgent de revenir au respect des Lois de la Nature. Celle-ci n’a pas encore livré le Secret ultime de la vie; elle reste notre Maître, que nous le voulions ou non.


Pour commencer, redonnons toute son importance à l’allaitement maternel – pour lequel un millier de pages resterait insuffisant, disons-le en passant. Son rôle est, bien sûr, d’alimenter les bébés au mieux de leurs besoins physiques et affectifs, pour leur meilleur développement physique, psychique et intellectuel; mais il recèle une richesse longtemps ignorée, à laquelle nous devons accorder une considération particulière. Le lait maternel s’est avéré regorger de cellules-souches.

 

C’est une partie de l’explication de son rôle protecteur et réparateur inégalé (et inégalable?). Le colostrum, produit dans les premiers jours et précédant le lait maternel, contient environ 50 000 cellules par ml. Ce chiffre diminue par la suite pour arriver à 50 - 100 cellules par ml, lorsque le lait devient mature. Pour les nouveau-nés, l’absorption des cellules-souches par voie orale est efficace, elle est un fabuleux facteur de protection et d’adaptation.


A tout âge, l'on peut favoriser par différents moyens la multiplication et le transport des cellules-souches aux endroits où le corps en a besoin, cela par des procédés et des produits naturels.


C’est ce à quoi tendent les médecines ancestrales et les techniques naturopathiques, lorsqu’elles ont pour objectif de réveiller notre «médecin intérieur», prodigieux d’intelligence.


Au tout premier rang de ces techniques, il faut citer le «bain dérivatif», car celui-ci est reconnu pour son action sur la remise en mouvement dans les fascias des graisses de l’organisme. Or ces graisses situées dans les fascias permettent aux cellules-souches d’atteindre leur cible, elles en sont les transporteurs.


Meilleur acheminement donc, et en priorité vers les zones dont l’atteinte pathologique est la plus nocive pour l’organisme, cela est régulièrement confirmé par l’expérience.


De plus, probablement, cette circulation permet une meilleure production de cellules-souches  les graisses remises en mouvement assurent du même coup une meilleure distribution des substances nutritives - vitamines, minéraux, anti-oxydants... - dont, il faut le rappeler, elles sont aussi le véhicule. Cela rendrait possible un réveil de la production temporairement assoupie des cellules-souches.


Si ce tableau correspond bien à ce que l’expérience et la logique tendent à prouver, attendons que les scientifiques nous en donnent la confirmation pour l’affirmer… mais, dès maintenant, ne nous privons pas pour autant des bienfaits des médecines naturelles!


Si les bains dérivatifs ne sont pas la seule façon de mettre en mouvement les cellules souches, ils en sont certainement un moyen particulièrement puissant, à la portée de chacun.

 

Il faut ajouter qu’aucune technique ne pourra suffire à nous garantir une santé optimale à long terme, si nous oublions l’importance capitale de l’apport à l’organisme d’une alimentation favorable au transport et au bon fonctionnement des cellules-souches.


Bains dérivatifs ou autres moyens mis en œuvre seront toujours plus rapidement et plus durablement efficaces s’ils sont accompagnés d’une alimentation qui favorise le mouvement de la vie: l’organisme doit disposer de graisses fluides, dont nous étions dotés étant bébés, et que nous avons, le plus souvent, laissé largement disparaître au profit de graisses dures moins harmonieuses et surtout nocives. Pour nous procurer à nouveau les graisses fluides d’un organisme en bonne santé, graisses de couleur brune, il faut consommer des omégas 3, 6 et 9 dans les justes proportions, sans oublier une petite quantité de graisses saturées, d’origine végétale de préférence (elles sont aussi utiles!).


Et il faut éviter la fabrication de graisses dures (qui sont blanches). Pour cela, avant tout, il faut fuir les corps gras alimentaires «trans», qui sont nos ennemis jurés. Ces derniers sont, pour simplifier, la plupart des corps gras industriels ainsi que ceux qui sont chauffés à trop haute température lors du processus culinaire domestique. Mauvaises graisses, excès de céréales raffinées, de sucre, mauvaise alimentation et manque de mastication produisent des graisses blanches et dures qui ont pour effet la stagnation des déchets, l’étouffement des tissus, et la stase qui s’oppose à la vie.


Tout un programme qui se mène en parallèle avec une recharge de l’organisme en anti-oxydants, vitamines et minéraux.


Ce programme permet à nos merveilleuses cellules-souches de venir nous rajeunir, reconstruire nos tissus, nos organes. C’est une histoire à suivre…


Car, oui, expérimentons-le,
la santé perdue peut être retrouvée.

 

 

 

Source: http://lasantenaturelle.over-blog.com/article-aux-souches-de-la-vie-cellulaire-53197278.html

 

 

 

N.B.: Dans un prochain article il sera prochainement expliqué comment il est encore possible, par voie alimentaire, de stimuler très efficacement la ré-activation des cellules-souches.

0

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 19:49

Un colloque de Santé Naturelle c'est l'occasion de partager et d'apprendre beaucoup de choses sur la Santé Naturelle. Une occasion à mettre à profit, lorsqu'elle se présente.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 09:37

 

 

La Bétaïne Hydrochloride

Un antidépresseur de choix


 

Ne vous laissez pas déprimer!


Le meilleur antidépresseur est celui que l’organisme fabrique lui-même.
 

Des études indiquent qu’un
extrait de betterave concentré, la bétaïne, peut contribuer à soulager le malaise causé par la dépression et relancer la production naturelle par l’organisme des hormones du bien-être, de la stimulation et de la décontraction.

En plus d’aider le corps à reprendre le dessus durant des phases dépressives, la bétaïne va aider le foie à accomplir sa fonction détoxifiante, et elle peut aussi aider un enfant hyperactif.


C’est la recherche scientifique appliquée à la physiologie des enfants autistes qui s’est penchée, il y a une dizaine d’années, sur les vertus de la bétaïne, qui diminue avec l'âge ou la maladie. Des scientifiques ont publié des études montrant que la
bétaïne, un acide aminé naturellement présent dans le goji et dans certains légumes dont la betterave, est un anti-dépresseur de premier ordre. Bien meilleur que les anti-dépresseurs tricycliques utilisés dans la prise en charge médicamenteuse de l’hyperactivité et du déficit d’attention des enfants autistes, car, tout comme pour les consommateurs réguliers, les effets secondaires sont catastrophiques et en limitent fortement l’utilisation.

La
bétaïne remplace maintenant, de plus en plus, les anti-dépresseurs classiques dans les traitements cliniques des dépressions et des troubles du comportement.

En effet, la bétaïne est un précurseur naturel de SAMe. L’organisme ne peut pas se passer de cette substance qu’il sécrète lui-même et qui disparaît avec l’âge ou faiblit en cas de maladies lourdes (cancer, maladies cardio-vasculaires) ou de dépression. Le SAMe est directement lié à la production de certaines hormones, et notamment de noradrénaline, qui est un stimulant naturel de la dopamine, responsable du sentiment de bien-être et enfin de la sérotonine, qui est un calmant naturel permettant d’améliorer les fonctions émotives et de prendre de la distance avec les événements. La stabilisation de l’humeur, chez les dépressifs, espace, d’une part, les phases d’effrondement et, d’autre part, neutralise les sautes d’humeur (passages des rires aux larmes).


La bétaïne stimule donc la production naturelle du SAMe pour que l’organisme se remette en marche de lui-même et remonte le niveau des hormones du bien-être et de la décontraction.
La solution de stimulation naturelle est efficace dans plus de 70 % des cas de dépressions.

 

 

Autres vertus de la Bétaïne

 

Ce précieux acide aminé que l’on retrouve dans la betterave, le brocoli, les épinards et même certains vins - la bétaïne - est, d’une part, reconnue pour aider à diminuer les risques d’artériosclérose et de coagulation sanguine, et, d’autre part, connue pour aider à empêcher l’accumulation de gras dans le foie. Aucune interaction médicamenteuse interférant avec la prise de bétaïne n'est actuellement connue à ce jour.

 
La Bétaïne soulage le foie

 

Le pigment rouge de la bétaïne est aussi connu pour aider à réparer le foie en empêchant les dépôts de triglycérides (les acides gras) dans le foie et combat la formation de l’homocystéine (un acide soufré) souvent responsable de l’artériosclérose. Ainsi, les anciens avaient bien raison de considérer la betterave comme un fortifiant du foie et du sang.


La production naturelle de SAMe par l’organisme va également permettre de relancer la production de glutathion qui joue un rôle central dans le processus de détoxification hépatique. Un rapport commandé par le Ministère de la Santé américaine a analysé plus de 40 études concernant les maladies du foie. Ce rapport conclut que le SAMe a un effet hépathoprotecteur confirmé et qu’il est recommandé en complémentation pour les sujets alcooliques. La bétaïne favorise la méthylation, un processus normal qui fabrique de nouvelles cellules, crée des antioxydants et décompose les produits chimiques nocifs.

La bétaine améliore la concentration et l'attention visuelle


C’est toujours dans le cadre de la recherche sur l’autisme que les chercheurs se sont rendus compte que la bétaïne fait chuter le taux d’homocystéine. Cet autre acide aminé est anormalement élevé chez 80 % des enfants autistes. L’apport de bétaïne permet d’améliorer la capacité des enfants à se concentrer ainsi qu’à fixer leur attention visuelle.


Des artères en bon état


De plus, drant ces mêmes études, les chercheurs se sont aussi rendu compte qu’un fort taux d’homocystéine dans le sang a un lien direct avec les maladies cardio-vasculaires athérosclérotiques qui bloquent les artères du cœur, du cerveau et les membres inférieurs et avec la thrombose veineuse. L’homocystéine endommage la paroi intérieure des artères, ce qui pourrait affecter la coagulation du sang et favoriser l’apparition de caillots. La bétaïne, en faisant baisser le taux d'homocystéine dans le sang, limite donc aussi les risques cardiovasculaires.


Cure conseillée de trois mois


L'on peut se procurer de la
bétaïne sous forme de poudre en capsules. La bétaïne est à prendre trois fois par jour durant les repas. Les premiers effets sont sensibles au bout d’un mois, mais, selon les cas, une cure de trois à six mois sera utile. (Si vous souhaitez vous en procurer et savez pas comment faire, vous pouvez demander par e.mail  où en trouver en cliquant ici.)

Programme de Nettoyage Intestinal


Remarque: Du fait de ses fort intéressantes caractéristiques, la Doctoresse Clark fait de la
Bétaïne Hypochloride un important constituant de son «Programme de Nettoyage de l’Intestin».

 

En conclusion

 

Avec la Bétaïne il est possible de combattre la mélancolie tout en détoxiquant le foie. Voir la vie en rose à partir d'un composant de la betterave rouge, quoi de plus naturel!

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 15:07


Ce qu'il faut savoir lorsque l'on installe
l'électricité chez soi...



Cahier des charges pour une installation
électro-domestique sans nuisance
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 17:50

La céramique a maintenant "droit de cité"


Est-ce le début d'un important virage?

Vu sur le blog 'Holodent" d'Estelle Vereeck:

Estelle Vereeck (*), Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli.

couronnes tout céramique remboursées par la sécu
Pour les nombreuses raisons développées sur ce site  [celui d'Estelle Vereeck] et surtout dans le Pratikadent, dictionnaire holistique de la biocompatibilité des soins, le métal (nickel, titane, mercure, etc.) n'est pas fait pour séjourner en bouche où il est à l'origine de nombreux problèmes de santé. Le matériau le plus biocompatible existant à ce jour est la zircone ou oxyde de zirconium, matériau à partir duquel on fabrique des couronnes, des bridges et des implants qui sont une alternative au titane.

Jusqu'à présent les couronnes tout céramique, dites céramocéramiques, n'étaient pas remboursées par la sécurité sociale. Les patients désireux d'éviter le métal et ses inconvénients, étaient donc contraints de payer de leur poche les prothèses réalisées en zircone.

Remboursement des couronnes tout céramique

Depuis un décret paru au Journal Officiel le 11 février 2010, les couronnes tout céramique sont enfin remboursées par la sécu..."

Lire la suite ici


Complément d'Estelle Vereeck:

Les horreurs de la dentisterie métallique - Estelle Vereeck

"Je salue votre article sur ce thème trop peu connu et vous remercie de citer Holodent.

Le métal n'est pas fait pour séjourner dans le corps humain et encore moins en bouche. C'est ce que je dénonce dans mon livre le Pratikadent.

Malheureusement, l'implantologie perpètre aujourd'hui de nouvelles horreurs en multipliant les implants en titane, métal réactif et non pas neutre comme on voudrait nous le faire croire. Certains paient fort cher, du prix de leur santé, ces égarements et ce manque de discernement.

Cordialement

Estelle Vereeck


Au sujet des "horreurs de la dentisterie métallique" voir aussi le saisissant ouvrage "Tooth Truth" ["La vérité sur les dents"] (malheureusement pas encore traduit en français) du Docteur Franck Jérôme (dentiste de la Doctoresse Hulda Clark).

En voici la présentation officielle:

La vérité sur les dents

Deux idées-force:

"Si vous désirez être en bonne santé,
ne mettez pas de métal dans votre bouche!"

"Aucune dent n'est digne d'endommager votre système immunitaire."

Au dos du livre en page 4 de couverture:

"La profession dentaire, à travers ses dirigeants, a généralement ignoré ou nié la vérité au sujet des risques consistant à utiliser le mercure ou d'autres métaux dans les "plombages" (obturations dentaires).

De ce fait, ce livre a été écrit directement pour les consommateurs, leurs patients. Il est espéré que les consommateurs décideront avec leurs dollars [ou leurs €uros!] quels types de matériaux ou de procédures ils désirent réellement à partir du moment où ils sont mieux informés. Il est temps de ré-examiner ce que font les dentistes et quels {sont} les meilleurs choix {qui} doivent être faits.

Ce livre est pour vous un appel à l'action. Parlez à vos amis au sujet des problèmes causés par les pratiques dentaires courantes. Répandez la {bonne} parole à qui veut l'entendre. Ceci est l'occasion pour vous de directement contribuer à la santé de tous les Américains [Européens, Français, etc.]"


Il n'y a pas que l'empoisonnement chimique; les métaux présents dans le corps humain nous perturbent encore de bien d'autres manières...! (Comme le dit si justement la Doctoresse Clark: "Nous devrions cesser d'aimer les métaux!").

Il faut aussi, en effet, savoir qu'en dehors des graves problèmes de pollution chimique provoqués par les métaux lourds présents en bouche il est encore d'autres graves problèmes provoqués par ces mêmes métaux présents dans votre bouche qui sont, quant à eux, de nature électromagnétique.

Une éloquente démonstration de cela a été apporté par le Docteur Gérard Dieuzaide, posturodentiste à Toulouse et fondateur de la Société de Posturologie Interdisciplinaire de Midi-Pyrénées., avec son film (DVD) "Ouvrez les yeux!".

(*) NB.: Estelle Vereeck anime la communauté "Médecine Holistique" (dont L'Art de Vivre Sain fait partie) sur Over-Blog.
0
0
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 18:12

Exercice de relaxation
pour bien dormir


1. Allongez vous sur le dos par terre avec vos pieds légèrement écartés, les mains sur le long de votre corps avec les paumes vers le haut.


2. Fermez vos yeux et concentrez vous sur chaque partie de votre corps.


3. Commencez tout en haut de votre crâne et descendez au fur et à mesure en visualisant chaque partie de votre corps, jusqu'aux orteils


4. Commencez par sentir votre front, puis vos yeux, le visage et la mâchoire


5. Tendez puis relâchez chaque muscle, notamment vos épaules et le cou


6. Faites attention à chaque partie de votre corps: la tête, les bras, le dos, le ventre, les fesses, les jambes... Sentez la partie que vous visualisez


7. Restez dans cette position détendue quelques minutes. Concentrez-vous sur votre respiration et laissez toute l'inquiétude et le stress de votre corps s’en aller. Assurez-vous que votre respiration vient du fond de votre estomac et qu'elle est douce et uniform.


8. Restez étendu un peu avant de vous remettre debout.



Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 10:05


Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 12:03
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 11:11

L'Art de Voir

Avec la Méthode Bates

il faudrait voir à ... voir!

Les lunettes sont-elles inévitables?

chemmorhdees.jpg
Mon œil!


Faut-il se résigner à porter des lunettes? Non! Il ne faut jamais se résigner à rien! Des solutions existent! Dans "vouloir" il y a "voir"! Alors, il suffit de v{oul}oir!

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 19:01
Communiqué de "Soignez-vous".


Soignez-vous, le site des thérapies naturelles

 


Connectez-vous sur le site soignez-vous.com ou quelle-sante.com pour écouter la Radio Médecine Douce.


Tous les jours, nous programmons des émissions consacrées à la santé naturelle et aux thérapies alternatives. Sophrologie, naturopathie, homéopathie vétérinaire... des spécialistes vous donnent leurs conseils.


Cette radio est également la vôtre (les spécialistes appellent cela une radio collaborative).

 

Dans les prochains jours, vous pourrez ainsi intervenir en direct sur l'antenne ou utiliser le forum pour poser vos questions de santé. Et restez connecté! Un programme musical vous accompagne toute la journée.

 

N'hésitez pas à nous donner votre avis en envoyant un e.mail à sprsite@santeportroyal.com.

Médecine Douce La Radio

 

0

0

 

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 13:24

L'Alliance pour la Santé

A tous les correspondants.

Pouvez-vous réserver votre soirée du mardi 24 novembre  2009 prochain, Paris, salle de la Mutualité, à 19 heures?

Pour la toute première fois dans notre histoire, une manifestation publique de grande envergure a reçu l’engagement et le soutien d’un maximum de professionnels de la santé, médecins et non médecins, et toutes disciplines confondues (naturopathes, ostéopathes, homéopathes, praticiens de médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique, phytothérapeutes, praticiens de massages, sophrologues, énergéticiens,…), ainsi que des groupes de consommateurs, des associations-santé départementales ou nationales, des défenseurs de l’environnement, et quasiment toute la presse spécialisée …!

Ce rassemblement a pris le nom d’«ALLIANCE POUR LA SANTE».

A ce jour, près de 70 associations, syndicats, fédération ou groupements divers* formant l’ALLIANCE POUR LA SANTE sont décidés à s’unir pour informer le public et les médias de la situation.

Une telle action répond assurément aux profondes inquiétudes et aux mécontentements liés à notre système en matière de santé:

- Le «libre choix de sa médecine et de son praticien».

- Le «libre choix vaccinal».

- Les «interdits ou dénis» qui pénalisent beaucoup de médecines non conventionnelles.

- Ainsi que l’importance d’une véritable «prévention active», sont de bons exemples je crois de ce qui préoccupe de plus en plus de français.

Petite lumière au bout du chemin : le modèle de ce que l’on nomme  aujourd’hui la « médecine intégrative », c'est-à-dire un partenariat où médecins allopathes et autres thérapeutes ou éducateurs de santé se respectent mutuellement et collaborent sereinement dans l’intérêt des patients.

Si ce modèle commence à fonctionner dans quelques états américains, au Canada anglais, en Australie, en Chine, en Inde ou même en Grande Bretagne … À quand la France ?

Cette soirée se positionnera dans une telle réflexion, partenariale et ouverte, et une dizaine d’intervenants prendront la parole.

De mémoire d’homme, aucun rassemblement n’avait jamais été aussi large et représentatif de tous les acteurs «des différentes médecines» dites « non conventionnelles» en France.

Des décisions et événements importants seront annoncés ce soir là.

Rendez-vous salle de la Mutualité (Métro Maubert) à 19H00, ce Mardi 24 Novembre.

2000 personnes sont attendues.

Participation libre.

Venez nombreux et merci de faire passer ce message à vos contacts, si vous le croyez bon.

(* Par exemple: Les Docteurs Gernez et Bodin, Philippe Debrosse, Maître Isabelle Robard, Jean-Marc Governatori, Yves Michel, Santé Port Royal, Votre Santé, FENAHMAN, REFORMED, ACECOMED, 123 santé, Consom’acteurs, Croisade pour la santé, Bâtir l’Avenir, Biocontact, Soleil Levant, The vegetarian, le Souffle d’Or, Jean-Jacques Crêvecoeur, le Centre Tapovan, Terre du Ciel...)

Infos: Alliance pour la Santé, 185 rue de Lourmel 75015 Paris  /  Tél.: 06 11 44 58 21  /  alliance-pour-la-sante@orange.fr

"Quand je ne sais pas, je demande; quand je sais, je partage..."

--------------------

Prévention - Alimentation bio - Environnement
Rassemblement de toutes les médecines


Avec Sylvie Simon, Daniel Kieffer, Maitre Isabelle Robard,
Philippe Desbrosses, les Docteurs Gardénal, Gernez et Bodin…

Infos: Alliance pour la Santé 6, rue Emile-Gilbert 75012 Paris
Tél : 06 11 44 58 21
185, rue de Lourmel - 75015 Paris
E-mail: alliance-pour-la-sante@orange.fr


Les événements sanitaires appellent une action de grande ampleur et un rassemblement durable: face à l’omniprésence chimique, au mépris des pouvoirs publics pour les médecines non conventionnelles, face au problème des vaccins, à l’absence d’éducation à la santé…, les principaux magazines de santé alternative, les médecins Luc Bodin, Martine Gardénal, André Gernez, Me Isabelle Robard (juriste), Sylvie Simon (journaliste,écrivain), Daniel Kieffer (président de la Fédération française de naturopathie)… annonceront le 24 novembre à Paris, où 2000 personnes seront attendues, la création de l’Alliance pour la Santé.


Ses objectifs:

- rassembler les partisans d’une politique de santé ;

- devenir l’interlocuteur des pouvoirs publics ;
- examiner la pertinence des médecines non conventionnelles ;
- mettre à jour un dictionnaire des praticiens alternatifs ;
- défendre les patients et praticiens ;
- contribuer à informer le grand public ;
- créer un organisme de contrôle composé d’experts indépendants ;
- renforcer la presse alternative et soutenir les opérations des associations membres.

Nous sommes de plus en plus nombreux à constater les dégâts d’une politique de la maladie, l’heure est venue d’agir ensemble et de mettre sur pied une véritable politique de santé, reposant sur des actions individuelles et collectives:

- prise de conscience du sens de la maladie;
- prise de conscience de ses responsabilités;
- liberté de soins;
- préconisation d’une alimentation variée, bio, essentiellement végétale;
- un air et une eau de qualité pour tous;
- mise en place d’une éducation à la santé;
- formation des médecins aux méthodes de soin et à la prévention naturelle;
- coopération de toutes les pratiques de santé dans le respect mutuel.

A vous d’agir par votre présence lors de cette soirée de lancement, par des idées, une aide financière et la mise en place de comités locaux!


Je m’associe pleinement à cette initiative. Il est temps de mettre fin à la folie de la gestion actuelle de la santé, dominée par une logique comptable, technoscientiste et par le poids des lobbies pharmaceutiques, comme le démontre avec éclat l’affaire de la grippe A. Je suis stupéfait et inquiet qu’aucun des grands médias et journalistes n’ose prendre position et rechercher la vérité: la “grande presse” serait-elle déjà unanimement à la botte des lobbies pharmaceutiques? Il est urgent de sensibiliser le maximum de citoyens à cette menace gigantesque sur nos libertés civiques!

0
0
Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:13

Invulnérables!
"Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en Mon Nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris."   - Evangile de Marc Chapître XV - Versets 17-18 -

Français
Nous sommes tous parfaitement invulnérables face au virus de la grippe A, pour le plus grand bien de tout le monde et en harmonie avec l'Univers.
Nous sommes tous parfaitement sereins et en paix par rapport à l'éventualité d'une grippe, pour le plus grand bien de tout le monde et en harmonie avec l'Univers.


Español
Somos todos perfectamente invulnerables delante del virus de la gripe A, por el más alto bien de todo el mundo y en armonía con el Universo!
Somos todos en paz y con total serenidad delante de la eventualidad de la gripe A, por el más alto bien de todo el mundo y en armonía con el Universo!


English
We are all totally invulnerable facing the influenza A virus, for the highest good of all concerned and in harmony with the Universe!

We are all totally serene and calm facing the possibility of an influenza A virus, for the highest good of all concerned and in harmony with the Universe
!


La conscience incite aussi à ne pas délibérément introduire ou laisser s'introduire de poisons dans son propre corps!

0

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans La Santé Naturelle
commenter cet article