Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vers une Nouvelle Santé...



A
vec l'arrivée de l'Ere Nouvelle
l'être humain saisit les Trésors de la Terre

et leur utilisation pour le maintien en bonne Santé.


S'ils s'adaptent à l'immense Mouvement des Courants Vitaux sacrés,
alors les êtres humains retrouveront la Santé.


L'Art de la Santé
consiste notamment à trouver

la Force de Guérison dans toutes les plantes.

La Santé Naturelle, ça s'apprend ... Naturellement!

Le véritable Art de Guérir ne s'apprend pas.

S'installer sur une Hauteur peut aider à retrouver la Santé.

Vivre en plein air confère Fraîcheur et Santé.

"Fais du bien à Ton corps
pour que Ton âme ait le désir d'y demeurer..."

- Proverbe Indien -



Rechercher Sur L'art De Vivre Sain

Newsletter L'Art de Vivre Sain

Découvrez les Lois et les Principes de L'Art de Vivre Naturellement en Bonne Santé!
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 10:11

 

Le Guérisseur qui vaut le voyage
à lui tout seul


Le Guérisseur qui vaut le voyage

 

Le Guérisseur qui vaut le voyage à lui tout seul s'appelle Jo Corda. C'est déjà un octogénaire et il vit à Bali. Il n'est pas le chouchou des medias  (on ne le trouve pas sur Internet) mais il semble avoir récemment inspiré un roman à succès: "L'homme qui voulait être heureux".

 

La pratique de Jo Corda est tout à fait particulière. Il passe ses mains partout sur le corps, à la recherche du point faible... Et quant il l'a trouvé... ça fait ... mal!

 

Curieusement, le point faible semble souvent se loger dans un ... orteil! Jo Corda prend alors son petit baton en bois relativement pointu, qu'il a toujours à portée de main, puis il le place à l'endroit à lui pré-désigné comme étant le point sensible et il appuie dessus de bon cœur.

 

Qu'ensuite sa "victime" - c'est-à-dire son "patient" - se torde entre ses mains en hurlant de douleur lui semble passablement indifférent... Sadique, Jo Corda? Pas du tout! Mais il est vraiment important qu'un patient finisse par savoir où il a mal. Sinon, comment pourrait-il guérir?

 

Une fois le point faible découvert, Jo Corda s'emploie ensuite à rendre ce point faible fort. Toutes sortes de moyens sont bons pour cela, dont certains pourraient sembler étranges, comme de cracher sur le point sensible, dans le but non point de le rendre insensible, mais simplement de le guérir...


Le plus extra-ordinaire de l'histoire, c'est que "ça marche" et que c'est même vérifiable. Après le "traitement", par exemple  à base d'application de plantes ou de salive, Jo Corda, appuie, de nouveau, sur le même point précédemment ultra-sensible, et ceui-ci est alors redevenu non pas insensible mais d'une sensibilité normale. Le patient n'a plus mal; il ne hurle plus; il est physiquement guéri de l'incrustation coporelle de son mal psychique.

 

Il est évident que ce n'est pas une maladie proprement organique qui s'est logée dans votre orteil. C'est plutôt que, lorsque, après avoir "avalé une coulœuvre", quelqu'un refoule une déception, afin de pouvoir temporairement en débarrasser sa conscience et continuer à vivre, - ou à faire semblant de vivre - il la loge, quelque part, dans son corps.

 

Elle reste donc là, en quelque sorte mémorisée dans ses cellules, jusqu'à ce que, peut-être, un beau jour, quelqu'un vienne l'en déloger...


L'intensité de la douleur physique, comme là  "enkystée" dans la chair, est, bien évidemment, proportionnelle à l'intensité de la douleur morale subie mais inconsciemment refoulée - donc non exprimée - lors de la déception. L'on doit toujours avoir présent à l'esprit le proverbe "Ce qui ne s'exprime pas s'imprime". La personne déçue a voulu faire semblant d'être quand même heureuse, lorsqu'elle ne l'était pas et  l'impact de sa déception non exprimée mais refoulée s'est alors logé, quelque part, dans son corps. Il semble que via les méridiens qui parcourent le corps, un orteil soit un endroit assez pratique pour cela...

 

L'effacement de la douleur dans l'orteil ne signifie pas que la personne est psychiquement guéri; il est juste quéri de la mémoire - de la trace - que l'expérience de refoulement de la déception a laissée dans son corps. Ce n'est déjà pas mal, mais l'essentiel reste quand même à faire: Il faut ensuite corriger le faux vouloir consistant à vouloir plaire aux autres  plutôt que d'écouter son ressenti intime qui est à l'origine de l'expérience de la déception.

 

Sinon, le même faux vouloir de soumission à l'opinion d'autrui génèrera de nouvelles déceptions, de nouvelles "coulœuvres", que le corps devra encore loger quelque part et qu'il faudra ensuite, de nouveau, déloger...

 

Le sujet du roman

 

Imaginez…Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation sur place vous a donné envie de le rencontrer, "pour le cas où"… Une fois entre ses mains il apparaît que son "diagnostic" est formel: vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas… heureux.

 

Porteur d’une incommensurable sagesse, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu vous entraîne dans l’aventure la plus captivante qui soit: celle de la découverte de soi.


Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clefs d’une existence à la hauteur de vos rêves. Avec L’homme qui voulait être heureux, c’est tout un monde de possibilités nouvelles qui s’ouvre à nous à la lecture de cette
captivante histoire, en laquelle l’on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d’être vraiment heureux.


L’Homme qui voulait être heureux, c’est Laurent Gounelle. Derrière ce livre se tient un homme simple, encore étonné de son succès et  - paraît-il - enfin heureux! Laurent Gounelle, ex-comptable devenu  formateur en développement personnel, raconte comment il a compris que le bonheur se trouve en soi.


"Quand j’étais enfant, j’étais sûr que “plus tard”, j’allais être heureux. Mais avant, il fallait que je travaille pour avoir “un bon diplôme et un bon métier”, comme me le répétaient mes parents. Cela me semblait logique. J’ai donc été un bon élève. Timide, renfermé, pas doué pour me faire des copains. L'on ne recevait personne à la maison. Mon enfance a été assez triste et ennuyeuse, mais j’attendais avec impatience d’arriver à “plus tard”, quand tout allait commencer."

 

Eh oui, le bonheur c'est toujours pour plus tard! Mais  - comme le dit la chanson - "qu'est-ce qu'on attend pour être heureux"?

 

"Adolescent, j’ai eu quelques velléités de devenir psychiatre, pour comprendre et aider les humains. Notre médecin de famille m’en a dissuadé."

 

Et pourquoi donc? Et à quel titre? Au nom de qui ou de quoi de telles personnes savent toujours mieux que vous ce qui est bon pour vous?

 

"J’ai finalement choisi le métier d’expert-comptable, parce que la poésie des chiffres m’a toujours plu, et que la profession me promettait d’être indépendant et de “conseiller les entreprises”, comme disait la plaquette de présentation. J’aimais cette idée de “conseiller”."


"J’avais 23 ans quand je suis enfin arrivé à “plus tard”; j’avais réussi cinq années d’études supérieures plutôt difficiles, et trouvé un premier boulot bien payé dans une bonne entreprise. Il ne m’a pas fallu très longtemps pour encaisser le choc."

 

Le voilà, le fameux choc, qui s'est ensuite enkysté dans l'orteil!

 

"J’avais suivi tout le cursus sans accro, bien travaillé, bien réussi. Pourtant, “plus tard” ne tenait aucune de ses promesses.

 

C'est clair que si le bonheur ce n'est pas ici et maintenant, alors c'est jamais!

 

"J’étais mal dans ma vie et dans ma peau; “handicapé” de la rencontre depuis toujours, je ne savais jamais quoi faire de mon corps trop grand et trop maigre, quoi dire dans une conversation. J’avais très peu d’amis, avec qui je ne savais pas comment communiquer. J’étais rempli d’émotions qui m’encombraient et me paralysaient sans que je puisse les exprimer."

 

"Sans que je puisse les exprimer"! Normal, puisque, aussi longtemps que cela demeure inconscient, ce qui n'est pas conscient demeure inexprimable  et ne relève pas du célèbre dystique de Boileau:

"Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement.

Et les mots pour le dire arrivent aisément".

 

Pour que cela se conçoive bien il faut assurément que cela soit, devenu conscient.

 

"Et, pour couronner le tout, mon travail m’ennuyait à mourir. J’étais malheureux. Mais incapable de m’y résoudre: depuis ma naissance, j’attendais ce moment-là pour que ma vie commence enfin!"

 

C'est sûr qu'en de tels cas l'on peut attendre longtemps...


"J’ai donc décidé de prendre le taureau par les cornes. Je me suis inscrit à des cours de théâtre pour soigner ma timidité et partager mes émotions. J’ai aussi appris à faire du parapente, pour affronter ma peur du vide. Et, pour faire bonne mesure, j’ai changé d’entreprise, en espérant trouver plus d’intérêt à mon nouveau poste. Cela n’a pas marché. Ce métier d’expert-comptable pour lequel j’avais tant travaillé n’était définitivement pas fait pour moi… Et même si je savais désormais m’envoler en parapente et affronter ma peur en montant sur les planches, j’étais toujours aussi malheureux. De plus en plus, même: je ne voyais plus du tout comment accéder à ce bonheur que j’espérais depuis toujours, ni comment trouver ma place dans ce monde."

"Le bonheur ne dépend pas d’éléments extérieurs, mais de ce qui se passe en nous". C’était l’information capitale qui me manquait pour commencer ma nouvelle vie! La preuve: en rentrant, tout s’est dénoué. Je sais que c’est un peu bizarre de le dire comme ça, mais je me suis mis à aimer les gens, comme un fou. Moi qui m’étais protégé des autres toute ma vie, j’ai basculé vers eux et cela m’a émerveillé, illuminé. J’avais trouvé ma voie, et tout me tombait du Ciel! J’ai rencontré Zoé, la femme de ma vie. J’ai monté mon entreprise de formation, et les clients sont arrivés à la pelle..."


 

Le Bonheur vient de l'Intérieur. De l'intérieur de soi. Et de nulle part ailleurs. Pour être heureux il faut être à l'écoute de ses intuitions intimes et ensuite, sans se laisser détourner, les concrétiser. C'est ce que ce roman illustre. Donc un livre qui incite à la réflexion et peut aider à prendre conscience de certaines choses si évidentes que l’on en vient souvent à les oublier! C’est un récit riche d’enseignements, qui redonne confiance en soi. En bref, le message principal du livre est celui-ci: Ne laissez personne décider de votre vie à votre place! Et aussi: “Quand on est convaincu d’une chose, elle devient la réalité, notre réalité”.

0

0

Partager cet article

Repost 0
L'Art de Vivre Sain Art de Vivre Sain - dans Santé de l'Âme
commenter cet article

commentaires

Djamila 18/07/2016 01:58

Bonjour je souhaiterais connaitre l'adresse de Jo corda si vous l'a connaisser

Art de Vivre Sain 24/08/2016 16:25

Demandez à l'agence Oasis Voyages: http://www.oasis-voyages.com

remèdes contre la mauvaise haleine 14/02/2015 19:24

I am now not sure the place you are getting your information, however great topic. I needs to spend a while finding out much more or working out more. Thank you for excellent information I was searching for this information for my mission.

astuce contre mauvaise haleine 14/02/2015 19:24

whoah this blog is magnificent i love reading your posts. Keep up the good work! You know, many people are hunting around for this info, you can aid them greatly.