Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 15:02

Est-il possible de Se Libérer
avec une "Méthode"?


"Le meilleur gouvernement est celui
où chacun se gouverne lui-même..."

- Thoreau -


"Lorsque l'élève est prêt,
  le maître paraît..."

- Proverbe -



La Libération Intérieure, cela vous dit? L'authentique Art de Vivre Sain se préoccupe, certes, de santé corporelle mais aussi de santé psychique, donc animique. Un très vaste domaine où il y a énormément à faire (beaucoup de maladies physiques - si ce n'est toutes! - commencent psychiquement...), mais qui exige, des deux côtés, une approche rigoureuse et, elle aussi, parfaitement authentique.

A ce sujet, les Méthodes de Développement Personnel font flores... Rares sont les semaines où l'on ne reçoit pas de publicité pour nous vanter telle ou telle méthode particulière destinée à nous transformer en SuperMan ou WonderWoman...

Encore ces jours-ci une proposition est arrivée dans notre boîte e.mail. Etant donné qu'elle arrive directement du fondateur de l'ACCLE - association de veille citoyenne s'élevant notamment contre la vaccination obligatoire au Québec - et animateur du site l'Envers de la Médaille, auquel il a déjà été fait allusion sur L'Art de Vivre Sain, elle a, pour une fois, spécialement retenu notre attention et nous avons donc - une fois n'est pas de coutume - pris le temps d'examiner de plus près ce qui est là proposé...

Ci-dessous, le bilan - en ombre et lumière - de cet examen:


La Méthode de Libération Authentique de Pierre Etienne Bourget:

Commençons (de notre point de vue) par le négatif:

A Déplorer:

- Le mot "Méthode" (lequel se réfère à l'intellect, donc au mental, alors que la vraie Libération est, par essence, spirituelle). Le mot "Démarche" serait, par exemple, sans doute plus approprié.

- Le tutoiement "obligatoire", d'entrée de jeu (cela sonne pour nous forcé et donc pas naturel). Bien que, aujourd'hui, "très à la mode", le "tu", souvent très intrusif, ne se justifie vraiment que lors du Dialogue affinitaire de Noyau à Noyau, donc, en fait, pas très souvent...

- Le centrage excessif, au moins dans la présentation extérieure,  sur l'auteur de la méthode, comme trop souvent, hélas! (cela n'est généralement pas sain et ne libère pas).

- Le marketing associé, quelque peu tapageur (cela fait racoleur et manque de modestie et d'humilité et peut donc souvent provoquer l'effet inverse du but recherché).

Après ces quelques regrets (qu'il est toujours "regrettable" de devoir formuler, mais qui n'en donnent aussi que plus de valeur aux approbations), concentrons-nous, maintenant, sur le réjouissant, donc le posiitif:

A Saluer (toujours de notre point de vue):

Pour ce qui est de la forme:

- La possibilité d'avoir tout de suite (après inscription consistant à fournir un e.mail) gracieusement accès à des vidéos et des audios de qualité (cela permet déjà de se faire une très  bonne idée de la Démarche proposée).

- La possibilité d'essayer, toujours à tritre gracieux, la "Méthode" pendant trois semaines (non seulement c'est sympa, mais après trois semaines l'on a vraiment la possibilité de savoir si l'on veut, oui ou non, vraiment poursuivre une telle démarche...)

Pour ce qui est du fond (le principal):

- La profondeur de la réflexion proposée et la puissance des concepts utilisés, associées à une bonne progressivité (cela est, en fait, plutôt rare!). Beaucoup de choses sonnent ici, après un moment, très justes et gagnent à être ré-écoutées et approfondies (à moins que cela ne soit l'auditeur qui y gagne...!).

- Et surtout: Si l'on est à même de passer par-dessus les quelques défauts formels  principalement extérieurs précédemment signalés, il ne serait pas impossible que "cela marche", en tous cas au moins pour certains!

La "Méthode" consiste à fournir des impulsions intérieures permettant de reconnaître les malaises qui affligent et leur nature, et  de susciter ensuite la libération des résistances à l'amélioration. La conséquence en est logiquement un accroissement de la conscience et donc aussi la possibilité de reconnaître qui l'on est vraiment.

Les résultats sont, paraît-il, "rapides, profonds et durables"... A chaque intéressé(e) de vérifier pour lui*elle-même qu'il en est bien ainsi... En fait, comme toujours, cela dépend essentiellement de l'ouverture et de la réceptivité de chacun individuellement. Au moins la possibilité en est-elle donnée...

Nous avons, pour notre part, ressenti quelque chose de potentiellement puissant et efficace en expérimentant, en particulier, l'audio se référant aux "Cycles de Libération"... Il y a là quelque chose de prometteur...

Pour en savoir plus et peut-être aller plus loin dans une possible démarche de "Libération Authentique" il est possible de cliquer sur le lien ci-dessous...:

Méthode de Libération Authentique

Queques réflexions pour finir:

- Il n'y a pas de "recettes" pour la véritable Progression personnelle.

- Celui qui veut réellement se développer personnellement doit marcher avec ses propres pieds, utiliser ses propres ressources et lui-même voir le chemin, devant lui.

- A chaque moment de son cheminement et donc de sa progression, chaque aspirant au Mieux doit examiner ce qui lui est proposé, faire preuve de discernement, aspirer à la conviction, et utiliser ses propres facultés de ressenti, donc son intuition personnelle.

- Ceci n'implique pas qu'il ne puisse pas être aidé ou même guidé dans sa démarche, mais le guide doit seulement "préparer le chemin" et l'éclairer, et non pas porter le guidé sur ses épaules!

- "Lorsque l'élève est prêt, le maître paraît" (proverbe), mais se rappeler, quand même, de mettre, un jour, ... "un terme au 'maître'"!!!

0
0
Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 14:55

Ne plus jamais «tomber» malade



Prévenir et Guérir
toutes les maladies

grâce à la Médecine Nouvelle

 

Tableau-Medecine-Nouvelle-copie-1.jpg

 

Tableau explicatif de la Médecine Nouvelle

 

 

Le Docteur Ryke Geerd Hamer explique magnifiquement bien comment un «choc psychique dramatique, prenant à contre-pied et vécu dans l’isolement» peut déclencher un «SBS (aus der Natur)» ou «Programme Spécial Bien-Fondé de la Nature» (autrement appelé «maladie», une maladie telle que le cancer). À ce sujet, en dehors du fait de bien comprendre et expliquer tous les processus, il n’y a, sur le fond, pas grand chose de plus à dire après lui.


Le Dr Hamer propose de percevoir la maladie non plus comme une fatalité, un ennemi à combattre mais comme un réflexe biologique de survie, un programme spécial bien fondé de la Nature, par lequel la maladie serait, en fait, une amie nous voulant du bien. La maladie est alors perçue comme la solution parfaite du cerveau.


Lors d'un DHS (Dirk Hamer Syndrom, appellation choisie en mémoire à son fils Dirk grâce auquel il a pu découvrir l'origine psychique du cancer et des autres maladies), c'est à dire un choc générant un conflit aigu et dramatique vécu dans l'isolement, le cerveau donne alors l'ordre de trouver la meilleure solution jusqu’ici connue de lui, utilisée lors de l'évolution des espèces, afin de permettre la survie de celles-ci.


Le Dr Hamer a pu démontrer scientifiquement, grâce au scanner cérébral, la corrélation entre le DHS, une aire cérébrale précise perturbée par le choc et un organe spécifique du corps. Cette triade a été vérifiée dans 100% des cas qui ont été soumis à l'observation.


Ce qui, par contre, est jusqu’ici demeuré encore largement mystérieux c’est ce qui s’est passé avant le fameux choc psychique, permettant de comprendre pourquoi, dans certains cas, l’événement est un choc et pourquoi, dans d’autres, il ne l’est pas.


La compréhension du pourquoi est ici fondamentale, car, si l’on a compris pourquoi un choc psychique a lieu ou non, l’on peut aussi comprendre comment il est possible de l’éviter et donc de générer la maladie corporelle. L’on a alors compris comment il est possible d’éviter d’être physiquement malade, c’est-à-dire, par exemple, de développer un cancer ou quoi que ce soit d’autre.


Tout ce qui se passe dans l’Univers obéit à des Lois vivantes. Toutes les Lois sont immuables. Par exemple, la Pesanteur est une Loi. Rien ne lui échappe. Ce sont des Lois d’Airain (alliage d’une très grande solidité). Cela veut dire que, à chaque fois, les causes sont prévisibles et que les effets sont reproductibles. Ces Lois Universelles sont aussi souvent appelées «Lois de la Nature».


En ce qui concerne les corps, la santé et les maladies sont aussi déterminées par des Lois d’Airain biologiques. Une loi d’airain est d’une loi aussi solide - et donc inflexible - que l’airain, un alliage d’une résistance exceptionnelle [en allemand „ehernes Gesetz“]. Les lois d’airain du cancer découvertes et fort bien exposées par le Docteur Hamer sont des lois biologiques absolues; tout comme la Loi de la Pesanteur, elles s’accomplissent dans toutes les situations et dans tous les cas.


La maladie n’arrive jamais «par hasard». Selon les explications fournies par le Docteur Hamer, s’il n’y a pas, auparavant, de «choc biologique», alors il ne peut pas y avoir, non plus, de maladie. Alors, est-il possible d’éviter les chocs biologiques? Voilà la question fondamentale – et même vitale - à se poser. Car s’il on évite les chocs biologiques, l’on évite aussi, dans le cerveau, les «foyers de Hamer» (ou «cibles») et les maladies corporelles que, autoactivement, simultanément, ils déclenchent.


Pour pouvoir répondre à cette question il faut tout d’abord bien comprendre ce qu’est un choc biologique. Au départ, le choc est psychique, mais ensuite, par répercussion, il devient biologique. Un choc biologique est donc un choc seulement psychique, qui, au lieu de demeurer purement psychique, s’est - si ce néologisme permet de mieux comprendre -, en quelque sorte,  au départ «biologisé». La Nature a, en effet, sa propre Bio-Logique. Le choc, du fait d’une connexion particulière entre le psychisme et le corps physique terrestre, a pénétré jusque dans le corps physique.


Ceci ne se passe ordinairement pas parce que, d’ordinaire, le mental – donc l’intellect - agit comme un «isolant», au sens électrique du terme. Mais lorsque, du fait du caractère non seulement brutal mais soudain et imprévisible de l’événement déclenchant le choc, l’intellect perd le contrôle, l’«influx psychique» arrive alors à passer et, à la vitesse de l’éclair, déclenche, dans le corps, via le cerveau, la réaction bio-logique correspondante.


Dans la conscience ordinaire de jour – ou «diurne» -, en effet, à cause de la prédominance du mental - donc de la domination de l’intellect -, les chocs psychologiques restent dans le psychisme et n’arrivent pas jusque dans le physique. Par contre, lorsque le mental – donc l’intellect - est dépassé par les événements, alors l’impact psychique se répercute à plein dans le physique et c’est pourquoi de seulement psychique le choc devient aussi biologique.


À la suite de ce choc devenu biologique, le Docteur Hamer explique que le cerveau primitif ou «reptilien», en tant que «solution parfaite» au problème à lui posé, développe un «SBS»Sinnvolles Biologisches Sonderprogramm der Natur»] soit, en français, un «Programme Spécial Sensé (Bien-Fondé) de la Nature», donc un «programme spécial de survie».


L’on peut se demander pourquoi, en ce cas, c’est, en l’être humain, le cerveau reptilien – et non une autre partie du cerveau plus «moderne» - qui commande. Ce cerveau est, en effet, le plus primaire, le plus primitif, celui qui est sous la gouvernance de l’instinct.


La raison pour cela est, en fait, simple à comprendre. Beaucoup de fonctions, dans le corps, sont gérées de façon automatique et inconsciente, et -  du reste - heureusement! Heureusement, car cela nous évite de devoir réfléchir en permanence, donc à chaque instant, pour savoir combien de fois et avec quelle intensité, pour pouvoir continuer à vivre, il nous faut respirer ou faire battre notre cœur ou bien ce que notre corps doit mettre en œuvre pour activer le processus d’oxygénation des cellules, etc. …


Ou bien, entre des milliers d’importants autres processus biologiques nécessaires à la survie, la quantité de telle enzyme bien déterminée qui va être nécessaire pour assurer la digestion correcte de tel aliment faisant partie du repas que nous venons de prendre. Ou bien encore ce que doit faire notre corps pour réparer les conséquences du choc physique que nous venons de recevoir, etc., etc.


Le cerveau reptilien est donc, entre autres, celui qui, fortement lié à l’instinct et en particulier à l’instinct de survie, commande, dans toutes les situations qui l’exigent, les réflexes de survie du corps. Ce cerveau primitif, à l’inverse du «grand cerveau» qui s’est développé par la suite, ne réfléchit pas mais il agit! Et il agit vite! Il répond d’une façon efficace et automatique mais pas forcément nuancée.


Il lui manque le discernement; en particulier, il ne sait pas faire la différence entre le psychique et le physique. Cela veut donc dire - qu’une agression soit physique ou «seulement» psychique - qu’il réagira, dans les deux cas, de la même manière. Il ne sait pas faire la différence. Dans le vécu, pour lui, il n’y a, du reste, pas de différence. Et, lorsque le choc psychique est devenu biologique, le corps traite l’événement, au niveau biologique, comme s’il s’agissait d’une agression physique. Il est, en effet, programmé dans un seul but: la survie biologique! Et, pour cela, il est capable de faire de gros sacrifices!


En effet, dans la Nature – laquelle obéit à sa propre logique -, ce qui compte c’est de survivre à tout prix. En outre, plus que la survie de l’individu, dans cette logique bio-logique, la survie de l’espèce prime sur celle de l’individu. Cela signifie donc que la Nature – et donc le cerveau reptilien – est capable, s’il le faut - c’est-à-dire, par exemple, si la survie de l’individu menace celle de l’espèce -, de sacrifier l’individu!


Obéir à l’instinct, chez un animal, est parfaitement naturel. Car l’animal est porteur d’un noyau animateur qui, à l’évidence, fait partie de la Nature. Mais l’être humain, lui, même s’il est plongé dans la Nature, ne fait pas, pour autant, partie de la Nature. Il appartient à un «Règne» - ou à un genre – qui se tient «naturellement» - ou le devrait - au-dessus de la Nature.


L’animal obéit à son instinct, mais, chez l’être humain, porteur d’un Noyau animateur de genre différent pouvant, lui, être qualifié de spirituel, ne devrait-il donc pas, de ce fait, en aller autrement?


Si un être humain développe un cancer, quel qu’il soit, ou quelque autre maladie que ce soit, cela veut dire que, en lui, c’est encore le cerveau reptilien qui commande et qui a barre sur tout le reste. Cela veut donc dire que son noyau spirituel s’exprimant normalement en lui par l’intuition est largement ou même complètement inopérant.


À chaque fois qu’un être humain développe un tel «Programme Spécial Bien-Fondé de la Nature» il se soumet donc inconditionnellement à la Nature, à l’ordre du Naturel. Ce qui veut dire qu’il n’agit pas en tant qu’esprit mais qu’il réagit instinctivement, comme un animal, sans, toutefois, pouvoir avoir, en cela, le naturel de l’animal.


La différence c’est que, bien souvent, l’animal va rapidement régler son problème, de sorte que la situation de surstress (sympathicotonie) ne durera pas trop longtemps. Et que la phase de réparation (vagotonie) sera courte et ne laissera pas trop de séquelles. Il n’y a que l’être humain à – avec son entêtement intellectuel – faire, de façon irresponsable, autant durer les conflits…


Le problème, c’est que, plus un conflit dure, et plus – de logique manière – la phase de réparation, si, d’une manière ou d’une autre, elle n’est pas sensiblement abrégée, va, elle aussi, durer «plus que de raison» – souvent des années et parfois même des décennies -, avec tous les risques encourus au cours de cette phase certes réparatrice mais néanmoins fort délicate


L’observation montre, en effet, que, paradoxalement, c’est souvent au cours de la phase de réparation que, en cours de guérison, les corps humains, ne pouvant surmonter l’épreuve de la réparation, succombent

Moralité: Plus un conflit est rapidement surmonté - et donc résolu - et mieux cela vaut! Mais si l’on peut carrément éviter la «biologisation» du conflit c’est encore bien mieux, car il ne s’agira - en ce qui concerne le corps – plus, à proprement parler, de guérison mais seulement de prévention!


Ce n’est donc plus de la médecine – sauf, peut-être de la «Médecine de l’Âme!» - mais, tout simplement, de l’entretien de la Santé! Ce point est, à tous points de vue, d’une très grande importance, car non seulement c’est tout bon pour les Conseillers en Santé Naturelle, qui peuvent ainsi se limiter à faire de la Prévention sans nullement courir le risque d’empiéter sur le domaine de la médecine (reproche qui, dans les annales, revient régulièrement lorsqu’il s’agit de guérir quelqu’un de corporellement malade!), mais c’est aussi et surtout très bon pour les candidats à une bonne Santé eux-mêmes puisqu’ils veut ainsi concrètement vivre le sage adage: «Mieux vaut prévenir que guérir!».


À notre époque ou tant de thérapies nouvelles sont offertes à chacun «en libre service», chacun ayant besoin de moyens pour guérir peut trouver une approche thérapeutique en harmonie avec son niveau de conscience. En effet, aussi longtemps qu’un ressenti de culpabilité n’a pas été intégré par un être humain, subjectivement parlant, cette culpabilité n’existe pas encore pour lui.


Ainsi que l’a dit Jean Cocteau: «Les aveugles [que sont les malades] ne savent pas qu’ils sont aveugles, jusqu’à ce qu’un jour une bonne vérité leur crève les yeux!».


Par la suite, seront à examiner quels sont les principaux événements générateurs de «conflits» - et donc de maladies -, et comment il est donc possible de les éviter en intervenant sur les points qui se trouvent sous la dépendance du vouloir de l’être humain.


Car, ainsi que l’a si bien dit épictète: «Dans la vie, il faut faire ce qui dépend de soi. Car, bien sûr, le reste nous échappe. Il n’empêche que, malgré les apparences, beaucoup dépend tout de même de nous, car, ainsi que l’a dit Nietzsche, «à l’arrivée, il ne T’arrive rien d’autre que … Toi-même!».

 

 

Source: http://santenaturelle.over-blog.net/article-il-vaut-mieux-prevenir-que-guerir-46220612.html

0

0

Partager cet article
Repost0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 20:20


«S'informer et se former pour comprendre…
Comprendre pour sortir de la survie…
Sortir de la survie pour vivre pleinement
et souverainement.»

  Cours, conférences et séminaires
de Jean-Jacques Crèvecœur
Belgique, France, Suisse - Du 8 mars au 11 avril 2010


Madame, Monsieur, Chers amis,


Vous êtes nombreux à m'avoir manifesté votre joie à l'annonce de mon passage en Europe. Pour moi aussi, ce sera un grand plaisir de venir vous partager l'expérience et l'expertise que je veux mettre à votre service. Pour que votre vie soit meilleure, mais surtout plus autonome, plus pleine, plus souveraine. Prenez le temps d'inscrire dans vos agendas les activités qui vous intéressent. Et inscrivez-vous suffisamment tôt. Les places partent vite, et cela nous facilite beaucoup la vie de connaître vos intentions à l'avance.


Programme de mars-avril 2010
(mis à jour le 3 février 2010)

Classement par dates

  • 08 mars - 20h - Soumagne (BE): Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes
  • 10 mars - 20h - Mons (BE): Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes
  • 11 au 14 mars - 9h - Bruxelles (BE): Atelier thérapeutique : Les sentiers de la guérison
  • 12 mars - 20h - Bruxelles (BE): Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes
  • 13 mars - 20h30 - Soignies (BE): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 16 mars - 20h - Arlon (BE): Conférence: Vaccination : histoire et perspectives d'avenir
  • 17 mars - 19h - Estavayer-le-lac (CH): Conférence: Pièges, difficultés et impasses des processus de guérison
  • 18 au 21 mars - 9h - Vevey (CH): Atelier thérapeutique: Les sentiers de la guérison
  • 20 mars - 20h - Vevey (CH): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 22 mars - 20h - Soumagne (BE): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 23 au 25 mars - 9h - Bruxelles (BE): Séminaire professionnel: Formation aux processus d'accompagnement et de changement (1ère partie)
  • 23 mars - 20h - Bruxelles (BE): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 26 mars - 19h30 - Mednat Lausanne (CH): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 27 mars - 9h30 - Région de Lausanne (CH): Cours théorique: Vaccination et immunisation
  • 29 au 31 mars - 9h - Lyon (Ambérieux d'Azergues - FR): Atelier thérapeutique: Relations et jeux de pouvoir
  • 30 mars - 20h - Lyon (Ambérieux d'Azergues - FR): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 02 au 04 avril - 9h : Lyon (FR): Séminaire professionnel: Formation aux processus d'accompagnement et de changement (1ère partie)
  • 02 avril - 20h : Lyon (FR): Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes
  • 05 avril - 9h30 - Lyon (FR): Cours théorique: Vaccination et immunisation
  • 10 avril - 9h30 - Metz (FR): Cours théorique: Vaccination et immunisation
  • 11 avril - 9h30 - Bruxelles (BE): Cours théorique: Vaccination et immunisation

Vous trouverez tout le détail de ces différentes activités sur mon site Internet (http://www.jean-jacques-crevecoeur.com) à la rubrique calendrier (pour les dates) ainsi qu’aux rubriques conférences et séminaires (pour la description du contenu des activités). À noter que j'attends encore des confirmations pour des conférences à Namur (BE), Fribourg (CH), Lausanne (CH), Strasbourg (FR), Dijon (FR) et Metz (FR).


  Classement par type d'activité


Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes (3 heures)

  • 08 mars - 20h - Soumagne (BE): Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes
  • 10 mars - 20h - Mons (BE): Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes
  • 12 mars - 20h - Bruxelles (BE): Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes
  • 02 avril - 20h : Lyon (FR): Conférence: Comprendre le système immunitaire et les microbes

Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir (3 heures)  

  • 13 mars - 20h30 - Soignies (BE) : Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 16 mars - 20h - Arlon (BE): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 20 mars - 20h - Vevey (CH): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 22 mars - 20h - Soumagne (BE): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 23 mars - 20h - Bruxelles (BE): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 26 mars - 19h30 - Mednat Lausanne (CH): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir
  • 30 mars - 20h - Lyon (Ambérieux d'Azergues - FR): Conférence: Vaccination: histoire et perspectives d'avenir

Conférence: Pièges, difficultés et impasses des processus de guérison (3 heures) 

  • 17 mars - 19h - Estavayer-le-lac (CH): Conférence: Pièges, difficultés et impasses des processus de guérison

Atelier thérapeutique: Les sentiers de la guérison (4 jours) 

  • 11 au 14 mars - 9h - Bruxelles (BE): Atelier thérapeutique: Les sentiers de la guérison
  • 18 au 21 mars - 9h - Vevey (CH): Atelier thérapeutique: Les sentiers de la guérison

Atelier thérapeutique: Relations et jeux de pouvoir (3 jours)

  • 29 au 31 mars - 9h - Lyon (Ambérieux d'Azergues - FR): Atelier thérapeutique : Relations et jeux de pouvoir

Séminaire professionnel: Formation aux processus d'accompagnement et de changement (1ère partie) (2 x 3 jours) 

  • 23 au 25 mars - 9h - Bruxelles (BE) : Séminaire professionnel: Formation aux processus d'accompagnement et de changement (1ère partie)
  • 02 au 04 avril - 9h: Lyon (FR) : Séminaire professionnel : Formation aux processus d'accompagnement et de changement (1ère partie)

Cours théorique: Vaccination et immunisation (1 jour) 

  • 27 mars - 9h30 - Région de Lausanne (CH): Cours théorique : Vaccination et immunisation
  • 05 avril - 9h30 - Lyon (FR) : Cours théorique: Vaccination et immunisation
  • 10 avril - 9h30 - Metz (FR) : Cours théorique: Vaccination et immunisation
  • 11 avril - 9h30 - Bruxelles (BE) : Cours théorique : Vaccination et immunisation

Au plaisir de vous y retrouver très nombreux. Ne tardez pas - les inscriptions ont déjà dépassé 50 % du maximum de participants en moins d'un mois, pour les ateliers. Et pour conserver la qualité de mes interventions, je ne prends personne en surnombre. Restons debout, éveillés et conscients.

Fraternellement et cordialement

Jean-Jacques Crèvecœur

Montréal (Québec)

PS: Et n’oubliez pas de transférer ce courriel à tous ceux que ces sujets concernent ou intéressent. Il vous en prendra quelques minutes, mais ça pourrait changer la vie de certains d’entre eux.

 


Les prochaines activités, en résumé

Les sentiers de la guérison (4 jours)

  • Cet atelier de quatre jours a été créé en avril 2003 et a déjà été proposé 25 fois à plus de 1.200 personnes.
  • L’objectif : (ré)apprendre à faire circuler l’énergie de guérison à l’intérieur de nous et (re)mettre de la fluidité au cœur de notre vie.
  • Le but : retrouver ou conserver la santé, grâce à un système immunitaire performant et un équilibre physique et émotionnel permanent. Cet atelier vous propose la synthèse des outils les plus efficaces que j’ai créés depuis 25 ans et qui me permettent de jouir d’un excellent équilibre depuis 21 ans.
  • Animation : Jean-Jacques Crèvecœur
  • Recommandation : pour bien se préparer à cet atelier, la lecture du livre «Prenez soin de vous, n’attendez pas que les autres le fassent!» est fortement recommandée.
  • Dates et lieux:
    • À Bruxelles, du 11 au 14 mars 2010, de 9 heures précises à 18 heures.
    • À Crêt-Bérard (près de Vevey), du 18 au 21 mars 2010, de 9 heures précises à 18 heures.
  • Pour les renseignements et les inscriptions, se rendre ici.

Relations et jeux de pouvoir (3 jours)

  • Cet atelier de trois jours a été créé en février 1990 et a déjà été proposé 250 fois à près de 10.000 personnes.
  • L’objectif: comprendre, repérer et désamorcer les jeux de pouvoir relationnels.
  • Le but: recréer ou entretenir des relations gagnant – gagnant, où les deux parties sont respectées et satisfaites au niveau de leurs besoins.
  • Animation: Jean-Jacques Crèvecœur
  • Recommandation : pour bien se préparer à cet atelier, la lecture du livre «Relations et jeux de pouvoir» est recommandée.
  • Dates et lieux:
    •  À Ambérieux d’Azergues (près de Lyon), du 29 au 31 mars 2010, de 9 heures précises à 18h30.
  • Pour les renseignements pratiques et les inscriptions, se rendre ici.

Formation aux processus d’accompagnement et de changement (2 x 3 jours)

  • Cette formation professionnelle de six jours (découpée en deux modules de trois jours indissociables) est réservée à toute personne dont le métier est d’accompagner des individus ou des groupes (thérapeutes, formateurs, enseignants, coaches, managers, éducateurs, etc.).
  • L’objectif: apprendre à utiliser et à maîtriser les processus d’accompagnement qui facilitent le changement chez l’autre.
  • Le but: rendre la relation accompagnateur – accompagné plus fluide, plus sécurisante et plus claire, de sorte que l’autre se sente dans un cadre qui l’aide à progresser et à évoluer. Il s’agit, en d’autres termes, de mettre de l’huile dans les rouages de la relation d’accompagnement.
  • Animation : Jean-Jacques Crèvecœur
  • Conditions d’admission:
    • il est recommandé (mais pas impératif) d’avoir suivi l’atelier Les Sentiers de la guérison préalablement.
    • avoir déjà une pratique professionnelle dans un des métiers cités ci-dessus.
  • Dates et lieux:
    • À Bruxelles, du 23 au 25 mars ET du 8 au 10 juin 2010, de 9 heures précises à 18 heures
    •  À Lyon, du 2 au 4 avril ET du 4 au 6 juin 2010, de 9 heures précises à 18 heures
  • Pour les renseignements pratiques et les inscriptions, se rendre ici.

Formation pluridisciplinaire: vaccination et immunisation (1 jour)

  • Ce cours théorique d’une journée est destiné à toute personne qui veut comprendre de façon plus rigoureuse le fonctionnement de base du système immunitaire, le rôle des microbes, le développement des maladies infectieuses et les questions relatives à la vaccination, le tout dans une perspective à la fois historique, écosystémique, biologique, immunitaire et médicale.
  • L’objectif: confronter de nombreuses informations puisées dans les connaissances et la littérature scientifiques au mythe vaccinal entretenu par les compagnies pharmaceutiques et les médias. Identifier d’autres manières de renforcer le système immunitaire et de prendre en main notre équilibre de façon autonome et responsable.
  • Le but: pouvoir choisir en conscience, mais aussi pouvoir conseiller vos clients et votre entourage, lors de la prochaine alerte pandémique qu’on nous annonce déjà.
  • Animation: Jean-Jacques Crèvecœur et Cyrinne Ben Mamou, PhD
  • Dates et lieux:
    • Région de Lausanne (CH), le 27 mars, de 9h30 à 18h30
    • À Lyon, le 5 avril, de 9h30 à 18h30
    • À Metz, le 10 avril, de 9h30 à 18h30
    • À Bruxelles, le 11 avril, de 9h30 à 18h30
  • Pour les renseignements pratiques et les inscriptions, se rendre ici.

Conférences grand public sur le système immunitaire et la vaccination (3 heures)

  • Ces nouvelles conférences ont été motivées par la désinformation scandaleuse qui a entouré la soi-disant pandémie de grippe porcine depuis fin avril 2009. Néanmoins, nous n’aborderons pas le thème de la grippe H1N1 ni des vaccins spécifiques à cette grippe. Nous voulons plutôt élever le débat autour de deux questions fondamentales:
    • Comment fonctionne le système immunitaire et quel est le rôle véritable des microbes (car les médias et les autorités de santé publique véhiculent des énormités sur ces sujets)?
    • Que peut nous apprendre l’histoire de la vaccination depuis son invention et que nous réserve l’avenir dans ce domaine ?
  • Au cours des conférences, nous aborderons rapidement les dérives totalitaires qu’emprunte la médecine de masse et la manière dont nous pouvons enrayer cette dangereuse menace liberticide.
  • Titres des conférences :
    • Comprendre le système immunitaire et les microbes
    • Vaccination: les leçons de l’histoire et les perspectives d’avenir
  • Animation: Jean-Jacques Crèvecœur et Cyrinne Ben Mamou, PhD
  • Dates et lieux: en Belgique, en France et en Suisse, entre le 8 mars et le 10 avril 2010 (voir ci-dessus)
  • Pour les renseignements pratiques et les inscriptions, se rendre ici.

Conférence: Pièges, difficultés et impasses des processus de guérison

  • Cette conférence a rencontré un énorme intérêt lors de ma dernière tournée de conférences, en 2009. Elle aborde, en effet, un sujet tabou qui est peu explicité par les professionnels du bien-être et de la santé, à savoir les éléments qui rendent un processus de guérison (physique ou psychologique) difficile, voire impossible.
  • Animation: Jean-Jacques Crèvecœur
  • Date et lieu: à Estavayer-le-Lac (Suisse), le 17 mars 2010 à 19 heures.
  • Pour les renseignements pratiques, se rendre ici.
0
0
Partager cet article
Repost0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 12:48
Message relayé

Ce 11/3/2009

Bonjour!

C’est encore moi, décidément!

Je voudrais vous rappeler le stage de formation qui débute le 26 mars à Agullana. Il y a encore de la place!

Ce stage permet non seulement d’acquérir la capacité d’accompagner des malades à leur processus de guérison, mais il est aussi un travail personnel de guérison pour chacun des participants - y compris d’ailleurs pour moi à votre contact!

Aperçu du programme:

MODULE I (26 au 29 mars)

1ère partie: La Biologie ou Science du Vivant. Les bases de la Psychosomatique.

2ème partie : Les programmations inconscientes: Projet-Sens et Généalogie.

MODULE II (23 au 26 avril)

1ère partie: Les lois biologiques de Hamer. Les cycles biologiques mémorisés (Marc Frechet). Un logiciel fonctionnant avec EXCEL vous est offert pour faire les calculs.

2ème partie: Les 7 étapes du deuil pour entrer en guérison. L’E.F.T.. Interaction entre “terrain” et pathologies. Le cerveau droit et le cerveau gauche.

MODULE III (21 au 24 mai)

1ère partie: Les pathologies les plus courantes.

2ème partie: Le travail de DÉCODAGE.

MODULE IV ( 18 au 21 juin)

1ère partie: Pathologies particulières. Fonctionnement du cerveau. Notions de psychologie. Psychiatrie à la lumière de la médecine psychosomatique.

2ème partie: L’accompagnement – La visualisation créatrice - Travail pratique.

Les modules doivent être suivis obligatoirement dans l’ordre: I => II => III => IV…

100 par personne et par jour, soit 1600 € pour la formation complète / possibilité de facilités de paiement.

Cette formation de base s’adresse à TOUS. Elle ouvre sur les réalités de la VIE et, je le répète, elle permet de faire un travail d’auto guérison. Elle est indispensable pour devenir «Accompagnateur-Thérapeutes».  Le redoublement est gratuit, n’hésitez pas car la présence des «anciens» permet souvent d’aider les «nouveaux»!

Couplée aux perfectionnements pour acquérir les bases d’embryologie, d’anatomie et de physiologie, elle permet d’acquérir une compétence «médicale» indéniable.

S’il vous plaît, faites suivre l’information à vos contacts !

Merci.

Alain Scohy


Partager cet article
Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 14:23

Un Processus de Guérison
qui tient en trois mots:

Je T'Aime


Récit de Joe Vitale:

<<Il y a deux ans, j’ai entendu parler d’un thérapeute d’Hawaii qui a guéri une salle complète de patients aliénés criminels, sans jamais voir aucun d’eux.

Le psychologue étudiait le dossier d’un interné et ensuite regardait en lui-même pour voir comment il avait créé la maladie de cette personne. À mesure qu’il s’améliorait lui-même, le patient s’améliorait.

Quand j’ai entendu cette histoire pour la première fois, j’ai pensé que c’était une légende urbaine. Comment quelqu’un pouvait-il guérir quelqu’un d’autre en se guérissant lui même? Comment même le meilleur maître de l’auto-amélioration pouvait-il guérir l’aliéné criminel?

Ça n’avait pas de sens. Ce n’était pas logique. J’ai donc rejeté cette histoire. Cependant, je l’ai entendue de nouveau, un an plus tard. J’ai entendu dire que le thérapeute avait utilisé un procédé de guérison hawaïen appelé "Ho’oponopono".

Je n’en avais jamais entendu parler, pourtant je ne pouvais laisser cela me sortir de l’esprit. Si l’histoire était vraie, je devais en savoir davantage.

J’avait toujours compris que «responsabilité totale» signifiait que j’étais responsable de ce que je pensais et de ce que je faisais. Au-delà de ça, je n’y étais pour rien.

Je crois que la plupart des gens considèrent la responsabilité totale de cette façon-là. Nous sommes responsables de ce que nous faisons, pas de ce que n’importe qui d’autre fait, mais cela est faux.

Le thérapeute hawaïen qui a guéri ces personnes malades mentales allait m’enseigner une nouvelle perspective avancée sur la responsabilité totale.

Image

Il s'appelle Dr Ihaleakala Hew Len. Nous avons probablement passé une heure à parler lors de notre premier appel téléphonique. Je lui ai demandé de me raconter toute l’histoire de son travail en tant que thérapeute.

Il a expliqué qu’il avait travaillé quatre ans à l’hôpital de l’État d’Hawaii. Cette salle où ils gardaient les malades mentaux criminels était dangereuse.

Des psychologues quittaient chaque mois. Le personnel prenait beaucoup de congés de maladie ou s’en allait, tout simplement. Les gens marchaient dans cette salle en gardant le dos contre le mur, craignant d’être attaqués par les patients.

Ce n’était pas un endroit agréable où vivre, travailler ou venir en visite. Le Dr Len m’a dit qu’il ne voyait jamais ses patients. Il accepta d’avoir un bureau et de voir les dossiers. Pendant qu’il regardait les dossiers, il travaillait sur lui-même. À mesure qu’il travaillait sur lui-même, les patients commençaient à guérir.

- «Après quelques mois, des patients à qui l’on avait dû mettre des entraves furent autorisés à marcher librement», m’a-t-il dit. D’autres, qui avaient dû être lourdement médicamentés commencèrent à abandonner leurs médicaments. Et ceux qui n’avaient aucune chance d’être relâchés furent libérés.»

J’étais stupéfait.

- «Pas seulement cela», poursuivit-il, «le personnel commença à se plaire à venir travailler. L’absentéisme et le roulement du personnel prirent fin. Nous avons fini par avoir plus de personnel que nous en avions besoin parce que les patients étaient relâchés et que tout le personnel se présentait pour travailler. Aujourd’hui, cette salle est fermée.»

C'est là que je devais poser la question d'un million de dollars:

- «Qu'est-ce que vous faisiez en vous-même qui amenait ces gens à changer?»

- «Tout simplement, je guérissais la partie de moi qui les avait créés», a-t-il dit.

Je ne comprenais pas. Le Dr Len a expliqué que la responsabilité totale pour votre vie signifie que tout dans votre vie - simplement parce que c'est dans votre vie - est de votre responsabilité.

En un sens littéral, le monde entier est votre création.

Ou{a}i{s}. Cela est difficile à avaler. Être responsable de ce que j'ai dit ou fait est une chose. Être responsable de ce que chacun dans ma vie dit ou fait est une tout autre chose. Pourtant, la vérité, c'est que si vous assumez la complète responsabilité de votre vie, alors tout ce que vous voyez, entendez, goûtez, touchez ou expérimentez de quelque façon est de votre responsabilité, parce que c'est dans votre vie.

Cela signifie que les activités terroristes, le président, l'économie  - quoi que ce soit que vous expérimentez et que vous n'aimez pas  -, c'est à vous qu'il revient de les guérir. Ils n'existent, pour ainsi dire, que comme des projections venant de l'intérieur de vous. Le problème n'est pas leur, il est vôtre et pour les changer, vous avez à vous changer.

Je sais que cela est difficile à saisir, sans parler que c'est difficile à accepter et à vivre pour de vrai. Le blâme est beaucoup plus facile que la responsabilité totale, mais à mesure que je parlais avec le Dr Len j'ai commencé à réaliser que la guérison pour lui et dans le ho'oponopono signifie s'aimer soi-même.

Si vous voulez améliorer votre vie, vous devez guérir votre vie. Si vous voulez guérir quelqu'un - même un criminel malade mental - vous le ferez en vous guérissant.

J'ai demandé au Dr Len comment il s'y prenait pour se guérir lui-même.
Qu'est-ce qu'il faisait, exactement, quand il regardait les dossiers de ces patients?

- «Je faisais juste répéter "Je m'excuse" et "Je vous aime", encore et encore», a-t-il expliqué.

- «C'est tout?»

- «C'est tout!»

Il se trouve que vous aimer vous-même est la plus merveilleuse façon de vous améliorer, et à mesure que vous vous améliorez, vous améliorez votre monde.

Laissez-moi vous donner un rapide exemple de la façon dont ça marche:

Un jour, quelqu'un m'a envoyé un e.mail qui m'a contrarié.

Auparavant, j'aurais traité la situation en travaillant sur mes points faibles émotionnels ou en essayant de raisonner avec la personne qui avait envoyé le message désagréable.

Cette fois-là, j'ai décidé d'essayer la méthode du Dr Len. Je répétais en silence: «Je m'excuse» et «Je vous aime», je ne le disais à personne en particulier. J'évoquais simplement l'esprit d'Amour pour guérir en moi ce qui avait créé la circonstance extérieure.

En moins d'une heure j'ai reçu un e.mail de la même personne: Il s'excusait pour son message précédent.

Rappelez-vous que je n'avais pris aucune mesure extérieure pour obtenir ces excuses. Je ne lui avais même pas répondu.

Pourtant, en disant «Je t'aime», j'avais en quelque sorte guéri en moi ce qui le créait.

J'ai par la suite participé à un atelier de "Ho'oponopono" animé par le Dr Len. Il a maintenant 70 ans, il est considéré comme un grand-père chaman et il est quelque peu solitaire.

Il a louangé mon livre "The Attractor Factor". Il m'a dit qu'à mesure que je m'améliorerai la vibration de mon livre augmenterait et que chacun le sentirait quand il le lirait. Bref, dans la mesure où je m'améliorerai, mes lecteurs s'amélioreront.

- «Qu'en est-il des livres qui sont déjà vendus et qui se trouvent un peu partout (out there)?», ai-je demandé.

- «Ils ne sont pas "un peu partout"», a-t-il expliqué, m'étonnant encore une fois avec sa sagesse mystique. «Ils sont encore en vous.»

En résumé, il n'y a pas d'un peu partout.


Cela prendrait un livre entier pour expliquer cette technique avancée avec la profondeur qu'elle mérite. Qu'il suffise de dire que chaque fois que vous voulez améliorer quelque chose dans votre vie, il n'y a qu'une seule place où regarder: 
En vous.

Quand vous regardez, faites-le avec Amour.>>



Note: "Ho'oponopono" signifie "rendre droit, rectifier, corriger".





Un commentaire
: Ce qu'il y a de vrai dans "Ho'oponopono"
.


Question
:
Qu'il y a de vrai dans "Ho'oponopono"?


Réponse: En travaillant sur soi, en particulier dans le Silence, par l'exemple, l'on peut beaucoup pour changer aussi les autres.

De façon lapidaire, un proverbe dit aussi cela: "Change en Toi et cela changera aussi autour de Toi".

Pour expliquer cela, il y a, certes, la valeur de l'exemple, mais, lorsque les autres ne nous voient pas, il y a aussi et surtout, associé au pouvoir de l'Amour, le pouvoir des pensées.

Ceci n'a rien à voir avec l'auto-suggestion ou quoi que ce soit de semblable
, mais avec le fait qu'un penser concentré concentre la Force Divine neutre qui parcourt la Création. Cette Force ne peut en nier l'existence, puisque c'est elle qui active tout, y compris la croissance vers la lumière de chaque brin d'herbe!

De ce fait, par notre vouloir spirituel concentrant nos pensées dans le sens de l'Amour, nous pouvons agir, de façon efficace, sur un entourage très étendu.

Suscitées par notre vouloir pour le Bien, nos pensées deviennent ainsi comme une Epée de Feu qui guérit les blessures et fait progresser le Bien dans la Création entière.

La guérison des malades autour du Docteur Len s'explique ainsi.

Question: Peut-on en conclure, comme il est dit dans le récit, que notre responsabilité s'étend aussi à ce que font les autres?

Réponse: Non, bien sûr! La responsabilité de chacun est individuelle. Même si l'on influence les autres et est influencé par eux, chacun n'en demeure pas moins seul responsable de tout ce qu'il pense, dit et fait, même lorsqu'il l'a accepté d'autrui sans réserves!

Certes, ce qui se produit dans notre vie, les rencontres, agréables ou désagréables que nous faisons, rien de cela n'est dû au hasard; tout a un sens et tout a une raison, mais cela ne veut pas dire que les autres n'existent pas en tant qu'êtres indépendants de nous-mêmes et ne seraient qu'une projection de notre propre conscience!

Il est également clair qu'en nous transformons nous-mêmes et qu'en orientant, de façon concentrée, nos pensées dans la bonne direction nous avons la possibilité de fortement influer sur les autres - donc de les influencer -, parce que le pouvoir de la pensée est capable d'agir comme un Glaive de Feu et de déchirer la couche sombre qui nous sépare d'autrui.
Partager cet article
Repost0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 17:53
Vous et vos démons

   «La reconnaissance des démons et des fantômes
est la base de tout travail psychothérapeutique,

et même simplement
thérapeutique,
car nul ne peut prétendre durablement guérir le corps
si l’âme qui l’habite n’est pas préalablement guérie.»


"Que dit-il?"

Oui, je sais, en me lisant ou m’écoutant, votre réaction risque de ressembler à celle-là:

- «Qu’est-ce qui dit, celui-là? Moi, j’aurais des démons? Il n’est pas un peu givré cet homme-là? Et d’abord c’est quoi des démons?»

Oui, je sais, le mot «démons» défrise. Ce n’est pas un truc sympa, dans la mentalité courante, plutôt une superstition moyen-âgeuse, bonne pour les obscurantistes!

Bref, pour beaucoup de gens, les démons, au même titre que les êtres de la Nature (korrigans, lutins, farfadets, etc.), font partie du folklore à reléguer dans le domaine des contes et légendes mais n’existent tout simplement pas.

Pour les croyants, par contre, cela veut dire davantage. Ils savent que les démons existent mais croient qu’il s’agit d’esprits mauvais. Au singulier, le démon c’est le diable en personne!!! Rien de bien attirant!

Quant à «fantômes», ce n’est guère mieux! L’on croit, en général qu’il s’agit d’âmes désincarnées mais liées à la Terre qui s’en viennent hanter, de préférence, les châteaux écossais…

Et vous allez surenchérir:

- «Alors, moi, des démons!?! Sûrement pas! Si vous croyez que je vais m’intéresser à votre truc! Vous faites erreur, mon ami!»

C’est pourquoi j’ai un certain mérite à poursuivre…, car, forcément, je ne vais pas me faire que des amis à vouloir convaincre autour de moi que les gens – dont probablement vous-même - ont des démons et qu’ils auraient tout intérêt à les considérer en face!

Démons sans merveilles

D’abord, je désire que vous sachiez que je ne me place pas, d’emblée, au-dessus de vous, car, moi aussi, il a bien fallu que je commence par considérer mes propres démons droit dans les yeux; cela j’en ai déjà parlé dans «Mon démon et moi».

Et puis j’en ai aussi parlé à quelques Amis et certains ont bien voulu reconnaître qu’ils en avaient aussi… Notamment l’un d’eux, qui a vécu une forte expérience après avoir lu le livre «Le Chemin de la Santé Parfaite»

Alors, seriez-vous la «merveille», c’est-à-dire l’exception rarissime à ne pas avoir de démons!?!

Oui? Peut-être…, mais cela reste à prouver!!!

Car, partout où il y a de faux désirs il y a forcément des démons!

N’avez vous jamais eu de faux désirs? Mais alors, demanderez-vous, peut-être qu’est-ce qu’un faux désir? Un faux désir est, le plus souvent, un désir né non de l’esprit mais de l’intellect, ou, tout au moins, de l’esprit influencé par l’intellect.

Comment peut-on le reconnaître? Le faux désir est susceptible de causer du tort à autrui, de la peine, une souffrance imméritée.

Or il est des Commandements qui interdisent de satisfaire des désirs capables de causer indûment de la peine à autrui.

Par exemple, je ne dois pas envier ou jalouser autrui ni convoiter ce qui lui appartient. Rien que cela, sans même passer à l’acte, est déjà suffisant pour lui causer une oppression…

En tous cas, une chose est sûre, il n’est pas possible de construire quelque chose de durable avec des gens qui ont des démons… Tôt ou tard, les démons nés des faux désirs personnels finissent par s’insinuer entre l’Objectif à atteindre et la personne qui se laisse ainsi influencer. Faisant alors inévitablement capoter le projet commun, au moins en tant que projet commun.

Concrètement, cela veut dire que si vous avez des démons nous ne pouvons rien faire ensemble, mais si c’est moi qui les ai c’est la même chose, surtout si nous en avons des deux côtés…

Alors, avant de vouloir réaliser de grands projets communs, d’abord liquidons nos démons!

Puissance du vouloir

Pour cela, nous avons une arme absolue: notre vouloir!

Toutefois, avec le seul désir de bien faire rien n'est encore accompli, cela n'aboutit encore à aucun réel changement. Il y faut un vouloir.

Différence entre désir et vouloir: «Un désir non transformé en vouloir est évanescent; un vouloir est vivant et fort».

L'éveil d'un sérieux vouloir s’appelle une décision! Quant à la décision, même si (par exemple, parce qu’elle est contrariée) elle ne débouche pas encore sur un acte, elle entraîne autoactivement la responsabilité afférente.

Le vouloir est extrêmement puissant. À l’arrivée, c’est lui qui détermine tout ce qui nous arrive. C’est vrai dans le Bien, et c’est pourquoi, à tout moment, par un fort vouloir pour le Bien nous pouvons prendre la décision de nous affranchir de nos démons.

Rien que cela, vouloir très fort le Bien suffit à faire disparaître les démons, donc, faute de leur transmettre de la Force, à les faire mourir d’inanition.

Et c’est vrai dans le Mal. Et c’est pourquoi il n’est guère prudent de sous-estimer le pouvoir de nuisance d’un vieux démon.

En effet, plus un faux vouloir, donc un démon est ancien, plus ce démon a eu le temps de grossir et, par conséquent, plus il est fort, et plus il est devenu difficile de le vaincre.

Il faut, toutefois, bien sûr, considérer que le démon ne peut attaquer que là où il trouve une faiblesse, c’est-à-dire un genre semblable à lui-même. Sans genre semblable il est impossible à un démon d’attaquer.

Il y a une grande protection. Celui qui ne donne pas prise ne peut jamais être attaqué par un démon.

En résumé

Si vous me dîtes: «Je n’ai pas de démons!» et que ce soit vrai, ce qui est dit ici ne vous concerne pas. Mais, à ce sujet, ne vous imaginez pas pouvoir me berner, car, depuis le temps que je les observe, c’est comme si j’avais «un détecteur de démons intégré»!

Par contrez, si, comme probable, vous en avez, alors vous avez tout intérêt à grandement vous en préoccuper. Cela peut même sauver votre vie terrestre, c’est-à-dire vous empêcher de mourir de maladie grave, style cancer, avant l’heure naturelle du départ…

Mais cela peut surtout sauver votre vie «tout court», c’est-à-dire la vie de votre Noyau intérieur, qui doit s’affranchir de toute impureté – et donc de tous démons - s’il veut survivre pour toujours!

Par conséquent, à tous points de vue, cela en vaut vraiment la peine. Songez-y; libérez-vous!


Partager cet article
Repost0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 17:55

Le Bilan Animique


Il y a de nombreux êtres humains qui, pour leur corps terrestre, font régulièrement des Bilans de Santé. C'est sans doute fort louable, mais qui se préoccupe, au moins autant de la Santé de son être véritable?

Pourtant, de même que le corps est bien plus que le vêtement, l'âme n'est-elle pas davantage que son vêtement corporel?

Alors c'est donc à vous soucier de la Santé de votre âme, c'est-à-dire de votre être réel, qu'avec le
Bilan Animique vous êtes invité(e) ...


Partager cet article
Repost0
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 17:48

Le Chemin de la Santé Parfaite

Ce qui est transmis là revêt une particulière importance. L'état de Santé Parfaite est un état "enviable" à tous égards... Qui ne souhaite, pour lui-même comme pour les siens, une rayonnante Santé de l'âme et du corps? ("Mens sana in corpore sano!")


Ce qui est là offert est, en effet, la réponse fondamentale à une ou des questions que se pose tout être humain pensant, dès lors où il commence à s'interroger sur la Vie et l'Univers et aussi à réfléchir par lui-même..., donc depuis l'époque de l'adolescence.


C'est la réponse que beaucoup auraient bien aimé connaître depuis l’époque où, ainsi que le jeune Siddharta Bouddha, ils ont eu la possibilité de voir le monde et les êtres humains comme ils sont: accablés par la souffrance, la maladie et la mort, et qu'ils se sont alors nterrogés: Pourquoi la maladie? Pourquoi la souffrance? Comment y remédier?


Beaucoup ressentent, en effet,  plus ou moins clairement ou plus ou moins confusément, depuis «toujours», qu’il doit bien y avoir une relation précise entre le mal et la maladie…, mais les choses semblent quand même se présenter avec une certaine "complexité", puisque, pour autant que l'on puisse en juger, l’on voit souvent de bons êtres humains tomber malades, alors de mauvais êtres humains semblent constamment jouir d’une bonne santé…


Le mystère se devait donc d'être éclairci


Avec la découverte des travaux du Docteur Ryke Geerd Hamer  mentionnant le fameux "choc psychique vécu dans l'isolement" il y avait déjà là de solides éléments d’explication dignes d’être pris en considération. Merci à ce nouveau "Galilée de la Médecine"!


Mais cela ne donnait pas encore de réponse à la question: Pourquoi le même événement génère-t-il une maladie chez l'un et non chez l'autre? La question fondamentale subsistait: "Pourquoi cet être humain-ci "tombe"-t-il malade plutôt que celui-là?"...


C'est ainsi que la quête devait se poursuitvre jusqu'à  enfin trouver "le fin mot de l'histoire"... Chaque personne sérieusement malade est-elle une simple victime d'un sort arbitraire ou sa responsabilité personnelle est-elle engagée dans le fait d'être malade? Est-on responsable de sa maladie?

Est-on responsable de tout ce qui nous arrive?


Et si c'était oui, alors ne faudrait-il pas ...

Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 17:24

Dr. med. Mag. theol. Ryke Geerd HAMER
Apartado de Correos 209
E-29120 Alhaurin el Grande

24. März 2006

Herrn
Paul Spiegel
Zentralrat der Juden in Deutschland

Comité Central des Juifs en Allemagne


Leo-Baeck-Haus
Tucholskystr.
9
D-10117 Berlin

Sehr geehrter Paul Spiegel,

aus der Presse habe ich entnommen, dass sie an Leukämie erkrankt sind.

Dans la presse j'ai appris que vous êtes atteint de leucémie.

Ich erlaube mir, Ihnen auf diesem Weg gute Besserung zu wünschen, denn mit den Erkenntnissen der Germanischen Neuen Medizin werden Sie ja exakt therapiert: Heilschlaf – keine Chemo – keine Panik – so kann man damit rechnen (wie die Presse berichtet hat), dass Sie im Herbst wieder arbeiten können.

Je me permets de vous souhaiter, par cette voie, une bonne amélioration, car avec les acquis (Erkenntnisse – connaissances, acquis) de la Médecine Nouvelle Germanique vous êtes soigné exactement comme il faut: cure de sommeil – pas de chimiothérapie – pas de panique – de sorte que l'on puisse s'attendre (ainsi que la presse l’a rapporté) à ce que vous puissiez retravailler en Automne.

Auch die Patienten der GNM sind schlapp und müde und schlafen den ganzen Tag.

Les malades de la MNG (Médecine Nouvelle Germanique), eux aussi, sont flappy et fatigués et dorment toute la journée.

Vielleicht ist dies ja auch ein Zeichen, das ich verstehen könnte oder sollte, dass nicht (mehr) verschwiegen wird – wie 23 Jahre lang geschehen – dass Sie und Ihre Glaubensbrüder sich offen zu der Therapie mit der Germanischen Neuen Medizin bekennen, die eine 98%ige Überlebenschance bietet, gegenüber Chemo, die eine 98%ige „Therapie-Mortalität“ hat – laut Prof. Abel, Deutsches Krebsforschungszentrum Heidelberg.

Peut-être est-ce aussi un signe que je pourrais ou devrais comprendre, le fait que l'on ne taise pas (plus) – ainsi que cela s’est passé 23 années durant – le fait que vous et vos frères de foi confessent ouvertement la thérapie {qu’ils suivent} avec la thérapie de la Médecine Nouvelle Germanique, qui offre 98% de chances de survie, face à la chimiothérapie avec un taux de mortalité par thérapie de 98% selon le professeur Abel, Centre allemand de Cancérologie de Heidelberg.

An Zufall mag ich eigentlich nicht glauben, wenn man so freimütig veröffentlicht, dass Sie nach dem System der „Germanischen Neuen Medizin“ behandelt werden – ohne Chemo bei Leukämie!!

à un hasard je ne peux véritablement pas croire lorsque l’on rend aussi franchement public {le fait} que vous êtes traité selon la Médecine Nouvelle Germanique - sans chimiothérapie, pour {une} leucémie!

Auch wenn bei israelischen Patienten meist nicht mehr von Krebs sondern von einer Entzündung oder wie hier, von einer Vorstufe der Leukämie gesprochen wird.

Même si, dans la majorité des cas, pour les patients israéliens, l'on ne parle plus de cancer mais d'une inflammation, ou, comme ici, d'un stade préliminaire de la leucémie.

Herr Spiegel, ich weiß es ja nicht, wenn der Selbstwerteinbruch – der stets der Leukämie vorangeht – durch meine Person bzw. die Germanische Neue Medizin ausgelöst worden ist (die, wie Sie ja wissen, sich rasend weiterverbreitet), täte mir das persönlich leid. Jedenfalls müssen Sie eine Lösung Ihres Konfliktes erfahren haben, sonst hätten Sie jetzt keine Leukämie. Und vielleicht können Sie nun anhand Ihres eigenen Konfliktgeschehens nachvollziehen, wie exakt die Germanische Neue Medizin funktioniert und dazu beitragen, dass der Boykott gegen die GNM aufgehoben wird. Denn ich würde mir nichts so sehr wünschen, als dass jeder Patient mit der Germanischen Neuen Medizin wieder gesund werden dürfte. Ich erinnere noch mal daran, dass – allein in Deutschland – täglich ca. 1500 Patienten (nach amtlicher Statistik) durch Chemo und Morphium zu Tode kommen.

Monsieur Spiegel, je ne sais pas si l'effondrement de l'estime de soi-même (Selbstwerteinbruch), qui précède toujours {l'apparition de} la leucémie, a été déclenché par ma personne relativement à la Médecine Nouvelle Germanique (laquelle, comme vous le savez, se répand à très grande vitesse). Si c'était le cas, je le regretterais personnellement. En tout cas, vous avez dû expérimenter une solution de votre conflit, sinon vous n’auriez, présentement, pas de leucémie. Et peut-être pouvez maintenant, à l’aide de votre propre vécu de conflit, comprendre de façon combien exacte fonctionne la Médecine Nouvelle Germanique et ainsi contribuer à ce que le boycott contre la MNG soit levé. Car je souhaiterais de tout mon cœur que chacun patient puisse redevenir sain grâce à la Médecine Nouvelle Germanique. Je vous rappelle encore une fois que (selon les statistiques officielles) rien qu'en Allemagne, quotidiennement environ 1500 patients meurent du fait de la chimiothérapie et de la morphine.

Verbunden mit dieser Hoffnung, dass Sie unseren Patienten nunmehr bald helfen werden, verbleibe ich mit den besten Wünschen zu Ihrer Genesung – mit der Germanischen Neuen Medizin.

Ihr
Dr. Hamer

Dans l'espoir que vous aiderez maintenant bientôt nos patients, je demeure, avec mes meilleurs vœux pour votre rapide guérison grâce à la Médecine Nouvelle Germanique.

Votre

Dr. Hamer

(Il s'agit du Directeur de cette Institution – note du traducteur.)

Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 15:41
Les cinq Lois du cancer découvertes
par le Docteur Hamer


1) La Loi d'Airain du Cancer

CHOC PSYCHO-BIOLOGIQUE
Au cours de sa propre expérience vécue le Docteur Ryke Geerd Hamer reconnaît l'existence d'un lien entre la perte brutale de son fils Dirk, dans les conditions précises dans lesquelles cela s'est apssé, et l'apparition de sa maladie (cancer des testicules).

La Loi n°1 s'énonce ainsi:

«Tout cancer résulte d'un choc psychique,
conflictuel, dramatique,
vécu dans l'isolement
»
.

qu'il nomme, en l'honneur de son fils disparu lui ayant inspiré sa découverte, DHS pour Dirk Hamer Syndrome.

Choc psychique, car il s’agit d’une réaction neuro-organique de survie. Sujet à des situations de dévalorisation, des frustrations, des intériorisations négativesnon entièrement solutionnables par l'intellect, l’être humain va développer une sorte de langage de survie, ici appelé une «maladie».

La conception de la genèse de la maladie s’en trouve toute renouvelée: 

1) Il ne peut y avoir de cancer sans DHS, stress organique destiné à survivre au conflit biologique.

2) Il n'y a alors, de fait, de façon déterminante, ni déterminisme génétique du cancer, ni virus oncogène, ni facteur extérieur autre.
DE LA REVERSIBILITE DES MALADIES
La solution au conflit est alors, de fait, porteuse de la résolution de la maladie. Un conflit mineur induit une maladie bénigne (rhume), un conflit plus important, une maladie grave (cancer,  SEP, diabète...), mais la guérison intervient de façon spontanée dès lors que l’origine du mal aura été reconnue et de ce fait neutralisée par le patient. 



2) La Loi biphasique du cancer

LES DEUX PHASES DE TOUTE MALADIE

- L’état de sympathicotonie (extrémités glacées, perte d'appétit et du sommeil) caractérise les maladies dites «froides». C'est à ce moment-là que le "foyer de Hamer" devient perceptible dans le cerveau.

Le Docteur Hamer y voit la phase active du conflit à partir du DHS.

- L’état de vagotonie (épuisement, extrémités chaudes, bon appétit et bon sommeil) caracterise les maladies dites «chaudes». Le Docteur Hamer y voit la phase de guérison avec œdème du Foyer de Hamer (pris à tort pour une tumeur cérébrale), preuve du conflit résolu (apparition du liquide glial).

Une anamnèse (écoute du malade) permet de précisément décrire le type de conflit. Cependant une compréhension trop tardive d’un conflit trop long et trop intense, ne peut pas toujours enrayer la possible issue fatale, même au cours de cette phase. 

3) Loi du système ontognétique du cancer

POURQUOI UNE TUMEUR APPARAIT-ELLE DANS UN ORGANE PRECIS?

Tissus et organes sont dérivés de 3 feuillets
- Endoderme - Commandé par le tronc cérébral
- Mésoderme - Commandé par le cervelet.
- Ectoderme - Commandé par le cortex
Chacun aura donc une sensibilité et un comportement caractéristiques en fonction de la zone du cerveau atteinte par le conflit (foyer de Hamer).

Les tumeurs diagnostiquées «bénignes» ou «malignes», font en fait partie d’un même processus cohérent pris à des temps différents (une necrose qui se répare ou une tumeur qui se resorbe).

L’action possible sur les symptomes dans le cadre d’un accompagnement de la guérison devra éviter les nouveaux conflits et proscrire toute médication iatrogène.

4) Loi du système ontogénétique des microbes.

Des microbes spécifiques sont utilisés par le cerveau pour nettoyer la partie malade.

5) Loi de la Quintessence

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 10:08
La maladie
Le mal-a-dit

Dans {le mot} maladie il y a {le mot} mal. Remonter jusqu’à la maladie, écouter ce que le mal-a-dit, c’est donc remonter jusqu’au mal, lui-même, dont la maladie est l’inévitable et logique conséquence. Dans cette quête du sens et donc de la cause, il nous faut donc remonter jusqu’à la racine du mal, et, si possible, jusqu’à la plus profonde racine.

Lorsque l’on est malade et que l’on souffre et l’on dit: «J’ai mal». «J’ai mal» veut donc dire: «je souffre», et si je souffre c’est parce que j’ai le mal en moi. Mais comment ce mal est-il donc parvenu à pénétrer en moi? Qui, à part moi, aurait-il donc pu le faire pénétrer en moi? Ne serait-ce donc pas moi-même qui l’y aurais introduit?

En effet, quelqu’un peut-il entrer dans ma maison si je - à moins qu’il ne l’enfonce - ne lui en ouvre pas la porte?

La cause de la maladie ne peut donc pas être autre chose que le mal introduit en moi. La cause du mal, à l’origine de la maladie, voici donc ce qu’il me faut chercher. Mais, en toute simplicité et toute objectivité – et, d’évidente manière, les mots eux-mêmes nous l’indiquent -, cette cause peut-elle être autre chose que le mal commis par chaque mal-ade?

En bref et en résumé: Si je suis mal-ade ne serait-ce pas parce que j’ai mal agi, parce qu’ayant fait le mal, j’ai donc ouvert la porte au mal, parce que je l’ai ainsi laissé entrer en moi, parce que je l’ai donc fait mien et parce que, par le fait même, je me suis aussi ainsi fait du mal.

Lorsque l’on a compris cette évidence (l'évidence n'est pourtant évidente que pour celui qui la voit!) que la maladie vient du mal commis, le plus grand pas vers la Guérison est ainsi déjà fait.

La diversité des maladies dont un corps physique terrestre peut être atteint est telle qu’elle pourrait faussement donner l’illusion que la maladie n’aurait rien à voir avec le fait de mal agir. Pourtant, de même qu’il y a de nombreuses manières de faussement agir se répercutant sur le corps animique, il y a aussi, de logique manière, autant et plus de nombreuses sortes de répercussions sur le corps physique.

Une seule manière d’agir juste, mais des milliers de mal agir. Une seule manière d’être en bonne santé et des milliers d’être malade!

Ma maladie me dit donc que j’ai mal agi et même en quoi j’ai mal agi ou, peut-être même, tout simplement, mal voulu, car, ainsi que le dit le proverbe, «L’intention vaut l’acte!»

Autrement dit, vouloir {faire} le mal, même si l’on n’y parvient pas, c’est déjà faire pénétrer le mal en soi!

Après que j'aie fait pénêtrer le mal en moi, ma maladie va me parler de la nature de ce mal... Carl Jung a dit: "Nous voudrions guérir nos maladies, mais ce sont elles qui doivent nous guérir"... Nous guérir, oui, mais de quoi si ce n'est de ce mal que nous avons étourdiment laissé pénêtrer en nous!?!



Partager cet article
Repost0
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 05:25

Bouddhisme & maladie

Q
uelle que soit la religion ou même l'absence de religion, la Spiritualité joue un rôle évident vis-à-vis de la Santé et de la maladie.

De ce point de vue, l'interview du lama Dagpo Rimpoché, le plus haut représentant du Bouddhisme en France, est de nature à susciter réflexion et prise de conscience:




Partager cet article
Repost0
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 19:24
dans sa vie


En ce 22 octobre 2007, voici ce qu'il est possible de lire sur le site:


<<L’institut Curie lance une nouvelle campagne contre le cancer

Paris, le 22/10/07. LJS.com

Un lecteur de cet article sur deux sera touché par le cancer au cours de sa vie. C’est la triste réalité que l’Institut Curie a décidé de rappeler avec le lancement de sa nouvelle campagne sur le thème «Ensemble prenons les cancers de vitesse».

Ce message sera rappelé dans les bus, le métro, les cinémas, la télévision, Internet et la presse magazine sous la forme de slogan tels «un voyageur de ce bus sur deux sera touché par le cancer», «un téléspectateur sur deux…», etc.

«Ce chiffre, qui a de quoi effrayer, correspond à la réalité», explique Claude Huriet, le président de l’Institut Curie.» La bonne nouvelle, c’est que les traitements sont de plus en plus efficaces et que les progrès de la recherche sauvent de plus en plus de vies.»

Objectif de la campagne: «interpeller l’ensemble de la société». L’Institut Curie estime qu’en tant que premier centre français de recherche et d’innovation en cancérologie, il a le devoir d’informer le public et de rappeler l’urgence de la situation en appelant à la responsabilité de chacun.>>

- Extrait du site: "Le Journal de la Santé" du "Nouvel Observateur" (22/10/07) -

Cet article soulève la question de la "responsabilité de chacun" face au cancer, mais, malheureusement, ne précise nullement en quoi consiste cette responsabilité. Alors, face au constat de cette effrayante progression du ou des cancers qui fait que si quelqu'un n'est pas lui-même directement concerné ce sera, par exemple, la personne avec qui il vit qui le sera, va-t-on continuer à massivement pratiquer la politique de l'autruche en continuant de penser - ou à faire semblant de penser - que le cancer serait un ennemi extérieur à soi-même dont l'on ne serait partiellement responsable qu'en fumant ou buvant trop? C'est-à-dire uniquement en négligeant ou malmenant son corps physique.

Et si être responsable face au cancer c'était, tout simplement, se reconnaître soi-même comme pleinement responsable de son cancer?

Qui aura le courage de dire: "Je suis responsable de mon cancer, parce que, sans exception aucune, je suis responsable de tout ce qui m'arrive!"?

Que ceux qui veulent continuer à se poser en innocentes victimes de ce qui leur arrive continuent à le faire! Ils verront bien où cela les mène...

Quant aux autres, à ceux qui veulent enfin Reconnaître pour Guérir, qu'ils sachent que Le Chemin de la Santé Parfaite se tient devant eux. Mais c'est uniquement à eux de décider s'ils veulent ou non le parcourir!

Partager cet article
Repost0
24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 16:35
Santé ou maladie?

 

Pourquoi? Comment?

Selon la «CIM» (Classification Internationale des Maladies) il y a à peu près 5200 manières différentes fondamentales (sans compter toutes les variantes!) de mourir de maladie...!!!


Il n'y en a, toutefois, qu'une seule de mourir en bonne santé !

À titre d'exemple, et pour rester simples, considérons seulement le cancer:

Données et statistiques extraites du site de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé):
Les chiffres sous la loupe: le poids du cancer.

«En 2005, 7,6 des 58 millions de décès survenus dans le monde ont été dus au cancer. (Cela fait aussi 7,6 % de l'ensemble des décès.)

Le nombre annuel des décès par cancer devrait passer, dans le monde, à 9 millions en 2015 et à 11,4 millions en 2030.»

Concrètement, cela fait quoi, comme probabilités, dans la vie des gens?


Par exemple, sur le site http://www.cancer.ca/, à la page: http://www.cancer.ca/ccs/internet/standard/0,2939,3172_14423__langId-fr,00.html l'on peut voir que: «Au Canada, d'après les taux d'incidence actuels, 38 % des femmes risquent d'être touchées par le cancer au cours de leur vie; la proportion est de 44 % chez les hommes


Bien sûr, les proportions dans les autres pays sont, hélas, dans la plupart des cas, tout à fait comparables, voire pires...


38 %, c'est plus d'une femme sur 3; 44% c'est près d'un homme sur deux!


D'ailleurs, cela semble être le cas en France, En effet, sur le site http://ecoetsante2010.free.fr/, à la page http://ecoetsante2010.free.fr/article.php3?id_article=206 «Statistiques du cancer en France» l'on peut lire:

«La probabilité, d'avoir un cancer au cours de sa vie, est estimée à une sur 2 pour un homme et à une sur 3 pour une femme.»

N'est-ce pas terrible?


Une femme sur trois et un homme sur deux mourant prématurément de ce mal, sans parler des autres...


Que penser? Y aurait-il quelque chose à faire - ou pas?

Alors?

Un sursaut de conscience peut-être?

Réfléchissons:


Les importants facteurs environnementaux extérieurs considérés à part,

il n'y a plus que deux possibilités:


1) Ou bien la maladie survient «par hasard»....


2) Ou bien la maladie survient avec un précis et rigoureux processus que les candidats à une bonne santé ont tout intérêt à bien connaître et bien comprendre...

Il va sans dire que la première hypothèse est largement la plus répandue. Et si c'est elle qui est juste, les bras vous en tombent; à part agir sur la nutrition, le mode de vie, l'environnement (et il faut déjà le faire!!!) il n'y a, après cela - en particulier en regard de la pollution généralisée, dépendant, pour une large part, pas de soi - plus rien d'autre à faire... C'est la «fatalité»...,

Mais si c'était la deuxième hypothèse qui était la bonne?

Si, tout simplement, l'être humain devenait mal-ade parce qu'il avait mal agi?

Certes, quelqu'un ne tombe pas immédiatement mal-ade parce qu'il a, par exemple, commis un meurtre, un vol, ou un mensonge.

Il y a donc un processus, conforme aux Lois de l’Univers, à reconnaître et à comprendre.

À vrai-dire, ce n'est, d'ailleurs, vraisemblablement pas le fait en lui-même qui rend mal-ade, ce serait plutôt la confrontation ultérieure du mal-faisant avec, vis-à-vis de cela, son propre ressenti de culpabilité ayant pris forme...

Ceci expliquerait, du reste, probablement pourquoi les plus grands mal-frats, sauf d'avoir largement abusé de l'alcool, de la drogue ou du reste, ne tombent pas forcément mal-ades ...

En ce cas, ce ne serait – et c'est loin d'être toujours le cas! - que si la conscience arrive à suffisamment «travailler» que la répercussion peut alors aussi atteindre le corps...

Dans le cadre de cet article introductif, il n'en sera pas dit davantage ici...

Pour aller plus loin, il est, par contre, possible de découvrir l'e.book:

«Reconnaître pour Guérir»

Partager cet article
Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 21:37
Vouloir Guérir

Désir et vouloir

Il est aujourd’hui possible d’affirmer avec une grande force de conviction que celui qui, malade, veut guérir peut guérir. Mais voilà, le veut-il vraiment? «Qui veut peut!» dit le proverbe et c’est tout à fait juste mais il est tout aussi exact de dire que celui qui veut peu obtient peu. C’est que rien n’est encore obtenu par le seul désir de guérir, c’est uniquement dans le vouloir-guérir que se trouve le levier pouvant déclencher la transformation le conduisant à la guérison.  Car ce vouloir doit déjà porter en lui l’action pour cela; sinon ce n’est pas un vouloir mais seulement un désir. . .

 

Si fort le désir puisse-t-il être, s’il n’est qu’un désir de l’intellect et non un désir de l’esprit devenu vouloir, il n’est pas suffisant pour trouver un contact avec là où se trouve la solution du problème. Comme Albert Einstein l’a déjà pertinemment fait remarquer: «La {fausse} manière de penser qui a engendré le problème ne peut pas être celle qui va résoudre le problème»; il y faut autre chose.


Le Chemin de la Guérison Parfaite est le Chemin inverse de celui qui a conduit à la maladie. Il suffit donc de parcourir ce chemin dans l’autre sens pour retrouver l’état initial normal qui est celui de la Santé Parfaite.


Seul celui qui s’approche avec conviction doit être aidé. La conviction doit ici déjà être la conviction dans le fait qu’il est tout aussi possible de guérir que de tomber malade, à partir du moment où l’on oriente son vouloir dans la direction de la guérison.


Ainsi ce n’est pas la vertu ou la volonté du thérapeute qui joue le premier rôle mais bien la volonté du malade. Le thérapeute ne peut ici qu’aider et accompagner et seul celui qui, avec la volonté de se remettre en cause, s'approche de lui l’âme ouverte pour recevoir l’aide doit, par lui, être aidé. Sinon, toute action est vaine.


Le Christ disait à ceux qui s’approchaient  de Lui pour guérir: «Qu’il te soit fait selon ta foi!» et, lorsqu’Il les avait guéris, Il leur disait: «Va, ta foi t’a sauvé». En ce cas tout à fait exceptionnel, il s’agissait, bien sûr, de la capacité du Christ à transmettre la Force Divine pour la Guérison, ce qu’un simple thérapeute ne peut, tout naturellement, pas faire. Aujourd’hui, il s’agit, pour le malade, d’avoir foi dans le fait qu’il peut guérir s’il remet en cause le faux comportement qui l’a conduit à la maladie.


Il lui faut donc changer le mal-vouloir qui l’a rendu mal-ade par un bon vouloir.


Mais qui est réellement prêt à cela? La plupart des êtres humains, y compris les malades, prennent beaucoup trop d’égards pour eux-mêmes. Cela veut dire que, même souffrants dans la maladie, ils évitent soigneusement de se remettre en cause, de remettre en cause leur faux comportement, leur fausse pensée, leur faux vouloir. Déjà ils sont malades, sur leur lit de douleur – ce qui, forcément, à leurs yeux, constitue la plus grande «injustice» qui soit! – et il faudrait, encore en plus, que ce soit de leur faute! Ils se révoltent rien qu’à cette seule pensée! Ils préfèrent rechercher les causes à l’extérieur, invoquer la fatalité, le destin, ou même parfois s’imaginer qu’avec leur souffrance «humblement acceptée» comme étant une grâce divine, ils participent à la co-rédemption de l’humanité!


Sortir de l’irresponsabilité

 

Car la société fait tout, en effet, pour que la pensée de se remettre en cause ne leur vienne jamais. Et, alors que l’être humain n’a pas de plus grand ennemi que lui-même, la maladie est forcément un ennemi extérieur à vaincre! Et on va le vaincre avec de l’argent, des téléthons, de la recherche «scientifique»! L’on va trouver à quel endroit la Nature s’est montrée déficiente afin de réparer, grâce au savoir et au pouvoir humains, ce qu’elle a si mal fait. Considérons le symbole de l’«ARC» («Association pour la Recherche contre le Cancer») L’ennemi – le cancer - est présenté comme se tenant à l’extérieur, en face de la victime, et alors, avec ce bel arc, on lui décoche une flèche en plein cœur, afin de le tuer. Youpeee!: L’ennemi est mort, le cancer est vaincu! Je suis guéri! (Ce qui reste à vérifier...)


C’est, d’ailleurs, ce que l’on fait avec ces traitements lourds que sont la radiothérapie et la chimiothérapie; l’on déclenche la grosse artillerie contre l’«ennemi», mais comme l’ennemi est à l’intérieur de soi-même c’est soi-même que l’on détruit! CQFD.


À sujet, fort pertinemment, Michel Dogna, thérapeute, lors de ses stages, déclare:


«Il faut arrêter avec l’assistanat


Et, en particulier, «un assistanat qu’il faut tout de suite arrêter: la médecine!»


Et il ajoute:


«On fait tout pour que vous ayez un cancer».


«Chaque cancéreux accomplit son devoir civique en rapportant 1 milliard de nouveaux francs aux labos. Après seulement, il a le droit de mourir.»

«Le taux - indiqué par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) - de survie après une chimiothérapie est de seulement 2% de survie après 5 ans.»


«C’est juste une rémission sur le coup, pour «mieux sauter» après. C’est terrible.»


«La chimio est notamment faite à partir de gaz moutarde utilisé pendant la guerre 14-18.»


«Il faut savoir dire NON à cela.»


«Malheur à celui qui ne sait pas dire NON!»


Un patient ayant subi une radiothérapie déclare: «Avec cela l’on met le feu dans le corps!». Certes l’on bombarde les «cellules malades», mais les saines, par la même circonstance, se trouvent aussi atteintes.


Alors, si le malade, plutôt que de se remettre en cause, veut continuer à croire, avec l’idéologie dominante, qu’il n’y est pour rien dans sa maladie et persister à se soumettre à de telles destructrices «thérapies», c’est son choix, un choix qui peut lui coûter sa vie.


Certes, en d’assez vastes cercles, l’on veut bien admettre, maintenant, que l’alimentation et le mode de vie influent sur la santé et que dans le fait de bien se nourrir ou pas, de se bouger suffisamment ou pas, de fumer ou non, de boire de l’alcool ou non, etc., réside une certaine responsabilité de l’être humain vis-à-vis de sa santé. Mais il ne s’agit toujours ici que de responsabilité à l’égard de facteurs extérieurs: De ce que l’on fait pénétrer dans son corps et comment on le traite.


Mais qui parle de la responsabilité totale de l’être humain en regard de sa propre intériorité? De ses choix en matière de vouloir et de penser, de parole et d’action? Des choix qui, à l’arrivée, s’ils sont faux ou mauvais, se répercutent en maladie! Bien peu en parlent…


Et, parmi ceux qui en parlent et qui essayent d’aider dans ce sens, qui connaît le processus réel et complet ici à l’œuvre? Ce processus qui est d’une totale simplicité!


Le Processus de la maladie et de la Santé

 

Redonnons-le ici en quelques mots: Ainsi que l’être humain le veut ainsi cela lui arrive! C’est son vouloir qui détermine son sort. Mais la plupart ne savent pas ce qu’ils veulent! Les maladies, en tant que conséquences du vouloir sont là pour aider chacun à prendre conscience de ses vouloirs.


Beaucoup rétorqueront: Mais cela est faux, car moi je n’ai jamais voulu être malade! Sans doute, mais c’est pourtant bien ce que vous avez voulu {de faux} qui vous a rendu malade!


Naturellement, dans le processus, entre le vouloir et la répercussion dans le corps terrestre il n’y a pas rien mais ils y a des formes, car le vouloir humain, à chaque fois, prend forme, et même si ces formes demeurent invisibles aux yeux terrestres, elles n’en sont pas moins très réellement existantes! C’est pareil, par exemple, pourle vent, personne ne le voit mais tous en perçoivent les effets!

 

Ce sont ces formes, qui, bien que connues depuis des millénaires, demeurent aujourd’hui méconnues de beaucoup quant à leur rôle pourtant déterminant dans le déclenchement des maladies. En attendant de pouvoir leur donner leur nom définitif, nommons-les provisoirement «entraves intérieures» une expression ayant l’avantage d’être assez neutre mais l’inconvénient de ne pas donner d’image claire de ce dont il s’agit.


Reconnaître pour Guérir

 

Le Travail à accomplir vers la Guérison va, tout d’abord, consister à reconnaître ces formes auquel l’être humain malade demeure lié et ce sera une étape importante vers la Guérison totale, d’abord celle de l’âme, puis, par répercussion, si le point de non-retour n’est pas encore atteint, aussi le corps terrestre. C’est la Guérison par la Reconnaissance.


Peu d’êtres humains sont, en effet, d’emblée, capables de reconnaître, sans autre démarche, le faux vouloir qui est à l’origine de leur maladie. C’est pourquoi la reconnaissance par eux-mêmes de leurs entraves intérieures s’avère, la plupart du temps, être une étape indispensable. Bien que cela soit en soi d’une extrême simplicité - ou peut-être même à cause de cela -, remonter jusqu’au faux vouloir initial, en tant que la plus profonde racine de la maladie, s’avère, pour la plupart des êtres humains, amèrement difficile.


Certains pourront peut-être y arriver seuls mais cela sera l’exception et non la règle. Dans la plupart des cas, la personne malade aura besoin d’un accompagnement lui offrant un «effet miroir» - un «miroir» tendu par l’accompagnant - pour parvenir à l’indispensable reconnaissance ou prise de conscience d’abord des entraves intérieures auxquelles le patient est lié, entraves qui le rendent malade d’abord animiquement ou psychiquement (c’est la même chose) puis se répercutent aussi physiquement dans son corps terrestre, puis du faux vouloir  ayant donné naissance à ces formes.


Lorsque la reconnaissance s’est produite, le malade peut alors changer le vouloir qui l’avait rend malade et ainsi entamer son processus de guérison. Dès que le mauvais ou faux vouloir se transforme en bon ou juste vouloir, de manière complètement autoactive le processus de Guérison se met alors en branle. Il peut, bien sûr, être terrestrement aidé par divers adjuvants terrestres (tels que remèdes naturels, compléments alimentaires, jeûne, magnétisme, etc.), mais le processus intérieur de guérison, de toutes façons, est en route… et, si un nouveau faux vouloir n’intervient pas dans l’intervalle, ne s’arrêtera que par le retour à une Santé Parfaite de l’âme et du corps.


Ceux qui, malades, ayant reconnu comme juste le processus ici décrit et sont en quête d’un accompagnement sous forme d’aide à la reconnaissance pour parcourir ce Chemin de la Guérison ou du retour à la Santé parfaite d’abord de leur âme puis de leur corps peuvent, à cette fin, demander à être mis en relation avec quelqu'un pouvant apporter une aide. 

 

0

0

Partager cet article
Repost0
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 22:23
Quelle est la signification de la maladie?

 

Dans {le mot} maladie il y a {le mot} mal. Remonter jusqu’à la maladie, écouter ce que le mal-a-dit, c’est donc remonter jusqu’au mal, lui-même, dont la maladie est l’inévitable et logique conséquence. Dans cette quête du sens et donc de la cause, il nous faut donc remonter jusqu’à la racine du mal, et, si possible, jusqu’à la plus profonde racine.

Lorsque l’on est malade et que l’on souffre et l’on dit : «J’ai mal». «J’ai mal» veut donc dire: «je souffre», et si je souffre c’est parce que j’ai le mal en moi. Mais comment ce mal est-il donc parvenu à pénêtrer en moi? Qui, à part moi, aurait pu le faire pénêtrer en moi? Ne serait-ce donc pas moi-même qui l’y aurais introduit?

En effet, quelqu’un peut-il entrer dans ma maison si je – à moins qu’il ne l’enfonce - ne lui en ouvre pas la porte?

La cause de la maladie ne peut donc pas être autre chose que le mal introduit en moi. La cause du mal, à l’origine de la maladie, voici donc ce qu’il me faut chercher. Mais, en toute simplicité et toute objectivité – et, d’évidente manière, les mots eux-mêmes nous l’indiquent -, cette cause peut-elle être autre chose que le mal commis par chaque mal-ade?

En bref et en résumé : Si je suis mal-ade ne serait-ce pas parce que j’ai mal agi, parce qu’ayant fait le mal, j’ai donc ouvert la porte au mal, parce que je l’ai ainsi laissé entrer en moi, parce que je l’ai donc fait mien et parce que, par le fait même, je me suis aussi ainsi fait du mal.

Lorsque l’on a compris cette évidence que la maladie vient du mal commis, le plus grand pas vers la Guérison est ainsi déjà fait.

La diversité des maladies dont un corps physique terrestre peut être atteint est telle qu’elle pourrait faussement donner l’illusion que la maladie n’aurait rien à voir avec le fait de mal agir. Pourtant, de même qu’il y a de nombreuses manières de faussement agir se répercutant sur le corps animique, il y a aussi, de logique manière, autant et plus de nombreuses sortes de répercussions sur le corps physique.

Une seule manière d’agir juste, mais des milliers de mal agir. Une seule manière d’être en bonne santé et des milliers d’être malade!

Ma maladie me dit donc que j’ai mal agi et même en quoi j’ai mal agi ou, peut-être même, tout simplement, mal voulu, car, ainsi que le dit le proverbe, «L’intention vaut l’acte!»

Autrement dit, vouloir {faire} le mal, même si l’on n’y parvient pas, c’est déjà faire pénêtrer le mal en soi!

 

Pour aller plus loin:
Conférence
La Signification de la maladie


Partager cet article
Repost0
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 08:01

Dialogues du malade avec sa Conscience
2/2

Suite de

La Conscience:

- Le «monstre» - comme Tu dis – guette Tes failles, et dès que Tu en fais une il s’engouffre…

Le malade:

- Comment fait-il?

La Conscience:

- Ceci n’est pas la bonne question…

Le malade:

- Et c’est quoi la bonne question?

La Conscience:

- C’est, plutôt: «comment fais-Tu, Toi, pour lui ouvrir des brèches?»

Le malade (méditatif):

- Je vois…

Puis, après un silence d’intériorisation, questionnant de nouveau:

- Peut-être est-ce, par exemple, quand je m’impatiente, que je m'irrite, que je me mets en colère et que je perds le contrôle de moi-même?

La Conscience (avec un sourire):

- Je crois que Tu as bien répondu…

Le malade (réjoui, puis, en y pensant, de nouveau exaspéré):

- Cela arrive quand les autres m’agacent!

La Conscience (doucement):

- Facile d'accuser les autres, mais cela ne Te fait aucunement progresser! La bonne attitude c'est plutôt de Te demander: "Mais que trouvent-ils donc à agacer en moi?".

Le malade (il réfléchit):

- Mes défauts? Mes insuffisances? Mes faiblesses?

La Conscience (enseignant) :

- Oui, les autres trouvent et ouvrent, même sans le vouloir, les failles par où Tes démons peuvent ensuite entrer! Eux, souvent, ceux qui ont – la plupart du temps involontairement – provoqué ces failles ne s’en soucient pas, du moins pas forcément, sauf de les provoquer exprès – ce qui serait du vice -, mais ils Te laissent juste ensuite Te débattre avec eux… Et c’est là que Tes "enfants" Te font du mal…

Le malade (ayant subitement compris):

- Et c’est qu’ils me rendent malade!

La Conscience (plus précise):

- éh oui! Les formes négatives attendent tranquillement que les circonstances leur procurent des failles pour s’engouffrer… Une fois que Tu es connecté avec elles, elles peuvent rétro-agir sur Toi qui les as si longtemps nourries… Cette fois, c’est elles qui peuvent déverser en Toi ce qu’elles portent – et cela n’est toujours que du mauvais - en elles… D’abord, dans Ton âme, puis, si cela ne suffit pas à Te réveiller, dans Ton corps… Et, mon pauvre Ami, c’est précisément ce qui T’est arrivé!

Le malade (soudainement convaincu et se prenant la tête):

- Oh! la la, la la…

La Conscience (doucement réprobatrice):

- Il ne sert à rien de se lamenter, maintenant…

Le malade (avec un sursaut, brusquement résolu):

- D’accord! Alors, comment puis-je faire pour guérir?

La Conscience (apaisante):

Cela, je Te le dirai une autre fois… Cela sera l’objet de notre prochain entretien [1]. Pour le moment, médite tranquillement sur ce que Tu as appris aujourd’hui>>



[1] La clef fondamentale pour une parfaite compréhension de l’Entretien du malade avec sa Conscience ayant pour objet: «Comment puis-je guérir?»  se trouve clairement et complètement exposée dans l’ouvrage «Le Chemin de la Santé Parfaite».

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 22:08
Dialogues du malade avec sa Conscience

1/2

 

La Question

<<Le malade (tourmenté et implorant, s’exclamant vers le Ciel):

- Ah! Je souffre! Je n’aime pas être ainsi. Pourquoi suis-je alité? Pourquoi n’ai-je plus de forces? Pourquoi suis-je tout pâle? Dîtes, pourquoi suis-je malade?, je vous le demande. Quelqu’un peut-il me répondre?

La Réponse

La Voix de la Conscience:

- Oui, moi je peux Te répondre!

Le malade (étonné et reprenant espoir):

- Quelqu’un m’a entendu? Alors, qui que vous soyez, parlez, je vous écoute! Où êtes-vous?

Voici la Réponse à Ta question:

Je suis en Toi.

Tu es malade pour que Tu puisses
reconnaître Ton faux vouloir!

La suite du dialogue

Le malade (indigné):

- Mon faux vouloir! Quel faux vouloir? Vous ne croyez pas que vous exagérez un peu beaucoup? Non seulement j’ai la malchance d’être malade (je voudrais bien vous voir à ma place!) mais, en plus, vous avez l’impudence de me dire que ce serait de ma faute!

La Voix de la Conscience:

- Je suis déjà à Ta place! Et, en plus si je suis ici pour T’aider c’est parce que Tu m’as appelée! Mais si Tu refuses mon Aide, il n’y a pas de problème, je peux repartir!

Le malade (affolé):

- Non, reste là! Qui va me secourir si Tu T’en vas?

La Conscience:

- Personne! Car c’est moi Ta meilleure Amie! Alors, si Tu veux comprendre et surtout guérir, Tu dois d’abord bien m’écouter, me comprendre et accepter ce que je Te dis.

Le malade (résigné, avec un soupir):

- Oui, d'accors; alors, parle, je T’écoute!

La Conscience:

- Alors, voilà. Il y a deux Processus à bien comprendre. Le premier, c’est comment l’on devient malade (c’est mieux que de dire «devenir malade» que «tomber malade», car «tomber malade» peut, en donnant l’idée de quelque chose de fortuit et d'arbitraire, facilement introduire un faux concept). Le deuxième, c’est comment l’on peut guérir.

Le malade:

- Oui. Jusque là, je Te suis. Dis-moi vite comment je peux guérir!

La Conscience:

- Non, pas trop vite, justement! D’abord, Tu dois d’abord comprendre comment Tu es devenu malade. Alors, continuons. Le deuxième processus, celui de la Guérison, c’est l’inverse du premier. C’est pourquoi en comprenant comment l’on est devenu malade l’on peut aussi comprendre comment revenir à l’état initial, c'est-à-dire guérir!

Le malade:

- Bon, alors comment suis-je tombé – euh…, je veux dire «devenu» - malade?

La Conscience:

- éh bien voilà: à un moment donné Tu as commencé à vouloir quelque chose de faux et c’est ainsi que Tu es devenu malade. 

Le malade (tout d’abord, s’exclamant):

- Moi, j’ai voulu quelque chose de faux!?!

(puis soupirant:)

- Qu’est-ce que cela veut dire «faux»?

La Conscience:

- C’est un vouloir qui est non conforme aux Lois.

Le malade:

- Aux Lois? Quelles Lois?

La Conscience:

- Les Lois. C’est-à-dire les Lois de Dieu ou Lois de la Vie ou Lois de la Création ou Lois de la Nature, tout cela c’est pareil!

Le malade:

- Les Lois de Dieu!?! Suis-je obligé de reconnaître qu’il y a un Dieu?

La Conscience:

- Cela vaudrait mieux pour Toi, surtout si Tu veux guérir, parce que c’est ainsi.

Le malade:

- Mais pourquoi le saurais-Tu mieux que moi?

La Conscience:

- Précisément parce que je suis Ta conscience, c’est-à-dire la meilleure partie de Toi-même. Cette partie-là, à cause de son genre spirituel, sait que Dieu existe, même si une autre partie de Toi le nie.

Le malade:

- Tu voudrais me dire qu’au fond de moi je sais déjà que Dieu existe?

La Conscience:

- Bien sûr que Tu le sais! Tout esprit humain est bien obligé de le savoir puisque c’est à Lui qu’il doit sa vie!

Le malade (avec une moue):

- J’aurais préféré qu’il n’y en eût pas…

La Conscience (mi-ironique, mi-indignée):

- Tu «m’étonnes»! Il n’y en a que trop des comme Toi! La fuite devant ses responsabilités, c’est du «joli»!, le fallacieux «espoir» qu’il n’y aurait de comptes à rendre à personne, c’est du «propre»!

Le malade (capitulant):

- Bon! D’accord! Admettons que Dieu existe. De toutes façons, Tu as toujours raison! Alors pourquoi m’a-t-Il rendu malade?

La Conscience:

- Mais ce n’est pas Lui qui T’a rendu malade!

Le malade :

- Et c’est qui alors?

La Conscience (le regardant fixement droit dans les yeux):

- à Ton avis?

Le malade (penaud, baissant la tête):

- Est-ce que Tu voudrais dire… (un silence…)

La Conscience (poursuivant, indignée):

- Oui, Tu as bien raison de baisser la tête! Toi-même! Uniquement Toi-même! Dieu n’y est absolument pour rien!

Le malade:

- Mais n’est-Il pas Tout-Puissant?

La Conscience:

- Si, Il l’est!

Le malade (triomphant):

- éh bien alors!

La Conscience (implacable):

- Ce n’est pas parce qu’Il est Tout-Puissant qu’Il est capable d’arbitraire! Dieu, pour punir le mal n’a qu’à le laisser faire!, dit  le proverbe avec justesse.

Le malade (après un silence):

- Donc ce que Tu veux me faire dire c’est que c’est moi qui suis responsable de mon état maladif!

La Conscience:

- Je ne veux pas Te le faire dire; je veux que Tu le reconnaisses!

Le malade (après un long silence):

- J’ai retourné toutes les possibilités; je vois que je n’ai pas d’autre choix; si je refuse de reconnaître cela Tu T’en vas et me laisse seul, n’est-ce pas?

La Conscience (impérieuse):

- éh Oui. C’est moi qui commande!

Le malade (révolté):

- Et pourquoi?

La Conscience (patiente):

- Je Te l’ai déjà dit: Je suis – et de loin! - la meilleure part de Toi-même, la seule qui puisse encore Te sauver, corps et âme! Mais Tu as préféré T’identifier à la plus mauvaise! L’être humain n’a pas de pire ennemi que lui-même!

Le malade (après un très long silence):

- Bon, d’accord!, je veux bien admettre l’idée que Dieu existe, qu’Il n’est pas la cause de ma maladie et que j’en serais le seul responsable.

La Conscience (explicative):

- Le Créateur a juste fait des Lois qui fonctionnent autoactivement. Ses Lois sont parfaites et déclenchent les répercussions en fonctions des pensées paroles et actes des êtres humains.

Le malade (plaidant l’innocence):

- Alors, qu’ai-je fait de mal pour mériter ce qui m’arrive maintenant? Je ne vois pas.

La Conscience (pareille au Sphinx):

- Te souviens-Tu de tout ce que Tu as fait au cours de Tes vies antérieures?

Le malade (saisi):

- Au cours de quoi? Des vies antérieures!?! Quelles vies antérieures?

La Conscience:

- Les Tiennes, bien sûr! Sans doute, T’imagines-Tu que Ta vie a commencé il y a seulement quarante ans?

Le malade:

- Vu mon âge, c’est à peu près cela, en effet. Devrais-je croire autre chose?

La Conscience:

- La vie du corps n’est pas celle de l’esprit ni même celle de l’âme… Voilà bien longtemps que Ton germe d’esprit a, pour la première fois, plongé dans la matière …

Le malade (interloqué):

- Es-Tu sérieuse?

La Conscience (on ne peut plus sérieuse):

- J’ai l’air de plaisanter?

Le malade (sceptique):

- Voudrais-Tu me faire croire que je serais aujourd’hui coupable de quelque chose dont je ne me souvien{drai}s pas?

La Conscience (imperturbable):

- Ton intellect ne s’en souvient pas, mais Ton esprit si!

Le malade (indigné):

- Ce n’est pas un peu commode, ça? Tu n’essayerais pas de me faire gober n’importe quoi? Pourquoi serais-je coupable de ce dont je n’ai aucun souvenir?

La Conscience (grave):

- Parce que l’amnésie n’efface pas les fautes et n’excuse rien!

Le malade (inquisiteur):

- Et qu’est-ce qui les efface?

La Conscience:

- La reconnaissance consciente, l’expiation ou le rachat, et, liée à cela, la réparation!

Tu es précisément malade pour pouvoir reconnaître. Autrement cela n’arriverait plus pour Toi. Ta conscience de jour doit arriver à savoir ce que Ton esprit, lui, sait déjà.

Le malade (se grattant la tête):

- Et c’est qui, mon esprit?

La Conscience (avec un large sourire):

- C’est moi!

Le malade (interloqué):

- Veux-Tu dire que Tu es moi?

La Conscience (grave):

- Oui. Ou - si Tu préfères - que Je suis Toi. En fait, comme déjà dit, je suis Ton meilleur moi, c’est-à-dire Ton «Je».

Et maintenant, j’ai une question pour Toi.

Le malade (interrogatif):

- Oui?

La Conscience (attentive):

- M’aimes-Tu?

Le malade (ébahi):

- Moi, il faudrait que je T’aime!?! Alors que Tu n’arrêtes pas de me tourmenter!?!

La Conscience (compatissante):

- Cela vaudrait mieux pour Toi, car si Tu ne m’aimes pas, c’est Toi que Tu n’aimes pas! Et si quelqu'un ne s’aime pas lui-même il ne peut pas guérir!

Le malade (la considérant avec gravité):

- Il faudrait donc que je T’aime…

La Conscience (joviale):

- Et pourquoi pas? Je T’aime bien, moi! Et, bien que Tu sois dans un triste état, je T’aime même comme Tu es! Et, pourtant, je mérite plus d’être aimée que Toi!

Le malade:

- Tu veux donc dire que j’ai fait le mal?!?

La Conscience:

- Cela est fort possible, mais il n’est pas nécessaire d’avoir fait le mal pour être malade.

Le malade (implorant):

- S’il Te plaît, ne joue pas aux devinettes avec moi. Alors, l’ai-je fait ou pas?

La Conscience:

- Dès le début – si Tu voulais bien m’écouter! - je T’ai dit que c’est le faux vouloir qui rend malade. Le faux vouloir et non forcément la faute elle-même suffit à rendre malade. C’est-à-dire le faux vouloir, qu’il soit ou non suivi d’un acte. Car, ainsi que le dit justement le proverbe, d’un point de vue spirituel, «L’intention vaut l’acte».

Le malade (impressionné et songeur):

- Ah! Les Lois sont bien rigoureuses….

La Conscience (enseignant):

- Elles le sont, en effet. C’est que, lorsque Tu veux quelque chose avec {le vouloir de} Ton esprit, alors Tu actives la Force Divine

Le malade (interpellé):

- La Force Divine!?!

La Conscience (poursuivant ses explications):

- Oui. Le vouloir de l’esprit humain (pas celui de son intellect!) a le pouvoir de se connecter à la Force Divine traversant la Création. Dès lors où il s’active, automatiquement il se connecte à la Force et avec Elle il «crée» une forme.

Le malade (dubitatif):

- Moi, je peux faire cela?

La Conscience:

- Oui, Toi comme tous les autres êtres humains. Non seulement Tu le peux mais Tu l’as fait. Souvent. Tous les êtres humains, qu’ils en soient ou non conscients, le font tout le temps.

Le malade:

- Alors, c’est normal?

La Conscience:

- Oui, lorsque c’est un bon vouloir.

Le malade:

- Donc selon Toi, si j’ai bien compris, si quelqu’un est malade, c’est qu’il a utilisé la Force Divine pour mettre en œuvre un mauvais vouloir…

La Conscience (se réjouissant):

- Exactement! Ah! Tu commences à comprendre…

Le malade (inexorablement logique):

- Donc, si je suis malade, c’est à cause d’un mauvais vouloir antérieur

La Conscience (joyeusement):

- Voilà!

Le malade:

- C’est donc un châtiment!

La Conscience:

- Pas exactement. C’est juste l’effet auto-actif des Lois. Par Ton mauvais vouloir Tu as créé une forme de même genre, donc mauvaise elle aussi, et cette forme ainsi mise au monde par Toi est restée reliée à Toi et continue à agir…

Le malade (intéressé):

- Et que fait-elle?

La Conscience:

- Elle tourmente tous ceux qu’elle peut tourmenter et, en particulier celui qui est son «père» et à qui elle demeure reliée … Toi-même!

Le malade (surpris):

- C’est donc une mauvaise fille!

La Conscience (instruisant):

- C’est l’enfant de Ton vouloir et elle est l’image refoulée de Ta culpabilité…

Le malade:

- Pourquoi «refoulée»?

La Conscience:

- Parce qu’aucun être n’aime avoir un enfant lui rappelant constamment sa faute. Alors il s’efforce de l’oublier. Mais un tel enfant, comme les autres, ne se laisse jamais oublier. Il revient régulièrement rappeler son existence…

Le malade (exclamatif):

- Mais alors il est aussi tourmentant qu’un démon!

La Conscience:

- Tu l’as dit! Même si c’est - comme la plupart des êtres humains - sans le faire exprès. Et Tu ne crois pas si bien dire... Ce sont des formes de mauvais vouloir.

Le malade (à qui s’ouvre un Monde nouveau):

- Ce serait donc possible de mettre au monde une «créature» qui viendrait ensuite vous nuire, comme quelqu’un qui, à son insu, aurait nourri un serpent dans son sein?

La Conscience:

- C’est tellement possible que c’est bien ce que font, tous les jours, sur cette planète, des centaines de millions d’êtres humains! Et, après cela, ils s’étonnent de «tomber malades»!

Le malade (de plus en plus songeur…):

- Et des «enfants» comme cela, dis, est-ce que j’en ai beaucoup?

La Conscience:

- Oh! Tu devras tous les reconnaître, un par un. Pour l’instant, Tu en as surtout un gros qui T’étouffe, et c’est lui qui Te rend présentement si malade.

Le malade (intrigué):

- Et comment cela se passe-t-il?

La Conscience:

- Oh! c’est bien simple! L’on peut dire, en quelque sorte, qu’il Te rend régulièrement visite et Toi Tu lui ouvres  "bien gentiment" la porte…

Le malade (abasourdi):

- Moi, j’ouvre la porte à ce monstre qui me rend malade?

La Conscience (convaincante):

- Oui, Tu la lui ouvres, à chaque fois qu’il trouve une brèche en Toi…

Le malade:

- Une brèche? Comment est-ce possible?


Partager cet article
Repost0
27 décembre 2006 3 27 /12 /décembre /2006 15:40
Citations sur la Santé

 

"Le vrai médecin est le médecin intérieur.
La plupart des médecins ignorent cette science qui, pourtant, fonctionne si bien."

Docteur Albert SCHWEITZER

 


“L’espérance de guérir est déjà
la moitié de la guérison.”
Voltaire

"Je le pansai, Dieu le guérit!"

Ambroise Paré


«Le médecin soigne, la Nature guérit.»

 Proverbe chinois


"Il faut savoir écouter
ce que le mal-a-dit."


«Parfaite Santé et plein éveil sont, en réalité, la même chose.»

 Tarthang Tulku



«Lorsque tous les nœuds
du corps sont dénoués, alors, même ici,
dans cette vie humaine,
le mortel devient immortel.
C’est l’Enseignement suprême.»

 Kathupanishad



«La crise de guérison,
c’est une période
de régression,
ce qui veut dire, en réalité,
un processus
de retour à la santé,
vers la condition originelle
de l’être.»

Hippocrate



« La maladie est l'effort
que fait la Nature
pour guérir. »

 Carl Gustav Jung


"Si l'on ne peut entreprendre de guérir les yeux
sans traiter la tête, ni la tête sans traiter le corps tout entier,
l'on ne peut, non plus, guérir le corps sans soigner l'âme...
C'est donc d'abord à l'âme que sont dus nos soins les plus assidus."

- Platon -


«Lorsque ce sera le plein de l'An Mille qui vient après l'An Mille, 
Chacun sera comme un pas réglé. 
L’on saura tout du monde et de son corps. 
L’on soignera la maladie avant qu'elle n'apparaisse. 
Chacun sera guérisseur de soi-même et des autres.
 
L’on aura compris qu'il faut aider pour maintenir.»
 

- Prophétie de Jean de Jérusalem (1099) - 
 

"Une âme saine dans un corps sain."
 

- Proverbe latin - 
 
«Si vous voulez guérir le corps, vous devez d'abord guérir l'âme.» 

- Platon - 
 

«Le médecin soigne, la Nature guérit.»
 

- Proverbe chinois - 
 

«Manger cru, manger sec, manger dur.» 

- Alain Saury - 
 

«Il y a des millénaires que l'humanité fait plus ou moins consciemment l'expérience qu'en définitive toutes les maladies ont une origine psychique et c'est devenu un acquis "scientifique" solidement ancré dans le patrimoine des connaissances universelles; seule la médecine moderne fait de nos êtres animés un sac plein de formules chimiques.»
 

-
Doktor Ryke Geerd Hamer -
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2006 3 27 /12 /décembre /2006 14:52

Que manger?

<<Pour un aliment ne détruis pas l'Œuvre de Dieu. Tout est pur, il est vrai, mais c'est mal pour l'être humain de manger en faisant achopper. Ce qui est bien c'est de ne pas manger de  viande, de ne pas boire de vin, de ne rien faire là où Ton frère achoppe...>>

(Nouveau Testament: Romains XIV, 20)
Partager cet article
Repost0